Viol dans un lycée : 527 ADN vont être prélevés

L’ADN de 527 personnes de sexe masculin, majeures et mineures, va être prélevé afin de tenter d’identifier l’auteur d’un viol commis en septembre dans les toilettes d’un lycée privé de La Rochelle, a annoncé vendredi le procureur de la République de cette ville, Isabelle Pagenelle.

Ce prélèvement massif, très rare dans un établissement scolaire, doit permettre d’identifier l’auteur d’un viol commis le 30 septembre 2013 sur une élève de 16 ans, dans les toilettes du lycée d’enseignement catholique Fénelon, situé en centre-ville, a indiqué la magistrate lors d’une conférence de presse organisée au sein de l’établissement. Les prélèvements buccaux, réalisés de lundi à mercredi prochains, concernent 31 enseignants, 475 élèves et 21 autres personnes, personnel technique ou personnes extérieures, soit 527 personnes « présentes dans l’établissement au moment des faits », a précisé Mme Pagenelle. [...]

Le Figaro

Paris : 9 suspects en garde à vue après le viol collectif d’une adolescente

Neufs jeunes âgés de 13 à 25 ans ont été arrêtés après le viol collectif d’une adolescente dans le 9e arrondissement de Paris, le 25 janvier dernier. Le calvaire de la victime avait duré plusieurs heures.

Parmi les suspects, six adolescents âgés de 13 à 19 ans. Ils ont été interpellés à leurs domiciles à Paris et à Bagneux (Hauts-de-Seine) puis ont été placés en garde à vue par les policiers de la Brigade de protection des mineurs (BPM). Un septième suspect, âgé de 25 ans, s’est présenté de lui-même à la BPM, où il a été placé en garde à vue. Le lendemain, les policiers ont arrêté une fille et un garçon, âgés de 17 et 18 ans, dans la capitale.

La jeune fille, âgée de 15 ans, avait vécu un véritable calvaire le 25 janvier dernier. Entraînée par un adolescent de 16 ans, la victime a ensuite été violée par une dizaine d’adolescents pendant plusieurs heures dans un parking, puis dans une cave situés dans le quartier Montholon (9e arrondissement).

Au cours de l’enquête, plusieurs ADN masculins ont été relevés et ont permis de confondre cinq acolytes de l’adolescent, tous répertoriés dans le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg).

metronews (Merci à Padamalgam & Fopastigmatizé)

Aux Etats-Unis, le « néoracisme » nourri par la recherche génétique (maj)

[Maj 16 février 11h 44]

[extraits] Le retour du racisme en science? Devant le développement fulgurant de la génomique ces dernières années, notamment en médecine personnalisée, et son éventuelle utilisation à plus large échelle, des chercheurs s’inquiètent de la réapparition d’un certain racisme scientifique.

« Tout système de croyances qui chercherait à distinguer les gens sur une base génétique, sur des différences physiques ou des caractéristiques intellectuelles est tout simplement inadmissible dans la société humaine », a affirmé Nina Jablonsky, chercheuse en anthropologie à l’Université d’état de la Pennsylvanie.

« Notre espèce s’est définie depuis des millénaires par un brassage de gens et d’idées. Proposer de nouvelles raisons de diviser les gens est ignoble », a-t-elle conclu.

Selon Jennifer Eberhardt, chercheuse en psychologue à Stanford, les Afro-Américains seraient victimes d’une forme, pour le moins sournoise, de racisme.

Dans une première expérience, la présentation de visages afro-américains, à un rythme indétectable par des sujets blancs et noirs, rendait plus facile l’identification par la suite d’images de singes. Un plus grand nombre d’images de singes était nécessaire pour les identifier si aucun visage de Noirs ne leur était proposé.

Le rappel de cette association — Noirs et singes — aux participants, sans qu’ils en soient conscients, les rendait aussi plus susceptibles d’endosser la violence contre les Afro-Américains.

De même, l’association de mots tels que « chimpanzé » et « gorille » et de vidéos présentant un policier procédant à l’arrestation d’un suspect pouvait laissait penser aux sujets que ce dernier était d’origine afro-américaine. Et si ces mots leur avaient été également présentés, ils étaient plus enclins à croire que l’utilisation de la force par le policier était justifiée.

