Citations

«Afin de détruire un peuple, il faut d’abord détruire ses racines».
Alexandre Soljenitsyne

Je pense que les Français attendent une France d’après (…), une France où l’expression “Français de souche” aura disparu. Nicolas Sarkozy / Livre Programme, juillet 2006
Bien sûr, nous sommes résolument cosmopolites. Bien sûr, tout ce qui est terroir, béret, bourrées, binious, bref, franchouillard ou cocardier, nous est étranger, voire odieux. Pierre Bergé, Georges-Marc Benamou, Bernard-Henri Lévy / Globe n°1 – Edito (1985)
J’ai vécu dans votre futur, et ça n’a pas marché. Vladimir Boukovsky (comparant l’Union Européenne à l’URSS)
Je suis un cosmopolite résolu. J’aime le métissage et je déteste le nationalisme. Je ne vibre pas à «la Marseillaise». J’espère que le cadre national sera un jour dépassé. Bernard-Henri Lévy
Pour nous l’Europe, ce n’est pas une fin, c’est une étape vers un monde sans frontières et ce n’est pas un continent, c’est une idée, une certaine conception de l’Homme… Jean-Michel Quillardet, Grand Maître du Grand Orient de France
Il ne doit plus y avoir de place en Europe pour des peuples non métissés. Les peuples non mélangés appartiennent aux idées périmées du XIXe siècle Général Wesley Clark, ancien commandant en chef de l’OTAN – CNN – juillet 1999
Le métissage, je le dis ici, est une chance pour la France. Je serai la présidente de la France métissée et qui se reconnaît comme telle. Ségolène Royal – meeting aux Antilles, janvier 2007
Nous irons ensemble vers le Nouvel Ordre Mondial, et personne, je dis bien personne, ne pourra s’y opposer. Nicolas Sarkozy, le 16 janvier 2009
Tu as de la chance, Philippe, toi tu aimes la France, son histoire, ses paysages. Moi, tout cela me laisse froid. Je ne m’intéresse qu’à l’avenir… Nicolas Sarkozy à Philippe de Villiers – Elections européennes – 1999
Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine, et de religion chrétienne. Le Général de Gaulle, 1959
Le nuoc-mâm dans le cassoulet, l’harissa dans la choucroute et le ketchup dans tout, nous font entrevoir les limites du métissage des cultures. Gault et Millau
Le seuil de tolérance a été atteint dès les années 70. François Mitterrand sur l’immigration – 1989
C’est une tragique illusion que de vouloir faire coexister dans un même pays des communautés ayant des civilisations différentes. L’affrontement est alors inévitable. Les grands conflits ne sont pas des conflits de race, mais de croyance et de culture. Michel Poniatowski, ancien ministre de l’Intérieur
Il faut traverser le périphérique, aller chez les indigènes, là-bas, les descendants de Vercingétorix… Il faut casser les portes, et si elles ne veulent pas s’ouvrir, il faut y aller aux forceps. Partout où la diversité n’existe pas, ça doit être comme une invasion de criquets… Partout, de manière à ce qu’on ne puisse plus revenir en arrière. Azouz Begag, ministre délégué à la promotion de l’égalité des chances, décembre 2005
Pour me plaire, il faut être juif, arabe ou africain. Richard Bohringer, acteur franco-sénégalais – Tribune Juive
Il faut que les Français blancs s’y fassent : bientôt ils ne seront plus majoritaires en France. Il suffit de se promener dans les rues de Paris et de prendre le métro pour s’en rendre compte. Stéphane Pocrain, Beur FM, juillet 2005
Le rap a fait énormément de mal à la scène musicale française. C’est une véritable catastrophe, un gouffre culturel. La pauvreté de l’idéologie que ça véhicule : la violence, le racisme anti-Blancs, anti-occidental, anti-femmes… C’est affreux. Fred Chichin (Rita Mitsouko) – Télérama, avril 2007
Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats. Erdogan en 1998 – 1er ministre turc depuis 2003
Notre problème, c’est qu’il y a overdose. C’est peut-être vrai qu’il n’y a pas plus d’étrangers mais ce n’est pas les mêmes (…) Avoir des Espagnols, des Polonais et des Portugais travaillant chez nous, ça pose moins de problèmes que d’avoir des musulmans et des noirs. Jacques Chirac – 19 juin 1991
Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire Houari Boumédiène, président algérien, 1974
La France deviendra dans moins de 20 ans la colonie de ses anciennes colonies. Vladimir Poutine, 1995
Est aussi facteur de sédition l’absence de communauté ethnique tant que les citoyens n’en sont pas arrivés à respirer d’un même souffle. Aristote, Les Politiques, livre V, chapitre III
Neuf Noirs dans l’équipe de France, c’est huit de trop. Gaston Kelman, écrivain camerounais – France Ô, novembre 2008
C’est le fruit vénéneux de l’antiracisme des années 80 qui a exalté les différences pour mieux dénigrer une identité française assimilée au franchouillard pétainiste et raciste ; et la référence obsessionnelle à la Shoah, qui a entraîné une concurrence victimaire, dont Dieudonné restera l’emblème. Eric Zemmour, Le Figaro, 9 janvier 2009
Défiez-vous de ces cosmopolites qui vont chercher loin dans leurs livres des devoirs qu’ils dédaignent de remplir autour d’eux. Tel philosophe aime les Tartares, pour être dispensé d’aimer ses voisins… Jean-Jacques Rousseau – L’Émile
La question sociale de l’immigration n’est qu’une illustration plus visible, plus grossière, de l’exil de l’Européen dans sa propre société. Jean Baudrillard, Libération, 18 novembre 2005
On ne dira jamais assez à quel point la maghrébisation, l’africanisation, la tiers-mondisation de la France ont fait baisser vertigineusement le niveau de civisme et de civilité de la population française. À quel point ce recul du niveau de conscience démocratique fut voulu par le patronat et le pouvoir : des voyous et des abrutis plutôt que des ouvriers conscients de leurs droits… et de leurs devoirs. Alain Soral, sociologue – Jusqu’où va-t-on descendre?, 2002
L’objectif, c’est de relever le défi du métissage. Ce n’est pas un choix, c’est une obligation. C’est un impératif. On ne peut pas faire autrement (…) Si ce volontarisme républicain ne fonctionnait pas, il faudra alors que la république passe à des méthodes plus contraignantes encore. Nicolas Sarkozy, 17 décembre 2008
On ne peut pas être laïc et musulman à la fois. Erdogan, lorsqu’il était maire d’Istanbul. Premier ministre turc depuis 2003
J’adhérerai à SOS-racisme quand ils mettront un S à racisme. Il y a des racistes noirs, arabes, juifs, chinois et même des ocre-crème et des anthracite-argenté. Mais à SOS-Machin, ils ne fustigent que le Berrichon de base ou le Parisien-baguette. C’est sectaire. Pierre Desproges, Fonds de tiroir, Editions du Seuil
L’élection d’Obama, c’est un tremblement de terre pour le monde, quelque part, c’est la fin du règne de l’homme blanc. Georges Frêche, Le Midi Libre, 6 novembre 2008
On ne se débarrasse pas de l’ethnos, des communautés de mémoire. Il ne faut pas l’idolâtrer, mais il faut faire avec. Le demos, la communauté de conviction, ne suffit pas. Régis Debray, philosophe – Causeur, 12 mars 2009
Oui, l’Afrique est notre avenir Ségolène Royal, 18 mai 2009
Je considère que tout Juif de la diaspora, et donc c’est vrai en France, doit partout où il le peut apporter son aide à Israël. C’est pour ça d’ailleurs qu’il est important que les Juifs prennent des responsabilités politiques. (…) En somme, dans mes fonctions et dans ma vie de tous les jours, au travers de l’ensemble de mes actions, j’essaie de faire en sorte que ma modeste pierre soit apportée à la construction de la terre d’Israël. Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI et ancien ministre de l’Economie, 1991
