Nîmes : l’affaire des images racistes [sur FB] provoque toujours le malaise au sein de Tango

Deux employés avaient été jugés pour les avoir diffusées. Des salariés musulmans pointent l’ambiguïté de la CGT.

Article 12. Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes. Article 19. Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

L’affaire des images racistes diffusées en juin 2013 sur Facebook par deux salariés des Transports en commun nîmois (TCN) qui leur a valu de passer à la barre du tribunal correctionnel de Nîmes, le 11 avril dernier (délibéré le 19 mai), a suscité une vive émotion parmi une partie des employés musulmans de la société détenue par le groupe Kéolis.

Trois d’entre eux ont notamment contesté la position de la trentaine de salariés des TCN venus soutenir lors de l’audience les deux prévenus tout comme les propos de l’élu CGT Serge Lantin.

Des salariés musulmans de TCN Emmanuel Fève, Abdelfettah Bouarfa et Mohammed Sarhdaoui forment ce trio qui monte au créneau. Ils sont à l’origine de la dénonciation de la mise en ligne sur les réseaux sociaux d’images offensantes pour les musulmans. « Nous ne sommes pas des gens mal intentionnés contrairement à ce que nous avons pu lire, ni des personnes qui instrumentalisent cette affaire. Les caricatures étaient très insultantes pour les musulmans et la vidéo aussi avec ces missiles envoyés sur quatre personnes qui attendaient un bus à l’arrêt du Chemin-Bas. Nous avions soumis cela à l’époque la direction qui avait cherché à calmer le jeu. »

Les salariés musulmans estiment qu’ils ont affiché un comportement responsable quand l’affaire est sortie en calmant les esprits dans les quartiers nîmois populaires « et même dans les mosquées. Pourquoi certains mettent alors de l’huile sur le feu au tribunal ?« , s’interroge Emmanuel Fève.

Bien que le leader de la CGT Serge Lantin ait condamné les actes des deux salariés lors de l’audience du 11 avril, Emmanuel Fève considère que la position de ce syndicat, dont il a fait parti avant de rejoindre l’Unsa, est ambiguë puisque le soutien aux prévenus a été également affiché.

Pourtant, ces attaques contre la communauté musulmane ne correspondent pas du tout à la position de la CGT qui a pris au niveau national et ce depuis plusieurs mois, position contre le racisme.

La CGT distribue d’ailleurs dans les entreprises gardoises un quatre-feuilles explicatif, « mais ça reste compliqué d’aborder ces sujets de société dans un contexte très tendu au niveau économique et des conditions de travail. Tout ça reste un peu tabou », indique Freddy Bauducco, secrétaire de l’Union départementale CGT qui ne veut pas commenter l’affaire des TCN.

On sait juste que cette dernière alimente les débats au sein du syndicat. De leur côté, les salariés musulmans des TCN veulent aller plus loin dans leur démarche et demandent à la direction d’appliquer la charte d’éthique. Ils souhaitent qu’il n’y ait aucune discrimination au sein de l’entreprise et annoncent une vigilance accrue de leur part.

Midi libre, merci à antibarbare

Belgique : un criminel recherché se moque de la police (photo)

Un criminel recherché qui vient d’échapper à une grosse opération mise en oeuvre par la police pour procéder à son arrestation en a remis une couche sur Facebook en se moquant ouvertement des policiers qui l’ont manqué.

Hebergeur d'image

Nabil Zammouri

« Fuck You popo. Apprenez à nager et ouvrez mieux les yeux », a déclaré sur sa page Facebook Nabil Zammouri, un jeune homme de 26 ans résidant à Maaseik et recherché depuis un certain temps par la police locale après avoir enfreint les règles de sa liberté conditionnelle. Nabil Zammouri avait été condamné pour extorsion, menaces et coups et blessures. [...]

7sur7

« vK », le Facebook russe, poursuivi par les majors de la musique

Trois plaintes viennent d’être déposées en Russie par les majors de la musique à l’encontre du réseau social vKontakte (vK). Ce site, accusé d’être une véritable plateforme de téléchargement direct et de streaming illicites, est dans le collimateur des principales organisations d’ayants droit depuis plusieurs années déjà.

C’est une action d’envergure et préparée depuis « des mois » que vient de lancer la Fédération internationale de l’industrie phonographique (IFPI), le bras armé des plus importantes maisons de disques au monde (Universal, Warner, EMI,…), à l’encontre de vKontakte. Et pour cause. L’organisation considère que le « Facebook russe », qui revendique pas moins de 100 millions d’utilisateurs actifs de par le monde, propose des outils facilitant délibérément le piratage massif de chansons protégées, le but étant bien entendu d’y gagner en popularité.

