Les écoles catholiques appelées à favoriser le dialogue interreligieux

L’Eglise catholique a appelé, jeudi 19 décembre, toutes les écoles catholiques du monde à œuvrer pour le dialogue entre les cultures et avec les autres religions.

Lu sur Infocatho.be :

Le monde change. Nos sociétés modernes sont devenues multiculturelles et c’est une bonne chose.

Aujourd’hui, l’école catholique, souvent reconnue pour la qualité de son enseignement, accueillent aussi des élèves issus d’autres horizons philosophiques ou d’autres religions. C’est la raison pour laquelle le Vatican invite ces établissements scolaires catholiques à éduquer au dialogue interculturel.

Dans un document de la Congrégation pour l’éducation catholique du Vatican intitulé «Éduquer au dialogue interculturel à l’Ecole catholique. Vivre ensemble pour une civilisation de l’amour», il est constaté que les écoles catholiques accueillent de plus en plus d’élèves d’autres confessions ou athées et il devient nécessaire de promouvoir le dialogue interreligieux et interculturel pour les autorités catholiques.

Soulignant le fait que, de nos jours, le phénomène migratoire et la globalisation du monde ont accentué le problème, le cardinal Grocholewski préfet de la Congrégation pour l’éducation catholique a jugé nécessaire des adaptations capables d’offrir aux nouvelles générations une vision interculturelle de l’éducation et du monde de vie communautaire. […]

Entre 2008 et 2011, les écoles catholiques ont augmenté de plus de 6 000, en particulier en Afrique et sur le continent américain, pour s’établir à un total de 209 670 établissements dans le monde.

Henri Pena-Ruiz ne respecte pas «une religion qui proclame l’infériorité de la femme»

Henri Pena-Ruiz, philosophe, écrivain, ancien membre de la commission Stasi et militant au Parti de Gauche, demande la suppression de la loi Debré du 31 décembre 1959 qui organise le financement public d’écoles privées sous contrat. Au nom de la «laïcité». Même s’il fait allusion aux «religions du Livre», c’est surtout l’Eglise catholique qui est sa cible.

Je ne respecte ni la croyance raciste ni une religion qui brûle les hérétiques ou proclame l’infériorité de la femme.

Triste sort que celui de la laïcité dans notre pays. Evoquée sur un mode incantatoire, elle ne cesse d’être bafouée. En particulier dans le domaine scolaire. Le secrétaire général de l’enseignement catholique, Eric de Labarre, tente d’enrôler les élèves de ces écoles dans des débats sur le mariage pour tous, projet émancipateur programmé par les représentants du peuple. De qui se moque-t-on en prétendant que ces débats ne sont pas un appel déguisé à manifester contre ce projet ? Un enseignant de l’école publique commettant le millième de ce genre de détournement serait vertement rappelé à la déontologie laïque. […]

Ils ont le beurre (la faculté de prosélytisme auprès de la jeunesse) et l’argent du beurre (les fonds publics payés par des contribuables athées ou agnostiques). Ces derniers se trouvent ainsi contraints de financer la diffusion d’une foi qu’ils ne partagent pas.

Libération (Merci à artichaud)

Mariage gay. Ecoles catholiques : «Il faut solder (NDLR régler ?) les comptes»

Benoît Schneckenburger, professeur de philosophie dans l’enseignement public, revient dans Libération sur le rappel du ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, à la «neutralité» dans les écoles catholiques, à propos du «mariage pour tous».

Il est également responsable au Parti de Gauche.

Vincent Peillon fait mine d’ignorer ce fait désormais incontestable : l’enseignement privé confessionnel catholique reste un enseignement privé confessionnel et catholique.

En rappelant à l’ordre l’enseignement catholique qui entend faire preuve de prosélytisme dans le débat sur le mariage pour tous, Vincent Peillon a déclenché les foudres de la droite, et Mme Boutin sort de sa retraite pour l’accuser de «réveiller la guerre scolaire». […] L’enseignement catholique est en effet l’artisan de l’œuvre prosélyte de l’Eglise dont il constitue un moyen privilégié d’atteindre les consciences.

