Tentative d’évasion d’un trafiquant creillois en Belgique

Un commando armé de quatre hommes a tenté hier de pénétrer dans la prison de Saint-Gilles, en Belgique. Selon une source proche de l’enquête, le commando aurait tenté de faire évader Mohamed Benabdelhak, l’un des plus gros trafiquants de drogue de l’Oise. « Une enquête est en cours », a assuré de son côté le parquet du procureur du Roi, à Bruxelles, qui n’a cependant pas démenti l’information.

Hier soir, peu après 20 heures, une voiture tente d’entrer dans le bâtiment en se faisant passer pour un véhicule de police. En vain. Le commando enfonce finalement la porte de la prison en fonçant dessus avec une camionnette. Bloqués au niveau du sas de sécurité, ils tentent alors d’ouvrir la porte de sécurité en tirant dessus à l’arme lourde. Là encore, la tentative échoue. Ils prennent alors en otage une infirmière, avant de prendre la fuite à bord d’une voiture et de la camionnette.

Une course-poursuite commence entre les fuyards et la police belge. Des tirs nourris sont échangés. Craignant une balle perdue, les policiers laissent finalement les deux véhicules filer. Un peu plus tard dans la soirée, la voiture, une Volkswagen Golf, est retrouvée incendiée à Waterloo (Belgique). La camionnette, qui a subi le même sort, est localisée dans la région bruxelloise. Les auteurs sont quant à eux toujours en fuite et restent pour l’heure introuvables.

Arrêté fin janvier en Belgique, Mohamed Benabdelhak, 34 ans, condamné une première fois en 2005 pour trafic de stupéfiants, avait été interpellé après six ans de cavale. Ce trafiquant bien connu des services de police français s’était en effet évadé en novembre 2008 lors d’un transfert : à l’entrée de Beauvais (Oise), la voiture de gendarmerie qui le transportait avait été percutée par une mini Cooper. Un commando de six hommes armés de Kalachnikov l’avait alors libéré. Il devrait bientôt être extradé vers la France.

Le Parisien

Meaux (77). Accusé de tentative de meurtre, il s’évade du commissariat et vole une voiture de la mairie

Incroyable ! Aujourd’hui à 14 h 25, un homme de 25 ans originaire d’Etampes (Essonne), actuellement en détention à la prison de Meaux-Chauconin pour une tentative de meurtre, s’est fait la belle alors qu’il se trouvait en garde à vue au commissariat de Meaux. Le gardé à vue, déjà condamné pour une évasion, a profité d’un moment de confusion pour s’échapper de l’hôtel de police. Une fois dehors, il a volé une voiture de la mairie de Meaux garée sur le parking des services municipaux voisins du commissariat.

(…) Le Parisien

4 clandestins s’évadent du centre de rétention de Palaiseau : un Marocain, deux Algériens, un Malien

Quatre clandestins se sont évadés du centre de rétention administrative de Palaiseau (Essonne), ce vendredi. L’un d’eux a été repris.

Quatre hommes en situation irrégulière se sont évadés vers 13h25 du centre de rétention administrative de Palaiseau (Essonne), dont l’un a été repris.

Les fugitifs, un Marocain et deux Algériens, auraient scié les barreaux d’une fenêtre située au premier étage du bâtiment ouvert depuis 2005. Le quatrième fuyard, de nationalité malienne, s’est blessé en sautant et a été immédiatement interpellé par la Police aux frontières (PAF) chargée du centre.

Ces faits surviennent une semaine après l’évasion de 11 étrangers du centre de rétention administrative (CRA) du Bois de Vincennes à Paris dans la nuit de vendredi à samedi.

Le CRA de Palaiseau avait déjà été l’objet d’une évasion, le 16 décembre 2012. Deux Tunisiens, un Algérien et un Roumain sans papiers s’étaient alors enfuis. Lors de cette évasion, deux fonctionnaires de police avaient été frappés par un cinquième homme qui n’était pas parvenu à prendre la fuite. Celui-ci avait été condamné à deux ans de prison.

