Discriminations : l’ »homme blanc hétérosexuel » toujours privilégié

Deux ans d’attente en plus pour un logement social pour un non-Européen, 6% de salaire en moins pour un homosexuel, plus de deux millions de malades et handicapés qui se sentent stigmatisés : les discriminations « se portent bien en France », selon des experts.

L’Insee a compilé onze études sur l’influence du sexe, de l’origine, de l’orientation sexuelle ou de l’état de santé sur les inégalités, dans sa revue « Economie et statistique » parue jeudi, un fait inédit pour l’institut de la statistique.

En matière de logement social, une étude relève une différence « d’environ deux ans entre les durées moyennes d’accès » pour « les ménages d’origine non européenne et pour les ménages d’origine européenne, en faveur de ces derniers ».

Une autre enquête note que les hommes vivant avec un « ami » de même sexe ont un salaire environ 6% plus faible que leurs homologues en couple hétérosexuel, à caractéristiques identiques.

En matière d’accès à l’emploi, les chercheurs constatent aussi 40% de chances en moins à CV identique, pour un candidat issu de l’immigration.

Et même une fois sur le marché du travail, les minorités visibles sont moins souvent à des postes en contact avec le public, le facteur linguistique n’expliquant pas tout.

Les chercheurs se sont aussi intéressés aux inégalités de salaires hommes-femmes, de l’ordre 25%. Hors effet du temps de travail, du secteur d’activité… L’écart « inexpliqué » reste de 7 à 9%, disent-ils.

« Les discriminations se portent bien en France », regrettent ces six chercheurs, notant que certains profils restent privilégiés : « les hommes blancs, hétérosexuels entre 30 et 50 ans ».

L’Express

Loi du 15 mars 2004 sur les signes religieux : Une loi «pseudo-républicaine, anti-féministe, islamophobe et discriminatoire»

Alain Gabon, professeur à l’Université Wesleyenne de Virginie, demande la suppression de la loi du 15 mars 2004 encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics. Une loi «discriminatoire» puiqu’elle ne concerne pas les athées…

Dans les faits, de par sa formulation même (la prohibition de signes et tenues religieuses «ostensibles»), se retrouvent donc exclues uniquement les religions qui ont, justement, des pratiques vestimentaires hautement visibles, alors que d’autres (catholicisme, protestantisme…), ne se distinguant pas par des tenues vestimentaires particulières, n’ont pas à s’inquiéter.

Ce 15 mars, les simili-républicains et faux laïcs à la Badinter, Boughrab, Fourest, Finkielkraut et leurs alliés objectifs — néo-réactionnaires, islamophobes de tous bords, racistes de tout poil et sectes identitaristes style Bloc Identitaire et Riposte (anti) Laïque — ne manqueront pas de s’auto-congratuler en clamant gratuitement, sans le début du soupçon d’une preuve, que la loi contre le port du voile à l’école représente une «victoire pour la République et le droit des femmes». […]

Ainsi, la France se retrouve maintenant régulièrement classée dans la catégorie « orange » des pays qui restreignent les libertés religieuses. Et dans les études des instituts de recherche les plus prestigieux comme le Pew Forum on Religion, elle est même désormais dans la zone rouge, celle des pays où «l’hostilité sociale» contre les religions est « élevée ». Bel exemple de tolérance républicaine ! […]

Si la loi du 15 mars n’est pas discriminatoire dans son texte, qui ne cite aucune religion spécifique et dont l’intitulé est générique (on parle de « tenues et signes religieux ostensibles »), elle l’est bel et bien à la fois dans son esprit et sa généalogie et dans la réalité de son application sur le terrain. […]

A qui fera-t-on croire que ces débats et la loi qui en découla s’en prenaient aux croix chrétiennes ou aux kippas juives ? Non, c’est bien une religion en particulier, l’islam, et une pratique islamique spécifique, le hijab, que l’on visa. […]

Discriminatoire dans les faits, les conséquences concrètes (certaines religions en souffrent plus que d’autres), son esprit et son origine, cette loi est aussi par là anti-républicaine puisqu’elle viole de facto le principe égalitariste selon lequel tous doivent être égaux devant la loi. On en conviendra, c’est loin d’être ici le cas puisque les musulmanes voilées en souffrent de façon absolument disproportionnée, voire souvent exclusive. Ce qui du reste redouble la discrimination religieuse initiale d’une seconde discrimination, celle-là sexiste car elle frappe les musulmanes bien plus que les musulmans. Sans même parler des athées, qui, pour le coup, n’ont, eux, les veinards, rien à redouter. Bel exemple d’égalitarisme républicain que cette loi qui n’a fait que du mal aux musulmans et aux valeurs de la République.