Pendant toutes les années du mitterrandisme, nous n’avons jamais été face à une menace fasciste, donc tout antifascisme n’était que du théâtre. Nous avons été face à un parti, le Front National, qui était un parti d’extrême droite, un parti populiste aussi, à sa façon, mais nous n’avons jamais été dans une situation de menace fasciste, et même pas face à un parti fasciste. Lionel Jospin, France Culture, 27 octobre 2007
Les murs entre les pays qui ont le plus et ceux qui ont le moins ne peuvent pas durer. Les murs entre les races et les tribus ; entre les autochtones et les immigrés ; entre les chrétiens, les musulmans et les juifs ne peuvent pas durer. Ce sont les murs qu’il nous faut maintenant faire tomber. Barack Hussein Obama, Berlin, 24 juillet 2008
[Pour sauver les retraites] le troisième choix conduirait à organiser la venue de deux millions d’étrangers par an entre 2020 et 2040, ce qui se traduirait, sur l’ensemble de la période considérée, du fait de l’élargissement des familles, par l’entrée sur notre sol de 93 millions d’immigrés ; la France compterait alors 187 millions d’habitants, dont 68 % d’immigrés de première ou de deuxième génération. Jacques Attali, L’avenir du travail, Fayard, 2007
La Banque mondiale nous annonce qu’il faudra accepter 80 millions d’immigrés d’ici 2050 en Europe – au minimum – , l’ONU dit 125 millions Dominique Reynié, politologue – C dans l’air, France 5, 2 avril 2007
Je pense qu’il n’y a pas pires imposteurs que ceux qui se sont battus contre le racisme ces derniers temps. C’est-à-dire SOS Racisme, Julien Dray et toute cette équipe. Pour moi, il n’y a pas pire danger que d’avoir instrumentalisé cette souffrance à des fins politiques. SOS Racisme, je ne savais pas que l’intitulé était à lire dans ce sens-là : ils venaient en aide au racisme… SOS Racisme, ça veut dire quoi ? Que le racisme est en péril ? Dieudonné Mbala Mbala, humoriste, 2007
L’antiracisme, aujourd’hui, n’est plus seulement un principe, mais est devenu une idéologie. C’est-à-dire une manière de voir et de réduire à la fois le monde, et aussi une façon d’exclure des gens. Alain Finkielkraut, philosophe
Finkielkraut a bien raison de dire que l’antiracisme sera au XXIème siècle ce que fut le communisme au XXème, c’est-à-dire une nouvelle religion de substitution qui persécute et terrorise, mais dans la langue de l’amour et de l’égalité. Philippe Muray, Le Point, 1er décembre 2005
Jean Baudrillard avait relevé qu’il existait SOS-Baleines et SOS-Racisme, les premiers voulaient sauver les baleines, et les seconds, sauver les racistes, pour conserver leur magnifique sentiment de supériorité morale. (…) La race pure était le projet délirant de Hitler ; la religion du métissage est le Graal de notre époque. Eric Zemmour, Hebdo Vendredi, 28 novembre 2008
Chaque année, l’immigration coûte donc aux pouvoirs publics 26,19 + 10,808 – 0,593 = 36,4 milliards d’euros, soit les 4/5e du déficit du budget de l’État en 2008 (près de 42 milliards d’euros). La facture en sera adressée aux contribuables. Le Coût réel de l’immigration en France, Contribuables Associés, mars 2008
François Desouche est un des blogues les plus lus aujourd’hui en France. Colombe Schneck, France Inter, 6 avril 2009
Quand la Marianne de nos mairies prendra le beau visage d’une jeune Française issue de l’immigration, ce jour-là la France aura franchi un pas en faisant vivre pleinement les valeurs de la République. Laurent Fabius, Dijon, 17 mai 2003
Aucun nombre de bombes atomiques ne pourra endiguer le raz de marée constitué par les millions d’êtres humains qui partiront un jour de la partie méridionale et pauvre du monde, pour faire irruption dans les espaces relativement ouverts du riche hémisphère septentrional, en quête de survie. Houari Boumédiène, président algérien, mars 1974
Le silence quasi sépulcral des médias, des gouvernements et des institutions communautaires sur le krach démographique de l’Europe des Quinze est l’un des phénomènes les plus sidérants de notre époque. Jean Raspail, Le Figaro, 17 juin 2004
Le sujet du Camp des Saints est grave. Il s’agit de rien moins que de la fin du monde blanc, sous l’invasion des millions et des millions d’hommes affamés, «sous-développés », qui constituent les trois quart de l’humanité. Jean Raspail, Le Camp des Saints, Editions Robert Laffont, 1973
Les racines de l’Europe sont autant musulmanes que chrétiennes. Jacques Chirac, Le Figaro, 29 octobre 2003
Je ne revendique pas le statut d’eurasien parce que, chaque fois que je peux, je dis que le métissage c’est une connerie si c’est un programme politique. Taï Luc, chanteur de La Souris Déglinguée, 2 mars 2008
Je ne reviendrai jamais vivre à Londres ou même en Angleterre à cause de l’explosion de l’immigration. Dans les rues de Londres on entend toutes sortes d’accents du sud mais pas d’accent britannique. Morrissey, ex-chanteur des Smiths, NME, novembre 2007
Je pense que Tolkien [l’auteur du Seigneur des Anneaux] annonce que certaines générations devront faire face à un défi. Si elles ne se réveillent pas pour faire face à ce défi, elles perdront leur civilisation. [...] L’accroissement des populations musulmanes en Europe est une catastrophe démographique qui menace la civilisation occidentale. John Rhys-Davies, comédien gallois (le nain Gimli dans Le Seigneur des Anneaux)
Le multiculturalisme ne peut être qu’un état instable de transition entre deux cultures concurrentes. Jérôme Rivière, député UMP, 2005. Extrait de “Le multiculturalisme des imbéciles”
Nous devons être fous, littéralement fous à lier, en tant que nation, pour permettre chaque année l’arrivée d’environ 50.000 personnes à charge qui plus tard accroîtront la population d’origine immigrée. J’ai l’impression de regarder ce pays élever frénétiquement son propre bûcher funéraire. Enoch Powell, député britannique, 20 avril 1968
On a mis dans la tête des gens que la société relevait de la pensée abstraite alors qu’elle est faite d’habitudes, d’usages, et qu’en broyant ceux-ci sous les meules de la raison, on pulvérise des genres de vie fondés sur une longue tradition, on réduit les individus à l’état d’atomes interchangeables et anonymes. Claude Lévi-Strauss, anthropologue, 1988
Il y a eu des alertes : 1984, 1986, 1994, 2005. On est en train de créer une guerre civile sociale dans ce pays qui est peut-être en train de devenir une guerre communautaire demain. Yazid Sabeg, commissaire à la diversité et à l’égalité des chances, 21 janvier 2009
L’idée de la gauche, c’est de faire une Italie multiethnique. Ce n’est pas la nôtre. Silvio Berlusconi, président du Conseil italien, 9 mai 2009
Depuis 2001, Mohamed est, chaque année, et de loin, le premier prénom donné aux garçons nés à Bruxelles. Le Figaro, 21 mars 2008
Nous avons vocation partout en Europe à avoir des états multiethniques qui tolèrent les minorités. Alain Richard, ministre de la Défense, justifiant les bombardements de l’OTAN sur Belgrade en 1999
Les malheurs de l’Europe sont autant d’avantages pour les Etats-Unis. George Washington
Aujourd’hui nous ne sommes plus dans l’immigration, nous sommes dans un remplacement de population. Eric Zemmour, journaliste, i-Télé
Pour un journaliste de gauche, le devoir suprême est de servir non pas la vérité, mais la révolution. Salvador Allende, président socialiste du Chili de 1970 à 1973.
Le problème des Nord-Africains constitue vraiment un grave danger à Paris, où ils fournissent maintenant les deux tiers des auteurs d’agressions. [déclaration de 1949] Le préfet de police de Paris, 28 septembre1949 / « La République amnésique” de Thierry Bouclier, éd. Rémi Perrin (2008), p.64-65
Le tourisme est l’industrie qui consiste à transporter des gens qui seraient mieux chez eux, dans des endroits qui seraient mieux sans eux. Jean Mistler (1897-1988), écrivain français, membre de l’Académie française

