Etats-Unis : des étudiants créent le Syndicat des Etudiants Blancs

A l’Université de Georgie (Etats-Unis), des étudiants se sont plaints après avoir vu des publicités pour une association portant le nom de Syndicat des étudiants blancs.

Patrick Sharp, un étudiant de première année, indique qu’il a fondé cette association afin que les étudiants d’ascendance européenne ou euro-américaine puissent célébrer leur histoire commune et leur culture. Il indique que les membres peuvent aussi y aborder les problèmes qui affectent les Blancs, comme l’immigration et la discrimination positive.

«Pourquoi un Blanc qui se déclare fier d’être blanc est-il traité de raciste ? » ajoute-t-il.

Un autre étudiant déclare :

« Si nous sommes déjà minoritaires sur le campus et bientôt dans ce pays, pourquoi n’aurions-nous pas le droit de plaider pour nous-mêmes et d’avoir une association de défense, comme toute autre minorité ? »

foxnews.com via resistancedesombres

————

Complément video 2009 : 

« La diversité c’est aussi, les blancs. Quand les blancs seront minoritaires, ils seront bien contents d’avoir des lois qui protègent et qui font la promotion de la diversité. L’histoire s’accélère et vous savez pas… Ce qui est impossible aujourd’hui est probable demain. »
Amirouche Laïdi, président du Club Averroès, association qui milite pour la promotion des minorités.

Exclusivité Fortune – États-Unis : La pauvreté montre majoritairement un visage blanc

Certaines zones rurales ont des taux de pauvreté avoisinant les 99% La pauvreté chez les Blancs est en augmentation. 63% des Blancs pensent que le niveau économique dans lequel ils vivent est “faible”. Aux alentours de 2030, près de 85% de toute la population en âge de travailler aux États-Unis vivra l’insécurité économique sous un aspect ou un autre.

Quatre adultes américains sur cinq font face au chômage, à la précarité ou comptent sur les aides sociales pour les dernières parties de leurs vies, c’est le signe de la détérioration de la sécurité économique et de l’érosion du « Rêve Américain ».

Les difficultés de vie augmentent particulièrement chez les Blancs, c’est ce qu’établissent plusieurs indicateurs. Le pessimisme au sein de ce groupe racial à propos de l’avenir économique de leurs familles a grimpé à son plus haut depuis 1987.

Suite et commentaires sur Fortune

Etats-Unis : il percute un bébé en poussette et prend la fuite

L’accident aurait pu être dramatique. Une mère de famille qui sortait d’un supermarché du Michigan a été percutée par un van qui a ensuite traîné son enfant en poussette sur plusieurs mètres avant de prendre la fuite.

Ils ont dû avoir très peur mais s’en sont sortis avec de simples égratignures. Le 25 juin, une mère de famille sort d’un supermarché de Muskegon, dans le Michigan, quand, elle et son enfant en poussette sont percutés par un van en train de manoeuvrer. [...]

Le suspect est un Noir, portant un t-shirt bleu, un pantalon saggy et des chaussures de sport bleu et orange.

Hebergeur d'image Hebergeur d'image

TF1 News et Michigan Live

Polémique aux Etats-Unis : Des balles à base de porc contre les islamistes

Les habitants des Etats-Unis, plus précisément de l’Etat de l’Idaho, démontrent leur islamophobie. Les propriétaires d’une armurerie ont annoncé qu’ils commençaient à fabriquer des munitions spéciales contre les islamistes radicaux. Ce sont des balles peintes de teinture avec de la viande de porc. Le porc est considéré comme un « animal impur » par l’islam. Les détenteurs de l’idée sont convaincus que ces balles empêcheront les terroristes d’accéder au paradis. C’est une perspective horrible pour le fidèle et, à ce qu’il paraît, la meilleure arme contre les radicaux.

Le porte-parole du Conseil pour les relations américano-musulmanes Ibrahim Hooper a notamment dit à notre correspondant :

« Ils cherchent à gagner facilement de l’argent. Cette idée humiliante pour les musulmans promet quelques bénéfices. Ils exploitent l’islamophobie dans la société américaine. Nous n’y réagirons d’aucune façon et nous ne voulons même pas aborder ce sujet pour ne pas lui faire de la publicité. Ils veulent être connus et nous n’allons pas les aider à cela. Le meilleur instrument de lutte contre eux consiste à n’y prêter aucune attention ».

