Pakistan : à peine sortis de prison, les frères cannibales ont récidivé… sur un bébé

Un homme a été arrêté lundi 14 avril par la police pakistanaise pour avoir mangé avec son frère un bébé dont la tête a été retrouvée à leur domicile, dans le centre du Pakistan.

Les frères Mohammad Arif et Farman Ali avaient été incarcérés en 2011 pour une affaire similaire de cannibalisme, puis libérés l’an dernier. A l’époque, ils exhumaient des cimetières des cadavres qu’ils dévoraient comme celui d’une jeune femme dont la dépouille avait été retrouvée amputée d’une jambe. Un haut responsable de la police du Pendjab avait alors déclaré : C’est l’affaire la plus horrible de ma carrière. »

Au Pakistan, aucune loi n’interdit formellement le cannibalisme, une pratique d’ailleurs plus que rarissime dans le pays comme dans le reste du monde. Après deux années de prison, les frères avaient été libérés. Mais au cours des derniers jours, leurs voisins dans le village pendjabi de Darya Khan ont contacté la police après avoir senti des odeurs nauséabondes en provenance de leur domicile.

« Mohammad Arif a été arrêté après la découverte d’une tête de nourrisson. Il a avoué son crime », a déclaré Zafar Iqbal, le chef de la police du village. « Il a raconté que son frère avait ramené le bébé mort d’un cimetière situé à proximité, qu’ils l’avaient fait cuire, puis l’avaient consommé », a renchéri le chef de la police du district local de Bhakkar, Ameer Abdullah.
Il n’y a pas de loi spécifique interdisant le cannibalisme au Pakistan… nous avons donc engagé des charges contre M. Arif pour profanation d’une dépouille humaine », a-t-il ajouté.

Les autorités ont par ailleurs lancé une chasse à l’homme pour retrouver le frère de Mohammad Arif. « Nous allons aussi procéder à des tests psychiatriques » pour évaluer la santé mentale du prévenu, a précisé Ameer Abdullah.

Le Nouvel Obs

Des morceaux d’un corps de femme découverts dans un frigo à Nice

Des morceaux de corps d’une femme âgée ont été retrouvés à Nice dans son réfrigérateur et dans le jardin de sa maison par sa fille qui a donné l’alerte [...]

Selon les premières informations recueillies auprès de la Sécurité publique des Alpes-Maritimes, au moins une jambe et un bras de la victime ont été retrouvés dans le réfrigérateur du domicile de celle-ci, sur une colline à l’ouest du centre-ville.

C’est sa fille, vivant à son domicile, qui a alerté la police à 8h30 après avoir découvert la scène. Les bras et les jambes de la victime, âgée de 95 ans, ont été retrouvés dans un frigo.

La scène de crime serait particulièrement effrayante. Selon certaines sources, des actes de cannibalisme auraient pu être commis.

[...] Le fils de cette dernière, principal suspect, a été placé en garde à vue. [...]

Sud Ouest / Nice Matin

Nice : Quatre mois de prison pour avoir arraché un bout de joue de sa compagne

Dimanche matin à Nice-Est, un homme arrachait un bout de joue de sa compagne avec ses dents suite à une ultime dispute. Il comparaissait devant le tribunal correctionnel de Nice, mardi soir où il a été condamné à 4 mois de prison.

La dispute décrite avant-hier soir à la barre de la 6e chambre du tribunal correctionnel de Nice est dantesque. Un drame familial qui s’est joué à huis clos, dimanche matin dans un appartement de Nice-Est, quartier des Liserons. Bilan : un bout de joue arraché, un nez abîmé et une famille déchirée.