Rappelant ces faits, le syndicat policier Alliance a denoncé dans un communiqué, vendredi, un « manque cruel d’effectifs » et demandé « un renfort immédiat de 20 gardiens de la paix pour ce service ».

Le centre de rétention de Palaiseau accueille uniquement des hommes. Il a une capacité maximale de 40 places. 750 étrangers en situation irrégulière y ont été retenus en 2011, surtout des Roumains, des Tunisiens et des Marocains. Sa particularité est d’être situé près de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, de sorte qu’il reçoit de nombreux sortants de prison visés par une interdiction du territoire.

Rénové en 2011, il est entouré d’un grillage de 4,5 mètres de hauteur, de détecteurs de mouvement et de caméras de surveillance.

AFP

il y a 1 semaine : Vincennes (94). 11 étrangers en situation irrégulière s’évadent du centre de rétention (1/09/20133)

On notera, qu’à cette heure, seul RTL emploie le mot « clandestin »  pour cette même dépêche AFP :

Des clandestins s’évadent du centre de rétention de Palaiseau (RTL)

Palaiseau : trois sans-papiers s’échappent du centre de rétention (Le Parisien)

Essonne: trois sans-papiers s’évadent du centre de rétention de Palaiseau (BFMTV)

Trois sans papiers s’évadent du centre de rétention de Palaiseau (91) (France 3)

Vincennes (94). 11 étrangers en situation irrégulière s’évadent du centre de rétention

Onze étrangers en situation irrégulière se sont échappés dans la nuit de vendredi à samedi, du centre de rétention (CRA) de Vincennes (Val de Marne).

Il était aux alentours de deux heures du matin lorsque ces retenus – le terme officiel – ont scié le grillage de la zone numéro 3 du CRA avec une scie à métaux, avant de se disperser dans le bois attenant.

[...] En 2008, un incendie provoqué par des retenus avait ravagé une partie de la structure, reconstruite par la suite.

Les incendiaires entendaient alors protester contre le décès d’un Tunisien à l’intérieur du centre. Fin 2010, sept sans-papiers s’étaient déjà échappés du CRA de Vincennes, dont cinq avaient été rapidement repris.

Le Parisien
(Merci à Zatch/BobbyW)

Où est Mohamed Elhajjioui, le deuxième évadé de la prison de Sequedin ?

[...] À présent, une source proche de l’enquête nous confie que « c’est une question de mois et de semaines ». Le problème étant que l’évadé a désormais quitté le territoire national.

Après avoir nargué les policiers à sa recherche en se baladant dans le centre-ville de Lille, il se trouve actuellement, toujours d’après la même source, dans un pays du Maghreb où il a de la famille.

Il serait vraisemblablement parti en voiture, puis en bateau, afin d’échapper aux contrôles.

Le soir de la « belle », un hélicoptère de gendarmerie, qui coûte quelque 3 000 € de l’heure, avait quadrillé la zone, sans succès. Sans compter les moyens de gendarmerie et de police engagés pour rechercher le fugitif…

Aujourd’hui, les recherches sont toujours en cours, et autant de fonctionnaires de la PJ y sont affectés. Sauf que cela se complique. Étant hors de l’Union européenne, les policiers lillois sont obligés de passer par le ministère de la Justice pour toutes les démarches. Et seule la police de là-bas peut l’appréhender.

La Voix du Nord
(Merci à BobbyW)

Nouvelle évasion à Sequedin (59). le fugitif Mohamed Elhajjioui se « promène au soleil » à Lille

Son grand frère affirme l’avoir rencontré ce mercredi midi. Selon la Voix du Nord, il aurait l’intention de se rendre à la rentrée.

Mohamed Elhajjioui est toujours en cavale. Ce détenu âgé de 31 ans et originaire de la région avait échappé à la vigilance de deux policiers, mardi après-midi, devant la maison d’arrêt de Sequedin, où a eu lieu la spectaculaire évasion de Redoine Faïd en avril dernier. Il s’est enfui à pied, menottes aux poignets.

