Européennes : le FN en tête avec 24% des intentions de vote

Le Front national pourrait sortir en tête des élections européennes de la fin mai, selon un sondage CSA pour BFMTV et Nice-Matin jeudi. Avec un score évalué à 24% des suffrages, le parti présidé par Marine Le Pen devance l’UMP – estimé à 22% – et le Parti socialiste, allié aux Radicaux de gauche, qui pointe à 20%. La volonté du FN de se positionner comme la troisième force politique du pays devient réelle puisqu’il séduit principalement les 25-34 ans (30%) et les 35-49 ans  (34%).

Hebergeur d'imageL’UDI (9%), Le Front de gauche (7,5%) et  (7%) se succèdent loin derrière le trio de tête. [...]

BFMTV

Hénin-Beaumont : Baisse de 10% de la taxe d’habitation

A Hénin-Beaumont, le maire FN Steeve Briois annoncera ce jeudi une baisse de 10% de la taxe d’habitation, avec effet immédiat, avance France Inter. 50% des foyers héninois seraient concernés, ajoute la radio.

Une mesure qui devrait coûter 517.000 euros à la commune pourtant endettée. Le maire FN fraichement élu affirme toutefois que son équipe a la capacité de dégager suffisamment de marges de manoeuvre.

Et d’autres communes FN devraient faire de même. De fait, cette baisse des impôts s’inscrit dans la stratégie du parti de diminuer la fiscalité au niveau local et ainsi prépare les Européennes…

Marine Tondelier, conseillère municipale écologiste, s’interroge: «Le programme du FN, sur certains points, est un grand tour de magie. On attend avec impatience de voir comme il le réalise.»

Le Figaro

Européennes/circonscription Est : FN en tête à 26%, PS-PRG à 15,5%. (Ajout débat vidéo)

Addendum 23.04.2014 :

Trois invités pour la circonscription Est des européennes étaient réunis mercredi pour un débat organisé par Europe 1, LCI et Le Figaro: les têtes de liste UMP et FN, Nadine Morano et Florian Philippot, et la numéro deux de la liste PS et eurodéputée sortante, Catherine Trautmann. À un mois du scrutin, la campagne est lancée pour les candidats qui sollicitent les suffrages des électeurs de Champagne-Ardenne, Bourgogne, Lorraine, Franche-Comté et Alsace.

En l’absence de la tête de liste PS Édouard Martin, Catherine Trautmann a mis en avant la «chance» de voir un ancien leader syndicaliste «représenter les ouvriers et les artisans au Parlement européen». «Édouard Martin est un traître à sa cause», a répondu Nadine Morano.

Autre passe d’armes sur la question du traité de libre-échange transatlantique que l’Union est en train de négocier avec les États-Unis. Pour Trautmann, le Parlement européen sera très vigilant sur les conclusions de l’accord. «Nous avons conditionné le mandat de la Commission», explique-t-elle en rappelant les précédents de traités non adoptés par les eurodéputés. Philippot juge, lui, le traité «très inquiétant car il va faire sauter toutes les barrières». «Vous jetterez les ouvriers et les paysans dans le grand bain de la mondialisation», estime-t-il. «Philippot rime avec Maginot», lui répond Morano, qui rejette toute idée de protectionnisme, tout en souhaitant une «Europe qui protège». «Si nous ne mettons pas en place des règles de réciprocité, les Français ont de quoi être inquiets», dit-elle.

Le Figaro

Selon un sondage Ifop pour le Figaro, les intentions de vote dans la circonscription amplifient la tendance nationale, avec un Front national qui devance l’UMP et le PS.Avec 26% des intentions de vote, la liste FN conduite par Florian Philippot arrive en tête devant celle de l’UMP Nadine ­Morano, créditée de 24% des voix.

La liste PS-PRG, dont le numéro un est l’ex-syndicaliste Édouard Martin, ne recueillerait que 15,5% des suffrages et la liste EELV de Sandrine Bélier 12,5 %. […]

Selon ¬Frédéric Dabi, directeur du département Opinion de l’Ifop., cet écart s’explique par les spécificités de la circonscription: «Dans ces régions très touchées par la désindustrialisation, le vote frontiste a toujours été haut. Marine Le Pen y avait recueilli 22,4% des voix à la présidentielle, alors que son score national était de 18,3%. Elle obtiendrait 55% des suffrages des ouvriers, une catégorie où le FN est depuis longtemps en tête, mais rarement à ce point. »

L’extrême droite réalise aussi des performances inédites chez les 25-34 ans et les 35-49 ans, dont elle rafle 32% des voix. Dans l’Est, le Front national progresse donc bien au-delà de ses «segments» traditionnels, ce qui est logique étant donné le niveau qu’il atteint. En 2009, la liste de Bruno Gollnisch n’avait recueilli que 7,6 % des voix.[…]

Le Figaro

« La gauche n’existe presque plus dans les milieux ouvriers » (vidéo)

Une enquête Ifop pour Le Figaro et Europe concernant les intentions de vote dans le Grand Est donne le FN en tête à 55% chez les ouvriers.