Ce matin-là, Manuel Da Costa, un Cap-verdien de 56 ans qui comparaissait détenu, s’engage dans une nouvelle dispute avec sa compagne, dans la chambre. [...] [La victime] est arrivée à l’audience accompagnée de ses enfants, le visage barré par deux pansements, un masque de chirurgien sur la bouche. « J’étais en train de chercher mes pantoufles, notre petite de 4 ans était là. Après m’avoir tiré les cheveux, il m’a mordu le nez. Puis, il a tenté de m’étrangler. Je vais te tuer, il me disait. » La fillette de quatre ans se jette alors sur son père pour lui faire lâcher prise, hurlant « Venez, papa va tuer maman ! »

La victime saisit son compagnon par les parties génitales pour l’obliger à lâcher. C’est alors que Manuel Da Costa mord sa femme sauvagement à la pommette gauche et lui arrache un bon morceau de chair « qu’il a recraché sur le mur », assure sa compagne. « Je l’ai jeté sur le lit », dément le prévenu. [...]

[Le tribunal] a condamné Manuel Da Costa à quatre mois ferme, huit mois avec sursis et interdiction de voir sa famille. La partie civile a annoncé son intention d’interjeter appel. « Il n’a rien d’humain, c’est un cannibale »,souligne Me Youlou. [...]

Nice Matin

Lynchage et scène de cannibalisme au Congo

 

Dans la nuit du 2 au 3 décembre, une scène d’une rare barbarie a eu lieu à Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, que la guerre a plongé dans une insécurité alarmante.
Cinq personnes ont été lynchées en pleine nuit dans le quartier de Majengo, au nord de Goma, après un règlement de compte. Notre Observateur, qui travaille pour une radio locale, s’est rendu au petit matin sur place, où il a pu constater la présence de corps calcinés. FRANCE 24 a par ailleurs pu visionner des images, atroces, de la scène.
On y voit d’abord des personnes s’attrouper autour de cadavres brûlés et déchiquetés. Puis une jeune fille prendre un morceau du corps calciné et le mâcher.
Autour des corps, il y avait encore des gens qui se baladaient avec des bouteilles d’alcool à la main. [Un autre témoin rapporte que certaines personnes se trouvant sur les lieux étaient droguées.] En arrivant, une jeune fille nous a dit : « Vous voulez que je vous montre ce qu’on va faire aux bandits qui viennent ici ? ». Un autre fille a insisté « Oui vas-y, montre-leur ! » et sous l’influence de tout le groupe, la première a mordu dans un morceau de chair humaine calcinée [On voit cette scène dans la vidéo récupérée par FRANCE 24.]

On avait déjà entendu, sur la route, que des gens avaient fait ce genre de chose. Sur place, les gens ne parlaient que de ça, du fait que des habitants en furie avaient mangé des morceaux de cadavres pendant la nuit [il n’existe pas d’images pour étayer ces témoignages, mais celles récupérées par FRANCE 24 montrent que les cadavres ont été dépecés]. Et ce n’est pas la première fois que ça arrive après un lynchage.
Les images de la scène ont été diffusées sans floutage sur les deux chaînes locales de Goma, NishapiTV et Hope Channel. Les gens ont été très choqués qu’on puisse laisser passer de telles choses sans prendre de précautions et prévenir le public.

Etats-Unis : un étudiant affirme avoir tué son colocataire et mangé son coeur

Un étudiant américain du Maryland (est) a affirmé à la police avoir tué son colocataire, avant de le découper et de manger son coeur et des parties de son cerveau, rapportaient jeudi les médias américains, quelques jours après une affaire de cannibalisme à Miami (Floride).

Hebergeur d'image

A gauche, Alexander Kinyua et sa victime Kujoe Bonsafo Agyei-Kodie.

Alexander Kinyua, un jeune homme Noir de 21 ans étudiant à la Morgan State University de Baltimore (Maryland), a été interpellé mardi après la découverte dans sa maison dans le comté de Harford, par son frère, de la tête et des mains de la victime, selon le Baltimore Sun.

La victime, Kujoe Bonsafo Agyei-Kodie, un homme de 37 ans, était portée disparue depuis vendredi, selon le journal, qui publie une photo du tueur présumé. L’étudiant, qui fait jeudi à la police sa macabre confession, a été inculpé d’assassinat. [...]