(…) la voix de la Russie

Merci à Poitiers 732

Lutte contre l’immigration : les États-Unis sortent l’artillerie lourde


Un plan exceptionnel de fortification de la frontière, douze policiers par kilomètre de frontière et des milliards de dollars d’équipements : c’est le remède imaginé par les élus américains pour tarir les flux de clandestins en provenance du Mexique.

Les parlementaires demandent aussi que 480 km de barrières anti-véhicules soient converties en hautes clôtures anti-piétons, et que 80 km de nouvelles clôtures soient érigées, pour un total de 1 120 km et prévoient 4 drones, 40 hélicoptères, 30 navires, des milliers de détecteurs de mouvements thermiques, infrarouges ou sismiques, des centaines de caméras fixes et mobiles, des radars… qui s’ajouteront aux technologies déjà en place.

Les agents fédéraux passeraient d’environ 18 000 à 38 405 le long des 3 200 km de la frontière.

« Toute personne qui tentera de traverser la frontière sera détectée, le jour ou la nuit, qu’il pleuve ou qu’il vente ».

lepoint.fr

Exception culturelle : Obama menace la France de représailles massives

L’exception culturelle française ne fait pas rire Obama. Lors d’une visioconférence le 14 juin, le président américain a menacé François Hollande de « représailles massives » s’il maintenait sa position.

La France a enregistré une victoire symbolique le 14 juin dernier en obtenant de l’Union européenne que l’audiovisuel soit au moins provisoirement exclu des discussions commerciales avec les États-Unis, au nom de l’exception culturelle.

Les négociations promettent de durer des mois. Mais Barack Obama a saisi l’occasion d’une visioconférence préparatoire au G8 pour exposer son mécontentement au président français.

D’après un participant, le président américain a menacé la France de « représailles massives  » si « l’exception culturelle  » était étendue aux nouvelles technologies.

« Le président américain a affirmé qu’il ‘ne plaisantait pas’ et précisé qu’une liste de contre-mesures pouvait être transmise à Paris pour que François Hollande ‘se rende bien compte de ce que cela veut dire’ ».

Dans la foulée de l’accord, la presse américaine a moqué l’attitude hexagonale. « La Gaule a encore frappé », a ainsi écrit le Washington Post.

Le Point - merci metrom + Panoramix

Peu avant, Manuel Barroso a qualifié la France de «réactionnaire» en raison de sa défense de l’exception culturelle. Le président de la Commission européenne a critiqué violemment la volonté française d’exclure le secteur audiovisuel du mandat de négociations commerciales de la Commission avec les Etats-Unis. Le Figaro

Les afro-américains font une percée à l’université

Aux États-Unis, le nombre d’afro-américains diplômés du supérieur ne cesse d’augmenter. Traditionnellement très bas, avec 10 % des jeunes titulaires d’un bachelor, il a doublé en dix ans. [...]

Hebergeur d'image

Des Afro-américains défendent l’apartheid

Les afro-américains, sont désormais 22 % en 2010 à être diplômés du supérieur. Ils étaient 11 % en 1980. Par exemple, le nombre d’inscrits en faculté de médecine a atteint un niveau record en 2012, 3,824 inscrits soit 8.4 % des candidats. [...]

Sous l’impulsion de John Fitzgerald Kennedy et Lyndon Baines Johnson, présidents des États-Unis, «des universités traditionnellement noires» furent créées en 1964, à la fin de la ségrégation. Ces universités sont implantées en majorité dans des États anciennement esclavagistes. On en compte 105.

Leur but ? La discrimination positive (Affirmative action), censée dynamiser la représentation des afro-américains dans les emplois qualifiés, les universités, etc. Cinquante ans plus tard, un résultat semble s’esquisser… [...]

Si le pourcentage d’afro-américains diplômés du supérieur a doublé en vingt ans, il n’en demeure pas moins que le population noire reste minoritaire dans certains secteurs.

En 2004, sur les 226 doctorants en statistiques mathématiques, aucun ne sont afro-américains, de même en botanique, astrophysique, zoologie, paléontologie et ainsi de suite pour 36 autres disciplines. [...]