Pour toutes ces raisons et bien d’autres, elle doit être supprimée.

saphirnews

Toulouse. Tags de «l’ultra-droite». Valls : «Tout est mis en œuvre» pour identifier les auteurs (MàJ)

Addendum 17.02.2014 : Valls : «Tout est mis en œuvre» (Valls)

Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a assuré aujourd’hui que tout était fait pour identifier et juger les auteurs de croix gammées et d’inscriptions antisémites et homophobes qui ont suscité une large indignation à Toulouse.

L’Intérieur parle d’actes «lâches et insoutenables (…) qui ne peuvent que nous révulser» et qui «salissent la ville de Toulouse». Les auteurs ont «délibérément visé les symboles de ce qui fait notre vie en collectivité. Tout est mis en oeuvre afin de les identifier et de les interpeller pour qu’ils répondent de ces agissements coupables». Ces mots répondent au vif émoi et aux appels à punir les auteurs qu’ont suscités les tags.

Relire Paris. Des tags sur l’église Saint-Jean-Baptiste de Belleville : «La seule église qui illumine est celle qui brûle»

Pour Arc-en-Ciel, association de défense des homosexuels en Midi-Pyrénées, ces actes sont « aussi odieux qu’insupportables » et « rappellent les heures les plus noires de notre histoire ».

Arc-en ciel dit voir là la manifestation d’un «climat de haine et de violence libéré par les manifestations contre le Mariage pour tous de l’an dernier», et «renvoie chaque responsable politique et religieux à ses responsabilités, particulièrement en cette période de campagne électorale municipale».

La gauche et la candidate UDI, Christine de Veyrac, ont exprimé leur inquiétude devant le climat ambiant, à la suite du maire. Depuis quelque temps déjà, celui-ci s’alarme d’un déferlement de haine qui rappellerait les années 30 et menacerait la République: «il est de notre responsabilité de ne pas laisser s’installer ce climat délétère aux relents des années noires », a-t-il dit après les faits du week-end. […]

Son challengeur UMP aux municipales, Jean-Luc Moudenc, a condamné «avec la plus grande vigueur» les inscriptions. Comme d’autres, il a réclamé la condamnation des auteurs et affirmé la nécessité de protéger les communautés visées.

Le Figaro

Des tags ont été peints sur l’Espace des diversités et de la laïcité, qui a pour vocation d’accueillir les victimes de discriminations et qui héberge en particulier un centre LGBT (lesbiennes, gays, bi et transsexuels) ainsi que le local de campagne du candidat du Parti de gauche aux municipales, celui du Front de gauche, le cinéma art et essai Utopia, l’entrée de l’Université Toulouse 1 Capitole et le cimetière de Salonique, selon des sources municipales et policières. Tous sont situés dans le centre à peu de distance les uns des autres.

« Comment est-ce que ça va se terminer? Ça pourrait être une mosquée, une synagogue. On n’a pas envie que ça se termine à la Clément Méric » (Myriam Martin, Parti de Gauche)

Partout ont été peintes des croix celtiques, emblèmes de l’ultra-droite. Les inscriptions s’en prennent au Crif (Conseil représentatif des institutions juives), assimilent juifs et homosexuels, s’attaquent aux francs-maçons. L’inscription « Toulouse nationaliste » a été couchée sur le trottoir devant le local du Front de gauche.

« Les investigations risquent d’être compliquées par le fait que les victimes se sont empressées de faire disparaître les inscriptions, faisait observer un policier.

La municipalité et la liste du candidat du Parti de gauche, Jean-Christophe Sellin, ont indiqué avoir porté plainte. Le maire socialiste Pierre Cohen, qui s’inquiète régulièrement de la montée des haines en France depuis environ deux ans, s’est dit «profondément choqué» et a pressé la police «de faire la lumière le plus rapidement possible sur cette affaire». « Ces messages de haine sont un danger pour notre République. Il est de notre responsabilité de ne pas laisser s’installer ce climat délétère aux relents des années noires», s’est-il ému dans un communiqué. […]

Le Figaro

France Terre d’Asile : «Notre histoire est aussi faite de tous ceux qui sont venus d’ailleurs»

France Terre d’Asile ne cache pas sa déception après la présentation mardi 11 février des 28 mesures du gouvernement pour l’intégration des immigrés et la lutte contre les discriminations. Interview de son directeur général, Pierre Henry qui dénonce des mesures «déjà existantes pour la plupart» qui «témoignent d’un manque total d’ambition».

