Racisme : Les blagues douteuses de la patineuse qui a allumé la flamme

On en a parlé avant, on en a parlé pendant, et on continue d’en parler après. La cérémonie d’ouverture des JO 2014 s’est déroulée avec faste le vendredi 7 février. Au lendemain des festivités, les critiques concernent Irina Rodnina, ancienne gloire du patinage artistique, et qui a fait partie des sportifs invités à allumer la vasque olympique.

En septembre, alors que les Etats-Unis et la Russie s’opposaient sur la question d’une intervention en Syrie, Rodnina avait suscité l’indignation pour avoir « retweeté » sur le réseau social Twitter un photo-montage d’un goût plus que douteux, mettant en scène le président américain Barack Obama et sa femme Michelle lors d’un match de basket, salivant devant une banane ajoutée par trucage. Un tweet jugé raciste par beaucoup, et que le journaliste de l’agence AP Terry Moran a relayé dans la foulée de la cérémonie d’ouverture des JO, vendredi 7 février.

 

(…) Big Browser

Etats-Unis : « Si Trayvon avait été blanc, rien ne serait arrivé », assure son père (màj)

Addendum 19/07/13

Une image peu diffusée en France : George Zimmerman lors de son arrestation, après sa rencontre houleuse avec Trayvon Martin :

Premier président noir des Etats-Unis, Barack Obama a eu des mots très forts vendredi sur l’affaire de cet adolescent noir tué en 2012 en Floride par George Zimmerman qui a été acquitté le week-end dernier.

Hebergeur d'image

« Il y a 35 ans, j’aurais pu être Trayvon Martin », a lancé le président américain Barack Obama vendredi, lors d’une apparition surprise dans la salle de presse de la Maison Blanche, saluant « l’incroyable dignité » des parents de l’adolescent noir tué en 2012 en Floride par George Zimmerman qui a été acquitté samedi.

Barack Obama, premier président noir des Etats-Unis, a également appelé à réduire la « défiance » entre les Afro-Américains et la police, indiquant qu’il souhaitait un examen des législations locales sur la légitime défense, telles que celle appliquée en Floride. [...]

TF1 News

18/07/13

« De façon évidente, la race a joué quelque part un rôle », a déclaré Tracy Martin sur NBC jeudi. Le père de l’adolescent et son épouse ont dit être encore « sous le choc et incrédules » après l’acquittement de George Zimmerman.

Cinq jours après le verdict, ils sont encore « sous le choc et incrédules ». Les parents de Trayvon Martin ont exprimé, jeudi, leur déception face à l’acquittement de George Zimmerman, qui était poursuivi pour le meurtre de l’adolescent de 17 ans en février 2012 en Floride. Et pour Tracy Martin, le père, « la race a joué quelque part un rôle ». Et ce « de façon évidente », estime-t-il. « Je pense que si Trayvon avait été blanc, rien ne serait jamais arrivé », a-t-il déclaré sur NBC. [...]

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

TF1 News

La série The Bible fait polémique avec son Satan ressemblant à Barack Obama

La série The Bible est en en moment diffusée sur la chaîne américaine History Channel. Dans le dernier épisode, le personnage de Satan fait son apparition. Mais stupeur, le diable est incarné par un acteur qui ressemble à s’y méprendre à… Barack Obama. Il n’en fallait pas moins pour créer une polémique outre-Atlantique.

Diffusé dimanche 17 mars, un épisode de la série à succès « The Bible » sur History http://img21.imageshack.us/img21/7126/satanressemblantaobamad.jpgChannel a dévoilé une coïncidence maladroite que les téléspectateurs ont immédiatement remarqué. Le personnage de Satan est d’une ressemblance surprenante avec le Président des Etats-Unis Barack Obama, comme le relaie le Daily Mail.

Twitter s’est enflammé lors de la diffusion de la série produite par Mark Burnett faisant note de la ressemblance saisissante entre le 44ème Président des USA et le diable joué par acteur Mehdi Ouzaani. (…)

Gentside

Palmarès des personnalités préférées des 15/20 ans (sondage CSA/Phosphore)

RTL matin, revue de presse Agnès Bonfillon

[On notera que la journaliste s'étonne de la décevante deuxième place d'Omar Sy mais ne remarque même plus, que pas un blanc, n'occupe l'une des places du podium; il y a 10 jours la grosse presse se languissait d'un futur Pape venu d'Afrique ...]