Les combats des philosophes des Lumières ont toujours souligné l’enjeu que représentait l’école pour les dogmes religieux, l’enfance étant un moment propice pour son œuvre de propagande. En intervenant dans le débat de société, l’enseignement privé catholique accomplit bien en effet ce qu’il considère être sa mission. Le préambule du statut de l’enseignement catholique rappelle notamment son objet : promouvoir «une communauté chrétienne ayant pour base un projet éducatif enraciné dans le Christ et son évangile». […]

Voilà qui devrait faire réfléchir tous ceux qui croient qu’en mettant leurs enfants à l’école privée, ils ne font que les exempter des influences fantasmées des pauvres et des immigrés : ils les soumettent également à une influence religieuse.

Alors oui, cette intervention de l’école catholique dans un débat de société doit nous conduire à réaffirmer le principe simple, mais garant de l’égalité et de la laïcité : école publique fonds publics, école privée fonds privés. Il est temps, non de rouvrir la guerre scolaire, mais de solder les comptes.

Libération

Mariage gay : le cabinet de Najat Vallaud-Belkacem a voulu faire supprimer un sujet de BFM (Vidéo)

Sondage sans appel sur le site du Figaro :

Najat Vallaud-Belkacem a-t-elle eu raison d’aller promouvoir le mariage homo dans un collège ?

Vous avez été 34.299 participants.
Oui : 8.12%
Non : 91.88%

——————-

Un membre du cabinet de Najat Vallaud-Belkacem a demandé au site de BFMTV de retirer un sujet sur la porte-parole du gouvernement.

Le site de la chaîne écrit ce lundi 7 janvier que les services de communication de NVB ont « réclamé auprès de BFMTV.com la suppression de la vidéo du reportage ». (…)

Le Lab

Lire la suite

25% de musulmans dans des écoles catholiques

Les inscriptions d’élèves musulmans dans les 59 établissements catholiques de l’Essonne sont en hausse constante. Il y en aurait plus de 2000, soit près de 10% des effectifs.

Les établissements scolaires catholiques du département accueillent de plus en plus d’élèves musulmans. Aucune statistique officielle n’existe, mais, selon la direction diocésaine de l’enseignement catholique (DDEC), il y aurait près de 10% d’élèves musulmans sur un total de 22000 dans les 26 écoles, 16 collèges et 17 lycées chrétiens qu’elle gère dans l’Essonne. « Dans certains secteurs géographiques, comme à Evry, cela monte à près de 25% », précise Gérald Omnes, directeur adjoint à la DDEC. Un phénomène en pleine expansion, à l’heure ou deux projets d’établissement scolaire musulman, dont le département est aujourd’hui totalement dépourvu, sont en projet à Evry et à Corbeil.

Cette situation est loin d’être taboue au sein de la communauté musulmane. « L’un de mes fils est allé dans une école chrétienne à Igny », explique Khalil Merroun, le recteur de la mosquée d’Evry-Courcouronnes. Il précise son choix : « Selon moi, les écoles privées obtiennent de meilleurs résultats. Elles éduquent et construisent un citoyen positif, peut-être plus que l’école publique. » [...}

La cohabitation entre élèves musulmans et catholiques se déroule apparemment sans encombre. « Chacun se sent respecté par rapport à ses croyances. Nous avons aussi des lycéens juifs ou boud0dhistes. Il n’y a aucun prosélytisme. Cela fait vingt ans que je suis directeur d’établissement à Corbeil, je n’ai jamais connu de troubles liés à la religion », confie Laurent Georges, à la tête du lycée polyvalent Saint-Léon. Un enseignement de « culture générale religieuse » est commun à tous les élèves. [...]

La vie quotidienne des établissements concernés n’est pas vraiment modifiée. A la cantine, c’est à la carte. « Il n’y a globalement pas de menus spéciaux, précise Gérald Omnes. Mais parfois nous évitons quand même le porc. » En revanche, les signes religieux musulmans sont proscrits. « Il n’y a pas de foulard, par exemple. Seuls les signes issus de la tradition chrétienne sont autorisés », poursuit l’adjoint à la direction diocésaine de l’enseignement catholique. [...]
Le Parisien

Paris : Deux élus du Parti de gauche dénoncent la «guérilla» de certaines écoles religieuses

Deux élus du Parti de gauche, la conseillère régionale d’Ile-de-France Pascale Le Néouannic et la conseillère de Paris Danielle Simonnet, s’inquiètent de voir les écoles privées locales devenir «le terrain de prédilection des courants religieux les plus traditionalistes». Elles en veulent pour preuve le refus de certains établissements de distribuer le «pass contraception» ou le rejet de la «théorie du genre».

Pour l’enseignement confessionnel, comme pour les associations familiales catholiques, il n’y aurait qu’un seul modèle de cellule familiale : le couple hétérosexuel et ses enfants.