Ce multirécidiviste, qui s’était déjà évadé de la prison de Loos en 2007, devait être entendu pour une affaire de trafic de stupéfiants. [...]

Selon la Voix du Nord, le fugitif a été aperçu mardi soir dans une cité d’Hallennes-lez-Haubourdin et mercredi à Lille.

Dans une interview accordée au quotidien, son frère âgé de 32 ans explique s’être « promené au soleil, mercredi midi, en plein centre-ville de Lille. »

« Il m’a dit : je fais mes vacances, je rentre en prison à la rentrée. J’aurais fait la même chose, c’est tentant », a-t-il déclaré, non sans ajouter : « Vous savez, on se débrouille. On n’a pas de leçons à recevoir d’un gouvernement qui fait du trafic d’armes. »

MetroNews

St-Girons (09). Un « jeune » détenu s’échappe du service psychiatrique de l’hôpital

Il était 15 h 30, hier, quand un détenu de 18 ans de la maison d’arrêt de Foix, hospitalisé en psychiatrie au centre hospitalier Ariège-Couserans, s’est échappé. Un complice l’attendait, semble-t-il, non loin avec une voiture.

Les deux hommes ont aussitôt pris la fuite à bord de leur véhicule en direction de la Haute-Garonne toute proche. [...]

La Dépêche

Mantes-la-Jolie (78). un gardé à vue s’évade de l’hôpital

Un homme de 29 ans a réussi à s’échapper lors de sa garde à vue ce dimanche vers 16 heures alors qu’il se trouvait à l’hôpital de Mantes-la-Jolie (Yvelines) pour un contrôle médical de routine.

Conduit dans l’établissement hospitalier pour la traditionnelle visite médicale inhérente à son placement en garde à vue, l’individu a profité de l’instant où ses menottes lui ont été retirées pour violemment bousculer le médecin et le policier qui le gardait et s’enfuir.

Des recherches ont été entreprises avec le soutien de chiens pisteurs mais elles se sont révélées infructueuses. Elles ont été abandonnées aux alentours de 18 h 30.

L’homme avait été arrêté à midi avec 20 barrettes de cannabis sur lui. Les policiers avaient découvert un kilo du même stupéfiant à son domicile.

Le Parisien

Evasion en plein tribunal à Meaux (77)

Il venait d’être condamné à cinq ans de prison ferme. Ce mercredi en fin d’après-midi, un homme de 32 ans , qui comparaissait devant le tribunal correctionnel de Meaux pour une affaire de vol à main armée et séquestration en 2006, a réussi à s’évader des geôles du tribunal. A 19 h 30, le fugitif était toujours introuvable.

(…) le Parisien

Meaux : deux détenus s’évadent à vélo lors d’une activité extérieure

Deux détenus de la prison de Meaux-Chauconin (Seine-et-Marne) se sont évadés à vélo lundi lors d’une activité à l’extérieur de l’établissement, a-t-on appris de sources concordantes, confirmant une information du Parisien.

Les deux détenus, dont l’un purgeait «une peine relativement conséquente», ont «pris la fuite à vélo», a expliqué une source judiciaire. Ils pratiquaient «une activité extérieure» lorsqu’ils se sont évadés, a ajouté cette source.

«Ils sont partis à 08H30 et en fin de matinée, ils manquaient à l’appel. Ils seraient partis sans prévenir, ce qui est considéré comme une évasion», a ajouté Gérald Ferjul, représentant syndical Ufap-Unsa Justice. [...]

«Cette activité était uniquement encadrée par le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP), sans présence de personnels de surveillance», a précisé M. Deruelle dans un communiqué.

Le SPIP est un service de l’administration pénitentiaire chargé notamment de la réinsertion sociale des détenus, afin de prévenir la récidive. Il intervient non seulement au sein des établissements pénitentiaires, mais aussi en dehors de ces établissements. [...]