Ce n’est pas mener une politique communautariste que de dire que notre histoire est aussi faite de tous ceux qui sont venus d’ailleurs.

En guise de feuille de route, nous avons un timbre poste. L’intégration fonctionne mieux que ce que certaines philosophies du malheur veulent bien le dire. Mais il faudrait être aveugle pour ne pas voir que les problèmes économiques et sociaux frappent plus certaines populations.

Nous voulions une feuille de route qui permette à la France de se voir telle qu’elle est, diverse, mais rassemblée autour des valeurs de la République. Des mesures qui permettent de faire vivre un des éléments de la devise républicaine, l’égalité.

Nouve Obs

Discriminations : le Propagandologue (rediff)

Vidéo de l’association AFIC (Accueil et Formation pour l’Intégration* et la Citoyenneté**).

http://www.dailymotion.com/video/x84bzn

Conclusion de la vidéo : «Nous véhiculons tous des préjugés dont la mise en application provoque toujours humiliation et rancœur»,

Commentaire d’un lecteur : « Humiliation et rancœur… Comme par exemple quand on est obligé d’accueillir 15 millions d’immigrés sans avoir son mot à dire ? »

*INTEGRATION. Mot trompeur ; politique destinée à favoriser l’installation de communautés immigrées en France après l’échec des politiques d’assimimilation . Dans le discours dominant elle n’est jamais suffisante et il faut toujours appeler les Français – jamais les étrangers – à plus d’efforts en la matière. Traduction : éclatement.


**CITOYEN.
Mot trompeur : ce substantif, devenu adjectif, caractérise ce qui se conforme à l’idéologie dominante (ex. : trier ses déchets est un « comportement citoyen ») Traduction : moutonnier, docile, sujet.


Voir le dictionnaire de la novlangue.

____________

Pape Diouf candidat à la mairie de Marseille selon Le Monde (MàJ)

Addendum 24.05.2013 : Pape Diouf, candidat à la mairie de Marseille (selon le Monde).

Selon des informations du Monde, Pape Diouf, ancien président de l’Olympique de Marseille (2005-2009) aurait annoncé sa décision de présenter en mars 2014 des listes sans étiquette, regroupant des personnalités de la société civile et des «symboles de la diversité», pour la mairie de Marseille.

Les listes Pape Diouf veulent rallier à elles « les Marseillais qui demandent une meilleure représentation de la diversité dans la vie politique » mais aussi « ceux qui ne croient plus aux partis ».

Soutien de François Hollande lors de la présidentielle, Pape Diouf, 62 ans, n’aurait pas voulu rejoindre le candidat PS, Patrick Mennucci malgré divers sollicitations.

Le Figaro ; Le Monde


L’ex-président de l’Olympique de Marseille pourrait annoncer sa candidature au poste de Jean-Claude Gaudin, actuel maire de Marseille. Pour Pascal Boniface, Directeur de l’IRIS, la deuxième ville de France a besoin d’un homme qui pourrait bouleverser la classe politique locale.

Cela serait un formidable message d’espoir pour notre pays, de fraternité triomphante. Cela aurait un effet énergisant sur l’ensemble de la société française.

Cela peut être une très bonne nouvelle non seulement pour Marseille mais également pour la France. […] S’il confirmait sa candidature, l’élection de Marseille serait au cœur de la campagne des municipales. Pas seulement pour l’éventuelle alternance politique dans la seconde ville de France, mais surtout pour l’impact que cela pourrait avoir sur la société.
Pape Diouf serait le premier maire noir d’une grande métropole française. Ce qu’a fait Kofi Yamgnane à Saint-Coulitz, il le ferait dans la seconde ville de France. Tous les médias étrangers et nationaux suivraient cette élection.

Le problème des discriminations raciales est l’un des plus douloureux en France. Pape Diouf ne verse pas dans le communautarisme, il assume son identité, mais il ne la résume pas à sa couleur de peau. Après avoir été le seul président noir d’un grand club européen, il serait le premier maire noir d’une grande métropole européenne. Cela donnerait une formidable image positive de la France à l’étranger.