Il n’y a pas d’unité politique sans unité culturelle ! (…) Et c’est pourquoi, lorsqu’on choisit de rompre l’unité culturelle, on choisit en réalité de rompre l’unité politique

François Bayrou (à propos de la candidature de la Turquie à l’UE), 14 octobre 2004

Quand, dans un Etat de droit en paix, des individus se servent d’armes de guerre, dans le cadre d’une opération préméditée, pour tirer sur des représentants de forces de l’ordre, cela s’appelle un acte de guerre civile.

Xavier Raufer, criminologue – C dans l’air, France 5, 22 mai 2009

La victoire de Berlin est une victoire de notre identité, d’une équipe qui a aligné des Lombards, des Napolitains, des Vénitiens et des Calabrais et qui a gagné contre une équipe qui a sacrifié sa propre identité en alignant des Noirs, des islamistes et des communistes pour obtenir des résultats.

Roberto Calderoli, ministre italien, après la victoire de l’Italie sur la France en finale de la Coupe du Monde de football, 9 juillet 2006

Ces sifflets étaient l’expression de gens en souffrance qui ne se sentent pas bien chez nous… Il y a peut-être à se pencher sur pourquoi ces hommes et ces femmes, et notamment tous ces jeunes, éprouvent le besoin de siffler la Marseillaise.

Marie-Georges Buffet (PCF), après le match France-Tunisie du 15 octobre 2008

C’est lamentable, c’est devenu une habitude quand on rencontre ces pays-là. Les gens qui sifflent sont en plus des Français d’origine étrangère, qui sont présents sur notre sol et qui sont contents d’y être car ils y sont sans doute mieux que dans leur pays d’origine.

Guy Roux, président de l’AJA, après le match France-Tunisie du 15 octobre 2008

Dans les sociétés multiraciales vous ne votez pas en fonction de vos intérêts économiques et sociaux mais en fonction de votre groupe ethnique et religieux.

Lee Kuan Yew, Premier ministre de Singapour, Der Spiegel, août 2005

Je crois que nous n’avons rien à faire dans la collaboration d’un axe américano-israélien et que, tout en préservant notre autonomie, nous aurons au contraire tout intérêt à tourner nos regards vers l’Est…

Aymeric Chauprade, géopoliticien français, mars 2009

Droit du sol : théorie selon laquelle tout cheval né dans une étable devient automatiquement une vache.

Alain Sanders, journaliste

Quand vous interpellez un délinquant, comme on dit, immédiatement, il parlera de cette trinité : la précarité, l’exclusion et le chômage. Et il dira «je suis une victime».

Alain Finkielkraut – Emission Campus – 14 mars 2002

Nous sommes tributaires d’une alliance qui obéit au tropisme de la politique américaine

Jean-Pierre Chevènement, sénateur MRC, 16 mars 2009

B-H. Lévy est à lui seul une métaphore de l’idéologie dominante, celle des classes dominantes, selon Marx, bref celle du capital financier globalisé : le petit télégraphiste de l’Empire.

Jean-Pierre Chevènement, sénateur MRC, 9 octobre 2007

Le qualificatif «d’extrême-droite» englobe en France une série de courants idéologiques allant du monarchisme au fascisme. Nous n’appartenons à aucun d’entre eux. Nous ne sommes les héritiers d’aucune idéologie, d’aucune mouvance politique. Notre attachement à notre identité et notre opposition à l’immigration massive suffisent-ils à faire de nous des extrémistes ?

François Desouche, 5 avril 2009

Voilà ce qu’est devenu l’Occident. C’est un petit mec qui a peur d’être ce qu’il est, qui surtout ne veut pas qu’on parle, qui passe sous la moquette, qui se fait tabasser, qui va reprendre le Noctilien, pour à nouveau se faire tabasser. Ce n’est plus du masochisme, c’est véritablement l’annonce d’une disparition qui se veut consentante.

André Bercoff, après le témoignage dans Le Figaro de l’étudiant agressé dans un bus de nuit, avril 2009

Je suis l’homme politique en France qui s’est le plus battu pour la discrimination positive.

Nicolas Sarkozy, Libération, 23 décembre 2005

Imposer par quotas la diversité dans les élections municipales, régionales, nationales, européennes et syndicales.