« Cette société exploite en violation du droit d’auteur un service de musique comprenant une bibliothèque immense de titres stockés sur son site Internet. Elle fournit un accès illimité à ce répertoire, ce qui permet à ses dizaines de millions d’utilisateurs de rechercher et d’écouter de la musique en streaming » affirme l’IFPI. En clair, le puissant lobby accuse le réseau social de permettre aux internautes d’uploader de la musique sur ses serveurs, pour que les titres ainsi téléchargés soient ensuite mis à la disposition de l’ensemble de ses utilisateurs, qui peuvent y accéder grâce à une simple recherche.

Du coup, l’organisation a annoncé hier le dépôt de trois plaintes distinctes devant les tribunaux russes. Si l’IFPI coordonne ces poursuites, ce sont cependant trois maisons de disques qui en portent officiellement les couleurs (Sony Music Russie, Universal Music Russie et Warner Music UK). L’objectif est ainsi d’obtenir :

- Le retrait des titres mis à disposition en violation du droit d’auteur,
- 50 millions de roubles de dommages et intérêts (soit environ 1,02 million d’euros),
- La mise en place de mesures visant à empêcher la mise à disposition, à l’avenir, de titres appartenant aux catalogues des plaignants (tel qu’un système de détection d’empreintes par exemple).

Ces poursuites à l’encontre de vKontakte ne sont guère surprenantes. Depuis plusieurs années, les majors de la musique ou du cinéma pointent régulièrement du doigt le réseau social, qu’ils considèrent comme une véritable plateforme de téléchargement direct et de streaming. En février dernier, le Facebook russe s’est ainsi retrouvé pour la quatrième année consécutive sur la « liste noire » réalisée chaque année par les États-Unis s’agissant des sites de piratage.

PC Inpact

Angleterre: un conseiller du groupe conservateur exclu de son parti pour avoir comparé une jeune fille portant la burqa à un sac poubelle

Un conseiller du groupe conservateur a été exclu de son parti pour avoir comparé via Facebook des enfants portants la burqa à des sacs poubelle.

Chris Joannides , conseiller de Enfield , a été mis au ban de son parti pour 12 mois suite à une photo postée sur son Facebook montrant une femme et une enfant habillées en tenue traditionnelle musulmane debout entre deux sacs à gravas.

La légende de la photo indique  » Quand je l’ai vu se tenant debout là-bas je lui ai dit qu’elle avait trois beaux enfants. Elle n’avait aucune raison d’être en colère contre moi et de me menacer. C’était juste une erreur regrettable d’interprétation de ma part »

Le conseiller des Tories affirme néanmoins que ce n’est pas lui qui a composé la légende sous la photo mais un ami à lui qui a « partagé » la photo. Mr Chris Joannides a au contraire supprimé la photo de sa page Facebook.

Daily Mail

En plus de « homme » ou « femme », Facebook propose désormais : « transexuel » ou « intersexuel » (màj vidéo)

Addendum

Ce résultat est le fruit de discussions avec des associations LGBT de défense des droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenre. Cela permis d’ajouter des options à la catégorie « sexe ». Il y aura désormais une case « personnalisé » avec possibilité de choisir parmi une cinquantaine de propositions dont transsexuel, bisexuel, intersexuel… et même « s’interroge sur son genre ». [...]

TF1 News

_________________________________

Les abonnés anglophones de Facebook ne seront plus seulement limités à « homme » ou « femme » pour renseigner leur genre, a annoncé le réseau social en ligne qui a ajouté de nouvelles options comme « transsexuel » ou encore « intersexuel ».

Outre le genre, les abonnés ont aussi la possibilité de choisir le pronom personnel par lequel ils voudraient être interpellés dans les posts.

A côté des classiques « lui/il » et « elle », il y aura désormais « on », jugé plus neutre. [...]

Morandini

Nombre d’abonnés sur Facebook : le « Parti Anti Sioniste » n°1 des partis politiques (màj)

Méthodologie des classements :

Les classements de la Web politique (pour les partis politiques) du Journal Elus 2.0 mesurent la popularité des partis politiques sur la base du nombre d’abonnés à leurs pages Facebook (fans) et à leurs comptes Twitter (followers).

source et classement complet : www.elus20.fr

 

Le classement sur facebook en nombre d’abonnés :

 

Le classement sur Twitter en nombre de followers :

Un hôpital sous pression après des commentaires sur Facebook ? (màj)

Màj : Plusieurs profils Facebook proposant d’appeler l’hôpital pour se plaindre : exemple et suite à de nombreux appels, un message d’accueil condamnant les propos de la patiente à été mis en place sur son standard.

