« Final exit tax » : Un impôt sur la mort en 2015

Face à la dette publique, qui atteint désormais 90 % du PIB, le gouvernement n’a pas d’autres choix que de lever de nouveaux impôts. Pour ne pas pénaliser l’économie, et face à des foyers asphyxiés, les pistes envisagées sont surprenantes

Suite et commentaires sur Fortune

Le Puy du Fou se dit « en danger de mort » à cause d’un projet gouvernemental sur les artistes amateurs

- « Le Puy du Fou est en danger de mort« . Le président du parc de loisir vendéen n’y va pas par quatre chemins pour dénoncer un futur texte gouvernemental.

Nicolas de Villiers, fils de Philippe de Villiers, rapporte que les ministères du Travail et de la Culture doivent présenter dans les prochaines semaines un projet de loi qui vise à encadrer très strictement le bénévolat. Il pourrait même être interdit pour certaines catégories de spectacles.

 

Europe 1 a dévoilé une partie du texte, intitulé « avant projet de loi sur la création artistique » (à lire en fin d’article). Selon la radio, « le gouvernement considère que les bénévoles participant à des spectacles vivants payants doivent être rémunérés puisqu’ils sont soumis au droit du travail« . Une réunion est prévue ce jeudi en fin d’après-midi au ministère de la Culture pour tenter de concilier les points de vue de nombreux acteurs du spectacle vivant.

(…) Huffington Post

Elections européennes/F N. A. Duhamel : «La plus grande catastrophe démocratique depuis 2002»

Pour Alain Duhamel le gouvernement de Jean-Marc Ayrault «est en train de mettre au point une recette spectaculaire : comment perdre des élections sans vraiment se fatiguer».

Marine Le Pen peut se frotter les mains : les partis de gouvernement font tout pour lui simplifier la tâche. L’UMP maraude aux confins de ses terres dès qu’il s’agit de questions de société, évidement au seul bénéfice du Front national.

Gouvernement et socialistes font bien pire : depuis des mois, avec une inventivité et une fertilité croissantes, ils accumulent les bourdes, les maladresses, les provocations irréfléchies, les initiatives calamiteuses, les formulations désastreuses comme s’ils avaient juré de porter l’extrême droite à la première place lors des élections européennes qui, de leur fait, risque de constituer la plus grande catastrophe démocratique depuis l’élection présidentielle de 2002.

Si au moins il s’agissait d’un écart accidentel, d’une gaffe isolée. Pas du tout : Matignon n’a fait qu’ajouter une bourde monumentale (qui déclenche aussitôt tous les ressorts de la xénophobie) à des bourdes déjà nombreuses et substantielles. Ainsi de la fiscalité : son alourdissement, commencé à la fin du gouvernement Fillon, plus que doublé par le gouvernement Ayrault, exaspère les Français. […]

Le mystère est de savoir pourquoi des dirigeants qui ne sont pas plus sots que les autres accumulent ainsi comme à plaisir les handicaps. Nul besoin d’être prophète pour en prédire la conséquence : chaque impair socialiste fait gravir une marche à Marine Le Pen.

Libération

Stéphane Bern critique la politique fiscale de François Hollande

« Le signal est très négatif. Je vois autour de moi plein de jeunes qui partent simplement parce qu’on leur dit « Si vous vous tuez à la tâche, cela ira à l’État et pas à vous »  »

« S’il y a des paradis fiscaux, c’est qu’il y a un enfer fiscal »

Gravigny. Débordé par les charges sociales, un plombier jette l’éponge.

C’est l’histoire d’un homme pressé, même débordé. Un plombier de Gravigny qui, malgré un carnet de commandes plein jusqu’en juillet prochain, s’apprête à se séparer de ses deux salariés et vendre sa petite entreprise. L’homme doit à l’Etat quelque 27 000 euros. Une somme dont il doit s’acquitter dans les deux semaines. Elle correspond au paiement de ses charges sociales, des charges dont il dénonce l’ampleur et que sa banque refuse de financer. Une situation préoccupante qui, selon la CAPEB, ressemble actuellement à celle de beaucoup d’artisans.

France 3 Haute Normandie

L’affaire Depardieu vue de Russie : Pas si fous ces Gaulois !

Par Alexandre Latsa

Beaucoup de Français l’ignorent, car leurs journalistes n’en parlent pas, mais rien qu’en 2010, ce sont plus de 4.500 Français qui ont pris la nationalité russe, selon le journaliste Youri Kovalenko qui a pris ce chiffre auprès de l’institut Eurostat.  [...]

La triste vérité est que la France est devenue un pays fiscalement étouffant, et aussi un pays à l’économie ralentie avec plus de 9 millions de personnes ne travaillant pas à temps plein, soit 30% de la population active, et que Depardieu ne fait que rejoindre les quelques millions de français déjà présents à l’étranger. Celui-ci n’est sans doute pas du reste parti pour des raisons uniquement fiscales, mais aussi pour fuir un climat politique et moral simplement détestable, et ne parlons pas du climat médiatique.

Mais quoi d’étonnant finalement à cela puisque nos élites poussent depuis des décennies à la création d’une Europe sans frontières, dans laquelle chacun est libre de s’installer et vivre ou il veut? La question que tout le monde se pose est désormais de savoir si l’on va assister à un exil de riches (et de moins riches) Gaulois vers la Russie de Poutine. [...]

Depardieu et Bardot contre les Femen et Pussy Riot? On peut se demander si la République y gagne au change ou si, par Toutatis, le ciel n’est pas simplement tombé sur la tête de certains journalistes, politiques et syndicalistes. Comme le relève très bien Jacques Sapir (ici et la): « la réalité russe s’avère, une fois de plus, bien différente des apparences. L’affaire Depardieu, en réactivant les fantasmes de toute nature ainsi que le fond antirusse d’une partie de la presse française, ne contribue pas à un examen objectif de cette réalité ».

