Plein ecran

Facebook annonce que désormais le « nationalisme blanc » et « séparatisme blanc » seront bannis de sa plateforme. Il dirigera aussi certaines recherches vers le site d’une ONG

27/03

Aujourd’hui, nous annonçons l’interdiction des éloges, du soutien et de la représentation du nationalisme blanc et du séparatisme sur Facebook et Instagram, que nous commencerons à appliquer dès la semaine prochaine. Il est clair que ces concepts sont profondément liés aux groupes de haine organisés et n’ont aucune place dans nos services.

Nos politiques ont longtemps interdit le traitement haineux des personnes en fonction de caractéristiques telles que la race, l’appartenance ethnique ou la religion – et cela a toujours inclus la suprématie blanche. À l’origine, nous n’avions pas appliqué le même raisonnement aux expressions de nationalisme blanc et de séparatisme, car nous pensions à des concepts plus larges de nationalisme et de séparatisme, tels que la fierté américaine et le séparatisme basque, qui constituent une partie importante de l’identité des gens.

Cependant, au cours des trois derniers mois, nos conversations avec des membres de la société civile et des universitaires experts en relations interraciales dans le monde entier ont confirmé que le nationalisme blanc et le séparatisme ne sauraient être séparés de manière significative de la suprématie blanche et des groupes haineux organisés. Notre propre examen des personnalités et des organisations haineuses – tel que défini par notre politique sur les personnes et organisations dangereuses – a également révélé le chevauchement entre le nationalisme blanc, le séparatisme et la suprématie blanche. À l’avenir, même si les gens pourront toujours faire preuve de fierté vis-à-vis de leur héritage ethnique, nous ne tolérerons ni les louanges ni le soutien du nationalisme blanc et du séparatisme.

Nous devons également nous améliorer et plus rapidement pour détecter et éliminer la haine de nos plateformes. Au cours des dernières années, nous avons amélioré notre capacité à utiliser l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle pour trouver des éléments provenant de groupes terroristes. L’automne dernier, nous avons commencé à utiliser des outils similaires pour étendre nos efforts à un éventail de groupes haineux dans le monde, y compris les suprémacistes blancs. Nous faisons des progrès, mais nous savons que nous avons encore beaucoup de travail à faire.

Nos efforts pour lutter contre la haine ne s’arrêtent pas là. Dans le cadre de l’annonce d’aujourd’hui, nous commencerons également à mettre en relation les personnes qui recherchent des termes associés à la suprématie blanche à des ressources visant à aider les personnes à abandonner les groupes haineux. Les personnes à la recherche de ces termes seront dirigées vers Life After Hate , une organisation fondée par d’anciens extrémistes violents qui fournit une intervention en cas de crise, une éducation, des groupes de soutien et des activités de proximité.

Malheureusement, il y aura toujours des gens qui tenteront de jouer notre système pour répandre la haine. Notre défi consiste à rester en tête en continuant d’améliorer nos technologies, de faire évoluer nos politiques et de travailler avec des experts capables de renforcer nos propres efforts. Nous sommes profondément engagés et partagerons les mises à jour à mesure que ce processus avance.

Cinéma : "La lutte des classes", quand les parents d'enfants blancs désertent l'école publique
Jawad Bendaoud : sa peine pour menaces de mort envers une victime du 13 novembre alourdie en appel

Commentaires

X
Accueil
Menu