En direct de Kiev…


Descente de police à Saint-Denis : un candidat UDI blessé

Le candidat UDI-UMP à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) a été conduit aux urgences hier, après avoir reçu une boîte de conserve sur la tête, alors qu’il était en campagne dans un quartier de la ville, rapporte Metronews.

Houari Guermat aurait été pris « au milieu d’une descente d’une centaine de policiers » et aurait reçu la boîte « dans la confusion ». Il a rejeté dans un communiqué « l’insécurité croissante » dans la ville, et rejette la faute sur le maire communiste Didier Paillard, qui s’oppose à l’installation de vidéosurveillance

Le Figaro

Nice : un groupe de filles sème la terreur dans son collège

C’est un phénomène qui n’est plus si rare. Un gang de cinq adolescentes a été entendu par la police ce jeudi à Nice (Alpes-Maritimes). Agées d’une quinzaine d’années, toutes sont soupçonnées d’avoir agressé sept autres jeunes filles de leur âge, filmant certains faits avec leurs téléphones portables. Placées en garde à vue depuis mercredi, elles devraient être déférées devant un juge pour enfants vendredi.

(…) Ce n’est pas la première fois qu’un groupe de mineures sème la terreur à Nice. En 2011, la sûreté départementale avait neutralisé une bande d’une vingtaine de jeunes filles violentes de moins de quinze ans, auto-baptisée «Ghetto youth». Elles avaient été interpellées après les plaintes de 25 victimes. Entendues par les enquêteurs, elles ne s’étaient pas caché et avaient spontanément raconté avoir eu envie d’en découdre et de frapper des petites filles à coups de poings et coups de pieds. Elles choisissaient leurs cibles, plus fragiles, au hasard.

Le Parisien

Les années 68 de l’anti-racisme

Le mouvement de mai 1968 en France n’avait jamais été véritablement étudié sous l’angle des relations entre ses acteurs et les immigrés. Pourtant, comme le montre l’historien anglais Daniel Gordon, les années 1968 ont été décisives dans la création d’un antiracisme moderne, bien avant la Marche des Beurs.

 

(…) Laviedesidees.Fr

 

Discrimination : un testing épingle les agents immobiliers (vidéo)

Pour louer un logement en France, il ne fait pas bon être d’origine étrangère. Le « testing » effectué par 60 millions de consommateurs auprès d’agences immobilières montre que les a priori et les pratiques discriminatoires ont la vie dure.
Pour réaliser cette étude, dont le protocole a été élaboré avec le défenseur des droits, Dominique Baudis, six candidats à la location présentant le même niveau de revenus et de situation professionnelle, ont répondu à 150 annonces immobilières en téléphonant pour prendre rendez-vous. Tous n’ont pas obtenu le même accueil, révèle cette étude publiée dans le numéro de mars de 60 millions de consommateurs.

Si le candidat dit « de référence » (Anne, 28 ans, assistante de direction) a obtenu à chaque fois une réponse positive de l’agence immobilière, la personne s’exprimant avec un accent africain (Babacar, 31 ans, commercial) s’est vu opposer une fin de non-recevoir dans un tiers des cas.

Plutôt courtois avec Anne, le ton des professionnels de l’immobilier n’est pas aussi « sympathique » avec les autres candidats. Dans 42 % des appels, il a été demandé à Babacar s’il gagnait bien trois fois le montant du loyer. Une question posée moins d’une fois sur dix à Anne.

MAUVAISES PRATIQUES

Christelle, mère célibataire avec un enfant, obtient à peine un meilleur accueil. Quasiment une fois sur trois, elle ne va pas plus loin que le coup de téléphone, tandis qu’Anne, en appelant dans la foulée, obtient systématiquement un rendez-vous. Et lorsque Babacar et Christelle décrochent enfin des rendez-vous, ils doivent fournir beaucoup plus de pièces justificatives.