Jacques Attali, décision 163 du rapport de la Commission pour la libération de la croissance française, janvier 2008

La question de l’immigration doit être bannie de la course présidentielle de 2007. Cet appel à la sagesse surprendra, je le sais bien, quand ce dossier, semaine après semaine, pèse de plus en plus lourd dans le débat politique. (…) On ne le répétera et on ne l’écrira jamais assez : nous sommes tous des enfants d’immigrés !

Bernard Stasi – Tous français : Immigration, la chance de la France – 2007

Nous verrons sans doute des minarets de mosquées se dresser à côté des clochers de nos églises sur l’horizon de nos paysages. Et alors ?

Bernard Stasi, L’immigration, une chance pour la France, 1984

Lorsque je me promène dans les rues du centre de Milan et que je vois le nombre de personnes non italiennes, j’ai l’impression de ne plus être dans une ville italienne ou européenne mais dans une ville africaine.

Silvio Berlusconi, président du Conseil italien, 4 juin 2009

En ces temps d’imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire.

George Orwell

Xénophobie (voir “Racisme”) : mot sidérant ; ne s’emploie qu’à l’encontre des Français d’origine européenne et de religion chrétienne qui entendent protéger leur identité ou leurs préférences (trad. : identité) ; les agissements comparables des autres groupes sont qualifiés au pire de “communautarisme”.

Dictionnaire de novlangue, Polémia, 2008

Métissage : mot sidérant présenté comme l’avenir de l’humanité et destiné en réalité à valoriser l’immigration de peuplement en Europe ; par extension qualité valorisée par l’élite dirigeante (ex. : “musiques métisses”)

Dictionnaire de novlangue, Polémia, 2008

Deux mille ans de culpabilité chrétienne relayée par les droits de l’homme se sont réinvestis, au nom de la défense des individus, dans la mise en accusation et la disqualification radicale de la France. Et l’école publique s’est engouffrée dans la brèche avec d’autant plus d’ardeur qu’à la faveur du multiculturalisme elle a trouvé dans cette repentance et ce masochisme national une nouvelle mission.

Pierre Nora, historien, à propos des lois mémorielles, 2008

Dans un Etat libre, il n’appartient à aucune autorité politique de définir la vérité historique ni de restreindre la liberté de l’historien sous la menace de sanctions pénales.

Françoise Chandernagor, Le Figaro Magazine, 11 octobre 2008

La République est bafouée par la propagande : il y a maintenant des épreuves de bien-pensance au baccalauréat. Nous vivons sous la dictature de la démocratie. (…) En 2005, pour avoir son bac de français, il est obligatoire de vomir la France.

Alain Finkielkraut, philosophe, à propos des sujets du bac 2005

Belle image de la ville d’Evry… Tu me mets quelques Blancs, quelques Whites, quelques Blancos…

Manuel Valls, député-maire PS d’Evry, commentant sur une brocante la substitution démographique dans sa ville – Direct8, 10 juin 2009

En 1981, nous avons hérité d’une situation gangrenée. Pendant les vingt ans précédents, on avait fait venir les immigrés en masse par besoin de main-d’oeuvre et pour contenir les salaires des travailleurs français. (…) Mais je pense que, s’ils doivent être traités humainement, les clandestins doivent rentrer chez eux.

François Mitterrand, Le Nouvel Obs, 6 mai 1988

Aujourd’hui, la Seine-Saint-Denis est le premier département français dans lequel naissent plus d’enfants d’origine extra-européenne que d’enfants d’origine européenne. Cette situation préfigure celle de l’ensemble du territoire métropolitain à compter des années 2040.

Florian Chardès, La France multiethnique de 2030, Collège Interarmées de Défense, mars 2004

75% de l’immigration actuelle est une immigration de peuplement, l’immigration de travail représentant seulement 10% du total annuel.

Florian Chardès, La France multiethnique de 2030, Collège Interarmées de Défense, mars 2004

Le quotidien américain Washington Post estime que “60 % à 70 %” des détenus français sont musulmans, une proportion particulièrement élevée par rapport aux pays voisins et représentative de l’échec de l’intégration des minorités en France.

Le Monde, 29 avril 2008

La croyance répandue veut que le droit du sol existe en France depuis la Révolution française. Or, comme l’a démontré l’historien Patrick Weil, le droit du sol n’est apparu en France qu’en 1889. Le Code civil des Français de 1804 prévoyait en effet que la nationalité ne serait attribuée qu’en fonction du droit du sang

Droit du sang, Wikipedia

Les renseignements généraux ont établi un profil type des principaux délinquants dans ces groupes, à partir de l’étude de 436 meneurs, recensés dans 24 quartiers sensibles. Parmi eux, 87 % ont la nationalité française ; 67 % sont d’origine maghrébine et 17 % d’origine africaine. Les Français d’origine non immigrée représentent 9 % des meneurs, selon les RG.

Le Monde, 25 février 2006

Il ressort que chaque immigré qui franchit la frontière (250 000 par an) coûte 100 000 euros par an à la collectivité nationale, soit vingt fois plus que les Corses.

Yves-Marie Laulan, économiste, président de l’Institut de géopolitique des populations, novembre 2005

Les études d’Yves-Marie Laulan, Jacques Bichot et Maurice Allais indiquent que l’immigration profite surtout aux immigrés eux-mêmes, ainsi qu’aux employeurs qui bénéficient de la présence d’immigrés non qualifiés (parfois de façon non déclarée). Les coûts pourraient être un peu plus élevés pour les autochtones non qualifiés, qui entrent en concurrence avec les immigrés.

L’immigration en France, Wikipedia

S’appuyant sur les travaux des professeurs d’économie J. Bichot et G. Lafay, Yves-Marie Laulan, président de l’Institut de géopolitique des populations, estime à 36 milliards d’euros par an le coût de l’immigration et de son intégration (éducation, formation professionnelle, logement, santé, lutte contre la délinquance, maintien de la sécurité, etc.) .

Ivan Rioufol, journaliste au Figaro, 18 novembre 2005

Selon Yves-Marie Laulan, fondateur de l’institut [de géopolitique des populations] et coauteur d’« Immigration/Intégration », « les immigrés recouvrent à ce jour un tiers de leurs coûts sociaux », sachant que le chômage atteint environ 30 % de la population immigrée et même 40 % dans certains quartiers.

Immigration : un coût de 24 milliards d’euros, Le Point, 17 janvier 2007

Toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour irrégulier d’un étranger en France sera punie d’un emprisonnement de cinq ans et d’une amende de 30 000 €.