Dans une analyse de reportages journalistiques, la chercheuse a également découvert que les nouvelles rapportant des crimes commis par des Noirs faisaient l’usage deux fois plus fréquemment de mots issus du monde animal (animal, barbare, etc.) en comparaison à ceux revenant sur des méfaits commis par des Blancs.

Enfin, l’exposition à une image suggérant l’évolution humaine (voir ci-contre) lors de tests cognitifs affectait la performance des Noirs alors qu’elle n’avait aucun effet sur celle des sujets blancs. Cette image leur rappellerait combien leur statut en tant qu’humain est contesté, avance la chercheuse.

Dans chacune de ces études, tient-elle à préciser, les attitudes racistes des participants avaient été évaluées et leurs opinions sur les Noirs n’auraient pas influencées les résultats.

Cette association entre les Noirs et les singes s’avérait très marquée, même chez les jeunes, le résultat d’un conditionnement qui tire ses racines dans la représentation historique des Noirs, pense-t-elle.

Science Presse

———–  ci dessous article  du 16 février 00h35————

 Les avancées enregistrées ces dernières années dans la génétique ont permis, malgré elles, à de vieilles théories racistes de connaître un nouvel avènement, avertissent des scientifiques américains.

Plus inquiétant, selon eux, ce « néoracisme » est parfois le fait de chercheurs pour lesquels l’existence de races humaines ne fait aucun doute et permettrait même de dresser des profils biologiques, comportementaux et culturels.

« La génétique nous aide beaucoup à apporter une aide médicale au cas par cas », souligne Nina Jablonski, professeur d’anthropologie à l’université de Penn State, en Pennsylvanie, qui participe à la conférence annuelle de l’Association américaine pour les progrès scientifiques, à Chicago.

Mais, nuance-t-elle, la science peut aussi être « malmenée » et servir de caisse de résonance à la croyance selon laquelle la couleur de peau et l’origine ethnique prédisposent chacun de nous à accomplir plus ou moins bien telle ou telle tâche.

A titre d’exemple, la chercheuse cite de nouvelles études qui se prononcent pour que les enfants soient classés selon les capacités conférées par leur patrimoine génétique et placés dans des écoles spécialisées dans l’un ou l’autre domaine d’apprentissage.

« C’est quelque chose que nous avons connu par le passé et c’est extrêmement inquiétant », s’indigne-t-elle, citant la ségrégation raciale dans les écoles du Sud des Etats-Unis qui avait cours jusqu’à ce que la Cour suprême l’interdise en 1954.

« Les professionnels de l’éducation qui proposent cela se veulent bien intentionnés, mais c’est quelque chose qui pourrait facilement être déformé si c’était mis en place », met-elle en garde.

- Ségrégation dans les écoles

De nombreux chercheurs estiment que la couleur de peau n’est pas en soi un déterminant biologique, même si le patrimoine génétique influe sur la prédisposition à telle ou telle maladie, explique Joseph Graves, responsable de recherches à l’université de Caroline du Nord.

La recherche a ainsi montré que les noirs étaient ainsi plus enclins que les blancs à avoir un type sanguin qui les prédispose à la drépanocytose, une forme d’anémie qui protège contre le paludisme.

Bien qu’il ne remette pas en cause ces recherches, Joseph Graves pense qu’il serait faux de mettre les vastes différences entre blancs et noirs en matière de santé uniquement sur le compte des gènes.

« L’idée derrière cela c’est qu’avoir des ancêtres africains prédispose à plus de problèmes de santé et une mortalité plus élevée », a relevé M. Graves durant la conférence de Chicago. « C’est ce que j’appelle le +mythe de l’Africain génétiquement malade+ ».

En fait, pour expliquer pourquoi les noirs américains jouissent d’une moins bonne santé que leurs compatriotes blancs, les facteurs sociaux, comme les revenus par exemple, sont prépondérants, selon lui.

« L’opinion que se font les Américains de l’origine ethnique provient d’un amalgame entre les facteurs sociaux et biologiques », a-t-il ajouté. « Le néoracisme est en partie le résultat de cette confusion ».

Autre motif de préoccupation: les arbres généalogiques vendus sur internet.