[…] non contents de bénéficier de financements publics, ces établissements considèrent qu’ils ont tous les droits, y compris ceux de nier la liberté de conscience des jeunes. Aujourd’hui, c’est l’un des dispositifs de la Région, le «pass contraception» qui fait l’objet dans les lycées privés confessionnel d’un refus de diffusion. Refus organisé suite à un courrier de l’évêque auxiliaire de Nanterre M. Brouwet et de directeur diocésain de l’enseignement catholique, M. de Chaillé, appelant les chefs d’établissements à s’«abstenir de distribuer» les «Pass contraception» à destination des jeunes, dispositif qui permet pourtant d’accompagner la découverte de la sexualité et de limiter les grossesses non désirées. […]

Pire, ces financements entérinent, avec les meilleures intentions du monde, un choix de société dangereux qui remet en cause notre «vivre ensemble». Car l’enseignement catholique ne se contente pas de refuser le pass, il tire à boulets rouges sur les programmes et les nouveaux manuels – financés par la région – de Sciences de la Vie et de la Terre de classe de 1ère, en réfutant la théorie du genre, comme d’autres réfutent la théorie de l’évolution de Darwin. […]

Marianne 2

Laïcité : Régression en France, évolution dans les pays arabes ?

Pour ResPublica, le « journal de la Gauche Républicaine, laïque, écologique et sociale », qui est «favorable à la stratégie du Front de gauche», la laïcité ne cesse de reculer en France. La preuve ? L’accroissement du financement public des écoles privées catholiques. Un signe inquiétant alors que se développe dans les arabes «de nombreux discours se référant au principe de laïcité» …

En France, le lobby communautariste et clérical a réussi à devenir une sorte de « directeur de conscience » des directions de partis […]

[…] De 1908 à nos jours, la laïcité a constamment reculé en France à l’exception les circulaires de Jean Zay de 1937 et la loi du 15 mars 2004 portant loi contre les signes religieux à l’école. Nous avons assisté à la croissance des financements publics des structures privées religieuses. Résultat : les écoles privées catholiques ont plus d’argent par élève que l’école publique ! La loi de 1905 ne s’applique toujours pas sur l’ensemble du territoire national.

Pourtant, beaucoup d’autres pays ont avancé en terme de laïcité : des éléments de séparation des églises et de l’État ont eu lieu au Portugal lors de la révolution des œillets en 1974. Une constitution de séparation fonctionne en Suède depuis le 1er janvier 2000, la nouvelle Constitution de Bolivie possède des éléments de séparation, des pays comme les Pays-Bas, la Belgique ou la Suisse sont en avance sur certains dossiers de bioéthique et de société, la bataille politique au Bangladesh avance, etc. […] Le discours médiatique qui voit dans tout mouvement de révolte dans les pays arabes et/ou musulmans la main des islamistes est une fois de plus contredit par la réalité.

Mais vous entendrez toujours clamer que la laïcité n’est que franco-française alors même que la France n’est plus le phare de la laïcité qu’elle a été. À force de reculer depuis 1908, la France est largement dépassée par d’autres pays dans certains secteurs (de bioéthique et de société notamment). […]

ResPublica

Un syndicat s’inquiète : des écoles catholiques trop catholiques ?

Un syndicat de l’enseignement privé, le Sundep, Syndicat unitaire national démocratique de l’enseignement et de la formation privés, soupçonne l’église de vouloir redonner une orientation catholique aux écoles privées.

Le site d’information sur les métiers de l’enseignement privé précise depuis peu que sa spécificité «se traduit par le lien entre l’enseignement, l’éducation et toute la personne, et la proposition d’un sens de la vie éclairé par l’Évangile». Cette dernière précision a fait bondir les responsables du Sundep.

«L’affirmation est désormais très nette», considère Denis Nicolier, du Sundep Bretagne. Il y voit une «volonté de l’Église de redonner une orientation catholique aux écoles privées». Denis Nicolier s’appuie, pour le démontrer, sur la circulaire du 5 mai 2009 rédigée par deux prélats de la Curie romaine. Ils indiquent que l’enseignement et l’éducation doivent être fondés «sur les principes de la foi catholique et dispensés par des enseignants choisis pour l’exactitude de la doctrine et la probité de leur vie». Le syndical y voit une discrimination à l’embauche.

Le Télégramme (Via Salon Beige)