Article L 622-1 du Code d’entrée et de séjour des étrangers en France

Lorsqu’un travailleur immigré supplémentaire arrive, il faudra finalement, pour réaliser les infrastructures nécessaires (logement, hôpitaux, écoles, infrastructures de toutes sortes, installations industrielles, etc.) une épargne supplémentaire égale à quatre fois le salaire annuel de ce travailleur. Si ce travailleur arrive avec sa femme et trois enfants, l’épargne nécessaire sera égale à vingt fois son salaire annuel, ce qui manifestement représente une charge très difficile à supporter.

Maurice Allais, prix Nobel d’Economie 1988, Le Figaro, 5 décembre 1990

Je pense que dans ces banlieues il y a beaucoup de gens qui ne servent à rien, mettent le bordel, brûlent des caisses, abîment leur cadre de vie et viennent ensuite nous dire qu’on ne s’occupe pas d’eux. Et tant qu’ils seront là, qu’ils auront cette mentalité, ça ne changera pas. On pourra allonger du blé, refaire, retaper, ça ne changera pas.

Maurice, animateur radio, Skyrock, 1996

Lily, un an après son installation à Paris, écrit à sa famille restée en Somalie. Elle dénonce l’intolérance et le racisme dont elle est la victime. Vous rédigerez cette lettre en tenant compte des situations évoquées dans le texte de Pierre Perret et en développant l’argumentation de Lily.

Sujet du bac 2005 de français

J’aimerais voir brûler Paname au napalm sous les flammes façon Vietnam Tandis que ceux de ton espèce galopent Où 24 heures par jour et 7 jours par semaine J’ai envie de dégainer sur des faces de craies

Extrait de « Flirt avec le meurtre » (rap), Ministère Amer

Poitiers brûle et cette fois-ci, pas de Charles Martel On vous élimine, puisque que c’est trop tard La France pète. J’espère que t’as capté le concept

Salif, rappeur

Par tous les moyens il faut niquer leurs mères. Gouer (Français) c’est toi qui perds, flippe pour ta femme, tes enfants, pour ta race. On s’est installé ici, c’est vous qu’on va mettre dehors

Extrait de « Meurtre légal » du groupe de rap Smala

(…) ce type de problème actuel auquel nous aurons à faire face se déplace de celui de l’immigration (« arrivée d’étrangers désireux de s’installer dans le pays ») vers celui de l’invasion (« action d’entrer, de se répandre soudainement » selon la définition donnée par Littré).

Valéry Giscard d’Estaing, « Immigration ou invasion », Le Figaro Magazine, 21 septembre 1991

Dans telle localité de la banlieue lyonnaise les étrangers de toute espèce sont en majorité. Il va de soi qu’à partir de ce moment là, lorsque deux communautés se trouvent vivre mélangées, avec des habitudes, des convictions, des modes de vie absolument différents, il se crée des conflits. Il est déjà très difficile de vivre en paix avec ses voisins. A plus forte raison lorsque ces voisins ont des habitudes absolument différentes des vôtres.

Georges Pompidou, 1973

La facilité des déplacements et l’ouverture des frontières qui rendent désormais possible de choisir à son gré le lieu d’une future naissance recommandent de revenir à la conception traditionnelle de l’acquisition de la nationalité française : celle du droit du sang. On est français si on naît d’un père ou d’une mère française.

Valéry Giscard d’Estaing, « Immigration ou invasion », Le Figaro Magazine, 21 septembre 1991

J’approuve le refus de Paul Mercieca de laisser s’accroître dans sa commune le nombre, déjà élevé, d’immigrés ; en raison de la présence en France de près de quatre millions et demi de travailleurs immigrés et de membre de leurs familles, la poursuite de l’immigration pose aujourd’hui de graves problèmes. Il faut les regarder en face et prendre rapidement les mesures indispensables. La cote d’alerte est atteinte.

Georges Marchais, Lettre au recteur de la mosquée de Paris, L’Humanité, 6 janvier 1981

La cote d’alerte est atteinte […] C’est pourquoi nous disons : il faut arrêter l’immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage. Je précise bien : il faut stopper l’immigration officielle et clandestine. Il faut résoudre l’important problème posé dans la vie locale française par l’immigration.

Georges Marchais, Lettre au recteur de la mosquée de Paris, L’Humanité, 6 janvier 1981

Il faut le dire et le répéter : l’immigration est une chance fantastique pour la pays d’accueil. […] Plutôt que de refouler aux frontières les immigrés qui s’y présentent, on devrait les remercier de nous avoir choisis plutôt qu’un autre pays.

33ème congrès du PCF, mars 2006

Si vous ajoutez à cela le bruit et l’odeur, eh bien le travailleur français sur le palier devient fou. Et il faut le comprendre, si vous y étiez, vous auriez la même réaction. Et ce n’est pas être raciste que de dire cela.

Jacques Chirac, Orléans, 19 juin 1991

Car je suis persuadé que notre destin de Français est scellé, parce qu’« ils sont chez eux chez moi » (Mitterrand), au sein d’une « Europe dont les racines sont autant musulmanes que chrétiennes » (Chirac), parce que la situation est irréversible jusqu’au basculement définitif des années 2050 qui verra les « Français de souche » se compter seulement la moitié la plus âgée de la population du pays

Jean Raspail, Le Figaro, 17 juin 2004

Sans compter que les « Français de souche », matraqués par le tam-tam lancinant des droits de l’homme, de « l’accueil à l’autre », du « partage » cher à nos évêques, etc., encadrés par tout un arsenal répressif de lois dites « antiracistes », conditionnés dès la petite enfance au « métissage » culturel et comportemental, aux impératifs de la « France plurielle » et à toutes les dérives de l’antique charité chrétienne, n’auront plus d’autre ressource que de baisser les frais et de se fondre sans moufter dans le nouveau moule « citoyen » du Français de 2050.

Jean Raspail, Le Figaro, 17 juin 2004

- Immigration étroitement filtrée. – Expulsion immédiate des immigrés indésirables.

Extrait de la profession de foi de l’abbé Pierre, candidat MRP de Meurthe-et-Moselle en juin 1946

La préférence nationale est au centre des débats du syndicalisme ouvrier, aussi bien avant 1895, année de naissance de la CGT, qu’après. Pour les syndicalistes, des immigrés trop nombreux forment la réserve du capitalisme dont parlait Marx. Les patrons s’en servent pour diminuer les salaires. Pour ne pas en arriver à une situation conflictuelle, la CGT préconise un strict contrôle des flux migratoires.

“La préférence nationale vient de la gauche”, Christian Jelen, Marianne, 22 juin 1998

Si le gouvernement entend rester fidèle à tous les principes humanitaires et faire tout spécialement honneur aux traditions d’hospitalité, il ne saurait tolérer que les étrangers abusent de l’asile qui leur est offert en intervenant dans les conflits politiques et sociaux.

Roger Salengro, ministre de l’Intérieur du Front populaire, 2 octobre 1936

Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau.

