Zemmour : Goldman Sachs a placé ses hommes….

Le journal le monde se réjouissait de la nouvelle composition du gouvernement Italien… Il semble que le journal propriétaire du millardaire de gauche Pierre Bergé approuve la nomination des hommes de la Goldman Sachs

RTL, Z comme Zemmour,  17 novembre 2011
Image de prévisualisation YouTube

Burkina Faso : La solidarité européenne à l’égard de l’Afrique résistera-t-elle à la crise ?

Par quelles recettes sauver l’Europe et l’euro de la grave crise qui les menace depuis quelques mois ? De rencontres de chefs d’Etat et de gouvernement européens en réunions d’experts ès finances en passant par des sommets hypermédiatisés du G20, la situation va de mal en pis.

Dans ce maelstrom parti des portes de l’Olympe et qui menace de s’étendre à bien des pays du Vieux Continent, exhale un relent de mythologie grecque : le président français, Nicolas Sarkozy, et la chancelière allemande, Angela Merkel, semblent essuyer la colère des dieux de l’Economie et de la Finance.

A peine ont-ils annoncé, sous les feux des caméras, un paquet de mesures que tout se dévisse. Et hop, retour à la case départ. Tel Sisyphe qui doit sans cesse rouler jusqu’au sommet d’une montagne un rocher qui retombe systématiquement.|…]

Avec plus de 50 milliards d’euros par an, l’Union européenne contribue à elle seule à près de 56% de l’aide publique au développement dont l’Afrique est la principale bénéficiaire. Cet effort de solidarité résistera-t-il à la grave crise qui guette nos généreux donateurs ?

Burkina Faso- L'Observateur Paalga

Alors qu’en est-il de l’Afrique ? Silence radio, douce insouciance. «C’est l’homme qui a peur sinon y a rien» semble être l’état d’esprit le mieux répandu sur le continent noir. Et pourtant ! Dans le contexte économique mondial actuel dominé par le spectre de la récession, c’est plutôt l’homme qui n’a rien qui doit avoir le plus peur, et le continent le plus vulnérable qui subira davantage les effets d’une éventuelle crise dont on ignore jusque-là l’étendue et la profondeur.

Alors que l’Europe se serre la ceinture en procédant à des coupes claires sur ses dépenses publiques, alors que les autres puissances économiques commencent à désherber devant leurs portes pour éviter ou minimiser la propagation de l’incendie qui lèche les finances de la zone euro, en Afrique, on entend peu ou pas parler de mesures de prévention. Signe du sentiment d’assurance ou d’insouciance de nos gouvernants ? La question reste posée.

Mais pour sûr, aussi minime soit la place du continent noir dans la finance internationale ou dans le commerce mondial, nul doute que les effets directs ou indirects de la crise européenne affecteront, peu ou prou, la vie, déjà pas reluisante, des Africains. Ce n’est pas de la prédiction mais du réalisme que dicte le monde d’aujourd’hui : l’interdépendance économique due à la mondialisation.

Selon la Banque africaine de développement (BAD), plus de la moitié des exportations africaines vont actuellement vers l’Europe et les Etats-Unis. Qu’adviendra-t-il de nos recettes commerciales si jamais la récession finissait par s’installer chez nos principaux partenaires économiques ? La Chine pour les remplacer ? Peut-être. Mais à quel prix ? Foin des règles de bonne gouvernance et du respect des droits de l’homme, faisons le commerce, tel est le mot d’ordre de l’Ogre chinois.[...]

Et last but not least, quel avenir pour le franc CFA, arrimé à l’euro, aujourd’hui à la croisée des chemins ?

Autant de lancinantes questions au regard du silence et de l’indolence des dirigeants africains face à la crise européenne. L’Observateur Paalga – 13/11/2011

Etats-Unis : 49,1 millions de pauvres, plus de Blancs et moins de Noirs qu’estimé

Les Etats-Unis comptaient 49,1 millions de personnes pauvres en 2010, soit 16% de la population, avec plus de Blancs, d’Asiatiques et de personnes âgées que ne le montraient jusqu’alors les statistiques officielles, selon des chiffres affinés publiés lundi.

Selon la définition officielle du Bureau du Recensement, le nombre de pauvres s’élève aux Etats-Unis à 46,6 millions de personnes, soit 15,2% de la population.[...]

Blancs pauvres- USA

Outre le nombre total de personnes en situation de pauvreté, ces nouvelles mesures montrent que les personnes de plus de 65 ans représentent 15,9% des pauvres, contre 9% selon le chiffre officiel.

De même, les Asiatiques pauvres sont plus nombreux (16,7% contre 12,1%), comme les Blancs (14,3% contre 13,1%), les Hispaniques (28,2% contre 26,7%) [...] que ne l’enregistre le chiffre officiel. Au contraire, les chiffres affinés montrent des taux à la baisse concernant les Noirs (25,4% contre 27,5%), les enfants de moins de 18 ans (18,2% contre 22,5%) [...]

