Rapport de l’ONU «Israël pratique le nettoyage ethnique»

Le rapporteur de l’ONU pour les territoires palestiniens, Richard Falk (professeur juif américain ndlr), a accusé vendredi, Israël, de pratiquer une politique de nettoyage ethnique à Jérusalem-Est.

(…) «L’évolution va clairement vers une détérioration en raison de la politique de colonisation israélienne au détriment des droits des Palestiniens», a-t-il dit. Le nombre de colonies de peuplement construites en Cisjordanie a doublé l’an dernier. La construction de centaines de nouvelles maisons dans les territoires palestiniens a déjà été autorisée cette année par le gouvernement israélien, a indiqué Richard Falk.

Discrimination systématique

«Les expropriations de biens et les démolitions de maisons palestiniennes, la construction de nouvelles colonies à Jérusalem-Est, l’impossibilité pour les Palestiniens d’y construire équivalent à une discrimination systématique basée sur l’identité ethnique», a-t-il déclaré.

Dans son rapport au conseil des droits de l’homme, Richard Falk a souhaité que la Cour internationale de justice (CIJ) se penche sur le statut légal de l’occupation israélienne prolongée de manière à mieux garantir les droits des Palestiniens.

L’expert de l’ONU a aussi dénoncé la poursuite de la construction du Mur, déclaré illégal par la CIJ en 2004. Environ 85% du Mur de séparation ou barrière de sécurité se trouve sur territoire palestinien en Cisjordanie et plus de 60% des 708 kilomètres prévus sont achevés, a-t-il dit.

Attention détournée

Richard Falk a estimé qu’Israël profite des crises en Syrie et en Ukraine qui détournent l’attention de la communauté internationale et permettent à l’État hébreu de poursuivre sa «politique annexionniste». «Il y a actuellement très peu d’éléments qui encouragent Israël à y renoncer», a-t-il affirmé.

Le rapporteur a aussi dénoncé les «campagnes diffamatoires» de certaines ONG pro-israéliennes, comme UN Watch, à son encontre. «Elles ont eu pour effet de détourner l’attention du message vers le messager et de parler des biais supposés de l’observateur plutôt que de ses observations», a affirmé l’universitaire américain. Le conseil des droits de l’homme doit nommer la semaine prochaine un nouveau rapporteur pour les territoires palestiniens.

L’Essentiel

«Soluble ou pas, l’islam est désormais bien présent en Europe d’une manière durable et substantielle»

Bilan de l’immigration arabo-musulmane en Europe, «fait désormais irréversible», par René Naba, ancien responsable du monde arabo-musulman au service diplomatique de l’Agence France Presse, ancien conseiller du Directeur Général de RMC/Moyen orient, chargé de l’information. Extraits de son article intitulé « Le plus important bouleversement démographique de l’histoire de l’humanité »

Cinq siècles de colonisation intensive à travers le monde n’auront ainsi pas banalisé la présence des «basanés» dans le regard européen, ni sur le sol européen, pas plus que dans l’imaginaire occidental.

Au-delà de la polémique sur la question de savoir si «l’Islam est soluble dans la République ou à l’inverse si la République est soluble dans l’Islam», la réalité s’est elle-même chargée de répondre au principal défi interculturel de la société européenne au XXIe siècle. Soluble ou pas, hors de toute supputation, l’islam est désormais bien présent en Europe d’une manière durable et substantielle, de même que sa démographie relève d’une composition interraciale, européenne certes, mais aussi dans une moindre proportion, arabo-berbère, négro-africaine, turque et indo-pakistanaise: quatre mille mosquées, douze millions de fidèles, et 2,6 % de la population européenne est d’origine musulmane, selon les statistiques officieuses concernant les 15 pays de l’Europe occidentale communiquées avant l’adhésion massive des 12 pays de l’Europe centrale et orientale. Premier pays européen par l’importance de sa communauté musulmane, la France est aussi, proportionnellement à sa superficie et à sa population, le plus important foyer musulman du monde occidental. […]

Avec près de cinq millions de musulmans, dont deux millions de nationalité française, elle compte davantage de musulmans que pas moins de huit pays membres de la Ligue arabe (Liban, Koweït, Qatar, Bahreïn, Emirats Arabes Unis, Palestine, Iles Comores et Djibouti). Elle pourrait, à ce titre, justifier d’une adhésion à l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) , le forum politique panislamique regroupant cinquante-deux Etats de divers continents ou à tout le moins disposer d’un siège d’observateur.

Une France plongée dans la pénombre, en pertes de repères, en quête de sens, victime des remugles de sa mémoire. Le contentieux non apuré en France à propos de Vichy et de l’Algérie continue de hanter la conscience française, de même que son passif post- colonial.

