Plein ecran

Aubervilliers (93) : évacuation du camp de migrants. (MàJ : le maire DVG de Magnanville (78) refuse d’en recevoir quatre-vingt)

30/07

30/07/20

Grosse colère de Michel Lebouc, le maire de Magnanville. L’élu divers gauche a été prévenu, «au dernier moment» critique-t-il, par les autorités de l’arrivée «imminente» de 80 migrants qui doivent être logés dans un hôtel privé de sa commune. Tous ont été évacués, ce mercredi matin, d’un camp installé à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

L’élu se dit «scandalisé» par les méthodes de l’Etat. «C’est inacceptable, je suis un homme de dialogue et je suis prêt à faire des efforts mais on m’impose 80 migrants sans la moindre concertation, déplore Michel Lebouc. L’Etat se moque des élus de proximité». Il se dit «à bout». « On se bat tous les jours pour gérer les problèmes du quotidien mais aussi l’installation illégale des gens du voyage et les rodéos sauvages», insiste-t-il.

Le maire rappelle que sa commune de 6 300 habitants accueille déjà 110 familles au sein d’un autre hôtel racheté par l’État en 2016 et converti en un hébergement d’urgence. […]

Le Parisien


29/07/20

L’évacuation de l’immense camp de migrants d’Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, a commencé ce mercredi matin. Entre 1500 et 2000 personnes, principalement des hommes seuls mais également 200 personnes regroupées en familles, vivaient dans ce campement insalubre fait de tentes et de cartons établi le long du canal Saint-Denis. La plupart sont originaires d’Afghanistan, du Mali, d’Éthiopie ou encore du Soudan. Depuis plusieurs semaines, à mesure que le nombre d’occupants du camp augmentait, les tensions n’ont cessé de croître entre les migrants et les habitants du quartier.

[…] Les migrants évacués seront transportés en cars jusque dans des gymnases du département. En tout, 13 ont été réquisitionnés pour les accueillir par le préfet de police de Paris, présent sur place ce matin. « Les hébergements permettront cette mise à l’abri mais également de vérifier les conditions de droit de séjour des uns et des autres« , a déclaré Didier Lallement. « Ces camps sont terribles (…) Ils sont des lieux de violence très préjudiciables à ceux qui s’y installent« , a-t-il jugé.

Parmi les personnes évacuées, certaines pourront être transférées dans des centres d’accueil où elles pourront effectuer des demandes d’asile. Mais la plupart des migrants devraient, comme lors de chaque évacuation, de nouveau se retrouver à la rue dans quelques jours.

bfmtv

Racisme : vers un changement des noms anglophones d' oiseaux portant des noms d'hommes blancs
Louviers (27): un père de famille s'interpose dans une bagarre, il prend une balle dans la tête

Commentaires

Accueil
Menu