Ayrault appelle les Français à accepter la mondialisation

La France doit tirer parti de la mondialisation et encourager la prise de risque sans renier son modèle économique et social, qui doit être «renouvelé», estime le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, dans une tribune publiée jeudi par Le Monde. Ce long texte précise le cap du gouvernement, qui entame avec son premier conseil des ministres de l’année douze mois difficiles sur le plan économique avec une feuille de route pour les six mois à venir.

«La France est à la croisée des chemins», écrit Jean-Marc Ayrault, qui souligne que le modèle politique, social et économique fondé depuis deux siècles est aujourd’hui fragilisé par les inégalités, la dette publique et le chômage. La montée des extrêmes dans les urnes et la défiance qui «paralyse nos relations sociales et politiques» obligent également la France à réinventer son modèle, sans rupture mais en refusant un prétendu «âge d’or», ajoute-t-il.

«La crise que nous traversons est d’abord économique et sociale. La tentation est grande d’en reporter la responsabilité sur autrui, d’accuser la libéralisation des échanges commerciaux et financiers, la concurrence des pays à bas coûts et les politiques conduites en Europe», poursuit le Premier ministre.

Suite et commentaires sur Fortune

Que doit-on attendre des voeux de fin d’année de François Hollande ?

Le président de la République veut adresser «en moins de dix minutes» un message d’optimisme aux Français en dépit de la crise et de l’aggravation de la situation de l’emploi.

«Il faut donner de l’espérance, sinon, comment mobiliser le pays ?» souligne un proche du chef de l’État. Depuis des semaines, François Hollande ne cesse de répéter que «la crise est derrière nous», du moins la crise financière et de l’euro. Il reste, reconnaît-il, à sortir de la crise économique, alors que les plans sociaux se multiplient en France.

Près de 29 300 chômeurs supplémentaires sont venus pointer à Pôle emploi le mois dernier et, à ce rythme, le triste record absolu de janvier 1997 (3,205 millions de chômeurs) pourrait être battu dans les premiers mois de 2013.

À l’Élysée, on assure percevoir la « grande inquiétude » des catégories populaires comme des classes moyennes, saisies par la crainte du chômage et du déclassement. François Hollande aura donc à coeur de faire valoir les réformes engagées par le gouvernement : emplois d’avenir, contrats de génération, pacte de productivité… […]

Le Point

Nouvelle hausse du chômage en novembre : «Un désastre social produit par le PS et l’UMP» selon Marine Le Pen

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a estimé jeudi que la nouvelle hausse du chômage en novembre est «La confirmation du désastre social produit par la politique du gouvernement socialiste, conforme en tout point à celle de l’UMP».

Les Français, ce mois-ci comme ceux qui suivront, sont les martyrs de l’idéologie mondialiste, ultra-libérale et antisociale à laquelle adhère la grande majorité de la classe politique française.

Quelque 29.300 demandeurs d’emploi sans activité se sont inscrits à Pôle emploi en novembre en métropole, marquant un 19ème mois consécutif de hausse et portant leur nombre à 3,13 millions (+0,9% en un mois, +10,8% en un an), a annoncé le ministère du Travail.

«Ces chiffres sont la conséquence évidente de la politique de désindustrialisation et de délocalisation massives dont les socialistes, hier complices, sont à présent coupables, dans le cadre d’une Union européenne qui étouffe la croissance», dénonce dans un communiqué la présidente du parti d’extrême droite.

La patronne du FN critique également comme «une aberration économique et sociale», «l’abandon des PME/PMI, principales créatrices d’emplois dans notre pays» et qui, dit-elle, sont «pourtant accablées par une fiscalité injuste».

«Ce chômage de masse consacre la victoire par abandon de la grande finance sur François Hollande, lequel s’est couché sans broncher devant ses maîtres», fustige également l’ex-candidate à la présidentielle.

20 minutes

Suède : selon un leader de gauche, « faciliter l’immigration peut compliquer la lutte contre chômage »

En Suède, le chef de l’opposition et leader de gauche Stefan Löfven a critiqué un accord qui facilite l’immigration. Selon lui, « le trop grand nombre important d’arrivées ne simplifie pas la lutte contre le chômage ».