________________

L’incident, dont la victime est une patiente musulmane, provoque un vif émoi sur les réseaux sociaux. Une manifestation est annoncée ce soir devant le CHU.

La patiente d’une chambre de l’hôpital Saint-Eloi passablement incommodée par sa voisine a décidé de partager son mécontentement sur son compte personnel Facebook. En plusieurs commentaires, agrémentés d’une photo, elle insiste sur les désagréments provoqués, selon elle, par la pratique religieuse de sa voisine musulmane dans leur chambre commune. Ce qui a provoqué plusieurs réactions à caractère clairement discriminatoire qui se sont greffés à ses commentaires. (…)

Midi Libre

Piratage du compte facebook d’un candidat FN ?

[Alors que Marine Le Pen avait demandé à ses représentants d'être vigilants sur les réseaux sociaux, le Nouvel Obs vient de faire paraître la demande d'un élu UMP demandant à Marine Le Pen de condamner les positions d'un de ses candidats. Il est à noter que la page incriminée est très "propre jusqu'au 12 août 2013 avant de changer de ton brutalement à partir du 26 août. Le compte a t-il été piraté ?]

Gérald Darmanin, député UMP, a écrit mardi 3 septembre à Marine Le Pen pour lui demander de faire cesser les « images » et les « propos » incitant à « la haine raciale » diffusées sur la page Facebook d’un futur candidat aux municipales dans le Nord.

« François Chatelain affiche publiquement sur sa page Facebook des propos et des images incitant à la haine raciale, à l’antisémitisme et à la xénophobie », écrit Gérald Darmanin dans un courrier communiqué à la presse.

« Il vous appartient, en tant que présidente du Front national, de faire cesser dans les plus brefs délais ce comportement inacceptable de la part d’un de vos candidats, qui non seulement est investi par votre parti, mais qui s’en revendique et s’affiche publiquement en votre présence », a-t-il ajouté.

« Ici c’est la France »

Sur la page Facebook de l’intéressé, une photo de profil représentant un drapeau israélien en train de brûler, avec la mention « Ici c’est la France ! ». La page Facebook, qui compte 701 abonnés, est à distinguer de sa page de profil personnelle, où François Chatelain utilise également une illustration de drapeau israélien en flammes pour sa photo de couverture, publique.

Sur sa page Facebook, François Chatelain partage un montage réalisé par « Résistance Républicaine (Page Officielle) », faisant la différence entre « bon islamiste » et « mauvais islamiste » sous des photos de personnes une arme à la main. « Les médias créent l’opinion publique », affirme la légende.

Le Nouvel Obs

Roubaix : des enfants incités à regarder du porno

Deux animateurs du service jeunesse de la ville de Roubaix ont été placés en garde à vue, mercredi, rapporte Nordéclair. Ils sont poursuivis pour avoir incité des mineurs dont ils s’occupaient à consulter une page Facebook contenant des images pornographiques.

C’est durant la pause déjeuner que les deux animateurs, qui ont reconnu les faits en tentant de les minimiser, ont demandé à des enfants de primaire de consulter un profil Facebook. C’est une fois rentrés à la maison que les enfants ont consulté la fameuse page. [...]

Le Figaro

Doubs : Il met en ligne une vidéo porno de son ex sur Facebook pour se venger

L’amour conduit à tous les excès, à toutes les folies. Et un homme délaissé peut s’égarer et patauger dans les comportements les plus inqualifiables.

Ce fut le cas de Rachid. De son amour avec sa belle blonde sont nés quatre enfants. Quand elle décide de le quitter, il est anéanti et plonge en pleine dépression.

En plein marasme, il songe à nuire à son ex par quelque moyen que ce soit. Il utilise alors les photos, prises à Bart, de sa belle alanguie, nue, et cette torride vidéo où sa dame lui prodiguait quelques faveurs. Classées X ! Il expédie le tout sur la page Facebook du nouveau compagnon de sa femme.

Devant les gendarmes, cet homme aujourd’hui âgé de 41 ans, avoue avoir agi dans le but, classique, de faire voler en éclats le nouveau couple et, accessoirement, récupérer sa bien aimée. À la suite de cette histoire, cette dernière avait l’estomac noué. Elle ne mangeait plus. Elle a fait de l’eczéma…

Le tribunal a… relaxé l’amoureux éconduit, estimant, d’une part, que l’abus de confiance ne tenait pas la route, pas plus que la requalification. Le parquet avait demandé une condamnation pour « l’atteinte à l’intimité de la vie d’autrui en captant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de leur auteur […] l’image d’une personne se trouvant dans un lieu privé ».

Le Progrès