TF1 News

La police abat à Miami un homme nu en pleine crise de cannibalisme (màj)

Addendum 30/05/12

Après le fait divers de Miami où un drogué à été découvert en train de dévorer le visage d’un SDF, le Pr Michel Lejoyeux, spécialiste de psychiatrie et d’addictologie à l’université Paris 7, explique comment les drogues peuvent conduire à des «comportements désorganisés» tels que le cannibalisme.

Le Figaro : La police de Miami a évoqué la piste d’un «bad trip» sous acide en attendant le rapport de l’autopsie. Est-ce qu’une drogue peut véritablement conduire à un acte de cannibalisme ?

Pr Michel Lejoyeux : Il n’y a pas de drogue du cannibalisme et il n’y a pas de lien spécifique entre drogue et cannibalisme. En réalité, les toxiques ont un fort potentiel de psychose sur ceux qui les consomment. Le premier effet que ces substances peuvent avoir, c’est de déclencher un «délire de persécution». On peut alors croiser un passant dans la rue et être persuadé qu’il nous veut du mal. Par conséquent, on va développer un comportement très agressif, comme ça a pu être le cas pour Rudy Eugene et ce sans abri. [...]

L’agresseur grognait comme une bête sauvage et a continué de manger le visage de l’homme malgré l’intervention de la police. Pensez-vous qu’il s’agit uniquement d’un comportement dû à la consommation de drogue ?

On est moins dans du cannibalisme que dans du comportement désorganisé. Ces substances hallucinogènes ont aliéné Rudy Eugene, qui est devenu totalement étranger à lui-même. Elles ont aboli son discernement et l’ont complètement coupé de la réalité. En somme, l’agresseur s’est retrouvé dans un état de furie, de fureur toxique. Il ne s’agit donc pas de cannibalisme à proprement parler car il aurait tout aussi bien pu se jeter sur l’autre, l’étrangler, etc.

Son ex-femme l’a qualifié de «violent» dans un témoignage publié dans le Miami Herald. Faut-il d’autres facteurs combinés à la drogue pour qu’un tel comportement se manifeste ?

On ne peut pas savoir. Mais une chose est sûre. Plus on est sujet à des troubles du comportement, plus la drogue va les révéler. Il faut aussi avoir une personnalité particulière pour consommer ce genre de produits car le but recherché est de se retrouver déconnecté du réel. Tout le monde n’aurait pas plaisir à être dans cet état là. [...]

Le Figaro

____________________________

La police a abattu samedi à Miami un homme nu qui dévorait en pleine rue le visage d’un autre homme, grièvement blessé, rapportent les médias américains.

L’histoire est digne des pires films d’horreur. La police a abattu samedi à Miami un homme nu qui dévorait en pleine rue le visage d’un autre homme, grièvement blessé, rapportent les médias américains.

Hebergeur d'image

A gauche, le corps du suspect abattu par la police

L’attaque, survenue en début d’après-midi sur une voie express de la ville de Floride, pourrait être due à un nouveau type de LSD, une drogue synthétique, selon la police.  [...]

Hebergeur d'image

Le cannibale identifié comme Rudy Eugene, 31 ans, selon le Daily News

Malgré l’arrivée de policiers sur place, il n’a pas cessé de manger le visage de sa victime jusqu’à ce qu’un policier l’abatte de plusieurs balles. Les trois quarts du visage de sa victime, un sans domicile fixe selon la presse américaine, manquaient quand elle a été conduite dans un état grave à l’hôpital.

TF1 News et NY Daily News

Accusés d’antisémitisme, des punks « antiracistes » se rebellent

(…) La diffusion du rapport 2011 de l’organisation de lutte contre l’antisémitisme CICAD, vendredi, n’a pas fait que des heureux du côté de l’Usine, Mecque de la culture alternative de la cité de Calvin.

http://img696.imageshack.us/img696/6042/topelementy.jpg

Extrait de l'image qui a fait bondir la CICAD. Cette scène est extraite du shooting réalisée dans le cadre de la conception de la pochette d'un album punk. Image: OliveDKS

En cause : la publication, sur la page de garde du document, ainsi qu’à l’intérieur, d’une image sur laquelle figure un punk déguisé en déporté, étoile jaune sur son habit rayé. Listée comme antisémite par la CICAD, l’image a été prise sur les lieux du shooting de la pochette d’un album réunissant plusieurs groupes.