_____________________________

Revue de presse France Info

[Ici encore, ni le journaliste, ni le rédacteur en chef, ne relève ce remarquable résultat, ni pour en dire du bien, ni pour en dire du mal. Ces médias de l'écoute font ici l'impasse totale de ce que le regard capte en une fraction de seconde ...]

Les islamistes menacent de dynamiter le Reichstag avec Merkel

Une vidéo est apparue sur l’Internet, dans laquelle les islamistes s’adressent à la communauté internationale, en menaçant de dynamiter le Reichstag avec Angela Merkel en séance de travail. En outre, les extrémistes ont indiqué un autre homme politique influent, le président américain Barack Obama comme l’un de leurs objectifs.

« Après le Printemps arabe arrivera « l’été européen » », a promis le représentant des terroristes un certain Abou Azzam. « Nous voulons la mort d’Obama et de Merkel ». [...]

La Voix de la Russie

Merci à chris3818919

Marine Le Pen : « Si Barack Obama était en France, il serait classé à droite »

(…) « Ce que je voudrais faire comprendre aux Français c’est que, si Barack Obama était en France, il serait classé à droite, a déclaré Marine Le Pen. Parce qu’il est pour la peine de mort, pour l’exclusion des clandestins. La seule mesure sociale de son programme a consisté à mettre en place la sécurité sociale. C’est bien, mais c’est inférieur à ce qui existe en France ». 

Morandini

Susan Rice : Barack Obama se met en colère

L’ex-chef de la CIA savait que l’attaque de Benghazi était liée à Al-Qaïda

L’ex-directeur de l’agence américaine du renseignement, qui a démissionné après la révélation d’une liaison avec sa biographe, a témoigné à huis clos devant les commissions du Renseignement du Congrès.

L’ancien chef de la CIA, David Petraeus, a expliqué vendredi à des élus américains qu’il avait rapidement su que des miliciens liés à Al-Qaïda étaient impliqués dans l’attaque du consulat de Benghazi en Libye le 11 septembre, lors de sa première sortie officielle depuis sa démission. Cette attaque a provoqué la mort de quatre Américains dont l’ambassadeur Christopher Stevens.

L’ex-directeur de l’agence américaine du renseignement, qui a démissionné le 9 novembre après la révélation d’une liaison avec sa biographe Paula Broadwell, a témoigné à huis clos devant les commissions du Renseignement du Congrès.

Dissimulation du caractère terroriste de l’attaque ?

Les républicains accusent à demi-mot Barack Obama d’avoir dissimulé le caractère terroriste de l’attaque pour ne pas ternir son bilan contre Al-Qaïda. « Il a dit qu’il y avait des rapports de renseignement (différents), mais qu’il avait toujours pensé qu’il y avait une implication terroriste importante », a rapporté Pete King, un républicain.

Les adversaires de Barack Obama souhaitent savoir quand son gouvernement a su qu’il ne s’agissait pas d’une simple manifestation contre une vidéo islamophobe diffusée à l’époque sur internet, et qui aurait dégénéré. Cette thèse avait été reprise à la télévision par l’ambassadrice aux Nations unies, Susan Rice, cinq jours après. (…)

Tf1 news

Jamais avait-on vu Barack Obama aussi irrité. Sur un ton de colère rentrée, le président a défendu son amie Susan Rice, pendant la première conférence de presse de son deuxième mandat, contre les attaques des sénateurs républicains McCain et Graham. (…)

http://img62.imageshack.us/img62/6373/blogsusanricefacethenat.jpg

Devant les caméras de Face the Nation, Susan Rice a affirmé ce 16 septembre que l’attaque avait été provoquée par la colère de la population contre la video « L’innocence des musulmans », comme en Egypte.

Les républicains ont toujours vu dans cette affirmation une manipulation de la vérité par la Maison Blanche désireuse de dissimuler qu’une attaque terroriste avait en fait eu lieu un 11 septembre et que l’administration n’était pas préparée.

