Agression d’un contrôleur SNCF entre Roanne et Lyon : les agents font valoir leur droit de retrait (vidéo)

Un contrôleur a été agressé mercredi après-midi lors d’un contrôle de billet dans un TER reliant Roanne à Lyon, provoquant un mouvement de droit de retrait de ses collègues Conséquence : le trafic régional était très perturbé mercredi jusqu’en fin de journée.

(…) France 3 Rhône Alpes

TER : un contrôleur agressé dans l’Hérault

Un contrôleur a été frappé à coups de poing et menacé d’un couteau dans un TER circulant entre Perpignan et Avignon, alors qu’il se trouvait en gare de Frontignan (Hérault) dimanche après-midi.

« Le contrôleur a été confronté à un groupe de six ou sept jeunes qui bloquaient des portes alors que le train allait repartir de la gare de Frontignan », a indiqué la SNCF, confirmant une information donnée par le site internet du quotidien Midi Libre. [...]

Le Figaro

Merci à D’Artagnan

Marseille : Un contrôleur de TER agressé puis jeté sur la voie

À la suite de l’agression d’un contrôleur, frappé puis jeté sur les voies, à la gare Saint-Antoine, à Marseille, lundi après-midi, les cheminots ont fait valoir leur droit de retrait. Sur l’ensemble de la région Paca, seul un TER sur trois circulait.

Un contrôleur de TER qui allait prendre son service dans une gare de Marseille s’est fait agresser par des jeunes qui en voulaient à son téléphone portable et l’ont poussé sur les voies, a-t-on appris de sources concordantes. Les faits se sont produits lundi en début d’après-midi sur un quai de la gare de Saint-Antoine dans les quartiers nord de la ville. Résistant à la tentative de vol d’un mineur, le cheminot s’est fait pousser sur les voies et deux autres jeunes lui ont alors pris sa sacoche avant de s’enfuir. […]

Le Midi Libre (Merci à Lilib)

Mulhouse (68) : un contrôleur SNCF agressé

Un contrôleur SNCF a été agressé ce matin à la gare de Mulhouse par une adolescente qu’il venait de verbaliser dans un train TER. Il s’agit de la deuxième agression d’un contrôleur dans la semaine sur le réseau de transport ferroviaire alsacien, après celle survenue lundi, déjà à la gare de Mulhouse. Le 11 octobre, un contrôleur avait été grièvement blessé par un passager dans un train Lyon-Strasbourg.

Le contrôleur agressé aujourd’hui venait de verbaliser une adolescente dans le train TER assurant la liaison Bâle-Strasbourg. « A la sortie du train, elle lui a donné un coup de pied au niveau de la jambe« , a dit à l’AFP une porte-parole de la SNCF. « Il a une plaie à la jambe, c’est sûr que ce n’est pas la même gravité » que l’agression survenue en octobre, a dit Jean Veltz, un contrôleur du syndicat Sud Rail. « Mais cette accumulation nous inquiète, il faut faire quelque chose contre ces jeunes agresseurs qui ont le sentiment d’une impunité« , a-t-il ajouté. (…)

Le Figaro

SNCF : Trafic bel et bien perturbé suite à l’agression à l’arme blanche d’un agent

Les cheminots, essentiellement du syndicat Sud-Rail ont mis leur menace à exécution : une partie d’entre eux ont exercé leur droit de retrait aujourd’hui pour protester contre l’agression à l’arme blanche d’un agent lundi sur la ligne Lille-Dunkerque.

La SNCF a comptabilisé des retards allant de 25 à 45 minutes sur des TGV Lille-Paris et Lille-Bruxelles. En outre 28 TER ont été supprimé durant la période de pointe matinale, essentiellement sur l’axe Lille-Dunkerque où a eu lieu l’agression. Ces suppressions ont pu avoir des repercussions sur le reste du réseau se traduisant par des retards. […)

Nord Eclair

(merci à parciparla)

Dunkerque : Abonné aux outrages sur un contrôleur de bus, il prend son ticket pour la prison

Samir Aziar est sorti de prison le 2 mai. Ce n’était pas un aller simple. Son billet de retour lui a été délivré, hier par la justice, en comparution immédiate. Ce Grand-Synthois âgé de 23 ans a été condamné à un an de prison dont six mois ferme et écroué.

