Metz : les demandeurs d’asile de retour au camp de Blida grâce au maire PS

Un nouvel enchevêtrement de tentes a pris forme avenue Blida à Metz. Coincées entre Pôle emploi et la Plateforme d’aide aux demandeurs d’asile (PADA), environ 140 réfugiés viennent d’être évacués pour des raisons sanitaires et de sécurité, ce jeudi 20 février 2014.
A peine quatre mois après le démantèlement du camp de Blida à Metz, celui-ci a été réhabilité et est à nouveau habité.

Le maire socialiste, Dominique Gros s’exprime sur le démantèlement du campement de Blida


On leur a expliqué qu’ils seront responsables, les conditions de vies seront celles qu’ils se feront, si demain les toilettes sont démontées, elles seront démontées, déclare Anoutchka CHABEAU, directrice départementale à la direction de la cohésion sociale, présente à l’entrée du site.

Ce mobilier rudimentaire, tentes, matelas, palettes et quelques jouets pour enfants est ici amélioré par un préfabriqué qui regroupe les sanitaires, un point d’eau et un accès à l’électricité.

« Ils sont pris en charge en terme d’accueil des demandeurs d’asile comme il se doit, avec les aides auxquelles ils ont le droit »

Une situation intenable pour les riverains
Le précédent campement, proche du PADA, se situait sur un parking non loin de bureaux et surtout du canal de la Moselle. Les conditions d’hygiène et de sécurité minimale y étaient inexistantes. Les ordures jonchaient le sol et aucun dispositif sanitaire n’avait été mis en place pour faciliter la vie des réfugiés.

Tout-Metz.com


A relire
Metz, Blida : les 123 demandeurs d’asile relogés avant la venue de Valls
Dossier complet : Metz : le camp de demandeurs d’asile est en train de se transformer en bidonville (màj, la justice demande un relogement d’urgence)
Metz (57) : clandestins de Bellecroix, expulsés par la Préfecture et relogés par la ville (Vidéos) Màj

80 à 95% des chambres d’hôtels réquisitionnées pour les SDF sont destinées aux immigrés clandestins (MàJ vidéo)

Addendum 23/01 : Hébergement d’urgence à Metz :

« Lundi soir, sur 1 430 personnes hébergées, nous n’avions que 65 personnes de nationalité française, soit 4,5 % du public. »
Le Républicain lorrain

Addendum 21/01 : Maraude à Belfort : Hugo, Romuald, Alexandre… Le Pays

Autre maraude : Marcel, Jacques, Romuald…

Dunkerque : Vanessa et Marcel…

Lire la suite