Plein ecran

Saint-Quentin-Fallavier (38) : Attentat islamique, Hervé décapité par Yassine Salhi qui aurait crié « Allahou Akbar » (Màj)

Juin
2015

28/06/15

D’après des sources proches du dossier, Yassine Salhi aurait envoyé par téléphone un selfie avec la tête de sa victime, via l’application WhatsApp.

Slate

Doubs : sur les traces de la radicalisation de Yassin Salhi


 

27/06/15

Fontaines-sur-Saône : 200 personnes ont rendu hommage ce samedi matin à Hervé Cornara, le chef d’entreprise décapité lors de l’attentat de vendredi dans une usine de Saint-Quentin Fallavier en Isère. Le maire de la commune, M. Pouzol contenant visiblement difficilement son émotion, a rendu hommage à «l’engagement citoyen» de ce chef d’entreprise, également président de l’association des locataires de sa résidence.

L’élu a également appelé « à ne pas réagir sous le coup de l’émotion et à ne pas faire d’amalgames » avant d’inviter tous les participants du rassemblement à se tenir par la main pour observer une minute de silence.

Le Progrès

Décapitation et mise en scène macabre

 


 

Yassin Salhi, né d’un père d’origine algérienne et d’une mère d’origine marocaine

Yassin Salhi, soupçonné d’être l’auteur de l’attentat perpétré vendredi dans l’Isère, était « en lien avec la mouvance salafiste », selon le ministre de l’Intérieur, mais ce père de trois enfants originaire du Doubs n’avait jamais fait parler de lui pour des faits délictueux. Né à Pontarlier (Doubs) il y a 35 ans d’un père d’origine algérienne et d’une mère d’origine marocaine, le suspect y avait été repéré par les services spécialisés dès les années 2005-2006, car il fréquentait un groupe de personnes faisant partie de l’islam radical, sans pour autant faire de prosélytisme, a indiqué à l’AFP une source proche de l’enquête. Yassin Salhi « était un gamin calme, ce n’était pas un nerveux. C’était un plaisir de l’avoir à la mosquée, il était agréable », se souvient le président de la mosquée de Pontarlier, Nacer Benyahia, « très choqué » des faits reprochés au jeune homme. […] Le jeune homme quitte ensuite Pontarlier pour Besançon, où il s’installe dans le quartier de Planoise avec son épouse et ses enfants âgés à l’époque de 3 à 9 ans. En 2013, il y est à nouveau repéré par les services spécialisés pour fréquenter des individus présumés liés à l’islam radical. Il porte la djellaba et la barbe, ce qui laisse penser qu’il est proche des milieux salafistes, comme d’autres jeunes du secteur. Mais il n’a pas d’activité malveillante et ne fait pas parler de lui en dehors de son apparence vestimentaire, selon la même source. Puis, fin 2014, Salhi quitte le Doubs avec sa famille pour s’installer à Saint-Priest, en banlieue lyonnaise, dans un appartement situé au premier étage d’un petit immeuble social. […] Source


 

Drapeaux islamistes et « Allahou Akbar »

A Saint-Quentin-Fallavier, les pompiers ont bâché de noir la zone où la tête a été retrouvée pour la cacher des regards. Deux drapeaux islamistes étaient néanmoins visibles sur le grillage vert entourant le site, selon une journaliste de l’AFP, signe d’une probable mise en scène. Source Une équipe de pompiers, appelée en secours, a été accueillie par Yassin Salhi au cri de « Allahou Akbar » (Dieu est le plus grand), a poursuivi cette source proche du dossier. Source


Quatre personnes sont, à l’heure qu’il est, placées en garde à vue :

        • Yassin Salhi ;

 

   

      • Sa femme, interpellée au domicile ;

 

     

      • Sa soeur, également interpellée au domicile ;

 

     

      • Et une personne soupçonnée de repérage et qui pourrait être un complice, mais de source policière, « on est à peu près sûr que Yassin est entré dans l’usine seul, qu’il n’y a pas de deuxième assaillant ».

 

      Source


 

14 H 13 : La victime a été identifiée comme un gérant d’une société de transport demeurant à Chassieu dans le Rhône qui était sur le site de l’entreprise attaquée. Il venait pour une livraison. 13 H 50 : Selon le préfet de l’Isère, Jean-Paul Bonnetain, « le véhicule n’a pas pu pénétrer par surprise sur le site, il y a été autorisé pour l’exercice de sa mission ». Ce qui renforcerait la thèse de l’utilisation d’un véhicule appartenant à un sous-traitant de l’entreprise ou à un fournisseur. « La nature de l’activité de l’ entreprise n’est peut être pas étrangère au choix de la cible », selon Jean Paul Bonnetain. Source


Réaction de l’épouse de Yassine Salhi:

« On est des musulmans. On fait le ramadan, normal. On a une vie de famille normale »