Je suis sûr que dans les sondages à venir dans d’autres régions on va avoir exactement le même tremblement de terre que celui auquel on assiste dans le Grand Est.


source : Europe 1

Analyse de la montée des extrêmes droites™ en Europe (vidéo)

« il y a cette crise économique (…) mais au delà et de manière plus structurelle, il y a aussi une crise identitaire (…) cette crise identitaire provoquée notamment par l’immigration, une crise liée au phénomène de mondialisation, l’union européenne qu’on rejette, la peur de voir disparaitre son identité »


lien direct sur : VK
source : compilation de Europe, La montée des extrêmes droites – Le monde en face – Carole Gaessler – France 5 – 22 04 2014

Magali Balent est chercheur associée à l’IRIS, spécialiste des extrémismes et nationalismes en Europe. Elle est par ailleurs chercheur à la Fondation Robert Schuman, et directrice des projets de ce think tank dédié aux questions européennes. Spécialiste du discours de l’extrême droite française et européenne, et du fait nationaliste en Europe, elle est diplômée de l’Institut des Hautes Etudes internationales de Genève (HEI) où elle a obtenu un doctorat en relations internationales (discipline science politique). Sa thèse a porté sur le discours du Front national sur les relations internationales de 1972 à nos jours. Elle est l’auteur de plusieurs études sur le défi national-populiste en Europe et la dynamique identitaire du discours d’extrême droite. Elle enseigne sur ces sujets en tant que Maître de conférences à Sciences Po.

Elections européennes : Comment Debout La République peut-il exister entre l’UMP et le FN ? (MàJ : clip de DLR)

Addendum : Le clip très « identitaire » de Debout La République pour les élections européennes :

————————

Nicolas Dupont-Aignan

Mardi 22 avril, Nicolas Dupont-Aignan a présenté sa stratégie de campagne pour les élections européennes de 2014. Dans la même journée, il a allumé l’UMP Alain Lamassoure et Marine Le Pen, les ciblant comme principaux adversaires. Mais doit-il choisir l’un des deux pour assurer un résultat ?

Comment exister entre le Front national, chéri des sondages et une UMP de plus en plus tentée par l’euro-scepticisme ? [...]

Nicolas Dupont-Aignan accuse Marine Le Pen « de perdre son sang-froid ». « L’attaque de Marine Le Pen contre l’une de nos têtes de liste, qu’elle ose salir relève clairement des vieilles méthodes de l’extrême-droite », écrit-il. Réflexe protecteur de chef de troupe mais aussi stratégie politique de se poser en adversaire principal du FN ? « Je n’attaque pas Marine Le Pen, mais j’ai voulu répondre. Si on me cherche, on me trouve…Elle ne supporte qu’un autre patriotisme existe,ça me choque« , explique-t-il à France3 Paris. [...]

« Nous sommes le dernier rempart avant le Front national. Si nous n’existions pas, il y a certainement des gens qui diraient qu’il n’y a plus rien et que l’UMP et le PS, on n’en veut plus. Et bien là, il y a quelquechose qui les arrêtera sur cette route », explique Dominique Jamet [...]

« Ni système, ni extrême », résume son slogan de campagne. Mais, toujours le même serait-on tenté d’ajouter. Si la cohérence idéologique est sans doute une vertu, est-elle efficace politiquement ? Debout la République entame un second cycle de son existence. Le parti a été créé en 2008 et a concouru pour une première fois à des élections lors des européennes de 2009. Depuis il a participé à toutes les élections avec plus ou moins de bonheur s’installant dans le paysage politique mais à l’arrière-plan.

Mais Nicolas Dupont-Aignan sait bien que pour ce deuxième round électoral, il n’aura plus l’indulgence des premières fois et qu’il lui faut progresser. [...]

France 3 IDF

Temps de parole FN/BFMTV : algarade entre Jean-Luc Mélenchon et Jean-Jacques Bourdin (RMC) (Màj vidéo : le CSA donne tort à Mélenchon)

Addendum du 23/04/2014 : Le CSA donne tort à Jean-Luc Mélenchon

Selon le CSA, lors de la campagne du 1er tour des municipales, BFM a accordé 10% de temps de parole au FN, loin des 33% du PS et 28% de l’UMP.


Jean-Luc Mélenchon s’en prend vivement à Jean-Jacques Bourdin et BFMTV, épinglés par le CSA. Le journaliste se défend.

Hebergeur d'image

« La parole qu’on a donnée au Front National, c’était une parole critique ! Les reportages qu’on a faits, c’était pour justement critiquer (le FN) ! C’était des enquêtes sur le Front National et son incapacité à trouver des candidats ! » – Jean-Jacques Bourdin



Debout La République s’indigne d’un propos « sexiste » de Marine Le Pen (Màj vidéo : réaction de Marine Le Pen)

Addendum : Marine Le Pen répond à Nigel Farage (RFI le 22/04/14)

(Merci à Celina)


Note : Le tweet d’indignation de la concernée (Laure Ferrari) a été effacé.

