Grande-Bretagne : Les Blancs pauvres, une minorité ethnique

Vingt ans après une première étude sur les résultats scolaires des enfants pauvres dans le système éducatif, le dernier rapport du Bureau de l’inspection de l’Éducation nationale britannique (Ofsted), intitulé « Unseen Children » Enfants invisibles »), jette à nouveau un pavé dans la mare. Aujourd’hui, et contrairement aux années 80-90, les enfants pauvres des grandes villes, majoritairement issus des minorités ethniques, s’en tirent de mieux en mieux.

Suite et commentaires sur Fortune

Citations du Bac 2013

, correcteur de 71 copies de l’épreuve d’histoire-géographie du baccalauréat 2013, a relevé quelques passages qui nous incitent à plus de «liberté conceptuelle», à davantage d’imagination, à nous affranchir des carcans traditionnels du «savoir préconstruit». (Orthographe et syntaxe d’origine).

- «Les crises pétrolières ont eu pour but premier de forcer les gouvernements internationaux à intervenir en Iran pour “chasser” les musulmans et restituer leurs terres aux palestinniens.»

- «Grace à la montée de l’islamisme qui sont austère au politique occidentaux, cette austerité atteind son paroxisme le 11 septembre 2011 lors de l’attentat contre les états unis sur les deux tours jumelles du world trade senteur.»

Suite et commentaires sur Fortune

Harcèlement sexuel : à Bordeaux, plus d’1 femme sur 4 se dit victime

Un rapport sur la situation des femmes au travail accable la communauté urbaine de Bordeaux (CUB). Cette étude, révélée par « 20 Minutes », montre que plus d’une femme sur quatre, au moins une fois dans sa carrière, a été victime d’actes sexistes, et que 18% des femmes qui y sont salariées ont été « harcelées ». [...]

Yves Raibaud, géographe à l’université Bordeaux 3, qui dirige ce rapport commandé par la CUB et qui traite des inégalités femmes-hommes, explique dans le quotidien que « ce phénomène ignoré et invisible » est comparable à d’autres enquêtes, menées ailleurs en France : « En Seine-Saint-Denis, 45% des salariées ont entendu des blagues sexistes et 13% subi des attitudes insistantes ou gênantes », confie-t-il. [...]

Elle

Merci à chris3818919

Omar Sy est le voisin dont rêvent les Français

Une étude française vient de révéler quelles sont les stars françaises que les français aimeraient avoir comme voisin. Le résultat est surprenant.

« Mon voisin est une star ». Ce pourrait être le titre d’un article d’un tabloïd mais c’est également ce dont rêvent certains internautes français.

Un sondage commandé par Yakaz, « le premier réseau des voisins » réalisé auprès de 4279 internautes français vient de paraître :

il révèle que les internautes français interrogés rêvent d’avoir certaines stars françaises comme Omar Sy en tant que voisin. [...]

Dans ce top 5 des personnalités « dont personne ne veut », figurent Joey Starr, le chanteur britannique Pete Doherty, Patrick Sebastien (« le plus grand cabaret du monde sur le palier d’en face », très peu pour les eux) ainsi que Gérard Depardieu. Et c’est Paris Hilton, la starlette américaine qui achève de compléter ce classement des « stars dont personne ne veut ». Plus surprenant, les personnes interrogées n’aimeraient pas du tout croiser Michel Drucker dans leur cage d’escalier. [...]

MetroFrance
——————————
Relire :
En Angleterre, les Blancs fuient les centres-villes… et en France ?
- Les bobos fuient la «mixité sociale»
Christophe Guilluy : « La fable de la mixité urbaine »
- Grande-Bretagne : une mère de famille ose dire la vérité sur l’immigration en direct sur la BBC

Belgique. Etude sur la jeunesse d’origine étrangère : entre injustices et théories du complot

Quelles sont les conséquences sur la personnalité et les actes de ceux qui sont victimes de racisme : une publication bruxelloise s’est partiellement donné pour objectif de répondre à la question. Un portrait de la jeunesse d’origine étrangère y apparaît, entre sentiment d’injustice et colère.

L’étude publiée par Jacinthe Mazzocchetti pour la revue scientifique Brussels Studies s’attache à essayer de comprendre le quotidien de ces jeunes que beaucoup appellent « allochtones ». Le terme est  vague, et ne peut caractériser une population qui, rappelle l’auteure, représente une grande partie des habitants de la capitale.

L’anthropologue a interrogé des jeunes Bruxellois de 12 à 22 ans, habitant dans des endroits précarisés de la ville. La description de leur quartier, de leur école, de leur quotidien, mais aussi leurs interprétations des évènements de leur vie ont été prises en compte dans des entretiens et des observations.

