Plein ecran

Pour Pascal Boniface, la France « est le pays qui passe pour le plus islamophobe des pays occidentaux »

Mar
2017

Pascal Boniface, directeur et fondateur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), publie « Je t’aimais bien tu sais », un ouvrage sur l’image de la France à l’étranger.

Présentation par l’éditeur

La France, au sommet de la popularité internationale au début du XXIe siècle, apparaît aujourd’hui comme ayant perdu de sa singularité et de son attractivité. Comment en est-on arrivé là ? Sa politique étrangère serait-elle rentrée dans le rang ? Ses débats internes renverraient-ils, en dehors de ses frontières, l’image d’un pays intolérant ?

L’avis de Samba Doucouré (Saphirnews)

Pascal Boniface va à contre-courant des vents dominants et démontre pourquoi il est nécessaire et comment il est possible de redorer le blason de la nation France.

Pascal Boniface nous livre dans ce nouveau livre son analyse concernant le déclassement de la France aux yeux du monde. Faisant l’impasse sur les aspects purement économiques, le géopolitologue s’attarde sur le rayonnement symbolique d’un pays réduit en l’espace d’une dizaine d’années comme peau de chagrin.

Le directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) l’explique principalement à l’alignement de la politique internationale française sur celle des Etats-Unis d’une part. De l’autre, il pointe du doigt les débats nationaux obsessionnels sur la place de l’islam et les musulmans en France, souvent alimenté avec malhonnêteté par un certain nombre de médias d’opinions, d’hommes politiques à la recherche de buzz facile et de pseudo-intellectuels. […]

Extrait de l’introduction

Il y eut une époque où être un Français en déplacement à l’étranger, pour une conférence, un colloque ou une mission d’étude, était une bénédiction. On y était bienvenu, chaleureusement accueilli, quasiment traité en héros, avant même d’avoir dit – ou fait- quoi que ce soit. Pour le simple fait d’être Français. […]

Désormais, lorsque je me rends dans un pays musulman ou à forte population musulmane, que ce soit dans le monde arabe, en Asie ou en Afrique, je suis automatiquement interrogé sur l’ islamophobie régnant en France. Le terme d’islamophobie, que beaucoup refusent d’utiliser dans l’Hexagone, est couramment employé en dehors de nos frontières et nous est accolé de façon presque systématique. Et plus nous bannissons son usage en France, plus la perception de sa réalité augmente à l’étranger. (…)

Comment en est-on arrivé là ? Comment est-on passé de pays le plus populaire au monde, et notamment dans le monde musulman, à celui qui passe pour le plus islamophobe des pays occidentaux ? Si l’évolution de notre politique n’y est pas étrangère, ce sont surtout nos débats internes qui y ont contribué. Dans un monde globalisé, nos débats nationaux ne restent pas plus confinés au sein de l’Hexagone que le nuage de Tchernobyl n’a été tenu à distance. Ils sont suivis à l’étranger et notamment par les élites cultivées, connectées et effarées par ce qu’elles observent chez nous. Si nous continuons ainsi, ce que le monde dira bientôt à la France, c’est « je t’aimais bien tu sais ». Il est temps de ranimer la flamme.

saphirnews

Le dernier combat de Hollande : empêcher Marine Le Pen de franchir les grilles du 55, Faubourg Saint-Honoré
Le Havre (76) : Hamon en meeting devant une salle vide aux deux tiers

Commentaires

Accueil
Menu