Le Figaro

Obama se décide à fournir un soutien militaire aux rebelles syriens

Après avoir conclu que Bachar al-Assad avait utilisé des armes chimiques, le président américain a décidé jeudi soir d’octroyer une « assistance militaire directe » aux insurgés. Mais il n’a pas encore précisé quels types d’armes il allait leur faire parvenir. [...]

Hebergeur d'image

« Y faut armes ! »

Le président américain avait déclaré que le recours à des armes chimiques par Bachar al-Assad serait une « ligne rouge » et qu’elle pourrait entraîner une intervention militaire. En attendant d’en arriver là -le gouvernement et la classe politique sont très divisés sur un engagement militaire-, le locataire de la Maison-Blanche a donc choisi d’aider les rebelles en leur fournissant une « assistance militaire directe ».

Reste cependant à savoir si ce soutien impliquera la fourniture d’armes létales. Cela  marquerait un changement de position de Barack Obama. Jusqu’ici, les Etats-Unis, et les Occidentaux, fournissaient essentiellement des moyens de défense et de télécommunications.

Après avoir subi de nombreux revers ces dernières semaines, avec notamment la perte de Qoussair, ville stratégique et symbolique, les insurgés disent avoir besoin « de grandes quantités d’armes et de munitions, d’armes antiaériennes et d’armes sophistiquées ». [...]

Mais certains analystes affirment aussi que les armes qui seront livrées finiront quoi qu’il arrive par tomber entre les mains des jihadistes.

TF1 News

A revoir : Syrie : Les « rebelles’ islamistes font déjà régner l’ordre au nom de la charia

« Nous avons adopté un condamné à mort »

Le 9 avril 2013, Rickey Lynn Lewis est exécuté au Texas. Il avait été adopté par un couple français de militants abolitionnistes. Deux mois plus tard, leur combat continue. Quelques mois avant leur première rencontre en 2003, le couple commence à échanger des courriers avec Rickey. À Pâques, alors qu’ils viennent rendre visite à un de leurs enfants installé à Houston, ils en profitent pour se rendre à la prison où est incarcéré Rickey. Rickey Lynn Lewis était accusé d’avoir tué un homme en 1990, au cours d’un cambriolage.

À partir de cette rencontre, tout s’enchaîne. Le couple rentre en France, récolte 25.000€ (soit 30.000$) grâce à une association afin de payer un avocat. Celui-ci tente alors d’obtenir la qualification de «retard mental» pour Rickey. Aux États-Unis, selon un décret de la Cour suprême de 2002, les retardés mentaux ne peuvent pas être exécutés. Pour obtenir cette qualification, un simple calcul de QI est effectué. S’il est inférieur à 70, alors la personne est qualifiée de retardée mentale et échappe à la peine de mort. «Notre expert a trouvé 59. Mais l’experte du procureur, elle, a trouvé 79», indique René Sirven.

(…) Naïfs ? Les Texans les ont quelques fois qualifiés ainsi. Mais ils avaient conscience que leur fils adoptif n’était pas un «enfant de chœur». Battu et violé par son père et son oncle, livré à lui-même dès son plus jeune âge, il a ensuite reproduit ces actes de violence dans sa vie d’adulte. «C’est comme ça qu’il participe à ce cambriolage en 1990», ajoute René Sirven, lucide. «Je comprends que certaines personnes puissent être révulsées. Sauf que ce n’est pas cet homme que j’ai connu.»

(…) Derrière cette histoire, un débat beaucoup plus important. Celui de l’abolition de la peine de mort. Celui de la situation des Noirs au Texas. Celui des pauvres face à la justice américaine.

Car René Sirven l’affirme, si Rickey avait été riche, il aurait peut-être obtenu la prison à vie ou même la liberté, «comme OJ Simpson». Or dans cet État du Sud, les Noirs – qui représentent 10% de la population totale et 40% de la population carcérale – connaissent souvent violence et pauvreté. Si Rickey avait été blanc, il n’aurait peut-être pas été jugé coupable aussi rapidement. «C’est le pire cas de figure qui puisse exister : un Noir qui tue un Blanc. Dans le cas contraire, les statistiques le montrent, les juges sont plus conciliants. Ou alors c’est une simple coïncidence, mais je ne crois pas