La Maison Blanche, elle, rétorque que les informations de Susan Rice venaient de la CIA. D’ailleurs le général Petreaus n’a pas dit autre chose quand il s’est adressé aux parlemementaires le 14 septembre (maintenant qu’on sait que le général était sous le coup d’une enquête du FBI, certains se demandent s’il n’essayait pas surtout de se conformer à une ligne ne contredisant pas l’administration). (…)

Susan Rice serait affectée au département d’Etat; John Kerry, au Pentagone comme lot de consolation. Susan Rice a, dit-on, l’appui de Michelle Obama, même si elle ne serait pas la première Afro-américaine au département d’Etat (ni la première « Rice » d’ailleurs). (…)

La bagarre est engagée. Certains pensent que le président, en mettant au défi les sénateurs républicains de s’attaquer à une femme qui plus est, noire, a des chances de l’emporter.

Mais le président veut-il une bagarre intense sur un sujet apparenté à Benghazi ? Et s’il a désavoué le procédé, qu’il a eu l’air de juger indigne d’un homme ayant le sens de l’honneur comme John McCain, il n’a pas dit qu’il avait pris sa décision sur la succession de Hillary Clinton.

Susan Rice, comme elle l’a montré dans sa réaction catégorique aux événements de Benghazi, est quelqu’un de très entier. A-t-elle le sens politique de Hillary ? Evidemment pas. Quant à la « grâce » évoquée par le président, il suffit d’interroger les diplomates à l’ONU pour s’apercevoir qu’elle ne saute pas aux yeux de ses collègues. (…)

Le Monde

Une carte localise les tweets racistes sur Obama

Un blog britannique a créé une carte interactive sur laquelle sont géolocalisés des messages haineux visant le président des Etats-Unis publiés sur Twitter. Au cours de la dernière semaine de la campagne présidentielle, les tweets les plus nombreux venaient du Sud du pays et d’États républicains.
[...]

Hebergeur d'image

Alertés par la publication d’un post du site américain Jezebel («Twitter racists react to «that nigger getting reelected») – vu près de six millions de fois en deux jours – à propos du nombre important de messages racistes à l’égard du président américain, FloatingSheep a eu l’idée de mettre en place une carte interactive des États-Unis qui localise les messages racistes tweetés entre le 1er et le 7 novembre, au cours de la dernière semaine de la campagne présidentielle. En utilisant son propre outil de géolocalisation, Dolly, développé en 2011, ces Britanniques ont pu mesurer le nombre de messages à caractère raciste, au prorata du nombre total de tweets dans chaque Etat. [...]

Sur la carte, les points rouges symbolisent la localisation d’un ou plusieurs messages. Le code couleur représente le ratio de tweets de ce type, par rapport au nombre total de messages. Le jaune indique ainsi les Etats qui ont un faible taux, les couleurs vertes -du plus clair au plus foncé- dévoilent ceux qui ont un pourcentage positif. Les Etats grisés sont ceux dans lesquels aucun «hate tweet» n’a été repéré. [...]

Le Figaro

États-Unis : Chicago, vivre avec les gangs (Vidéo)

Chicago, la ville où Barack Obama a débuté sa carrière en tant que travailleur social, connaît l’un des taux de criminalité les plus élevés des États-Unis. Dans les quartiers sud, où la population est à 90 % afro-américaine, 59 gangs et plus de 600 factions s’affrontent sauvagement. Au cours du premier semestre 2012, le nombre d’homicides a augmenté de 40 % et on a dénombré plus de morts par balles à Chicago que de soldats américains tués en Afghanistan.

Lorsque le président s’y rend, c’est seulement pour assister à des dîners de financement de campagne. Dans les districts d’Englewood et de Woodlawn, il ne met pas les pieds, alors que c’est le vote des Noirs qui l’a fait élire. Beaucoup s’étonnent de ne pas entendre un mot de la Maison- Blanche à propos de cette hécatombe. Dans cette ville de 3 millions d’habitants, dirigée par l’ancien directeur de cabinet du président, Rham Emanuel, cette violence gangrène les esprits. Le président a fait ses premières armes en politique dans les rues de Chicago, avant d’être élu sénateur de l’Illinois.

Il y possède toujours une maison, dans le quartier résidentiel où vivait Al Capone. Les chiffres sont accablants : 2 300 fusillades pour la seule année 2011. Que fait la police ? On ne sait pas trop. En tout cas, la population ne fait plus appel à elle. Normal puisque ce sont les gangsters qui font la loi. Comme au temps de « Scarface » et de la grande dépression.