[...] Mais il n’y a pas que les lieux dans lesquels ils vivent qui les discriminent : ces jeunes-là sont l’objet de réactions négatives bien réelles. Racisme à cause de leur  »couleur », de leurs origines ou de leur religion : les médias sont souvent à l’origine d’amalgames, et les faits rapportés à leur propos sont souvent négatifs, parfois compatissants, souligne l’auteure.

Ils sont loin d’être dupes : « Dans les médias, ils font exprès de parler de nous comme ça. On joue avec la peur, et donc, quand on voit un Noir, on a peur« , s’exclame Dido, Belge né en RDC.

L’amalgame entretenu, volontairement ou pas, entre la religion musulmane et le terrorisme met d’autres jeunes dans la position d’une justification permanente.

Ballotés entre différentes images d’eux-mêmes, ces jeunes-là n’en retrouvent aucune qui puisse leur servir de modèle positif. Même pas dans l’histoire de leur famille, ou de la contrée d’origine de leurs parents,  »humiliés » parce qu’exilés. S’y ajoute une confrontation permanente avec les forces de police, qui trouve son origine dans des contrôles permanents et, pensent-ils, peu justifiés.

Une « spirale de la surenchère » se met en place, écrit la chercheuse. Dans leurs têtes, c’est de l’oppression… qui conduit à une théorie du complot dont les médias seraient complices. Et leur réaction : c’est la colère.

Quand elle s’exprime, elle fait mal, et contribue à alimenter le cercle vicieux. Une colère identitaire, culturelle, qui masque les enjeux réels, économiques ou sociaux : puisqu’on le juge d’après son origine, Yacine affirme : « A partir de ce moment-là, je me suis plus intéressé aux racines de mes parents, en particulier à celles de mon père« .

« Les tensions et la colère repérées dans les écoles et les quartiers bruxellois ne présage rien de bon« , écrit Jacinthe Mazzocchetti. Agir rapidement, tant pour l’école que pour le logement, est indispensable. Réfléchir aux moyens de répondre aux défis que comporte l’équation « être Belge et différent » est urgent.

 rtbf.be

Les Asiatiques réussissent mieux que les Blancs

Au Canada, aux États-Unis et en Australie, les immigrants chinois et sud-asiatiques de deuxième génération réussissent mieux que les Blancs de troisième génération et plus, selon une étude de l’Université de Toronto.

Le professeur de sociologie Jeffrey G. Reitz, de l’Université de Toronto et deux doctorants de l’Université McGill ont examiné les données de recensement afin de comparer la réussite des immigrants et de leurs enfants. Leur étude a paru dans la revue Social Science Research.

«Du point de vue canadien, les conclusions sont un signe encourageant que les enfants d’immigrants réussissent bien, a dit M. Reitz sur le site internet de l’Université de Toronto.

Toutefois, ceux qui ont attribué ce succès à des politiques d’intégration propres au Canada, comme le multiculturalisme, verront leur position contredite, car les enfants d’immigrants semblables aux États-Unis et en Australie ont obtenu des succès semblables». (…)

Canoe

Travailler en ZEP expose davantage aux violences

Les enseignants exerçant dans les zones d’éducation prioritaires (ZEP) seraient les plus exposés à la violence.

Selon la première enquête de victimation des personnels du premier degré, réalisée par la Fédération des autonomes de solidarité, ceux qui exercent dans les ZEP ont deux fois plus de risques d’être victimes de violence de la part de leurs élèves.

Concernant l’année 2010-2011,17,2% des personnels de ZEP ont été insultés 3 fois et plus, contre 9,7% pour ceux qui n’y exercent pas. De même, 9,2% des premiers ont subi des bousculades contre 4,7% pour les seconds, 5% ont été frappés, contre 3% et 18% ont été volés, versus 11%.

L’effet cumulatif est important puisque 13,6% des membres de l’éducation prioritaire ont été soumis à une victimation répétée, contre 7,3% des autres. «Pour autant la situation n’est pas explosive, y compris dans les quartiers difficiles», tempère Eric Debarbieux, délégué ministériel de la prévention et de la lutte contre la violence à l’école, qui a dirigé l’étude [...]

20minutes (Merci à mycky)

Etude de l’UE : «Antisémitisme, vous avez la parole»

Lu sur le site du Crif (Conseil Représentatif des Institutions juives de France).

Comme vous avez pu le lire dans la presse, l’Union européenne mène actuellement une étude sur l’antisémitisme en France. Cette étude porte plus précisément sur «la perception et l’expérience des personnes juives en la matière».

Vous êtes très certainement souvent sollicités pour participer à des études, mais nous vous demandons de répondre à celle-ci en particulier. L’Union Européenne a en effet l’intention d’utiliser les données pour remanier sa politique, et elle encouragera les gouvernements nationaux et les communautés juives à faire de même.