Le nouveau chef de file des sociaux-démocrates estime que le clivage social que l’on constate en Suède est en grande partie dû à une politique d’immigration trop généreuse.

Il critique un accord conclu en mars 2011 entre le gouvernement de centre-droit et le parti Vert (opposition), qui a facilité l’immigration pour des motifs économiques de ressortissants de pays non membres de l’Union européenne.

L’arrivée massive, selon lui, de ressortissants de pays non membres de l’Union européenne pour des raisons économiques est une erreur : « Ce n’est pas ce type de mesure qui va régler la question de la lutte contre le chômage. Faire venir de la main d’œuvre étrangère bon marché sans penser à leur intégration n’est pas digne de la Suède. »

Stefan Löfven est cependant favorable à la poursuite d’une immigration généreuse, pour les réfugiés politiques. Pour lui, « la politique d’immigration est un tout dont les vecteurs principaux sont un travail et un logement décent. »

Cette prise de position du nouveau patron des sociaux-démocrates est à lier avec l’entrée, il y a deux ans au Parlement, des Démocrates de Suède (SD), un parti d’extrême droite en expansion et que l’on crédite aujourd’hui de quelque 10% d’opinions favorables.

Source

Merci Chris

Social ou sociétal, la gauche doit-elle choisir ?

L’urgence sociale permet-elle de mener dans le même temps des réformes «sociétales» comme le mariage pour tous ou le droit de vote des étrangers ? A gauche, le débat n’est pas nouveau. Mais il se fait d’autant plus jour quand celle-ci se retrouve au pouvoir dans un contexte de croissance quasi nulle.

Certains vont plus loin en accusant la majorité parlementaire de se servir de ces thèmes sociétaux comme d’un paravent clivant aux renoncements économiques socio-libéraux de l’exécutif.

Après un peu plus de six mois de gauche au gouvernement, le juste équilibre entre le social et le sociétal nourrit les argumentaires de l’opposition et divise de plus en plus au sein du PS.

De la gauche du parti, emmenée par Emmanuel Maurel, à la Gauche populaire, un collectif d’élus animé par les députés Laurent Baumel et Philippe Doucet avec le conseiller régional François Kalfon, de plus en plus de voix s’élèvent pour juger que face à la crise, ses wagons de plans sociaux et ses fins de mois toujours plus difficiles pour des millions de Français, il n’est pas pertinent que le mariage pour tous ou le droit de vote des étrangers – mais aussi dans une moindre mesure le non cumul des mandats ou même la loi sur la fin de vie –, fassent partie des sujets dont le gouvernement et surtout la majorité parlent le plus. […]

Dans un appel adressé lundi à François Hollande, une douzaine de députés autour de Doucet, Baumel et Kalfon l’ont enjoint à changer de cap. Pour éviter le décrochage social et électoral des millions d’ouvriers et d’employés qui ont permis son élection. Une demande à laquelle Bruno Le Roux, a opposé une fin de non recevoir. […]

Libération

La Belgique compte le plus d’immigrés sans emploi

Le taux d’emploi des résidents de Belgique nés hors de l’Union européenne s’élevait l’année dernière à 45,8%. Aucun autre pays européen ne compte si peu d’immigrés au travail, peut-on lire mardi dans De Standaard. [...]

La discrimination à l’emploi joue vraisemblablement un rôle dans ces problématiques. Une étude démontre en effet que les employeurs des pays européens ont tendance à avoir recours à du personnel autochtone. [...]

7sur7.be

 

Suresnes (92). La mairie UMP va embaucher des ex-détenus

Permettre à des détenus de travailler au sein des services municipaux à leur sortie de prison : c’est l’action d’insertion que la ville de Suresnes va mettre en place. Aujourd’hui, le maire (UMP) Christian Dupuy et Alain Fajer, directeur fonctionnel des services pénitentiaires d’insertion et de probation (Spip) des Hauts-de-Seine, signeront la convention relative à la prise en charge des personnes placées sous main de justice.

