Plein ecran

Macron et l’Afrique : un grand débat africain à l’Elysée

10/07

Le chef de l’Etat a invité jeudi à l’Elysée près de 300 personnes liées à l’Afrique pour expliquer comment la France compte sur eux pour retisser ses liens avec le grand continent. […]

Jeudi, le chef de l’Etat français devra également répondre aux impatiences. « Moi j’ai eu la triple peine », raconte la jeune entrepreneuse franco-marocaine Noura Moulali : « Je suis une femme, je suis africaine et je ne suis pas ingénieure, qualité souvent exigée pour se lancer dans l’e-commerce ». Un Franco-Guinéen s’emporte lui aussi : « Avec mon passeport européen je peux aller presque partout dans le monde mais avec mon passeport africain je ne peux aller nulle part. Il faut que cela change ! ».

Emmanuel Macron qui, selon nos informations, aurait pris connaissance d’une enquête encore confidentielle sur les pratiques de discrimination à l’égard des Franco-Africains qui subsistent dans certaines grandes entreprises françaises, mesure les progrès qu’il reste à accomplir ici.

L’une des tables rondes organisées par le Conseil pour l’Afrique a noté que les services du ministère des Affaires étrangères « se mobilisent » pour traiter les demandes de visas mais relève de manière diplomatique : « néanmoins, comme le rappellent certains panélistes, des progrès restent à faire. » À voir la longueur des files d’attente devant les consulats, c’est le moins qu’on puisse dire.

De même, l’augmentation des frais d’inscription dans les universités françaises pour les étudiants étrangers a été généralement relevée comme une contradiction par rapport aux promesses du discours de Ouagadougou. […]

Le Franco-Sénégalais Fodé Sylla, ancien président de SOS Racisme et ex-député européen qui a eu le courage de se relancer dans la vie politique de son pays d’origine, apprécie « la manière dont le président Macron a reposé sans tabous les termes de la relation France-Afrique ». Mais il s’inquiète aussi de la montée de l’intolérance sur le sol français. « Une bonne façon de lutter contre cela serait d’intensifier les mobilités dans les deux sens ». Et d’avertir : « Il ne faudrait pas que la diaspora devienne un terme pratique pour ne plus parler des immigrés et de leurs enfants, des discriminations et des migrants. » […]

Le Parisien

Police, gendarmerie. Un rapport dénonce les conditions de travail « déplorables »
Retour sur la première Marche des fiertés en banlieue à Saint-Denis

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu