Hatem Bazian : «L’islamophobie est bien un phénomène mondial»

Hatem Bazian, «Américano-Palestinien» et cofondateur de la Zaytuna College, première université privée musulmane américaine, a été interrogé par saphirnews lors de sa venue en France pour le colloque organisé à l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) portant sur l’islamophobie en Europe et aux Etats-Unis les 12 et 13 décembre à Paris.

Quelle importance a pour vous et votre centre d’organiser un colloque aussi important sur l’islamophobie en France ?

Le colloque a été organisé sur l’invitation de musulmans de France et je veux souligner ici le rôle particulier de Houria Bouteldja des Indigènes de la République (dont elle est la porte-parole, ndlr) dans notre initiative.

En tant qu’Americain mais aussi expert sur l’islamophobie, quelle est votre vision de la situation en France ?

La France est, pour moi, l’un des cas les plus problématiques car le discours libéral est utilisé comme moyen pour créer des mesures d’exclusion contre un groupe, les musulmans, par la construction d’une altérité incompatible avec cette tradition (libérale). Un tel discours induit des restrictions particulières sur les individus qui affirment leur identité islamique, qui est elle-même vue comme un problème. Les notions de laïcité et de liberté d’expression des individus ont été revisitées par l’Etat pour régir le code vestimentaire des personnes. L’affichage du religieux est au centre du débat en France… Aux Etats-Unis, nous faisons face à une autre forme d’islamophobie davantage liée aux questions sécuritaires, avec le terrorisme pour point focal. Bien que la lentille soit différente pour les deux pays, la problématique est la même.

Pour de nombreux Français musulmans, ce pays est le lieu où l’expérience de l’islamophobie est la plus difficile de toutes les sociétés occidentales, êtes-vous d’accord avec cette affirmation ?

Le cas français est particulier. Je pense que l’islamophobie a un impact plus intense sur un public plus large qu’ailleurs ; mais plutôt que de dire que telle ou telle situation est pire que l’autre, je préfère dire que toutes les expériences islamophobes sont racistes et brutales, quelle que soit son intensité. […]

saphirnew

Une Américaine licenciée pour une blague raciste sur Twitter

La directrice des affaires corporatives d’une grande entreprise de média américain IAC a été congédiée pour un tweet, écrit avant son voyage en Afrique.

Dans son blog, Justine Sacco a écrit : « Je vais en Afrique. J’espère que je n’attraperai pas le sida. Je plaisante. Je suis blanche ! » Ce message a provoqué un tollé d’autres utilisateurs de Twitter, après quoi son compte a été supprimé.

L’entreprise IAC a publié une déclaration que «le commentaire impensable et scandaleux » ne reflète pas les vues et les valeurs de l’entreprise. Un peu plus tard, la société a annoncé qu’elle a fait ses adieux à son employé.

La Voix de la Russie (Merci à francefrançaise2)

Tranche de vie aux Etats-Unis : le passager d’un bus désarme son braqueur (vidéo)

A Seattle, le passager d’un bus s’est jeté sur son braqueur en s’emparant de l’arme de l’agresseur avant d’être aidé par d’autres voyageurs. La vidéo surveillance du véhicule a capturé la scène le novembre 2013. – TF1 News

Selon les médias américains, le voyou s’appelle Trevonnte Brown, 19 ans.

Hebergeur d'image

États-Unis : Indemnité record d’une banque pour discrimination raciale

La banque américaine Merrill Lynch va payer une somme record dans une plainte pour discrimination raciale aux Etats-Unis pour avoir entravé la carrière de centaines de ses employés noirs.

Merrill Lynch, unité de banque d’affaires de Bank of America, va verser 160 millions de dollars pour mettre fin à une plainte pour discrimination raciale déposée en 2005 au nom de quelque 1.200 employés, a indiqué à l’AFP mercredi Suzanne Bish, avocate de l’un des plaignants. « C’est je pense la somme la plus élevée jamais versée dans un fonds d’indemnisation dans le cadre d’une plainte pour discrimination au travail » que ce soit sexuelle ou raciale, a affirmé Mme Bish, du cabinet de Chicago Stowell & Friedman.

(…) Le point

Etats-Unis : « Les Noirs sont victimes de préjugés inconscients »

Cinquante ans après, le «rêve» formulé par Martin Luther King se heurte à une implacable réalité: les Noirs américains restent de loin les premières victimes du chômage.

Le taux de chômage des Afro-américains aux Etats-Unis est quasiment deux fois supérieur à celui de la population globale.

