Birmingham : Enquête sur les islamistes dans 15 écoles

Le gouvernement britannique a envoyé des inspecteurs enquêter dans quinze écoles de Birmingham, dans le centre de l’Angleterre, soupçonnées d’être en train de passer sous le contrôle de musulmans radicaux, a annoncé aujourd’hui le ministère de l’Education.

Les soupçons sont nés d’une lettre anonyme reçue il y a quelques mois par la mairie de Birmingham, soutenant que des islamistes s’employaient à changer les instances dirigeantes dans quatre établissements scolaires publics pour imposer leurs vues. Des accusations anonymes ont aussi émergé sur l’existence alléguée d’une ségrégation entre les filles et les garçons en classe et le harcèlement moral dont serait victime le personnel non-musulman. La mairie de la deuxième ville britannique, dont la population est à 22% musulmane, a aussi décidé de se pencher sur ces accusations et de geler temporairement le recrutement de directeurs d’écoles.

L’affaire a conduit le ministre britannique de l’Education Michael Gove à ordonner les inspections de 15 établissements de la ville. «Les accusations faites à propos de plusieurs écoles de Birmingham sont très graves», a souligné une porte-parole du ministère de l’Education. […]

Selon le Sunday Times, le ministre est déterminé à sanctionner les écoles où «le conservatisme religieux fait obstacle à l’apprentissage et à une scolarité équilibrée» et à remplacer les dirigeants des écoles qui seraient épinglées. […]

Ce mois-ci, dix députés de Birmingham ont exprimé leur inquiétude à propos de ces soupçons, dans une lettre au ministre de l’Education. Mais l’un des administrateurs de plusieurs des écoles mises en cause dans les médias, David Hughes, a démenti ces accusations et dénoncé une « chasse aux sorcières ». Il a affirmé cette semaine sur la BBC qu’en 15 ans à Park View School, il n’avait jamais été confronté «à la moindre plainte pour extrémisme

Le Figaro (Merci à Gonedesouche )

Essone (91) : Un trafic de caravanes démantelé dans différents camps de gens du voyage

L’enquête de la sûreté départementale a été longue, mais fructueuse. Elle a permis d’interpeller lundi matin sept personnes dans différents camps de gens du voyage à Nozay, Leuville-sur-Orge, Ollainville et La Ville-du-Bois, et de retrouver deux caravanes.

Le Parisien

Candidats FN «malgré eux» : l’enquête classée sans suite à Orléans

Le parquet d’Orléans (Loiret) a annoncé jeudi avoir classé sans suite l’enquête qu’il avait ouverte pour «abus de faiblesse et faux» à la suite de la saisine du préfet du Loiret «sur la possible absence de consentement d’un candidat» de la liste du Front national à Orléans aux dernières élections municipales.

Le préfet du Loiret avait saisi le procureur de la République d’Orléans le 7 mars dernier en invoquant des «informations de presse» faisant planer «un doute (…) sur la possible absence de consentement d’un candidat de la liste Orléans Bleu Marine».

Selon le journal local La République du Centre, Georgette Vassort, 90 ans, qui figurait en 51e place sur la liste du FN, était atteinte de la maladie d’Alzheimer et hospitalisée depuis plusieurs mois. Le mari de la candidate, Bernard Vassort, également âgé de 90 ans, figurait aussi, en 53e place, sur la liste «Orléans Bleu Marine», mais avait déclaré à La République du Centre qu’il «ne voulait pas être candidat». Selon des informations recueillies par ce journal, Mme Vassort n’a pas pu être entendue par les enquêteurs en raison de son état de santé.

La Parisien

Les aides sociales, cet aspirateur à immigrés [publication]

L’ ASSISTANAT RUINE LA FRANCE – LES ENQUÊTES DU CONTRIBUABLE

4e numéro des Enquêtes du contribuable, le magazine bimestriel des contribuables. Disponible en ligne + sortie en kiosque le 28 mars.
En savoir plus

“Sentiments anti-immigration” : les chercheurs font une grande découverte…

[court extrait] A la suite d’une enquête internationale menée par l’institut de sondages britannique Ipsos MORI, les chercheurs ont tenté de comprendre pourquoi les sentiments à l’égard de l’immigration variaient autant d’un pays ou d’une région à l’autre.

(…) Les sentiments [anti-immigration] sont généralement liés à la présence d’une proportion importante d’immigrants originaires de l’extérieur de l’UE.

« Nous avons découvert que le sentiment anti-immigration n’est pas tant lié aux caractéristiques de la population native qu’à celles de la population immigrée ».

« Les menaces touchant aux valeurs culturelles [semblent] rencontrer davantage d’opposition que les menaces d’ordre économique ». 

Irin News

Une majorité d’Anglais pense que l’immigration dessert la Grande-Bretagne

Une enquête réalisée auprès de 20.000 personnes démontre l’étendue de l’insatisfaction de la population : 60 % des Britanniques estiment que la présence des immigrés est plus nocive que bénéfique au Royaume-Uni

Seule une personne sur six pense que l’immigration est une bonne chose pour la Grande-Bretagne, d’après cette étude commandée par l’ancien député et vice-président du Parti conservateur, Lord Ashcroft.

La préoccupation la plus courante concernant l’immigration est la pression que font porter les immigrés sur le système de prestations sociales et sur les services publics, car ils en profiteraient sans y contribuer en retour. Cette idée l’emporte d’ailleurs sur la crainte de voir les étrangers prendre les emplois que devraient occuper les travailleurs britanniques, ou sur la crainte que l’immigration modifie le caractère et la culture des zones à forte densité immigrée.