Une étude d’un organisme indépendant, la Brookings Institution, indiquait la semaine dernière que l’extrême pauvreté aux USA avait augmenté d’un tiers au cours des dix dernières années.

France 24 – 07/11/2011

New York : Les « indignés » de Wall Street s’installent dans la durée (Vidéo)

Depuis cinq semaines, Wall Street est l’épicentre d’un mouvement de protestation contre les banques à l’origine de la crise financière, contre l’inégalité croissante, contre les défaillances des politiques, accusés d’être soumis au diktat et à l’argent des grandes entreprises.

Occupy Wall Street affirme représenter les aspirations des 99 % des Américains qui n’ont ni pouvoir ni argent. Spectaculaire et bien organisé, relayé en flux continu sur plusieurs sites internet, ce rassemblement, popularisé sur le réseau Twitter, se veut résolument non violent. »

Image de prévisualisation YouTube

Suite et commentaires sur Fortune

Le nouvel exode des Espagnols

Pays d’accueil pendant les années fastes, l’Espagne perd désormais des habitants. Le pays attire moins les étrangers, qui peinent à occuper un emploi, et de jeunes diplômés partent tenter leur chance en Allemagne, en France ou en Grande-Bretagne, où ils espèrent trouver de meilleurs conditions de travail.

Entre 2002 et 2008, la population espagnole a augmenté d’environ 700 000 habitants chaque année. Mais, après une petite décennie de croissance rapide, la tendance s’est inversée: l’Espagne perdra 500 000 habitants, soit 1,2% de sa population d’ici à 2021, si les tendances démographiques actuelles se maintiennent, assure l’Institut national des statistiques (INE). [...]

Le solde migratoire sera négatif en 2011 puisque l’Espagne comptera cette année 130 000 émigrants de plus que d’immigrants.

De fait, même l’immigration irrégulière est en baisse. Les arrivées d’immigrants irréguliers en Espagne ont déjà chuté de moitié entre 2009 et 2010.

21,8% de la population résidant en Espagne se trouve ainsi au-dessous du seuil de pauvreté [...] le revenu moyen des foyers espagnols (24 890 euros nets) a en effet baissé de 4,4% entre 2009 et 2010.

Myeurop.info

Tensions USA/Europe concernant les dettes publiques (vidéo)

« L’europe doit mettre de l’ordre dans sa maison mais les américains aussi ! »

« Nous ne discutons pas d’une augmentation du fond de stabilité avec un pays non membre de l’union européene »

France 24, édition de 21H30 du 16 septembre 2011

Image de prévisualisation YouTube

La crise et maintenant la panique ?

France 3, émission « Ce soir ou jamais » du 13 septembre 2011. Un débat pour comprendre et ou nous en sommes de la crise.

Avec les invités suivants:

- Alain Cotta, économiste, ancien professeur à HEC et professeur émérite à l’université Paris Dauphine. Auteur de : « Sortir de l’euro ou mourir à petit feu » (Plon), « Le règne des oligarchies » (Plon) dans lequel il analyse la concentration des pouvoirs économiques, politiques, sociaux et surtout financiers dans nos soit disant démocraties.

- Michel Camdessus, ancien directeur général du F.M.I (1987-2000)

- Paul Jorion, Sociologue, anthropologue et  ingénieur financier. Le grand public le connaît surtout pour avoir été l’un des premiers à prédire la crise, en annonçant dès 2006 la crise des subprimes. Il a publié, entre autres, « Crise du capitalisme américain », « L’argent, mode d’emploi », « Le capitalisme à l’agonie » et récemment « La guerre civile numérique » (textuel).

- Jean Tulard, Historien, spécialiste de Napoléon Bonaparte et de la Révolution, membre de l’Académie des sciences morales et politique. Il vient de publier « Talleyrand ou la douceur de vivre » (Bibliothèque des introuvables)

Partie 1 :

Image de prévisualisation YouTube

Suite et commentaires sur Fortune

Faut-il laisser couler les banques ?

Alors que l’économie islandaise semble trouver le chemin de la sortie de la terrible crise dans laquelle elle était plongée depuis 3 ans, serait-il raisonnable de laisser couler des banques comme l’a fait le gouvernement islandais après la crise financière de 2008 ?

L’ex-Premier Ministre islandais est jugé actuellement pour avoir laissé les trois banques nationales s’effondrer lors de la crise économique de 2008. Sa défense? Souligner que l’Islande s’en tire bien, alors que la Grèce, sous perfusion, est plus que jamais empêtrée dans la crise. Un exemple à suivre ?

Les Islandais n’ont pas laissé couler leurs banques, ils les ont nationalisées. Le cas islandais est un cas extrêmement particulier. Il n’y avait pas de menace de panique bancaire car les banques étaient déjà toutes touchées. Les trois grandes banques allaient faire faillite. »

Suite et commentaires sur Fortune