Plein ecran

Étampes (91) : l’agression filmée serait la conséquence d’un gage après un jeu de ballon selon le rectorat (MàJ)

04/02

04/02/20


28/01/20


L’agression d’un collégien n’en était pas une selon le rectorat de Versailles. Il s’agissait d’une sorte de gage à la suite d’une séance de tirs au but au foot, dont le perdant a été la cible. Vendredi soir, une séquence de 16 secondes est devenue virale sur Snapchat puis sur Twitter. Elle montre un groupe de huit collégiens de Jean-Étienne Guettard, un établissement d’Étampes, qui assènent coups de pieds et de poings à un adolescent. Les jeunes filles qui filment rigolent.

Ce lundi, le rectorat de Versailles (Yvelines) a dévoilé le contexte dans lequel cette vidéo a été tournée. Les faits se seraient donc déroulés le vendredi 24 janvier, à la sortie des épreuves blanches du brevet des collèges. « Après une séance de tirs au but, les participants se sont « jetés » sur le perdant à l’extérieur du collège. Ces élèves se disent être des « copains » de la victime », relate le rectorat dans un communiqué.
(…) Le Parisien

27/01/20

«Sans le contexte nous ne pouvons pas savoir»
«Le commissariat d’Etampes est bien en charge d’une enquête, confirme-t-on au parquet d’Evry-Courcouronnes. Pour l’instant nous n’avons pas victime et pas d’auteur.» Aucune plainte n’a pour l’heure été déposée.

Selon une autre source proche de l’enquête, si cette vidéo semble montrer une agression, «il pourrait aussi s’agir d’une mise en scène. Il y a de nombreux rires, une prise de catch approximatif, un des supposés agresseurs qui sourit. Et à la fin, l’adolescent agressé se relève et s’en va. Ça peut être une vraie agression mais ça peut aussi être faux. Sans le contexte nous ne pouvons pas savoir. C’est l’objet de notre enquête ».

Le Parisien

25/01/20

24/01/19



La vidéo a été tournée à Étampes rue Edouard Beliard, à 2 pas de la police municipale, près d’un collège, en plein centre ville

Grèce : 2.000 migrants protestent contre le durcissement de la politique d'immigration, affrontements avec la police
Mila confie avoir été menacée "d’être brûlée à l’acide, frappée, déshabillée en public et enterrée vivante…" (MàJ)

Commentaires

Accueil
Menu