Ce serait la meilleure façon de clore la douloureuse affaire Dieudonné, dont l’épisode judiciaire semble terminé mais qui a laissé des traces dans la société. […]

Alors oui, vas-y Pape fonce, ça risque d’être fantastique !

Le Nouvel Obs

Le Conseil Représentatif des Français d’Outre-mer : «Une optique purement républicaine»

Ancien délégué interministériel à l’égalité des chances des ultramarins sous la présidence de Nicolas Sarkozy, Patrick Karam prend aujourd’hui la présidence du nouveau Conseil Représentatif des Français d’Outre-mer (Crefom).

Par sa diversité, l’Outre-mer est porteuse d’un modèle de vivre ensemble, d’une société apaisée, dont l’hexagone peut s’inspirer. Parmi nos actions, il y aura bien sûr la lutte contre les discriminations.

Vous lancez aujourd’hui le Conseil Représentatif des Français d’Outre-mer (Crefom) dont vous allez assurer la présidence. Encore un nouveau collectif ?

Jusqu’à présent on n’arrivait pas à rassembler même les associations ultramarines de l’hexagone, très marquées par leurs origines. Plus d’une centaine d’associations participent à la fondation du Crefom, qui seront bientôt rejointe par des milliers d’autres. Nous avons aussi un collège d’élus de tous bords politiques et des personnalités représentatives de la belle diversité de l’Outre-mer.

A quel besoin répond le Crefom ?

Le Crefom se donne pour mission de valoriser, promouvoir et défendre les Outre-mer. Lorsque la ministre de la Justice, Christiane Taubira, a été victime d’attaques racistes, il y a eu de la part des autorités un retard à l’allumage pour la défendre. On a bien senti à ce moment là qu’il manquait une voix puissante des ultramarins. […]

Ne va-t-on pas vous reprocher de faire surgir un nouveau communautarisme ?

Nous voulons absolument fuir le communautarisme car nous nous plaçons dans une optique purement républicaine. […]

Le Parisien

Le Point condamné pour diffamation envers les immigrants chinois

Le directeur de la publication de l’hebdomadaire Le Point, Franz-Olivier Giesbert, a été condamné vendredi 24 janvier à 1 500 euros d’amende pour diffamation envers les immigrants chinois en France, en raison d’un article publié en août 2012. Il a été déclaré coupable de «diffamation publique envers un groupe de personnes à raison de leur origine ou nationalité chinoise».

«A notre connaissance, il s’agit d’une première en France», a déclaré Me Alexandre-M Braun, avocat de SOS Racisme, qui avait porté l’affaire devant la justice. Intitulé «L’intrigante réussite des Chinois de France», l’article litigieux dépeint le parcours décrit comme typique de l’immigrant chinois, de la clandestinité à la réussite.

Si le tribunal correctionnel de Paris a relaxé le prévenu pour les propos contenus dans l’article principal, il a jugé trois des cinq «Commandements de l’entrepreneur chinois en France », qui figuraient dans une infographie, diffamatoires : «Tu ne rémunéreras pas tes employés car ce sont des membres de ta famille», «Tu ne cotiseras pas et donc tu ne toucheras pas d’aides» et «Tu ne paieras pas d’impôts».

Le tribunal, qui a également condamné M. Giesbert à verser à SOS Racisme 1 500 euros de dommages et intérêts et la même somme pour les frais de justice, a écarté le droit à l’humour invoqué par l’avocat du Point, Me Renaud Le Gunehec.[...]

Le jugement rendu vendredi «vient rappeler qu’il n’y a pas de divisibilité du racisme» , a souligné Me Braun, qui a dénoncé des « poncifs discriminatoires ». Il est temps de marquer un coup d’arrêt à «ce racisme anti-chinois qui est devenu trop banalisé», a-t-il ajouté.

Les limites de la liberté d’expression n’ont pas été respectées par cet article, « qui n’a fait que véhiculer des fantasmes, des suspicions sur les Français d’origine chinoise. C’est vraiment une belle décision» a renchéri David Li, président de l’AJCF, confiant avoir été «ému» en entendant le délibéré.

le Monde

L e conseil général de l’Essonne expérimente le CV anonyme

Le revoilà. Après avoir été porté aux nues en 2006 dans une loi sur l’égalité des chances puis jeté aux oubliettes faute de décret d’application, le CV anonyme fait son comeback dans certains processus de recrutement.

