Tuberculose, cours suspendus dans un collège d’Evry

Les professeurs du collège Paul-Eluard à Evry, dans l’Essonne, ont exercé leur droit de retrait jeudi après l’apparition de plusieurs cas de tuberculose dans l’établissement. Les cours devaient toutefois reprendre ce vendredi. [...]

Hebergeur d'image

Des élèves de Paul-Eluard…

Un premier cas avait été enregistré en février dans cet établissement, et un dépistage des personnes ayant été en contact avec l’enfant touché avait été mis en place par le comité de lutte anti-tuberculose (Clat), a précisé le Conseil général de l’Essonne dans un communiqué.

Selon le Conseil général, 54 personnes -élèves et adultes- ont été dépistées. « Au regard du nombre de tests positifs dans le premier cercle dépisté (deux fois supérieur à celui généralement attendu), il a été décidé d’élargir le dépistage à un second cercle, composé des élèves fréquentant la demi-pension au même moment que l’élève concerné », ajoute le communiqué, sans préciser le chiffre exact de personnes touchées. [...]

Hebergeur d'image

Des élèves de Paul-Eluard en EPS…

TF1 News

Orange : des mineurs soupçonnés d’agression sexuelle

Que s’est-il réellement passé dans cette cave de la cité de La Tourre à Orange ? Les enquêteurs de la Police nationale se refusent à tout commentaire. [...]

L’un des agresseurs aurait dérobé le téléphone portable de la victime. Il aurait ensuite demandé à la jeune fille de le suivre dans les caves de son immeuble pour qu’elle puisse le récupérer.

Sur place, l’adolescent, aurait appelé trois de ses amis. Ensemble, ils auraient procédé à des attouchements sur la jeune fille. [...]

Le Dauphiné Libéré

Merci à Thomina

Meaux : 6 collégiens poursuivis

Six collégiens ont été déférés hier soir devant un juge des enfants de Meaux après avoir frappé un élève dans la cour de récréation d’un collège de Coulommiers (Seine-et-Marne) et diffusé la vidéo de cette bagarre sur Facebook, a-t-on appris de sources concordantes.

Cinq jeunes de 15 ans sont soupçonnés d’avoir mis à terre un élève dans la cour de récréation du collège Hippolyte-Rémy, le 8 janvier, lui donnant des coups de pieds et l’aspergeant de déodorant dans les yeux. L’un d’eux a demandé à une jeune fille de filmer la scène avec un téléphone et la vidéo a été diffusée sur Facebook, a-t-on expliqué de source judiciaire, confirmant une information du Parisien. [...]

Le Figaro

Les collégiens face aux stéréotypes

Après l’élaboration d’une charte contre les discriminations, le collège Joliot-Curie poursuit la sensibilisation sur les stéréotypes garçons-filles.

http://img39.imageshack.us/img39/6745/201203154f61a9768702001.jpg

Ah les clichés ont la vie dure. Les filles portent des jupes et ne s’intéressent qu’au maquillage. Les garçons sont sportifs et jouent en permanence aux jeux vidéos. Pourtant, ces stéréotypes sont mis en avant par les jeunes eux-mêmes. Des images préconçues qui s’insinuent dans leurs relations et peuvent poser des problèmes dans la vie du collège. (…)

Pour faire avancer les mentalités, l’association Démocratie et Courage est intervenue mardi au collège Joliot-Curie auprès des classes de 4e et de 3e.

Trois intervenants pour donner la parole aux jeunes et les sensibiliser aux problèmes de la discrimination. Un sujet qui n’est pas tabou au sein de l’établissement ternois. Cette réflexion a abouti d’ailleurs à la création d’une charte. « Nous travaillons sur le thème des discriminations depuis deux ans.

Tous les critères sont concernés : homophobie, sexisme, racisme, etc. On souhaitait renforcer cette réflexion pour une intervention extérieure »,

précise Véronique Oger de Vienne, directrice adjointe.

(…) Mais comme le soulignaient ces collégiens, après réflexion, ces descriptions ne sont que des images. « Il ne faut pas généraliser ».

Reste à voir si par la suite garçons et filles ont fait un pas de plus vers la tolérance.

L’Aisne nouvelle

Guadeloupe : un collégien poignardé

Tout se déroule mercredi à la sortie des cours. Un collégien de 14 ans est abordé par deux jeunes. Très vite, le ton monte. Les insultent fusent.

C’est alors que l’un des jeunes sort une paire de ciseaux et en assène plusieurs coups à l’adolescent à la poitrine [...]

DomActu

Faches-Thumesnil (59): L’agresseur présumé : un bon élève pris à partie par ses camarades ?

L’adolescent soupçonné d’avoir porté des coups de couteau à un de ses camarades a été déféré, hier, devant un juge d’instruction. Pour le procureur, il ne s’agit en rien d’une « agression classique ».Mercredi déjà, quelques heures après le drame, le procureur de la République avait prévenu que ce n’était pas « une agression à l’arme blanche classique ». Un élève de troisième avait pourtant reçu trois coups de couteau devant le collège Jean-Zay, après avoir voulu s’interposer dans une bagarre entre deux collégiens de sa classe.

Mais cette fois, le contexte est particulier, a expliqué Frédéric Fèvre hier :

Le présumé agresseur est un bon élève, et certains camarades avaient pris l’habitude de récupérer ses devoirs pour les recopier

Jusqu’au jour où des profs s’en sont rendus compte :

L’élève a alors décidé de ne plus donner ses devoirs, et c’est à partir de là que les choses se sont envenimées ». Il y aurait eu échange d’insultes, l’élève aurait été pris à partie et même frappé lundi dernier : « C’est pour se défendre et par peur qu’il a pris un couteau sur lui, même si cela reste inadmissible [....]