Auteur de la photo mise en cause par la CICAD, «Olive», un photographe issu de la scène alternative genevoise, est très mécontent. Estimant que son travail a été récupéré de manière abusive par la CICAD, il a écrit à l’organisation pour demander des explications… et des excuses.

Il note que les personnes épinglées par la CICAD sont en fait des membres de groupes musicaux bien connus pour leur antiracisme, et que la personne déguisée en déporté est elle-même juive.

Et de préciser que sur la même photo se trouve un barman de l’Usine, un noir habillé pour l’occasion en gorille.

« La CICAD n’a pas relevé ce déguisement, un racisme est-il plus grave qu’un autre à ses yeux», demande-t-il en substance.

Il exclut de porter plainte envers le mouvement de lutte contre l’antisémitisme, comme certains le suggèrent sur le Web.

Pédophilie, cannibalisme et zoophilie au menu

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Car ce que la CICAD n’avait pas vu, lors de la rédaction de son rapport, c’est le résultat final de cette mise en scène. En vente depuis l’an dernier, l’album Genève Soif III, pour lequel le shooting a été effectué,

comporte en effet sur sa fourre une image où figurent aussi un enfant (un mannequin) qui tient le sexe d’un adulte ainsi qu’une scène cannibale.

Quant au fameux déporté, il est à quatre pattes, un porc se tenant derrière lui.

«A prendre au troisième, voire au quatrième degré», selon Albane Schlechten, permanente de l’Usine,

la mise en scène fait monter à son paroxysme l’incompréhension entre la CICAD et ses protagonistes. Antifascistes ou non.

Le secrétaire général de l’organisation, Johanne Gurfinkiel est d’ailleurs virulent: «Quel que puisse être l’objectif de ces gens, il n’a pas été atteinte. L’image est extrêmement choquante. D’autant plus que la mise en scène d’un rapport entre un juif et un porc n’est pas sans évoquer le motif antisémite médiéval de la «Judensau». Mais je ne suis pas moins choqué par les dimensions racistes, pédophiles ou cannibales de cette image.» (…)

Le Matin.ch

Polynésie : un touriste allemand mangé ?

Des restes de chair calcinée, d’os et de dents, découverts mercredi dans un brasier au fond d’une vallée de l’île de Nuku Hiva, dans l’archipel des Marquises, seraient bien ceux du touriste allemand porté disparu depuis dimanche 9 octobre.

La presse allemande parle déjà de cannibalisme.

Selon le procureur de la République en Polynésie française, José Thorel, « il y a des éléments qui permettent de penser » que ces restes humains sont ceux de Stefan Ramin, dont le dossier médical est entre les mains des enquêteurs. [...]

Le Figaro

Los Angeles : Elle voulait arracher le bras d’un bébé pour le manger

Une américaine de 36 ans est emprisonnée à Los Angeles pour avoir enlevé un bébé en pleine rue. La femme a déclaré qu’elle voulait  » arracher le bras du bébé pour le manger « , selon l’édition locale du Los Angeles Times.

Woman allegedly pulls baby from strollerJeudi 21 juillet derner, Adriana Miranda, 29 ans, se baladait avec sa sœur et son nourrisson de quatre mois dans les rues de Los Angeles, lorsqu’une femme de 36 ans s’est précipitée sur le bébé dans sa poussette et lui a retiré sa ceinture. Elle l’a ensuite projeté sur le pare-brise d’un camion avoisinnant, sous les yeux horrifiés de la mère et la tante de l’enfant, selon l’édition locale du Los Angeles Times, qui révèle l’histoire.

Après avoir lutté pour récupérer son bébé, Adriana Miranda a finalement réussi à le mettre à l’abri dans ses bras. Mais son agresseur a alors continué de lutter. La mère, la tante et l’enfant sont finalement parvenues à s’échapper et à se mettre à l’abri dans un commerce voisin.[...]

TF1 News – 31/07/2011