Elle concernera des jeunes majeurs, résidants de Suresnes et Rueil-Malmaison, condamnés à une peine de trois ans de prison dans le cadre d’un placement sous surveillance électronique, d’un aménagement de peine, d’une sortie de prison ou d’une libération conditionnelle.

(…) Le Parisien

Le chômage enregistre sa plus forte hausse depuis 2009

Près de 47.000 demandeurs d’emploi ne travaillant pas, même à temps partiel, se sont inscrits à Pôle emploi en septembre, portant le nombre de chômeurs à plus de trois millions pour le deuxième mois consécutif.

Cette progression, de 1,6% sur un mois et de 10,1% sur un an, est la plus forte depuis avril 2009. Le chômage progresse par ailleurs en septembre pour le 17e mois consécutif. En comptabilisant les demandeurs d’emploi travaillant à temps partiel, leur nombre atteint 4,5 millions.

Le Figaro

INSEE : « Les descendants d’immigrés d’Afrique sont trois fois plus au chômage que les Français de souche » (màj)

Addendum

Jean-Jacques Bourdin analyse ce rapport avec Pascale Breuil (INSEE). Cette dernière semble gênée d’admettre que l’étude prend également en compte les immigrés clandestins.

« Vous savez, le nombre d’immigrés irréguliers en France est forcément une toute petite partie de ces 5 millions de personnes. L’ordre de grandeur ne peut pas être modifié par les irréguliers. » – Pascale Breuil

 _______________________________

Les descendants d’immigrés d’Afrique sont trois fois plus au chômage que les Français de souche, un écart largement dû au niveau de diplôme, à l’origine sociale et au lieu de vie mais dont une part reste « inexpliquée », selon un rapport de l’Insee rendu public mercredi.

Cinq ans après leur sortie du système scolaire, 11% des Français ayant des parents natifs de France sont au chômage, contre 29% des descendants d’immigrés d’Afrique, notent les auteurs de l’étude « Immigrés et descendants d’immigrés en France ».

Parmi ceux ayant un emploi, 74% des Français de souche ont un contrat à durée indéterminée (CDI) contre 67% des fils et filles d’Africains.

La première raison est liée au diplôme: 30% des descendants d’immigrés d’Afrique sortent du système scolaire sans diplôme, ou avec au mieux le brevet des collèges, deux fois plus que les enfants de natifs.

Les difficultés à l’école s’expliquent par « leurs origines sociales nettement plus populaires »: 58% d’entre eux ont un père ouvrier (contre 26% pour les descendants de natifs).

Mais « quand l’origine sociale, le niveau de diplôme des parents, la structure familiale et la taille de la fratrie sont pris en compte, la réussite dans le secondaire des enfants d’immigrés n’est pas moins bonne que celle des descendants de natifs », soulignent les auteurs du rapport.

Au contraire, les filles d’origine tunisienne ou marocaine décrochent davantage le baccalauréat que les Françaises de souche. [...]

Libération

L’illusion du choc de compétitivité

Par Jean-Yves Le Gallou

« Choc de compétitivité » : c’est la nouvelle illusion à la mode. Industriels et économistes (de l’offre) la réclament et le gouvernement la promet. Le débat sur le calendrier fait rage : pour aujourd’hui, pour demain ou pour les calendes grecques ?

C’est pourtant une illusion de plus ! La question n’est pas de répartir autrement les charges sociales et les impôts, c’est de les diminuer. Or pour baisser les impôts, il faut réduire les dépenses.

Mais pour diminuer les dépenses publiques, il faut s’attaquer aux causes structurelles de leur croissance : le libre-échange intégral et la poursuite de l’immigration.

Car le libre-échange (et les délocalisations) ne sont supportées par l’opinion que grâce aux « amortisseurs sociaux » qui permettent de vivre sans travail : mais ces aides publiques, ces allocations chômage, ces retraites anticipées, ce RSA, qui vont encore croître en 2013, il faut bien les financer. Et donc augmenter les charges.

Suite et commentaires sur Fortune