Le Général de Gaulle – « C’était De Gaulle », Alain Peyrefitte, éd. de Fallois/Fayard

Aux Etats-Unis en 2050 les Blancs seront minoritaires, et ils seront bien contents d’avoir des lois qui protègent et qui font la promotion de la diversité. Et donc c’est très important ces questions de diversité parce que l’Histoire s’accélère [...] et c’est dans votre intérêt…

Amirouche Laïdi, président du Club Averroès, 10 décembre 2008

Oui c’est délicat, quand on est journaliste et blanc, d’aller en banlieue [...] C’est plus facile pour un journaliste français de travailler à Islamabad qu’à Sarcelles malheureusement.

Yassine Belattar, France Ô, 21 octobre 2008

Je suis ravi que pour la première fois la France ait élu au suffrage universel direct un Juif président de la République [...] Et en plus avec Kouchner ministre des Affaires étrangères, qu’est-ce que vous voulez de plus ?

Georges Frêche, président du Conseil régional de Languedoc-Roussillon, Montpellier, 24 juin 2007

La diversité entraîne de l’anomie et de l’isolement. [...] les gens qui vivent dans des lieux diversifiés semblent “se réfugier dans leur carapace, comme les tortues”.

Robert Putnam, sociologue, juin 2007

A la place de l’aide au développement, aidez plutôt les émigrés à rentrer dans leur pays ! Au lieu de nous envoyer des médecins de Médecins du monde, essayez de convaincre plutôt tous les médecins camerounais installés à l’étranger de revenir !

Emile Bomba, président de l’Association de Lutte contre l’Emigration Clandestine (Alcec), décembre 2008