Un de nos journalistes est au pied de l’immeuble du principal suspect de l’attentat de Saint-Quentin-Fallavier. Le Raid est intervenu et a évacué tout l’immeuble. La femme du suspect est actuellement interrogée. En bas, les habitants sont choqués. « C’est un jour de ramadan. On ne fait pas ça un jour de ramadan ! Dieu, Il n’a pas dit de tuer », s’énerve Tito, un habitant du quartier. Interrogée sur la personnalité de la famille du suspect, une voisine qui souhaite rester anonyme, parle « de gens discrets » : « On les connaît de vue. Leurs enfants jouaient avec les nôtres, des gens banals, qui aurait cru ? » Tout le monde est sous le choc, d’autant qu’en période de ramadan la plupart sont à jeun. « Ça n’est pas l’islam ! Ça n’est pas l’islam », s’emporte une voisine au bord des larmes. Le Monde Une perquisition est en cours au domicile de l’auteur présumé de l’attentat, Yassine Salhi, à Saint Priest dans le Rhône. Il habite au rez-de-chaussée d’un immeuble de trois étages avec sa femme et ses enfants. Les voisins ne le connaissent pas tellement, il était là depuis seulement six mois, indique un journaliste de France 2. Source


C’est Bernard Cazeneuve qui a donné son nom. Yassin Salhi (orthographe non vérifiée) a été identifié par les autorités comme le principal suspect de l’attentat terroriste de l’usine Air Products de Saint-Quentin-Fallavier (Isère). Selon nos informations, le suspect est né en 1980 à Pontarlier (Doubs). Il est marié et père de trois enfants. Il vivait à Saint-Priest, une commune de la métropole de Lyon. Yassin Salhi faisait l’objet «d’une fiche pour radicalisation non renouvelée en 2008» mais n’avait pas de casier judiciaire. Il était «en relation avec la mouvance salafiste». Source Le suspect de l’attentat, Yassin Salhi, perpétré vendredi à Saint-Quentin-Fallavier, en Isère, serait d’origine nord-africaine. Il était fiché mais n’avait pas de casier judiciaire. Source 13h15 – Bernard Cazeneuve évoque un nom pour le suspect Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a déploré ce vendredi « un crime à caractère terroriste ». « L’identité du criminel est en cours de précision mais nous savons qu’il pourrait s’agir de Yacine Sali », a-t-il précisé. Cet homme arrêté, fiché en 2006 pour radicalisation, n’a pas de casier judiciaire selon lui. L’auteur présumé a été « en lien avec la mouvance salafiste ». Il s’agirait « d’un individu qui résiderait dans la région lyonnaise à Saint-Priest » dont la fiche « S » n’a pas été renouvelée depuis 2008. « Il faisait l’objet d’une attention pour sa radicalisation mais il n’était pas connu pour être en lien avec des acteurs terroristes », a expliqué le ministre. Source


 


Une personne est morte et plusieurs ont été blessées dans un attentat commis vendredi matin dans une usine de gaz industriels à Saint-Quentin-Fallavier (nord de l’Isère, sud-est de la France) , a-t-on appris de source proche du dossier. L’auteur présumé de l’attentat est entré dans l’usine un drapeau islamiste à la main et il a fait sauter plusieurs bonbonnes de gaz, a ajouté cette source, confirmant une information du Dauphiné Libéré. Un corps décapité a été retrouvé à proximité de l’usine. lesoir.be


 


10 H 57 : selon une source proche de l’enquête, une voiture a fait irruption dans la société peu avant 10 heures effectuant du rodéo dans la cour afin de percuter des bombones de gaz présentes sur le site. Toujours selon des informations du Dauphiné Libéré, un homme a été decapité à l’intérieur de la cour, il ne s’agit pas d’un employé de la société. Sa tête aurait été retrouvée à plusieurs dizaines de mètres de son corps. Par ailleurs un homme a été blessé, également une personne extérieure de la société. On ignore pour l’instant s’il s’agit de l’auteur. (…) Le Dauphiné



 


10 H 35 : le procureur de Vienne se rend sur les lieux. L’antiterrorisme de Paris est saisi.

10 H 29 : selon nos premières informations recueillies sur place, on évoque un attentat. Plusieurs victimes seraient à déplorer dont une personne qui a été décapitée à l’entrée de la société. Toujours selon le Dauphiné Libéré, un homme a pénétré dans l’entreprise et a ouvert plusieurs bombones de gaz revendiquant d’être de Daesh des drapeaux islamistes en main.

Le quartier a été bouclé par les forces de l’ordre.

10 H 07 : une forte explosion suivie d’un incendie a eu lieu ce vendredi à 9 heures 50 dans la société Air Products située avenue des Arrivaux à Saint-Quentin-Fallavier. Un important dispositif de sapeurs-pompiers de gendarmerie est actuellement sur place. Plusieurs blessés seraient à déplorer.

Le Dauphiné

Mosquée de Villefontaine (38) : "La barbarie n’a rien à voir avec la religion"
Allemagne : une école demande aux filles de s'habiller décemment pour ne pas choquer les migrants

Commentaires

Accueil
Menu