Dans l’ensemble, 77 % des personnes interrogées ont estimé qu’une réduction drastique de l’immigration serait bénéfique à l’ économie du pays.

Un peu plus d’un tiers des personnes interrogées se déclare préoccupé par le fait qu’un ami proche ou un parent ait dû lutter pour obtenir un travail en raison de la concurrence des migrants , tandis qu’un quart des sondés a dit qu’ils s’étaient vus refuser l’accès à un logement parce que la priorité semble avoir été donnée à un étranger .

En ce qui concerne les avantages attribués à l’ immigration, le plus récurrent est l’idée selon laquelle les immigrés occupent des emplois dont les Britanniques ne veulent pas , et qu’ils travailleraient plus dur pour des salaires inférieurs à la moyenne.

La dernière campagne publicitaire du ministère de l’Intérieur  » Rentrez chez vous ou prenez le risque d’être arrêté » a été perçue comme un cas d’école permettant d’évaluer l’opinion générale concernant les politiques migratoires.

Près de 80 % de la population est favorable à l’utilisation de ces affiches, et représente l’opinion majoritaire des sondés, quelle que soit leur orientation politique [...]

Traduction (résumée) FDS de The Independent

Le CNRS enquête sur l’identité nationale

Selon 20 minutes, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) enquête, en ce moment, sur l’identité nationale, au moyen d’un questionnaire envoyé à 6 000 foyers tirés au hasard. Le CNRS ne s’attend à recevoir que 1 500 à 2 000 réponses.

«Pensez-vous que les immigrés devraient renoncer à leur culture d’origine et adopter la culture française ?».

«Etes-vous d’accord avec l’affirmation selon laquelle les immigrés font augmenter le taux de criminalité ?».

Ce questionnaire est la déclinaison française du Programme international d’enquêtes sociales (International Social Survey Programme, ISSP). Existant dans 49 pays, le dispositif vise à comparer les opinions publiques sur un thème précis. «Il y a eu la santé en 2011, la famille en 2012. Cette année, c’est l’identité nationale, confirme Annie-Claude Salomon, qui travaille sur ce projet. C’est vrai que certaines questions sont sensibles et rappellent un certain débat politique… Mais les réponses sont anonymes.» Marjorie en doute. Destinataire du questionnaire, elle s’est même sentie «agressée» en découvrant le questionnaire.

«Je me suis demandé si c’était bien une enquête du CNRS. Ça ressemble plutôt au Front national, confie-t-elle. Je n’y répondrai pas»

Ce n’est pas la première fois que le CNRS enquête sur l’identité nationale. Il y a dix ans, 58 % des personnes interrogées affirmaient que « les personnes qui ne partagent pas les coutumes françaises ne seront jamais des Français à part entière ». Dans dix-huit mois environ, le CNRS pourra dire si la situation a évolué.

20 minutes (Merci à Ripper2)

Karachi : Sarkozy visé par une enquête pour violation de secret de l’instruction

Trois juges d’instruction ont décidé d’enquêter pour déterminer si l’ex-président Nicolas Sarkozy s’est rendu complice d’une violation du secret de l’instruction, lors de la diffusion d’un communiqué par l’Elysée sur l’affaire Karachi le 22 septembre 2011, selon une source judiciaire. [...]

Les juges sont allés contre les réquisitions du parquet, qui estimait qu’il n’était pas possible de poursuivre M. Sarkozy, en vertu de l’article 67 de la Constitution stipulant que le président de la République « n’est pas responsable des actes accomplis en cette qualité ». [...]

Le Figaro

Dans ses enregistrements, Merah aurait dit avoir été trahi par les services secrets français

[...] «Le Parisien-Aujourd’hui en France» a pu se procurer la retranscription des deux enregistrements vidéos réalisés par Mohamed Merah le 22 mars dernier à Toulouse, à la fin du siège au cours duquel il a perdu la vie. D’après ce document, révélé ce mardi matin par le quotidien algérien «Echourouk», Merah était bel et bien «traité» par les services secrets français.

Il se filme au téléphone, pendant le siège, en train de parler avec celui qu’il pensait être son ami, et dont il connaissait le prénom : un certain Zouhair. D’après ce qu’il dit, Mohamed Merah a découvert que Zouhair n’était qu’un pseudo, et que cet homme dont il se disait proche est en fait un capitaine des services français dont il a fini par trouver l’identité, et dont il cite distinctement le nom de famille.

«C’est toi qui m’a mis dans cette histoire et cette galère», dénonce Merah avant, dans un appel ultérieur, de rappeler à son interlocuteur quels ont été leurs liens :

«rappelle toi, lui dit Merah, que tu m’as envoyé en Irak, au Pakistan, en Syrie pour aider les musulmans, et après je découvre que tu es à la solde des services français, que t’es un criminel et que tu es un officier des services, sale traître.»

A l’autre bout du fil, son interlocuteur confirme à demi-mots :

«Ce qui est passé, c’est arrivé, maintenant il faut que je te sauve la vie, et te sortir de cette affaire, rend toi ou tu me laisses entrer et je récupère tes armes ?»

Si cet enregistrement est véridique, ce que devra vérifier la justice française qui a été saisie hier d’une plainte émanant du père de Mohamed Merah, il semblerait donc que Merah ait été, à son corps défendant, une «taupe» des services français au sein des mouvements djihadistes [...]

Le Parisien