Quand un Français tue un Arabe, c’est forcément un crime raciste, quand un Arabe tue un Français, c’est forcément un fait-divers. Jean Pierre-Bloch, président de la LICRA, 1980
Dans certaines régions du Golfe, vous ne savez plus si vous êtes dans un pays arabo-musulman ou dans une région asiatique. On ne peut pas parler ici de «diversité». Aucune nation sur la planète ne peut accepter une érosion de sa culture sur son propre territoire. Majeed Al Alawi, ministre du travail du Bahreïn, Arab News, octobre 2007
La race blanche est le cancer de l’histoire humaine. Susan Sontag, activiste politique, dans Partisan Review, 1967
«L’élite» sait parfaitement que les Français ne sont pas racistes, et que la cause de l’échec des personnes issues de l’immigration est imputable à d’autres raisons que des discriminations dont les Français de souche se rendraient coupables. Malika Sorel, auteur du «Puzzle de l’intégration», 5 janvier 2009
Heureusement que les Israéliens ne sont pas serbes, sinon Tzipi Livni et Ehoud Olmert seraient en route pour le Tribunal international de La Haye. Patrick Besson, Le Point, 8 janvier 2009
Aucune collectivité ne saurait rester indifférente à l’intrusion étrangère qui, si elle atteignait une masse suffisamment critique, signifierait la disparition du groupe ou son aborigénisation. Nasolo-Valiavo Andriamihaja, L’Express de Madagascar, 12 novembre 2008
On parle précautionneusement de « jeunes » alors qu’il s’agit de voyous, deuxième génération de l’immigration, habitant des quartiers dits « difficiles » alors que ce sont de véritables ghettos communautaires. Nasolo-Valiavo Andriamihaja, L’Express de Madagascar, 29 octobre 2008
On ne gère certainement pas de la même manière un quartier homogène de « White Anglo-Saxon Protestants » et des cités squattées par des bandes rivales de Noirs et d’Arabes. Il y a des politiques à adapter selon que l’on s’adresse à des autochtones ou à des immigrés. Nasolo-Valiavo Andriamihaja, L’Express de Madagascar, 29 octobre 2008
Si une communauté n’est pas acceptée, c’est qu’elle ne donne pas de bons produits, sinon elle est admise sans problème. Si elle se plaint de racisme à son égard, c’est parce qu’elle est porteuse de désordre. Quand elle ne fournit que du bien, tout le monde lui ouvre les bras. Le Général de Gaulle – «De Gaulle mon père», Philippe de Gaulle, éditions Plon
Femmes, handicapés, « issus de l’immigration africaine et maghrébine », homo-bi-trans-sexuels, originaires de régions « à identité forte », etc. ont le droit de bénéficier d’avantages refusés aux hommes mâles, blancs, valides, hétérosexuels et originaires de régions hexagonales à … identité faible. Anne-Marie Le Pourhiet, juriste, 10 octobre 2005
A CV équivalent, en quoi est-ce « mal » de préférer le Blanc et, au contraire, « bien » de préférer le Noir ? Anne-Marie Le Pourhiet, juriste, 10 octobre 2005
La diversité est simplement devenue le faux-nez de la discrimination positive. Ce terme n’a pas d’autre fonction que de camoufler la politique de passe-droit généralisé qui se met en place. Mais en lui-même, il ne signifie absolument rien, c’est un slogan débile. Anne-Marie Le Pourhiet, juriste, 10 octobre 2005
Aujourd’hui, les rappeurs écrivent mieux que Molière. Rohff, rappeur – Le Parisien, 15 décembre 2008
Ma France à moi elle parle fort, Elle vit en groupe, parle de bled et déteste les règles, Elle sèche les cours, le plus souvent pour ne rien foutre Diam’s, rappeuse – Extrait de «Ma France à moi», 2006
C’est pas parce qu’on est différent qu’on est plus intelligent. Les Inconnus, sketch «United Colors of Bande de cons», 1991
Les premiers résistants c’est des gars de la droite voire de l’extrême droite… de l’Action Française. Eric Zemmour, journaliste, i-Télé, 11 juillet 2009
Je ne veux pas d’une Europe chrétienne Ahmet Insel, politologue turc, «C dans l’air» (France 5), 26 juillet 2007
« Le Petit Nicolas » décrit une école d’autrefois, quand les enfants ne descendaient pas leurs camarades à la kalachnikov, ne dealaient pas de marijuana, ne se prostituaient pas et étaient tous blancs… Frédéric Beigbeder, Paris-Match, 14 mars 2009
Oui, je suis à fond pour la culture traditionnelle de l’homme blanc. C’est une sacrément belle civilisation, une civilisation merveilleuse et formidable. Ça n’exclut pas les autres cultures, mais ça ne diminue certainement pas la mienne. John Rhys-Davies, comédien gallois (le nain Gimli dans «Le Seigneur des Anneaux»), 2004
Si nous voulons représenter les Gaulois, regardons nos compatriotes et regardons-nous dans une glace. Ferdinand Lot, historien français (1866-1952)
Les immigrés sont en train de changer la France et les Français deviennent différents Daniel Cohn-Bendit, France 3, 28 janvier 2009
Le rap a tué la poésie. Gérard Depardieu, Le JDD, 18 janvier 2009
Un jour, les musulmans que vous avez enrolés dans vos polices européennes et dans vos armées se lèveront. Et ils vous écraseront. Omar Bakri Mohammed, The Daily Telegraph, 21 janvier 2007
L’antiracisme est le continuateur du communisme sur le plan des méthodes : intimidation, sectarisme et excommunication. Tout anticommunisme est un chien, disait Sartre. Celui qui n’adhère pas aux thèses antiracistes est pire qu’un chien, c’est un nazi, il sort de l’humanité. C’est parce qu’ils ont échoué à changer l’Homme que les progressistes ont voulu changer les hommes. D’où la défense d’une immigration massive et incontrôlée. Eric Zemmour, Le Figaro Madame, 18 janvier 2007
L’écran, qui envahit tout, est lui-même envahi par une nouvelle caste dominante qui se croit libérée des préjugés bourgeois alors qu’elle s’est affranchie de tout scrupule, caste dont les goûts, la langue, la connivence régressive, l’hilarité perpétuelle, l’obscénité tranquille et le barbotement dans la bassesse témoignent d’un mépris souverain pour l’expérience des belles choses que les professeurs ont la charge de transmettre. Alain Finkielkraut, Libération, 26 janvier 2008
Si à cause du port du voile, vous ne trouvez pas de travail, acceptez-en les conséquences. A savoir, pas de revenus. Quand on saute du 5e étage, on connait les conséquences. C’est la même chose avec le voile. Ahmed Aboutaleb, maire de Rotterdam – Journal Bndestem, 27 janvier 2008
Personne ne veut d’une travailleuse en burqa. Enlève ta burqa et va chercher du travail. Si tu ne veux pas, c’est d’accord. Mais pas d’allocation chômage. Ahmed Aboutaleb, maire de Rotterdam, avril 2006
La France est en train de vivre une épuration douce et sourde de tous ceux dont la pensée va à l’encontre des intérêts d’Israël et des États- Unis. Aymeric Chauprade, géopoliticien français, juin 2009
Le sentiment de discrimination, de dépossession, de haine et d’inquiétude, ce ne sont pas les immigrés qui le ressentent, mais bien ceux qui les accueillent et doivent continuer à le faire Enoch Powell, député conservateur britannique, 20 avril 1968
Nous ne voulons pas de citoyens de 1ere ou de 2nde «classe». Mais cela ne doit pas signifier pour autant qu’un immigré ou ses descendants doivent disposer d’un statut privilégié ou spécifique, ou qu’un citoyen ne soit pas en droit de discriminer qui bon lui semble dans ses affaires privées, ou qu’on lui dicte par la loi ses choix ou son comportement Enoch Powell, député conservateur britannique, 20 avril 1968
Les difficultés rencontrées par les immigrés ne proviennent ni des lois, ni de la politique du gouvernement ou de l’administration, mais de leur situation personnelle, et des événements fortuits qui font, et feront toujours, que le destin et l’expérience d’un homme ne sont pas ceux d’un autre. Enoch Powell, député conservateur britannique, 20 avril 1968
Sur leur lieu de travail, les employeurs hésitent à appliquer au travailleur immigré les mêmes critères de discipline et de compétence qu’aux Anglais. L’Anglais de souche commence à entendre, au fil du temps, des voix chaque jour plus nombreuses lui dire qu’il est désormais indésirable. Enoch Powell, député conservateur britannique, 20 avril 1968
Ce sentiment d’être une minorité persécutée [dans son propre pays], sentiment qui progresse parmi la population anglaise dans les régions touchées, est quelque chose d’à peine imaginable pour ceux qui n’en ont pas fait directement l’expérience. Enoch Powell, député conservateur britannique, 20 avril 1968
Être intégré, c’est ne pas se distinguer, à tous points de vue, des autres membres d’une population. Penser qu’un tel désir est présent chez une vaste majorité d’immigrés ou chez leurs descendants est une idée extravagante, et dangereuse de surcroît. Enoch Powell, député conservateur britannique, 20 avril 1968
La France n’est pas un pays d’immigration massive François Héran, directeur de l’Ined, janvier 2004
SOS Racisme est raciste puisqu’en 30 ou 25 ans d’existence ils n’ont jamais intenté le moindre procès pour racisme anti-blanc. C’est donc qu’ils nient que les Blancs puissent être victimes de racisme. Jean Robin, éditeur, juillet 2009
Les jeunes des quartiers immigrés qui ont déclenché des incendies ne doivent s’attendre à aucune bienveillance de la part de la société danoise. C’est même plutôt le contraire. Beaucoup de gens se détourneront d’eux. Je rejette toute notion selon laquelle la société danoise serait responsable de ces émeutes. Je le dis très clairement : ces jeunes sont les seuls responsables. Eux, et leurs parents. Fogh Rasmussen, premier ministre danois – février 2008 – déclaration à la suite de plusieurs jours d’émeutes au Danemark,
Par quel mystère les Chances-pour-la-France ne sont-ils pas des Chances-pour-l’Afrique ? D’un lecteur – février 2008
Ces gens ne sont pas venus au bon endroit. S’ils sont obtus au point de réellement réclamer le califat ou l’application de la sharia, qu’ils aillent en Iran ou en Arabie Saoudite. Ils n’ont rien a faire au Danemark. Qu’ils quittent le pays, et le plus rapidement sera le mieux. Villy Søvndal, leader du Parti socialiste danois, à la suite d’émeutes ethniques au Danemark, février 2008
On propose à nos sociétés un avenir multiculturel. Le grand paradoxe du multiculturalisme, c’est que toutes les cultures sont les bienvenues à l’exception d’une seule, la culture du pays hôte. Pour accueillir la diversité comme il se doit, la France est tenue de ne plus être une nation substantielle, mais une nation procédurale simplement vouée à organiser la coexistence des communautés qui la composent. Alain Finkielkraut, Le Point, 16 juillet 2009
Tout le monde le dit ici : Marseille, c’est la 49ème wilaya d’Algérie. Et c’est la vérité. Malik Ziad, musicien, The New York Times, 26 juillet 2009
Si des jeunes femmes françaises noires décident, en 2009, de se blanchir la peau, au péril de leur santé, c’est en raison des discriminations massives dont elles sont les victimes. Patrick Lozès, président du CRAN, 4 août 2009
D’ici 2050, c’est plus l’Europe de demain qui ressemblera à l’Afrique d’aujourd’hui plutôt que l’Afrique de demain qui ressemblera à l’Europe d’aujourd’hui Jacques Attali, “Une brève histoire de l’avenir”, Editions Fayard, 2006

« Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine, et de religion chrétienne. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau.

Les Arabes sont les Arabes, les Français sont les Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de Musulmans, qui demain seront peut-être vingt millions et après-demain quarante?