Ils alimentent l’idée, fausse, que connaître l’origine ethnique de ses ancêtres permet de se faire une idée sur sa propre santé, explique Yolanda Moses, anthropologue à l’université de Californie. Et de s’inquiéter de la formidable expansion des banques de données d’ADN qui comprennent le profil génétique des personnes arrêtées par la police.

« La génétique a un énorme impact sur les relations entre les différentes communautés ethniques et le système pénal », pense-t-elle.

AFP

(Merci à James)

Paris : un braqueur trahi par un bisou sur la joue de sa victime

En avril 2013, deux hommes armés et cagoulés braquent une banque à Paris. Mais l’un des braqueurs a commis une erreur fatale… La gérante de cette banque du XXème arrondissement avait été prise en otage durant le braquage. Elle avait, en outre, été menacée d’être brûlée vive si elle ne communiquait pas les codes pour ouvrir les coffres. Tétanisée, elle s’est exécutée et les malfrats ont pu repartir avec des sacs remplis de bijoux.

C’est là que l’un des braqueurs a commis une grave erreur, en donnant un bisou sur la joue à la gérante, « en guise de compassion », a expliqué une source policière au journal Le Parisien. [...]

C’est un jeune homme de 20 ans qui a été confondu. Il est actuellement incarcéré à la prison de Nîmes pour d’autres faits. [...]

7sur7

Deux études précisent notre part de Néandertal

Pour paraphraser un « tube » de Johnny Hallyday, on peut dire qu’« on a tous quelque chose en nous de Néandertal ».

Oui, mais combien ? On estime que les humains actuels d’origine européenne ou asiatique ont hérité en moyenne de 1 à 3 % du génome de leur cousin, dont l’espèce s’est éteinte il y a environ 30 000 ans. Les Homo sapiens d’ascendance africaine n’ont, eux, que peu ou pas d’ADN de Néandertal parce qu’il n’y a pas eu de croisement entre ce dernier, qui vivait en Eurasie, et leurs ancêtres.

(…) Le Monde

« Civilisation : nous sommes tous des Arabes ! » (Le Point) (rediff 2012)

Tous les hommes descendraient d’ancêtres communs ayant peuplé la péninsule arabique, selon les généticiens.

Nous sommes tous des Arabes ! Telle est la dernière révélation fracassante des généticiens. Que cela plaise ou non à Marine Le Pen et à Claude Guéant, tous autant que nous sommes, Français, Américains, Esquimaux, Chinois ou Papous, nous descendons d’ancêtres communs ayant peuplé la péninsule arabique ! Après être née en Afrique, l’humanité aurait donc fait une étape dans l’Arabie heureuse, après avoir franchi la mer Rouge. C’est du scoop. En effet, jusque-là, les grands experts des migrations humaines pensaient que la division des troupes s’était plutôt faite au Proche-Orient ou en Afrique du Nord.

(…) Le Point

Un Européen de 7 000 ans aux yeux clairs et à la peau sombre

L’analyse du génome d’un squelette vieux de 7 000 ans trouvé en 2006 dans une grotte du nord de l’Espagne a surpris les chercheurs : l’ADN a révélé que cet homme avait la peau sombre et les cheveux noirs ou bruns, et les yeux bleus. La comparaison avec des génomes actuels montre une proximité avec des Suédois et des Finlandais.

Dénommé La Brana 1 en référence au site où il a été découvert, c’était un chasseur-cueilleur : les populations ouest-européennes n’avaient pas encore basculé dans l’agriculture. Il était porteur de variants génétiques montrant une intolérance au lactose et compatibles avec une alimentation pauvre en amidon. D’autres analyses d’ADN ancien seront nécessaires pour voir si La Brana 1 est représentatif des populations du mésolithique.

Le Monde

Refus de prélèvement ADN : Relaxe pour les 5 militants CGT

Le tribunal correctionnel de Roanne (Loire) a relaxé mardi 17 décembre les cinq militants de la CGT qui étaient poursuivis pour avoir refusé un prélèvement ADN, estimant que ce prélèvement n’avait en réalité pas lieu d’être.

A l’audience le 5 novembre, le parquet avait requis un mois de prison avec sursis à l’encontre des cinq prévenus, quatre hommes et une femme, fonctionnaires de la défense et agents hospitaliers.