(…) Le Monde

Les enfants perdus de la Réunion (rediff vidéo)

Histoires en série -France 2 – 3/04/12

De 1963 à 1982, 1 630 enfants réunionnais « orphelins » furent déplacés par les autorités françaises dans le but de repeupler les départements français victimes de l’exode rural comme la Creuse, le Tarn ou le Gers. Ce déplacement d’enfants par avions fut organisé sous l’autorité de Michel Debré, député de La Réunion à l’époque

(Merci à Docteur Bazooka)

L’Assemblée reconnaît la responsabilité de l’Etat dans l’exil forcé d’enfants réunionnais

C’est une histoire qui n’est pas racontée dans les manuels scolaires. Une histoire très peu connue en France – même des élus de l’Assemblée nationale qui, pour certains, viennent seulement de la découvrir. C’est l’histoire de quelque 1 600 enfants réunionnais contraints à l’exil vers la France métropolitaine pendant près de vingt ans, de 1963 jusqu’au début des années 1980. Une histoire que l’Assemblée vient de reconnaître officiellement, mardi 18 février, après une résolution portée par la députée socialiste de la Réunion, Ericka Bareigts.

Cette histoire commence en 1946, quand la Réunion cesse d’être une colonie pour devenir un département français à part entière. « Le territoire est alors extrêmement pauvre, avec 60 % de chômage. L’économie repose essentiellement sur la plantation, les infrastructures sont quasiment inexistantes et l’île connaît un problème démographique très fort », explique Mme Bareigts, qui a présenté son texte à la presse à l’Assemblée, mercredi en début d’après midi.

En 1963, le père de la jeune Constitution de la Ve République, Michel Debré, devient alors député de ce département. Craignant que les tensions économiques et sociales du territoire ne se transforment en réelle difficulté politique, il met en place une politique radicale. Elle consiste à « enlever la population là où il y en a trop pour la déplacer là où il n’y en n’a pas assez », à savoir dans 64 départements de l’Hexagone, explique Mme Bareigts.

(…) Le Monde

Marine Le Pen est-elle d’extrême gauche ?

Alors que Nigel Farage, leader des souverainistes britanniques, a récement déclaré que le FN était un parti d’extrême-gauche, le politologue Guillaume Bernard analyse les ambiguités idéologiques du parti de Marine Le Pen.

 

Le « petit blanc » se considère délaissé par la gauche parce qu’il est blanc et par la droite parce qu’il est pauvre… Résultat ? De plus en plus, il s’abstient ou il vote FN.

 

Le Figaro

Désinformation : Marwan, réfugié de 4 ans, n’était pas seul dans le désert syrien

Seul au beau milieu du désert, haut comme trois pommes, un sac en plastique à la main, l’image du petit Marwan, 4 ans, présenté comme un réfugié syrien traversant seul la frontière avec la Jordanie, a été largement diffusée avec des titres tragiques, lundi 17 février.

« Fuir la guerre en Syrie à 4 ans », « Un enfant de 4 ans retrouvé seul errant dans le désert« , « Un enfant de 4 ans perdu dans le désert suscite l’émotion« . Plusieurs articles ont relayé l’histoire de ce petit garçon pris en charge par le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR).

(…)

Face à la viralité de la photo, Andrew Harper a publié de nouvelles photos, mardi, pour les remettre dans leur contexte et où, précise-t-il : « On voit Marwan à l’arrière du groupe, il est séparé des autres, mais pas seul. » Le cliché montre d’ailleurs plusieurs autres enfants non accompagnés autour de lui.

 

‘(…) Big Browser

Déguisements zoulous : Kiabi accusé de racisme

La marque de vêtements « à petits prix » propose des déguisements de zoulous, os compris. Accusée de racisme, elle s’est dite « sincèrement désolée » sur Facebook.

L’année dernière, Mango commercialisait des bracelets et des colliers dits « style esclave ». La marque de prêt-à-porter espagnole s’était attirée les foudres des internautes et de plusieurs association antiracistes. Elle avait fini par céder et retirer les bijoux de la vente en France.

Cette polémique n’a pas servi de leçon à Kiabi. Sur son site, l’enseigne propose deux déguisements intitulés « zoulou », pour homme et femme adultes.

La préhistoire est une époque lointaine, mais si vous aimez l’ambiance décalée, ce déguisement zoulou est fait pour vous ! », proclame le texte de présentation.

Le déguisement homme comprend une combinaison au motif zébré, un pagne, des franges un peu partout, un harpon et une perruque afro garnie d’un os. La version femme compte également sa tunique zébrée, ses franges, sa perruque afro avec l’os et un os supplémentaire en guise d’accessoire. Les deux mannequins sont probablement « peinturlurés ou ‘photoshopés’ en noir », comme le souligne le site de la1ere.fr.

Nouvel Obs