En vingt ans (1980-2000), près de trois mille associations ont été fondées et mille cinq cents lieux de culte édifiés, parmi lesquelles cinq grandes Mosquées, dont trois dans la région parisienne Paris, Evry et Mantes-La-Jolie, ainsi qu’à Lyon et Lille. […]

Socle principal de la population immigrée malgré son hétérogénéité linguistique et ethnique, avec près de 20 millions de personnes, dont cinq millions en France, la communauté arabo-musulmane d’Europe occidentale apparaît en raison de son bouillonnement -boutade qui masque néanmoins une réalité- comme le 28ème Etat de l’Union européenne. […]

Au seuil du IIIe millénaire, la France souffre d’évidence d’un blocage culturel et psychologique marqué par l’absence de fluidité sociale. Reflet d’une grave crise d’identité, ce blocage est, paradoxalement, en contradiction avec la configuration pluriethnique de la population française, en contradiction avec l’apport culturel de l’immigration, en contradiction avec les besoins démographiques de la France, en contradiction enfin avec l’ambition de la France de faire de la Francophonie, l’élément fédérateur d’une constellation pluriculturelle ayant vocation à faire contrepoids à l’hégémonie planétaire anglo-saxonne, le gage de son influence future dans le monde.

oumma

Pour Chevénement, «les peuples français et algérien n’étaient pas miscibles» (rediff)

[Il est à noter que Dailymotion a censuré cette vidéo]
[miscible = qui peut se mélanger de façon homogène]

France-Culture, le 15 Août 2008. Emission « Un autre de Gaulle ». Jean-Pierre Chevènement déclare :

« La France au fond n’avait rien à faire en Algérie. Elle y est allée par hasard en 1830. Elle n’a jamais su ce qu’elle y faisait. Elle n’a pas fait véritablement une grande colonie de peuplement. (…) Il aurait fallu distinguer le sort de la France et de l’Algérie, parce que, je le pense, ces deux peuples n’étaient pas miscibles.»

Questions corollaires :
• En quoi ces deux peuples sont-ils plus miscibles aujourd’hui ?
• Quels sont les critères qui rendent les peuples « miscibles » ?
• Avec quel peuple les Français sont-ils « miscibles » ?
• Avec quels autres peuples les Français ne sont-ils pas « miscibles » ?

Islamophobie : «Les décennies de colonisation et de postcolonisation ont été marquées du sceau de l’infamie du racisme… » (Vidéo)

Gauthier Rybinski, a invité sur France 4 Marwan Mohammed, sociologue, co-auteur de « Islamophobie, comment les élites françaises fabriquent le ‘problème musulman’ » (La Découverte).

Introduction du journaliste :

Derrière l’autre, se cache «l’étranger» musulman vu comme le fantassin d’une armée sournoise, un mélange de délinquants et de femmes voilées, de terroristes et/ou d’assistés sociaux. Il faudrait être aveugle pour ne pas avoir remarqué la progression en France d’un racisme anti-arabe et anti-musulman inadmissible et nauséabond alimenté par les clichés que je viens de citer.. Rien de malheureusement nouveau. Les décennies de colonisation et de postcolonisation ont été marquées du sceau de l’infamie du racisme…

oumma

La Chine fait-elle main basse sur les prairies canadiennes ?

Pour satisfaire l’appétit insatiable de l’Asie, des immigrés chinois investissent depuis peu des millions de dollars dans les prairies de l’Ouest canadien. Vastes cultures ou élevages, ils bâtissent des fermes géantes afin d’exporter sur l’autre rive du Pacifique.

Ce phénomène est particulièrement développé dans la Saskatchewan, une province agricole plus grande que la France, mais peuplée de seulement un million d’habitants. Ici, les champs s’étendent à perte de vue et leur acquisition est particulièrement bon marché. (…)

Confronté à l’inquiétude des maires locaux, le gouvernement a diligenté une enquête : «La loi de Saskatchewan est claire: seuls les citoyens et les résidents permanents du Canada peuvent investir dans les terres agricoles de la province (…) et les entreprises qui le font doivent être 100 % canadiennes. Des rumeurs veulent que certains intérêts essaient de contourner nos lois».

Dans ces campagnes canadiennes, plusieurs agriculteurs ont confié leurs doutes: et si ces immigrés chinois qui arrivent les poches remplies de dollars étaient en fait des prête-noms permettant à Pékin d’acquérir des terres arables?