Une étude de Pôle Emploi conclut «qu’en moyenne, le CV anonyme n’améliore pas les chances d’accéder à un entretien d’embauche pour les publics susceptibles d’être discriminés». Pire, il aurait un impact négatif. Ainsi, pour les candidats issus de l’immigration ou habitant une zone urbaine sensible, la probabilité d’accéder à un entretien passe de 9,6% avec un CV nominatif à 4,6% avec un CV anonyme. Ce résultat, que les chercheurs qualifient eux-mêmes «d’inattendu», pourrait être lié au fait que le CV nominatif permet au recruteur d’être plus compréhensif face à des carences dans la lettre de candidature, liées au background socio-culturel du candidat.

Le CV anonyme revient sur le devant de la scène. Depuis le 6 janvier et durant 6 mois, le conseil général de l’Essonne expérimente ce dispositif pour le recrutement de ses agents. Le patronyme, le sexe, l’âge, la nationalité, l’adresse sont désormais rendus invisibles sur le logiciel de dépôt de candidatures de la collectivité employant près de 4.700 agents et recrutant plusieurs dizaines de personnes par an. Objectif : éviter les discriminations à l’embauche en faisant disparaître tous les critères susceptibles d’introduire un biais dans l’appréciation du candidat par le recruteur. Seuls subsistent la formation, le parcours professionnel et les compétences. Avant lui, le Conseil régional d’Aquitaine s’était lancé dans cette démarche. […]

Des grandes entreprises comme PSA, Sanofi, mais aussi Unibail-Rodamco et Axa utilisent aussi cette technique pour sélectionner tout ou partie de leurs nouvelles recrues. […]

cadremploi.fr

Saad Khiari : «Samia Ghali, Franck Ribéry, Fadila Mehal : dévalorisés parce que musulmans»

Pour Saad Khiari, «spécialiste de l’Algérie», les origines et/ou la religion de Samia Ghali, Franck Ribéry et Fadila Mehal leur portent préjudice, «de manière insupportable».

La République doit être secouéepour mériter son passé et affronter son avenir.

Premier exemple : Samia Ghali

La primaire de Marseille saluée unanimement comme un exercice tout à fait démocratique n’en a pas moins révélé l’ampleur du ressentiment de plus en plus visible à l’égard des Français descendants d’immigrés maghrébins et des musulmans dans leur ensemble, dussent-ils laver plus blanc que blanc. Ceci pour la gauche.

Les bébés Le Pen ont remplacé les enfants de Jules Ferry pour défendre la laïcité.

Deuxième exemple : Fadila Mehal

Changement de décor. Nous sommes passés dans le camp d’en face, celui qu’ont choisi d’autres Français d’origine immigrée dans leur tentative de se faire une place au même soleil républicain, celui de la droite et du centre, réputés fidèles, comme la gauche, à la tradition républicaine et au respect de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen. […]A peine désignée tête de liste du Modem dans le 13e arrondissement de Paris un vendredi, elle est aussitôt évincée le mercredi suivant.

Troisième exemple : Franck Ribéry

C’est la même tare qui est reprochée à Franck Ribéry, meilleur footballeur français en passe d’être couronné du ballon d’or et pourtant figurant parmi les trois personnalités les plus détestées des Français selon les sondages. Et quand on cherche à savoir sur les réseaux sociaux le pourquoi de ce rejet, on découvre avec effarement qu’on lui reproche entre autres sa conversion à l’islam. […]

Le Nouvel Obs

«Les politiques entendent organiser la société multiculturelle sans le dire»

Le premier ministre Jean-Marc Ayrault a finalement décidé, mercredi 18 décembre, de reporter sine die la réunion sur l’intégration prévue le 9 janvier 2014. Officiellement, cette décision est liée au «travail ministériel n’est pas achevé». Dans les faits, la controverse a ravivé les tensions sur ce sujet complexe : moins entre majorité et opposition qu’au sein même de la gauche et du Parti socialiste.

«Les politiques entendent organiser la société multiculturelle sans le dire et placent ‘les blancs’ ou ‘petits-blancs’ au centre, décrypte M. Simon (directeur de l’unité migrations internationales et minorités de l’INED). C’est une politique du subterfuge, dangereuse : elle fait le lit du FN. Il faudrait une pédagogie assumée de la diversité.»