——–

Laure Ferrari
En gris : Laure Ferrari.

Prise de bec chez les souverainistes français. Le soutien à Debout la République (DLR) de Nigel Farage, le leader de l’United Kingdom Independence Party (Ukip), un parti britannique anti-européen crédité d’un bon score aux européennes, n’a pas plu à Marine Le Pen. Pas plus que ses déclarations selon lesquelles « l’antisémitisme est inscrit dans l’ADN » du FN.

Des déclarations que la présidente du FN a qualifiées mardi d’ « ignominieuses ». « J’ai essayé désespérément de trouver la raison qui le pousse à ces déclarations somme toute assez nouvelles, car par le passé il avait plutôt eu à notre égard un comportement courtois. Est-ce que peut-être nos assistantes sont moins jolies que celles de Nicolas Dupont-Aignan ? Ça pourrait être une raison », a-t-elle suggéré. Une allusion claire à la tête de liste DLR dans la circonscription Est, Laure Ferrari, qui a été l’assistante parlementaire de Nigel Farage au Parlement européen. [...]

L’Express

Européennes. Michèle Rivasi (EELV) : «Ne votez pas FN. Choisissez une voie pour la vie» (Audio)

L’eurodéputée EELV et candidate aux Européennes 2014 dans la circonscription Sud-Est est l’invitée de Ca Jazz à Lyon.

Elle a évoqué le désintérêt des Lyonnais et des Français pour les Européennes, son travail à Bruxelles, sa campagne de proximité, le traité de libre échange transatlantique (TAFTA) et la poussée du Front National.

Audio :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

-On annonce un FN très haut, vous l’envisagez ?

Bien sûr que je l’envisage. […] mais je pense que le FN trompe les Français parce que un pays où on pousse au repli sur soi, à la fermeture des frontières, c’est un pays qui va dégringoler, qui va reculer […] Choisissez une voie pour la vie.

Lyon Mag

Gilbert Collard : « Pour qui se prend » Patrick Bruel ? (vidéo)

Le chanteur refuse de se produire dans des villes dirigées par le FN, mais Gilbert Collard « s’en fout ».

Patrick Bruel ne jouera plus à Fréjus, ni à Béziers, ni à Hénin-Beaumont, tant que ces villes seront dirigées par le FN. Mais le député du Rassemblement Bleu Marine, Gilbert Collard « s’en fout ».

« Mais pour qui il se prend ?« , demande l’élu du Gard, invité de CPolitique, sur France 5. « Tant mieux qu’il ne vienne pas, c’est ce qu’on appelle la liberté d’aller et venir et de repartir », s’agace-t-il.

« Et s’il croit qu’il prive beaucoup de monde, peut-être qu’il se trompe », ajoute le député.

Gilbert Collard estime que Patrick Bruel fait ainsi preuve de « mépris pour le suffrage ».

« Même si je peux comprendre que des électeurs désespérés répondent à un discours populiste, je ne veux pas me produire devant une institution dont je méprise l’idéologie », avait expliqué l’artiste pour justifier sa décision.

France Tv Info

Ce soir sur LCP : « Comme un coup de tonnerre », 21 avril 2002

Le 27 février 2002, Lionel Jospin, alors chef du gouvernement, annonçait officiellement sa candidature à l’élection présidentielle. L’émission Docs ad hoc (2oh30) revient sur l’élimination de Lionel Jospin par Jean-Marie Le Pen. Suivi de Grand Ecran « Le 21 avril, le traumatisme de la Vème République ? »

Une équipe de cinéastes a obtenu l’autorisation de suivre le candidat socialiste durant toute sa campagne, jusqu’au 5 mai 2002, date de l’élection de Jacques Chirac à la tête de l’État. Le 21 avril 2002, ils ont également assisté à la qualification au second tour de Jean-Marie Le Pen. Avec 17 % des voix, le candidat FN devançait Lionel Jospin de 1 %. À la suite de cet événement, Lionel Jospin décide de se retirer de la vie politique.

Imaginez juste, M. le Premier ministre, M. le candidat, que vous ne soyez pas au premier tour ? Vous votez pour qui ?
L. Jospin : Ah Ah Ah Ah !!! Non J’ai une imagination normale mais tempérée par la raison… (à 2 min 11s)

(Extrait de Extrait de «La Folie des Années 2000″ diffusé sur France 3 le 31 décembre 2010»)

programme-tv.

Rama Yade se présente en tant que force alternative à l’alternative FN (vidéo)

je suis partisan d’une véritable révolution démocratique, à savoir qu’on change les pratiques, qu’on change les hommes, qu’on diversifie les recrutements, qu’il y ait plus de femmes

je voudrais qu’on arrive finalement à sortir de l’uniformité de la classe politique


lien direct sur : VK
source : extrait on n’est pas couché – France 2 – 19 04 2014

Yvan Attal résume les 45 minutes d’interview de Rama Yade :

lien direct sur : VK