(…) Selon les experts, les stéréotypes négatifs associés aux Noirs restent, comme ailleurs en Occident, prégnants aux États-Unis, mais ont désormais changé de forme.

«Les préjugés sont devenus inconscients. C’est devenu rare de dire explicitement que vous ne voulez pas embaucher un Noir, mais nous savons combien les stéréotypes agissent sur les personnes qui prennent des décisions», assure Mme McGhee, Afro-américaine, vice-présidente de Demos, un groupe de réflexion sur l’égalité à Washington.

«Quand c’est inconscient, c’est bien plus difficile à combattre», déplore-t-elle.

(…) Le mal pourrait être plus pernicieux, avance la sociologue Nancy DiTomaso : «Une majorité de gens décrochent un emploi parce que quelqu’un les a aidés en leur donnant des informations, en usant de leur influence par des recommandations.»

«La dynamique n’est pas que les Blancs discriminent les Noirs, c’est que les Blancs aident d’autres Blancs», souligne-t-elle.

lapresse.ca

Aux Etats-Unis, 40% des blancs n’ont aucun ami d’une autre « race »

Un sondage, publié par l’agence de presse Reuters, illustre les divisions raciales encore présentes aux Etats-Unis. Leur étude montre que seulement un blanc sur dix aurait un compagnon ou une compagne d’une autre « race », et que 40% des blancs n’auraient aucun ami issu d’une autre minorité. Une tendance qui tend toutefois à se réduire chez les jeunes Américains.

France Info

États-Unis : 3 Noirs agressent sauvagement un collégien dans un bus (Vidéo)

Un collégien de 13 ans a été roué de coups de poings et de pieds dans un bus le 7 juillet dernier. Ses trois agresseurs plus âgés, qui se sont acharnés sur lui durant plusieurs minutes, ont été arrêtés.

Selon les premiers éléments de l’enquête, les trois Noirs auraient tenté de lui vendre de la drogue plus tôt dans la journée. Le conducteur du bus qui ne s’est pas interposé durant l’agression ne sera quant à lui pas inculpé. La vidéo a été diffusée par la police de Gulfport (Mississippi).

(Merci à revuedepresse.com)

À relire en complémentUSA : Un bébé abattu d’une balle dans la tête dans sa poussette, 2 ados afro-américains arrêtés (23.03.2013)

Etats-Unis : un joueur de football américain devra suivre une thérapie en raison de ses propos racistes

Les Eagles de Philadelphie ont publié un communiqué dans lequel on peut lire que Riley Cooper, dont les propos racistes font réagir, ne sera impliqué dans aucune activité de l’équipe tant que sa thérapie ne sera pas terminée.

«Il rencontrera les spécialistes pour comprendre comment ses paroles ont pu blesser tant de gens.»

Cooper a aussi publié un communiqué vendredi, disant avoir honte de sa propre conduite et qu’il était en accord avec la décision des Eagles.

«Mes gestes sont inexcusables. Le plus j’y pense, le plus je suis dégoûté. J’essaie toujours de comprendre comment j’ai pu dire quelque chose d’aussi répugnant et comment je peux m’améliorer.»

Dans la vidéo qui circule sur internet, on peut entendre Cooper qualifier les Noirs de «nègres».

Journal de Montreal

Etats-Unis : des étudiants créent le Syndicat des Etudiants Blancs

A l’Université de Georgie (Etats-Unis), des étudiants se sont plaints après avoir vu des publicités pour une association portant le nom de Syndicat des étudiants blancs.

Patrick Sharp, un étudiant de première année, indique qu’il a fondé cette association afin que les étudiants d’ascendance européenne ou euro-américaine puissent célébrer leur histoire commune et leur culture. Il indique que les membres peuvent aussi y aborder les problèmes qui affectent les Blancs, comme l’immigration et la discrimination positive.

«Pourquoi un Blanc qui se déclare fier d’être blanc est-il traité de raciste ? » ajoute-t-il.

Un autre étudiant déclare :

« Si nous sommes déjà minoritaires sur le campus et bientôt dans ce pays, pourquoi n’aurions-nous pas le droit de plaider pour nous-mêmes et d’avoir une association de défense, comme toute autre minorité ? »

foxnews.com via resistancedesombres

————

Complément video 2009 : 

« La diversité c’est aussi, les blancs. Quand les blancs seront minoritaires, ils seront bien contents d’avoir des lois qui protègent et qui font la promotion de la diversité. L’histoire s’accélère et vous savez pas… Ce qui est impossible aujourd’hui est probable demain. »
Amirouche Laïdi, président du Club Averroès, association qui milite pour la promotion des minorités.