En novembre 2012, ils avaient été reconnus coupables par la cour d’appel de Lyon de « dégradations en réunion », mais dispensés de peine, pour avoir inscrit des tags sur un mur en marge d’une manifestation contre la réforme des retraites en 2010.

Ils avaient notamment écrit « casse-toi pov’con », deux ans après que Nicolas Sarkozy, alors président de la République, eut lancé cette même invective à un visiteur du Salon de l’agriculture qui refusait de lui serrer la main.

Ils avaient cependant été convoqués par la police et la gendarmerie pour être inscrits au fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg), ce qu’ils ont refusé en mai, récoltant ainsi un nouveau procès.

article complet : Le Monde

Complément : le 19/06/2013, Nicolas Bernard-Buss de la Manif pour Tous, est condamné à 1000 euros pour refus de prélèvement ADN :

Nicolas, 23 ans, a été condamné mercredi en comparution immédiate à deux mois de prison ferme pour «rébellion».

A-t-on voulu créer un exemple? Pour la Manif pour tous, c’est évident. Un opposant au mariage homosexuel de 23 ans a été condamné mercredi à deux mois de prison ferme, avec mandat de dépôt, par le tribunal correctionnel de Paris. Il s’agit de la première condamnation assortie d’un mandat de dépôt prononcée à l’encontre d’un sympathisant de la Manif pour tous. «C’est incompréhensible au regard des droits de l’homme !» a lancé mercredi soir Ludovine de la Rochère, présidente du collectif, tandis que quelque 150 personnes ayant subi des «arrestations abusives» étaient justement reçues à l’Assemblée nationale et conseillées par une vingtaine d’avocats bénévoles.[...]

Nicolas a refusé de se livrer à un prélèvement de ses empreintes ou à un prélèvement ADN. Lors d’une audience en comparution immédiate, il a donc été condamné pour «rébellion et refus de prélèvement» à quatre mois de prison, dont deux ferme, avec mandat de dépôt et 1000 euros d’amende.[...]

article complet : Le Figaro

Suisse : tests ADN pour le regroupement familial

Des cantons suisses réclament des tests ADN systématiques pour les demandeurs d’asile, notamment érythréens, qui veulent faire venir des membres de leur famille, selon le journal dominical Schweiz Am Sonntag. Les Erythréens représentent le groupe le plus nombreux parmi les personnes souhaitant obtenir l’asile en Suisse, avec quelque 5.730 demandes en cours d’instruction.

En outre, les Erythréens demandent plus que les autres demandeurs d’asile à faire venir leur famille, et en particulier des enfants mineurs, en Suisse au titre du regroupement familial, ajoute le journal.

Ainsi, au 1er semestre, quelque 922 membres des familles de ces Erythréens ont obtenu l’asile en Suisse. A titre de comparaison, seuls 84 parents de demandeurs d’asile somaliens, le deuxième groupe le plus important après les Erythéens, avec 4.167 réfugiés, ont eu l’autorisation de se rendre en Suisse.

(…) Le Figaro

Vols à la portière : soupçonné d’avoir volé Caroline de Monaco, il est retrouvé grâce à son ADN

Vitres de la voiture brisées, sac arraché et emporté par des voleurs à scooter : un voleur présumé qui s’en était pris à la princesse Caroline de Monaco, en novembre 2012 sur l’autoroute A1 près de Paris, a été retrouvé grâce à son ADN.

L’héritière en titre au trône de la principauté et soeur d’Albert II rentrait à Paris depuis l’aéroport du Bourget quand son véhicule «a été bloqué dans un embouteillage» sous un tunnel de l’autoroute, juste avant d’atteindre le périphérique parisien sur la commune de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), a raconté la préfecture.

Son sac à main, qui contenait «un chéquier et des espèces pour un montant indéterminé» était déposé sur le siège arrière. Profitant de l’obscurité, un voleur s’est approché, a brisé la vitre avec des pierres et s’est emparé du sac, avant de s’enfuir sur un scooter avec un complice. «Beaucoup de gens sont victimes de vols à la portière sous ce tunnel», explique une source policière.