Libération

Merci à Backterix

Sequedin : Redoine Faid s’évade à l’aide d’explosifs fournis par sa femme

16.04.2013:
Evasion de Faïd : Valls pointe une « faille » et contredit Taubira

« On peut appeler ça une faille, sans aucun doute. Car si on peut faire entrer un explosif et une arme dans une prison, c’est qu’il y a un problème et Christiane Taubira est en train d’examiner les réponses qu’il faut apporter à ce problème », a déclaré le ministre de l’Intérieur sur RTL.

Samedi, lors d’un point-presse devant la prison, la ministre de la Justice avait refusé de reconnaître une telle faille. « L’administration étant confrontée à ça, les surveillants et les personnels sont confrontés à ça tous les jours, on ne peut pas dire qu’il y a une faille parce que si on dit qu’il y a une faille, on dit que c’est la faute de qui, la faille ? », avait-elle déclaré. [...]

Le Nouvel Obs

15.04.2013

Le monde pénitentiaire excédé par ces évasions d’une rare violence et qui se répètent :

Dans un communiqué de soutien aux surveillants de Sequedin, le syndicat FO de la maison centrale de Moulins-Yzeure a réagi s’en prenant violemment à la politique du garde des Sceaux, Christine Taubira, accusée de « victimiser les détenus ». Le syndicat dénonce que rien n’a été fait depuis l’évasion de 2009 à Moulins-Yzeure en matière de sécurisation des prisons. FO Moulins tient à dénoncer « que cette administration préfère baisser son pantalon devant les voyous au lieu de donner des moyens aux personnels »

Rappel :
15 février 2009, à la centrale de Moulins-Yzeure :
Il est 16 heures. Christophe Khider et Omar Top El Hadj viennent de prendre en otage deux surveillants dans le parloir famille, en présence notamment d’enfants. Les deux détenus font exploser les portes de la prison.

France3 Auvergne

—————————-

14.04.2013

Redoine Faïd, « braqueur des cités », s’était perfectionné en Israël  

Tsahal Hold-Up. L’homme qui s’est évadé samedi de prison pourrait tenter de se réfugier en Israël, pays dans lequel il a des attaches. Révélations.

Oumma.com


Redoine Faïd: Un braqueur érigé en mythe dans son quartier d’origine



Le malfrat en cavale est présenté comme un héros par des jeunes de la cité de Creil (Oise) où il a grandi…

«Un loup en fuite», un «guerrier», «un héros», «un mythe»… Les qualificatifs élogieux ne manquaient pas dimanche dans le quartier d’origine de Redoine Faïd pour décrire le braqueur de 40 ans en cavale depuis samedi matin. Rue Guynemer, à Creil (Oise), où il avait emménagé avec sa famille en 1975 dans un appartement HLM de 120 m2, le malfrat qui se disait repenti est érigé en véritable figure du quartier [...]

20 minutes

Lire la suite

26 ans et 22 condamnations, il s’évade du palais de justice de Grenoble

Vingt-six ans et vingt-deux condamnations inscrites sur son casier judiciaire. L’homme que les policiers grenoblois sont allés chercher hier vers 6 h 30 à son domicile à Saint-Martin-le-Vinoux, connaît bien le palais de justice de Grenoble. Pour y avoir souvent été jugé, principalement pour des faits d’escroquerie à la carte bancaire.

[...]Le jeune homme purgeant en effet actuellement, selon nos informations, plusieurs peines sous le régime du placement sous surveillance électronique.

Mais une fois arrivé au palais de justice, le jeune Isérois a décidé de ne pas rencontrer le juge…

En effet, lorsque la voiture de police dans laquelle il était assis s’est engouffrée dans l’une des rampes d’accès aux souricières du palais de justice, l’homme aurait réussi à ouvrir une portière avant de sortir du véhicule au nez et à la barbe des fonctionnaires de police. [...]

Le Dauphiné Libéré