L’information judiciaire vise également les faits de violences dont l’adolescent a été victime, a ajouté le procureur qui veut « renvoyer tout le monde dos à dos » et mettre au clair les « relations complexes » entre ces collégiens.[...]

Nord Eclair

Ruffec (16): les collégiens apprennent la cuisine africaine

Les élèves de 4e et 5e Segpa atelier cuisine du collège Val-de-Charente à Ruffec ainsi que quelques résidents de Mosaïque ont appris à cuisiner le Tô, le plat national du Burkina Faso, avant que le groupe «Les Griots de Kossi», en résidence Musiques métisses, ne reparte à Angoulême (Photo CL). Avec leurs professeurs, Sophie Fouchaq et Elodie Galleco, les élèves ont scrupuleusement exécuté les conseils de Sali Sanou, la danseuse du groupe, pour préparer ce plat composé de poulet, choux tomates et farine de cacahuètes, façonnée en quenelles et servi avec une sauce légèrement pimentée. Les musiciens, eux, ont encadré un autre groupe pour réaliser une savoureuse salade de fruits très colorée. Un repas pris en commun a mis un terme à la leçon de cuisine.[...]

La Charente Libre

Saint-Michel-sur-Orge (91): il tire au plomb sur des collégiens

Quatre collégiens ont été touchés par des tirs au pistolet à plomb, mercredi midi, devant le collège Boileau de Saint-Michel-sur-Orge (Essonne). C’est un habitant de l’immeuble situé face à l’établissement scolaire qui a tiré en direction des jeunes. Touchés au bras, à la jambe, à l’épaule et au pouce, les quatre victimes sont parvenues à rejoindre le collège et à prévenir la direction de l’établissement qui a appelé la police.

Les enquêteurs du commissariat de Sainte-Geneviève ont interpellé un homme âgé de 26 ans. Placé en garde à vue, il va comparaître vendredi au tribunal d’Evry pour violences avec arme. Les victimes se sont vu prescrire chacune un jour d’ITT (incapacité temporaire de travail).

Le Parisien

La Fère (02) : agressions sexuelles,menaces … En 6e, ils terrorisaient toute une classe

Deux garçons de 6e ont été entendus hier par les policiers de Tergnier après qu’ils aient fait subir des brimades à leurs camarades. L’un des deux est accusé d’agression sexuelle.C’est toute une classe de 6e du collège Marie-Luxembourg qui a vécu pendant plusieurs mois sous l’emprise d’un petit caïd. Une « terreur » d’1m30 qui a entraîné l’un de ses camarades à faire subir de nombreuses brimades à d’autres collégiens et collégiennes.[...]

des agressions physiques ou verbales comme par exemple des menaces de mort. Le tout lors des récréations des temps de pause du midi voir des cours d’EPS. Si l’un des deux qui réside à Charmes s’est bien fait entraîner par le premier, le meneur originaire de Beautor et qui rencontre des soucis familiaux, se voient aussi reprocher une agression sexuelle sur des jeunes filles de sa classe.[…)

L’Union Presse

Nantes : les collégiens exclus confiés à des policiers pour œuvrer au rapprochement …

Pas de chahut dans les rues .Le dispositif, expérimental, va être testé dans quatre collèges de Nantes et un de Saint-Herblain. A partir de lundi, six collégiens qui auront fait l’objet d’une exclusion temporaire de leur établissement vont être encadrés, le temps de leur éviction, par les policiers d’une cellule spécialisée. Celle-ci a été créée en juillet pour œuvrer au rapprochement entre la police et les jeunes des quartiers, au travers des activités socio-éducatives (initiation à la plongée sous-marine, au moto-cross, à la sécurité routière…).

La mesure, qui se fera avec l’accord des parents concernés, comprend au passage «trois heures de travail scolaire par jour, sous la férule d’un animateur», a précisé lundi Bernard Javaudin, l’inspecteur d’académie, lors de la signature de la convention de partenariat.

Une convention signée par le ministre de l’Intérieur en personne, qui était hier en déplacement en Loire-Atlantique.

Il n’appartient pas à la police de faire le travail des associations ou de travailleurs sociaux», a déclaré Claude Guéant aux journalistes. «Mais la police a valeur d’exemple, elle est au cœur du respect. C’est son devoir d’apporter cette valeur ajoutée, que d’autres ne sont pas en mesure d’apporter.

20 Minutes

Mantes-la-Jolie : stages pour les collégiens exclus, initiation à la radio

La radio du Val-Fourré LFM prend en stage des élèves exclus du collège. Et ça marche. Dans ce cadre, les apprentis journalistes s’appliquent volontiers plus qu’à l’école.Habituellement, un élève exclu de son collège se retrouve chez lui, devant la télévision ou dans la rue. A Mantes-la-Jolie, quelques-uns d’entre eux en profitent pour suivre un stage de plusieurs jours à la radio locale LFM. [...]

M’Barek, 14 ans, cumule les exclusions. Cet enfant du Val-Fourré n’apprécie pas l’école et n’a d’ailleurs pas hésité à l’écrire dans sa chronique. « Je n’aime pas les cours, je veux travailler dans la restauration, confie ce grand gaillard un peu timide. J’ai l’impression d’être mal considéré, traité comme un imbécile. » [...]

Je ne suis pas heureux d’aller à l’école. On est trop nombreux, au moins vingt par classe. Il y a trop de règles à respecter

Le Parisien