Le plaque d’immatriculation du scooter s’est révélée fausse. C’est finalement grâce à l’ADN prélevé sur les pierres que le suspect, âgé de 37 ans et originaire d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), a été identifié alors qu’il purgeait depuis juin une peine de quatre ans de prison pour vol et recel de vol aggravé. [...]

Le suspect est mentionné dans les fichiers de police pour près d’une cinquantaine d’infractions, surtout de vol, a précisé la source policière, qui le décrit comme «archi-connu»

Le Parisien
(Merci à Antibarbare/Bitume8)

Vols à la portière:

Manif pour tous : Des magistrats contestent la légalité de l’arrestation de Nicolas

Une vingtaine de magistrats contestent le fondement juridique de l’interpellation de Nicolas, l’étudiant de 23 ans et sympathisant de la Manif pour tous, a été condamné à deux mois de prison ferme pour «rebellion» envers les forces de l’ordre. Ils reviennent aussi sur la clause de conscience des maires opposés au mariage homosexuel et l’opposabilité juridique de la loi qui les contraint à célébrer ces unions, sous peine de condamnation.

Comment des juges ont-ils pu suivre des procédures aussi grossièrement illégales ?

«Le traitement policier et judiciaire qui a suivi a amorcé un mouvement de fond qui secoue non seulement l’opinion mais également la magistrature elle même», explique Jean-Paul Garraud, magistrat et ancien député UMP. Une vingtaine de magistrats en colère se sont tournés vers l’homme public -secrétaire national de l’UMP à la Justice- pour diffuser leur tribune sous la signature syndicale de la nouvelle Association Professionnelle des Magistrats, présidée par Jean-Paul Garraud. «wem>C’est très intéressant car c’est un mouvement spontané de leur part, et non syndical, commente Jean-Paul Garraud. Je suis leur porte-voix car ils sont tenus à une obligation de réserve».

Dans la tribune, les magistrats rappellent que le droit de manifester n’est pas soumis en France à un régime d’autorisation préalable, mais seulement de déclaration préalable. La simple participation à une manifestation non déclarée ou interdite n’est pas répréhensible, seul l’organisateur encourt les foudres de la loi dans cette hypothèse (article 431-9 du Code pénal). […]

«La condamnation à la prison de Nicolas Bernard-Buss, mais avant cela la verbalisation des manifestants pour le seul port d’un sweat-shirt, nous a beaucoup choqués, nous devions réagir», explique un magistrat de la région Centre où 12 de ses confrères et consoeurs se sont joints à la tribune. «En 2006, Dieu sait qu’on en a fait des comparutions immédiates lors des manifs du CPE, jamais il n’y a eu de mandat de dépôt ! Et les faucheurs OGM qui refusent de se soumettre aux prélèvement ADN, ils n’ont jamais été condamnés à autre chose qu’une amende! Cette différence de traitement nous a abasourdis, c’est une interprétation politique de la loi parfaitement scandaleuse, du grand n’importe quoi! […]».

Le Figaro (Merci à Equilibrium)

Redouane Kahlaoui en procès pour le viol d’une sexagénaire à la base de loisirs de Montélimar

Aujourd’hui s’ouvre, devant la cour d’assises de la Drôme présidée par Monsieur Pradier, le procès de Redouane Kahlaoui. L’homme, âgé de 26 ans, de nationalité tunisienne et vivant au Teil, est accusé d’avoir violé une femme âgée de 61 ans.

Les faits remontent au vendredi 7 octobre 2011. Venue marcher avec des amies à la base de loisirs de Montélimar, la sexagénaire, alors seule vers 15 heures, était frappée avant d’être jetée au sol par un homme.

La bâillonnant, il lui aurait imposé des fellations avant de prendre la fuite.[...]

Reconnu par la victime, son ADN retrouvé sur la scène de crime. Quelques minutes plus tard, un homme, Redouane Kahlaoui, correspondant à la description donnée par la sexagénaire, était interpellé.

Il était formellement reconnu par la victime et par un témoin ayant observé son comportement “étrange” à la base de loisirs.

[...] les expertises ADN démontraient qu’il se trouvait sur la scène de crime et qu’il avait eu des “contacts” avec la victime.

Mis en examen le 9 octobre 2011, Redouane Kahlaoui était placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Valence.

Le Dauphiné Libéré
(Merci à Natacha3)