Après avoir mis la main sur d’énormes gisements pétroliers dans la province voisine d’Alberta – forçant Ottawa à renforcer ses lois sur l’investissement étranger -, l’appétit de l’État chinois pour les ressources naturelles canadiennes apparaît infini. (…)

«Ces grands groupes qui achètent petit à petit toutes les terres ne pourront jamais les cultiver eux-mêmes. Vont-ils faire de nous de simples employés?»

lapresse.ca

MRAP : “Le Maroc ne mérite pas d’être membre du conseil”

Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap), une association française non gouvernementale créée depuis 1949 par d’anciens résistants, a estimé, lundi dans une intervention orale devant la 23e session du Conseil des droits de l’Homme, que le Maroc s’est discrédité de toute possibilité de candidature au Conseil onusien des droits de l’Homme à cause de son rejet de l’inclusion de l’observation et de la protection des droits de l’Homme dans le mandat de la mission de l’ONU au Sahara Occidental. Le représentant de cette organisation, agréée comme “Association nationale d’éducation populaire” en France et dotée du statut consultatif auprès de l’ONU, a souligné que, par ce rejet, le royaume du Maroc “s’est disqualifié des élections au Conseil des droits de l’Homme”.

Rappelons que le Maroc est candidat pour les élections à la candidature du Conseil des droits de l’Homme de Genève, alors que l’Algérie est le candidat soutenu par l’Union africaine à ce même siège.

Le Mrap a ouvertement critiqué l’attitude incompatible du Maroc, qui refuse de permettre à l’ONU de protéger les droits de l’Homme au Sahara Occidental alors qu’il œuvre par tous les moyens pour intégrer le Conseil onusien censé être en charge de la promotion et la protection universelles des droits de l’Homme.

L’organisation française a, en conclusion, estimé qu’il est grand temps pour le Haut-Commissariat des droits de l’Homme “d’envoyer une équipe d’enquête au Sahara Occidental afin d’évaluer la situation des droits de l’Homme et la situation des organisations non gouvernementales” sahraouies, soulignant qu’il est nécessaire “d’inclure dans le prochain rapport annuel de l’Office (du Haut-Commissariat des droits de l’Homme) une section dédiée aux territoires non autonomes”, tel le Sahara Occidental. (…)

Liberté-Algérie

Françoise Vergès : « L’Europe porte toujours le fardeau de la colonisation, de la traite négrière et de l’esclavage (…) »

[Article de La Croix du 19 avril ]

(…) « Vous n’êtes pas sans savoir, chères Européennes et chers Européens, que, vue des Suds, l’Europe porte toujours le fardeau de ce qu’elle a entrepris dès le XV e siècle, la colonisation du monde. Cette colonisation s’est accompagnée de la traite négrière, de l’esclavage, de spoliations, de massacres, de génocides, de déplacements de populations, de régimes d’exception et de règles discriminatoires, de déni des cultures, des langues, des religions et de racisme.

Il y a toujours eu, je vous l’accorde, des espaces qui ont échappé à cet ordre, mais les héritages de la longue histoire de la colonisation européenne sont encore vivaces.

Les paroles d’Aimé Césaire, de Frantz Fanon, d’Édouard Glissant, et celles de poètes, de romanciers, d’artistes m’ont appris que toutes les civilisations étaient belles et que nulle ne pouvait prétendre à la supériorité. Nulle aigreur, nul ressentiment dans leurs œuvres mais la conviction que pour échapper à la barbarie qui menace toujours, et pour retisser du lien, il fallait que l’Europe se penche sur son passé, qu’elle se « décolonise » pour entrer en relation avec le monde.

(…) Depuis des siècles, elle a été enrichie de tous les apports, de toutes les contributions culturelles de personnes venues s’établir sur son sol, Africains, musulmans, Asiatiques devenus ses citoyens. L’Europe n’a jamais été uniforme ou homogène et les peuples ont raison de refuser la construction d’un ensemble qui n’aurait pour principe d’organisation que celui du marché avec sa logique économique.

Il ne faut cependant pas céder à la peur. Cela peut paraître facile à dire, mais elle est mauvaise conseillère, elle réveille et attise la haine. Il est important de lui résister, de résister à la fabrique du consentement à la haine xénophobe, antisémite et raciste. (…)

La Croix

Françoise Vergès est une politologue™ française originaire de l’île de La Réunion. Elle est la nièce de Jacques Vergès et fille de Paul Vergès, fondateur du Parti communiste réunionnais.

————————–

Revoir :

Complément vidéo : Toutes les France – 20 octobre 09

«Il y a une vieille France arrogante, qui refuse le multiculturalisme, et qui doit vraiment s’ouvrir. On est toujours dans cette vieille France avec toujours les mêmes vieilleries et les mêmes vieilles choses.»