Un camp divisé en «deux nuages de points», comme le résume Laurent Bouvet, professeur de sciences politiques et l’un des penseurs du PS : «Le premier, qualifié de “républicain”, est sensible aux thèses sociales-libérales mais très accroché aux valeurs de laïcité et se retrouve autour de Manuel Valls. Le second est plus étatiste sur l’économie, mais à l’inverse libéral sur les questions de moeurs, très ouvert au multiculturalisme et se rassemble autour de Martine Aubry.»

Ces tensions révèlent en creux les divergences d’analyse croissantes sur les discriminations entre élus de gauche, acteurs de terrain et milieu universitaire.

«De plus en plus de jeunes chercheurs sont eux-mêmes issus de l’immigration», relève François Héran, ancien directeur de l’Institut national d’études démographiques (INED), pour qui «la gauche reste en grande partie ancrée dans le républicanisme, tendance assimiliationniste».

Durant la campagne présidentielle, Terra Nova, l’autre think tank du Parti socialiste, avait bien esquissé un début de réponse avec un «appel à une France métissée». Suivant une ligne multiculturaliste, Terra Nova prônait notamment une «reconnaissance symbolique de l’islam et du judaïsme dans le calendrier républicain» ou «l’émergence d’une élite issue des minorités visibles». «On a jeté un pavé dans la mare, mais nos idées n’ont pas été reprises », regrette Mehdi Thomas Allal, à Terra Nova. [...]

Le Monde

Islam/Trappes. Farid Laroussi : «On rejoue la bataille d’Alger»

Farid Laroussi, Professeur de lettres à l’université de Colombie britannique, Vancouver, (Canada), revient sur les émeutes de Trappes et fait un lien avec le passé colonial de La France. D’origine algérienne, né en France, il a pris la nationalité américaine.

Il avait tracé sur le site oumma le portrait d’une «France des clochers de villages et de la terrine de porc» sur laquelle plane l’ombre de Vichy. (Voir Fdesouche)

La cerise sur le ghetto c’est le discours sur l’insécurité et les raids de la police dans les cités dites sensibles où l’on rejoue la bataille d’Alger.

A l’heure où la parole raciste s’est libérée dit-on, il n’est pas plus mal d’entamer les débats par un peu de provocation. Et si en effet la crise sociale que traverse la France depuis la fin des années 1980 était dûe à une espèce d’impasse postcoloniale ? […]

Oui, on peut parfaitement être français et musulman au vingt-et-unième siècle, et ce sans avoir à se justifier de quoi que ce soit. Justement le nombrilisme défensif franco-français (alimenté par la même élite qui faisait la leçon à la classe ouvrière de jadis) peut amuser ou exaspérer, mais il demeure inexcusable. Inexcusable en ce qu’il lie son affirmation dans le contact périlleux avec le discours honteux et néantisant du racisme.

Bien sûr la fachosphère s’en donne à coeur-joie, entre illuminés des théories identitaires, nationalistes anti-Europe devenus croisés version endimanchés, chrétiens fondamentalistes limite hystériques face une foi qui s’amincit, ou nostalgiques de l’Algérie française qui croient toujours que le totalitarisme colonial c’était leur Renaissance à eux. De toute évidence il faudra plus que le Front National pour ravigoter les illusions perdues. Qu’à cela ne tienne, les autres partis politiques lui ont emboîté le pas. […]

Il est anormal qu’avec une histoire coloniale de plus de cent trente ans au Maghreb, la France ne comprenne toujours rien à l’islam. Là les musulmans de service (Malek Chebel, Abdelwahab Meddeb, et l’inénarrable Hasan Chalghoumi, entre autres) méritent notre indulgence.

Leur boulot consiste à défaire des siècles de pensée islamique, et à faire rentrer cette dernière de force dans l’obsession de l’assimilation, du mythe du musulman modéré (quelqu’un qui ferait le ramadan un jour sur deux?). […]

Si l’on veut user des vertus idéologiques de l’insécurité, il faudra d’abord avoir le courage de lutter contre des taux de chômage ahurissants, des discriminations permanentes (la publicité française lave plus blanc que blanc), et une islamophobie qui donne l’illusion à certains de prendre leur civilisation au sérieux.

oumma