Grenoble : Agression d’un contrôleur, le jeune Grenoblois mis en cause a été laissé libre.

Un jeune Grenoblois devant la justice . Un jeune Grenoblois de 20 ans a été entendu par les policiers de la Sûreté départementale dans le cadre d’une enquête concernant l’agression dont avait été victime un contrôleur de la Semitag, le 15 mars dans l’après-midi au niveau de l’arrêt Albert 1 er-de-Belgique, à Grenoble.

Ce jour-là, un passager avait refusé d’être contrôlé et avait fait tomber le contrôleur qui s’était vu délivrer trois jours d’incapacité totale de travail. Le jeune Grenoblois mis en cause a été laissé libre. Il sera convoqué prochainement devant la justice.

Le Dauphiné

Pourtant jugé « inapte », le fils Tibéri pistonné par le gouvernement

Dominique Tibéri, fils de l’ancien maire de Paris Jean Tibéri, a finalement décroché un poste de « contrôleur général économique et financier » au ministère des Finances, rapporte Europe 1. Une promotion très politique puisque les diplômes et qualifications de Dominique Tibéri ont été jugés insuffisants par une Commission indépendante chargée des nominations.

« Inapte » pour un tel poste, d’habitude occupé par des énarques et des experts en droit public, la promotion du fils Tibéri a pourtant été confirmée par le gouvernement, qui n’a pas tenu compte de l’avis de la commission. Et pour cause : François Fillon envisagerait de s’installer à Paris en vue de la prochaine élection municipale, mais les places sont rares au sein de la droite parisienne. Jean Tibéri aurait néanmoins accepté de délaisser sa circonscription, clairement acquise à l’UMP, à François Fillon en échange de la promotion de son fils.

Europe 1

(merci à Létonné )

Grenoble : Des contrôleurs de tramway agressés, onze blessés

Addendum vidéo :

Mercredi, une équipe de contrôleurs qui effectuait une patrouille sur la ligne A du tramway, à Grenoble, dans l’Isère, a été agressée par une vingtaine d’individus, au moment où les rames passaient dans le quartier de la Villeneuve.

Lire la suite

Caillassage du Paris-Beauvais : le contrôleur témoigne

Rencontre avec le contrôleur du train caillassé samedi soir par une trentaine de jeunes en gare de Méru. En onze ans de carrière, ce Beauvaisien d’une trentaine d’années n’avait jamais connu un tel déchaînement de violence.

Ce contrôleur est encore sous le choc. Samedi soir, il a été agressé – avec cinq agents de police – par une trentaine de jeunes qui ont caillassé le train avec des pierres tirées du ballast.

En poste depuis onze ans sur la ligne Paris-Méru, il avoue avoir cessé de contrôler les jeunes les plus menaçants : il a peur. Les voyageurs aussi. Les wagons occupés par des bandes deviennent des zones de non-droit. Quand des usagers se retrouvent par hasard dans ce genre de wagon, ce contrôleur n’hésite pas à  « simuler un problème sur leur billet, pour permettre aux voyageurs, s’ils le souhaitent, de changer de wagon sans provoquer les jeunes ».

Depuis l’épisode du caillassage de samedi, il fait des cauchemars : «Je dors deux heures la nuit et je me réveille, pensant encore à cela. Je dois retourner chez le médecin ». «Quand j’ai donné l’ordre de partir, j’étais couché dans le train pour éviter les pierres. Tout est allé très vite. Les gens étaient choqués, certains ont même cru qu’il y avait eu des coups de feu tellement le choc des pierres contre la tôle faisait du bruit ».

En onze ans de carrière, ce contrôleur a connu « les insultes, les menaces », mais jamais une telle agressivité. Il sait cependant qu’il a de la chance : il n’a pas fini « inconscient sur le quai » comme l’un de ses collègues, quelques jours plus tôt, agressé à coups de barre de fer.

Lire l’article