Image de prévisualisation YouTube

 

Françoise Vergès : « On continue à faire comme si la France était blanche et chrétienne» (+video)


[extraits] À l’occasion de la manifestation « Histoires parallèles, pays mêlés », Françoise Vergès, présidente du Comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage revient sur le passé colonial de la France et ses séquelles.

Françoise Vergès : La France est un cas unique en Europe. Tout se passe comme si l’histoire de la France était celle de l’Hexagone. (…) La société française est composée de Canaques, d’Haïtiens, de Guyanais, de Réunionnais, de descendants de marrons, de bagnards, de colons…

« On continue pourtant à faire comme si elle était blanche et chrétienne. Tant qu’on n’aura pas changé cette cartographie mentale et qu’on n’aura pas inclus la colonie au coeur de la société française et de la fabrication de son identité, on ne pourra pas transformer les musées, les manuels scolaires, etc.»

(…) On est en train d’entrer doucement, très difficilement, dans ce processus de décolonisation des esprits. Cela va être long et rencontrer des résistances parce qu’il faudra renoncer à beaucoup de privilèges, notamment à celui lié au fait d’être blanc.

« Il y a une manière de regarder les personnes qui ne seraient pas des « Français de souche », pour reprendre cette expression, comme étant justement un peu arriérées.

Il y a une espèce de confusion entre être blanc et être civilisé. La société française doit comprendre qu’elle serait bien plus pauvre culturellement, artistiquement, intellectuellement… si elle n’avait pas eu ces apports autres, « étrangers ». (…) »

À partir de 1962, après l’Algérie, la France s’est repliée sur elle-même et s’est reconstruite comme européenne. Mais heureusement, il n’y a pas qu’une bibliothèque coloniale et raciste. Il y a aussi une France révolutionnaire, anticolonialiste.

Les discours doivent être transformés pour répondre aux réalités d’aujourd’hui dans un monde globalisé. La réponse ne peut plus être celle de la France qui se voit uniquement blanche.

Jeune Afrique

——————————–

Complément vidéo : Toutes les France – 20 octobre 09

«Il y a une vieille France arrogante, qui refuse le multiculturalisme, et qui doit vraiment s’ouvrir. On est toujours dans cette vieille France avec toujours les mêmes vieilleries et les mêmes vieilles choses.»

Image de prévisualisation YouTube

———————–
Françoise Vergès est une politologue™ française originaire de l’île de La Réunion. Elle est la nièce de Jacques Vergès et fille de Paul Vergès, fondateur du Parti communiste réunionnais, élu au Conseil régional de La Réunion, puis élu sénateur, puis élu président du Conseil régional de La Réunion.

Elle s’est investie dans les problématiques de l’esclavage « colonial », les théories politiques en « postcolonie » et les phénomènes de « créolisation ». Militante féministe, elle a édité le journal Des femmes en mouvement et dirigé la collection « Femmes en lutte de tous les pays ».

En avril 2009, elle a été désignée «experte transversale» dans le cadre des états généraux de l’Outre-mer. 

——————-
Selon plusieurs sites, les ancêtres des Vergès, loin d’être esclaves, auraient plutôt été de l’autre coté de la barrière :  « Ses ancêtres Million des Marquets possédaient, selon l’acte établi en 1848, « 121 esclaves dont 66 créoles, 12 malgaches, 39 mozambiques et 4 indiens ou malais ». (source)

(cliquer l’image)

50% des – de 1an ont une mère immigrée dans le 93 (Seine-Saint Denis)

(…) Championne de la fécondité francilienne, la Seine-Saint-Denis, suite à une hausse constante depuis 15 ans, culmine en 2009 à 2, 42 enfants par femme. Elle devient ainsi le deuxième département le plus fécond de France, juste derrière la Guyane et devant la Réunion.

Ces disparités peuvent être dues à plusieurs facteurs, notamment la structure des ménages. À Paris, la part des femmes de 15 à 49 ans vivant seules est deux fois plus élevé que la moyenne nationale: 27 % contre 13 %. En grande couronne, où les familles sont plus nombreuses, cette part tombe à 8 % et ne dépasse pas 9 % en Seine-Saint-Denis.

L’immigration jouerait aussi un rôle si l’on en croit les chiffres: en Île-de-France, 22 % des femmes de 15 à 49 ans sont immigrées mais 31 % des enfants de moins d’un an ont une mère immigrée. Pour les femmes nées à l’étranger, l’indice conjoncturel de fécondité francilien atteint 2,93 enfants, contre 1,80 pour les femmes nées en France. En Seine-Saint-Denis, département où une femme sur trois est immigrée et où un enfant de moins d’un an sur deux a une mère immigrée, ces indices sont respectivement de 3,55 et 1,96. On constate le même phénomène, quoique d’ampleur moindre, dans le Val d’Oise. (…)

Le Figaro