Sur l’ensemble des exécutions qui ont lieu aux États-Unis, un tiers ont lieu Texas, un des dix derniers États à pratiquer la peine de mort. «On sent que les Texans ont peur», estime René Sirven après de nombreux allers-retours dans cet État républicain. «Ils s’accrochent à la peine de mort comme à une sécurité.» Là-bas, la plus grande partie de la population est pour la peine de mort. Il faut dire que dans cette région l’économie tourne autour du système pénitencier. Huntsville compte 38.000 habitants, 7 prisons, et entre 15.000 et 18.000 prisonniers. Au moins un membre de chaque famille travaille dans le milieu carcéral. Difficile d’être contre la peine de mort dans un tel contexte. Pour preuve, le jour de l’exécution de Rickey, seul un groupe d’une dizaine de personnes était venu protester.

(…) Le Figaro

Marine Le Pen demande l’asile politique en France pour Snowden

La dirigeante du parti français d’extrême droite Front National, Marine Le Pen, a demandé lundi que la France accorde l’asile politique à l’ancien agent de la CIA Edward Snowden, qui a révélé être la source de fuites sur le programme américain de surveillance électronique.

Hebergeur d'image

Selon la députée européenne, le jeune consultant « doit être mis en sécurité au plus vite » car il « a eu le courage et l’immense mérite de révéler à l’humanité une menace très grave contre la démocratie et nos libertés publiques ». [...]

Des élus américains ont réclamé lundi l’extradition d’Edward Snowden, réfugié à Hong Kong d’où il a révélé être la source de fuites sur le programme américain de surveillance électronique PRISM. Ce système permet à l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) de surveiller les internautes à l’étranger. [...]

7sur7

Caroline du Nord : la fuite des Blancs inquiète les autorités scolaires

A Durham, en Caroline du Nord, le nombre d’élèves et d’étudiants blancs est passé sous la barre des 20%. Les autorités scolaires s’en inquiètent.

Le pourcentage d’étudiants blancs non hispaniques dans les écoles du comté est passé de 30,8 % en 2001 à 19,3% cette année. Et le nombre total d’élèves blancs a également diminué.

«Cela m’inquiète de voir que les écoles de Caroline du Nord sont de moins en moins équilibrées racialement parlant, déclare le directeur des affaires scolaires. « Les écoles sont des lieux où les gens de toutes origines et de toutes races se rassemblent pour apprendre de leur différences, pour célébrer ces différences, pour apprendre à vivre ensemble, et se comprendre mutuellement ».

newsobserver.com

Complément:

Carte des composantes ethniques de la population en Caroline du Nord (recensement de 2000)

Source de la carte : ncpedia.org

————————-
Carte de 2010 avec indication des variations de population

(merci Mario) (source : nytimes.com)

Selon le vice-président des Etats-Unis, « le mariage homo a été rendu possible grâce aux dirigeants juifs »

[Dépêche de l’Associated press]

Selon le vice-président des Etats-Unis Joe Biden, ce sont les dirigeants juifs qui sont derrière les changements relatifs au mariage homosexuel

Le vice-président Joe Biden fait l’éloge des dirigeants juifs pour avoir favorisé le changement des attitudes américaines sur le mariage homosexuel et sur d’autres problèmes.

La culture et les arts modifient les attitudes des gens, affirme Biden. Pour lui, les réseaux sociaux et la vieille série télévisée de la NBC « Will and Grace » sont des exemples de ce qui a entraîné des changements d’attitude à l’égard du mariage homosexuel.

Et Biden de dire : « Réfléchissez – derrière tout ça, je vous parie que 85% de ces changements, qu’ils soient dus à Hollywood ou aux réseaux sociaux, sont la conséquence [de l’action] des dirigeants juifs dans ce secteur. »

Pour Biden, cette influence est immense et ces changements vont dans le bon sens.

Biden s’exprimait ainsi mardi à l’occasion d’une réception donnée dans le cadre du Mois du Patrimoine juif américain et organisée par le Comité national démocrate. Les valeurs juives sont une partie essentielle de ce qui fait les Américains, a-t-il déclaré.

Josh Lederman - Associated Press WASHINGTON – 22/05/2013 (AP)

Source : Polemia (en français) - En anglais : ABC News  – Washington PostThe Telegraph - Times of Israel