C’est un évènement très important, et il est souhaitable qu’un grand nombre de personnes juives y participent en répondant à ce questionnaire. Nous avons rarement l’occasion d’évaluer la réalité et l’impact de l’antisémitisme. Aujourd’hui ce sondage vous offre l’opportunité d’exprimer votre perception de ce phénomène. […]

Crif

L’État providence dépend largement de la cohésion ethnique

Dans un ouvrage traduit en français sous le titre « Combattre les inégalités et la pauvreté : Les États-Unis face à l’Europe » (Flammarion, 2006) (1), deux économistes de renom international, professeurs à Harvard, Alberto Alesina et Edward L. Glaeser, ont cherché à comprendre pour quelles raisons l’État providence est plus présent en Europe occidentale qu’aux États-Unis, alors que les pays concernés ont des racines culturelles et religieuses comparables. (…)

Réunion « flash mob » (via les réseaux sociaux) ayant dégénéré en émeutes à Philadelphie, États-Unis, en février-mars 2010 (photo : Philadelphia Inquirer via le New York Times)

L’ambition du livre est d’aller aux sources des différences entre les deux modèles. Il n’a pas pour propos d’analyser les impacts des politiques de redistribution sur le dynamisme économique et sur la croissance. Il ne s’agit donc pas d’évaluer les coûts et les avantages de l’État providence.

Après des observations liminaires sur les faits et les chiffres, Alesina et Glaeser montrent que la théorie économique pure explique très peu les écarts entre les politiques de redistribution aux USA et en Europe. Par contre, et ceci constitue l’essentiel de leur apport, ils montrent que la faiblesse de l’État providence en Amérique a deux causes fondamentales et de poids égal : la spécificité des institutions américaines et l’hétérogénéité de la population Outre-Atlantique. Ce deuxième aspect est largement traité à travers la question raciale et ethnique aux États-Unis. (…)

Suite & Commentaires sur Fortune

Allemagne : L’ immigration rendrait plus heureux les autochtones

Selon une étude controversée de l’Institut de l’avenir du travail IZA de Bonn, l’implantation d’immigrés en Allemagne ne satisfait pas seulement les nouveaux arrivés, elle rendrait aussi heureux les autochtones.

Les chercheurs ont trouvé que, dans les régions à forte immigration, les habitants sont plus satisfaits de leur sort que dans des contrées avec moins d’immigrés. Ils ont comparé l’immigration géographique avec le panel socio-économique de l’institut économique DIW, qui mesure entre autres la satisfaction de 20 000 habitants. Selon l’étude, les immigrés sont aussi heureux, surtout si d’autres immigrés vivent déjà dans leur voisinage.

Le résultat de l’étude prête à controverse dans la mesure où l’intégration des immigrés pose de gros problèmes : la criminalité des jeunes Turcs et Arabes est élevée et leur performance scolaire laisse à désirer. A Berlin et dans des villes de la Ruhr, des Allemands quittent des quartiers à forte implantation d’immigrés. Et ces derniers n’ont pas l’air de se sentir tellement à l’aise : selon l’organisme d’anti-discrimination de l’Etat fédéral, 42 % des immigrés, et seulement 24 % des Allemands, se sentent discriminés par l’administration et sur le lieu de travail. […]

«Nous avons voulu aller au-delà. Les gens sont heureux quand ils ont un emploi, cela va de soi, mais il y a aussi d’autres critères de bonheur : la santé, l’habitation, les loisirs. Or, pendant vos loisirs, vous pouvez aller dans un restaurant italien, turc ou indien. Les Allemands aiment que les immigrés enrichissent la culture sur le plan culinaire. Et, avec la présence d’immigrés, on trouve aussi plus facilement une femme de ménage ou une bonne d’enfants. Beaucoup d’immigrés sont très qualifiés et appréciés en cette période de pénurie de personnel» a déclaré Corrado Giulietti, vice-directeur de recherche de l’IZA et l’un des auteurs de l’étude. […]

La Libre Belgique (Merci à antibarbare)

Une étude de l’INED révèle l’étendue du racisme anti-blanc en France

A partir de leur étude « Les registres de l’identité, les immigrés et leurs descendants face à l’identité nationale », les chercheurs de l’INED Vincent Tiberj et Patrick Simon ont mis au jour un chiffre inédit qui étaye le développement d’un racisme « anti blanc », en France.

http://img849.imageshack.us/img849/5964/manifcpe3.jpg

Un racisme anti blanc le plus souvent occulté par les officines antiracistes et les médias du système.

Ainsi dans cette étude, 18 % de la population « majoritaire » (ensemble des personnes qui ne sont ni immigrées ni fils ou filles d’immigrés) auraient déjà été « La cible d’insultes, de propos ou d’attitudes » racistes.

Novopress