Si nous faisons l’intégration, si tous les Arabes et Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Eglises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées. » (source)

Charles de GAULLE

« Ce déplacement dans l’origine des immigrés exprime une modification de la nature socio-économique de l’immigration. Bien que dans cette matière sensible il faille manipuler les mots avec précaution, en raison de la charge émotionnelle ou historique qu’ils portent, ce type de problème actuel auquel nous aurons à faire face se déplace de celui de l’immigration (« arrivée d’étrangers désireux de s’installer dans le pays ») vers celui de l’invasion (« action d’entrer, de se répandre soudainement « selon la définition donnée par Littré) »

Valéry GISCARD D’ESTAING, « Immigration ou invasion », Le Figaro Magazine, 21 septembre 1991.

« La France deviendra dans moins de 20 ans la colonie de ses anciennes colonies. »

Vladimir POUTINE

Est aussi facteur de sédition l’absence de communauté ethnique tant que les citoyens n’en sont pas arrivés à respirer d’un même souffle. Car de même qu’une cité ne se forme pas à partir d’une masse de gens pris au hasard, de même ne se forme-t-elle pas dans n’importe quel espace de temps. C’est pourquoi parmi ceux qui ont, jusqu’à présent, accepté des étrangers pour fonder une cité avec eux ou pour les agréger à la cité, la plupart ont connu des séditions.

Ainsi des Achéens fondèrent Sybaris avec des Trézéniens, puis les Achéens devenus majoritaires chassèrent les Trézéniens, d’où la souillure qui échut aux Sybarites. Et à Thouroi des Sybarites entrèrent en conflit avec ceux qui avaient fondé cette cité en même temps qu’eux parce qu’ils s’estimaient en droit d’avoir plus qu’eux sous prétexte que c’était leur propre pays : ils en furent chassés.

ARISTOTE

« La Révolution française a mis en circulation des idées et des valeurs qui ont fasciné l’Europe puis le monde, et qui procurèrent à la France, pendant un demi-siècle, un prestige et un rayonnement exceptionnels.

On peut toutefois se demander si les catastrophes qui se sont abattues sur l’Occident n’ont pas aussi là leur origine.

On a mis dans la tête des gens que la société relevait de la pensée abstraite alors qu’elle est faite d’habitudes, d’usages, et qu’en broyant ceux-ci sous les meules de la raison, on pulvérise des genres de vie fondés sur une longue tradition, on réduit les individus à l’état d’atomes interchangeables et anonymes.

La liberté véritable ne peut avoir qu’un contenu concret : elle est faite d’équilibres entre des petites appartenances, de menues solidarités : ce contre quoi les idées théoriques qu’on proclame rationnelles s’acharnent ; quand elles sont parvenues à leurs fins, il ne reste plus qu’à s’entre-détruire. Nous observons aujourd’hui le résultat. »

Claude LEVI-STRAUSS

« De près et de loin (conversation avec Didier Eribon) », Éditions Odile Jacob, Paris, 1988.

« L’élection d’Obama, c’est un tremblement de terre pour le monde, quelque part, c’est la fin du règne de l’homme blanc.

Un règne qui avait commencé au XVe siècle, avec les grandes découvertes: avec la poudre à canon ramenée de Chine par Marco Polo, nous avions asservi le monde. Mais il n’y avait pas de raison que l’homme blanc gouverne le monde ad vitam aeternam . Quand on sortira de la crise, vers 2012, c’est un quadrilatère Hanoï, Tokyo, Séoul, Pékin qui dirigera le monde. Dans l’histoire, le XXI e siècle commencera avec l’élection d’Obama. » Source

Georges FRÊCHE

“9 Noirs dans l’équipe de France,

c’est 8 de trop.”

Source

Gaston KELMAN

« On se demande souvent quelle idéologie va remplacer le socialisme. Mais elle, est déjà là sous nos yeux : c’est l’anti-racisme.

Entendons-nous bien : l’antiracisme dont je parle n’a pas pour but réel de servir de lutte contre le racisme, pas plus que le socialisme n’avait pour but réel de lutter contre la pauvreté et l’inégalité. Comme toutes les idéologies, celle de l’anti-racisme se propose non de servir ceux qu’elle prétend délivrer, mais d’asservir ceux qu’elle vise à enrôler (…)

Agissant par la terreur et non par la raison, cet anti-racisme fabrique plus de racistes qu’il n’en guérit. Telles les autres idéologies, celle-ci est à la fois confuse et péremptoire dans la théorie, terroriste et contradictoire dans la pratique.

L’antiracisme idéologique, qu’il faut soigneusement distinguer de l’anti-racisme effectif et sincère, attise les divisions entre humains au nom de leur fraternité proclamée » (reproduit dans La fin du siècle des ombres, 1999, p. 395). (source)

Jean-François REVEL

Tant en France qu’en Italie, nous n’avons pas fixé de limites et de règles sûres. C’est une chose qui devait être faite il y a plusieurs années. J’ai une maison sur les hauteurs de Nice et, le soir, j’ai peur de descendre en ville parce que circulent, sur les routes, des bandes qui font peur. Et puis, l’équipe de France : elle est désormais composée presque uniquement de Noirs. Ce sont sûrement les plus forts, mais… Source

Sébastien FREY

« Voyez-vous, le capitalisme n’est pas fondamentalement raciste ; il peut exploiter le racisme pour ses fins, mais le racisme ne lui est pas intrinsèque. Le capitalisme veut fondamentalement que les gens soient des engrenages interchangeables, et les différences entre eux, telles que les différences raciales, ne sont d’habitude pas fonctionnelles. Ou elles peuvent l’être pour un temps, comme quand on veut une main-d’œuvre sur-exploitée, par exemple, mais ces situations sont plutôt anormales.

Sur une longue période, vous pouvez vous attendre à ce que le capitalisme soit anti-raciste, précisément parce qu’il est anti-humain. Et la race est en fait une caractéristique humaine – il n’y aucune raison pour qu’il s’agisse d’une caractéristique négative, mais c’est une caractéristique humaine. C’est pourquoi les identifications basées sur la race interfèrent avec l’idéal capitaliste de base selon lequel les gens devraient être disponibles juste comme consommateurs et producteurs, des engrenages interchangeables qui achèteront toute la camelote qui est produite : c’est à cela qu’ils servent en fin de compte, et toute autre propriété qu’ils pourraient avoir est plutôt inintéressante – et même une nuisance d’habitude. »

Noam CHOMSKY (1989)

Le préfet de police de Paris déclare : « Le problème des nord-africains constitue vraiment un grave danger à Paris, où ils fournissent maintenant les deux tiers des auteurs d’agressions.» Des propos tenus le 28 septembre 1949…

Source : « La République amnésique » de Thierry Bouclier, éditions Rémi Perrin (2008), pages 64-65. (via Gaston Phœbus) [scan complet]

Partagez cet article FacebookTwitterEmailGoogle+tumblrPinterest

Commentaires (1)