Ria Novosti

75% : ces « pleureuses » qui ont fait le forcing auprès d’Hollande

La taxe annoncée sur les très hauts revenus est en passe de s’assouplir. Et pour cause… Les riches patrons ont fait le siège de l’Elysée pour la torpiller.

konk

François Hollande les a surnommés les « pleureuses ». C’est sa manière d’ironiser sur tous ces « riches » qui, depuis son élection, défilent en rangs serrés pour le dissuader de taxer les revenus de plus de 1 million d’euros par an à 75%. Ils le convient à déjeuner ou harcèlent ses amis, ses conseilleurs, ses ministres et ses camarades de la promotion Voltaire de l’ENA. Un enfer ! [...]

Le lobbying a été efficace. [...] La supertaxe de 75%, censée toucher 3.600 foyers et rapporter aux alentours de 600 millions d’euros par an, ne devrait finalement concerner qu’un millier de personnes pour une durée exceptionnelle de deux ans. Exonérés, les footballeurs et les artistes, au prétexte qu’ils sont des « créateurs » et que leurs gains sont « aléatoires ». A ce rythme-là, il faudra aussi exempter les notaires, les banquiers ou les avocats d’affaires qui ont des revenus irréguliers !

Il n’est sans doute pas aisé de résister aux pressions des riches. En public, leur discours reste policé. Ils parlent de « taxation punitive » ou d’« impôt confiscatoire » en faisant traîner le « oare », comme si cet adjectif était insuffisant à exprimer leur profonde douleur. Mais en privé, quelles outrances ! « Cette mesure est inique », s’étrangle le dirigeant d’une entreprise financière qui exige l’anonymat comme si les sans-culottes étaient déjà à sa porte, tandis qu’un autre lance, hystérique : « Les 75%, c’est du viol ! »

Plus sophistiqué, un éminent représentant de la classe dirigeante française a obtenu un franc succès dans les milieux fortunés en développant sa thèse d’une « seconde révocation de l’édit de Nantes ». « La décision de Louis XIV en 1685 d’interdire le protestantisme a eu des conséquences désastreuses sur l’économie française, explique-t-il très sérieusement au « Nouvel Observateur ». Les horlogers sont partis à Genève, d’autres artisans qualifiés à Berlin ou à Amsterdam. Et la moitié des officiers de la marine royale a choisi l’Angleterre ! Voilà ce que l’on risque avec ce type de fiscalité. » C’est donc ainsi que les riches perçoivent François Hollande… Un roi idéologue pourchassant les millionnaires comme Louis XIV réprimait les huguenots. Car les riches, cela va sans dire, se considèrent comme une minorité opprimée, victimes d’une nouvelle guerre des religions ! [...]

Le Nouvel Obs’

Le Mississippi prêt à accueillir les Français surtaxés

L’ancien gouverneur du Mississippi s’est dit prêt mercredi à dérouler le «tapis rouge» aux gros contribuables français voulant éviter l’augmentation des impôts promise par François Hollande.

Haley Barbour, ancien gouverneur du Mississippi, État le plus pauvre d’Amérique, rêve d’accueillir de riches français écœurés par les hausses d’impôts. La décision de François Hollande de taxer jusqu’à 75% les revenus supérieurs à un million d’euros lui donne une idée. «Je me demande si nous, les Barbour, ne devrions pas lancer une affaire dont l’objectif serait d’attirer dans le Mississippi les Français riches, et les entreprises françaises qui réussissent» déclare-t-il dans un entretien accordé au magazine Foreign Policy. Cet ancien président du Parti républicain, redevenu «lobbyiste» aujourd’hui, est connu pour son hostilité à toute hausse d’impôts. Il prône avant tout une réduction des dépenses publiques et une déréglementation de l’économie. Mais il est également fier de ses ancêtres français. [...]

Le Figaro

Michel Sapin «réfléchit» à l’idée de Nicolas Sarkozy d’un impôt sur la nationalité

Nicolas Sarkozy l’avait proposé, le gouvernement Hollande le réalisera peut-être. Le ministre du Travail Michel Sapin, invité de la télévision suisse RTS, a annoncé qu’il réfléchissait à l’idée d’un impôt sur la nationalité.

«C’est une des pistes, il faut que nous le fassions dans la cadre européen lorsque nous sommes au sein de l’Union européenne et dans le cadre des conventions internationales. Cela demande dans certains cas des renégociations de ces conventions fiscales» à déclaré le ministre français, sans pour autant en dire plus sur le fonctionnement d’un tel impôt.

L’idée d’un impôt lié à la nationalité a déjà été proposée. Nicolas Sarkozy l’avait en effet défendue le 12 mars sur TF1. La proposition : cibler les exilés fiscaux dont il jugeait la pratique «particulièrement scandaleuse». Il avait alors expliqué que «tout exilé fiscal qui est parti à l’étranger dans le seul but d’échapper à l’impôt français devra déclarer à l’administration française ce qu’il a payé comme impôt à l’étranger. Et si c’est inférieur à ce qu’il aurait payé sur ses revenus de son capital en France, on lui fera payer la différence».

atlantico

François Hollande, un patrimoine juste sous l’ISF grâce à sa réforme de la fiscalité

Le président de la République nouvellement élu déclare un patrimoine de 1,17 million d’euros, sous le seuil de 1,3 million déclenchant le paiement de l’impôt de solidarité sur la fortune. Sa réforme de la fiscalité devrait l’épargner. [...]

Le Figaro