Plein ecran

Stonehenge il y a 5 000 ans : le cochon au menu

14/03
Des restes de cochons témoignent que d’immense banquets se déroulaient il y a près de 5000 ans près de Stonehenge en Angleterre.

Se retrouver à plusieurs pour profiter d’un repas riche et copieux n’est pas un plaisir récent. Il y a près de 5000 ans, les ancêtres des Britanniques parcouraient de très longues distances pour se réunir autour de Stonehenge et d’Avebury et y partager des cochons rôtis! Une équipe de chercheurs britanniques, menée par Richard Madgwick, a étudié la composition chimique de 131 restes de cochon découverts sur quatre sites archéologiques du sud de l’Angleterre, tous à proximité des célèbres mégalithes (Durrington, Marden, Mount Pleasant et West Kennet Palisade Enclosures) et publie les resultats dans la revue Science advances . Les ossements proviennent d’animaux élevés en Écosse, au nord-est de l’Angleterre ou encore à l’ouest du Pays de Galles.

Si les mégalithes de Stonehenge et d’Avebury érigés entre 2800 et 1100 av. J.-C. continuent d’intriguer les archéologues, les résultats de l’équipe de Richard Madgwick permettent de confirmer des hypothèses plus anciennes. «On avait analysé des restes de bœuf et des céramiques qui, elles aussi, venaient d’assez loin», explique Cyril Marcigny archéologue de l’Institut national de recherches archéologiques préventives. «Et cette fois-ci, les analyses nous donnent une information supplémentaire, car on sait désormais que ces rassemblements avaient lieu en hiver.»

Les cochons comme les bœufs étaient transportés vivants et cuisinés sur place. Ce qui pour les chercheurs donne un caractère encore plus important à ces rassemblements. Les participants faisaient délibérément le choix de consacrer à ces rassemblements des animaux qu’ils avaient élevés eux-mêmes. «Ces rassemblements pourraient être considérés comme les premiers événements culturels communs de toute l’île», explique Richard Madgwick «Des habitants de tous les coins de la Grande-Bretagne descendaient dans les environs de Stonehenge pour partager des repas spécialement préparés et transportés de chez eux.»

Des rassemblements très festifs

Des découvertes qui confirment la place très singulière de ces sites dans les sociétés néolithiques. Ces lieux de pèlerinages étaient sans doute chargés d’une représentation très forte pour que les convois traversent tout ce territoire. «Les quatre sites semblaient liés les uns autres», ajoute Cyril Marcigny. «Le village de Duringthon, qui est juste à côté de Stonehenge, n’était occupé qu’à certains moments de l’année. Pour tout dire, c’est un type d’habitation assez particulier et qu’on ne connaît pas vraiment.»

Les restes des cochons ont été datés il y a entre 4800 et 4400 ans. Ces banquets sont les plus vieux événements connus de ce type et semblent lancer une nouvelle dynamique dans le rapport entre les hommes. On peut imaginer des centaines d’individus se réunissant autour de ces lieux pour festoyer. «On n’a pas de preuves archéologiques mais il est très possible que ces rassemblements furent très festifs», ajoute Cyril Marcigny. «On sait que Stonehenge est doté d’une acoustique particulière. Probablement que les hommes y jouaient de la musique en plus de manger les cochons qu’ils avaient amenés avec eux.»

Source : Le Figaro

Merci à : Peppa Pig

Livre noir de l'islamisation : un long réquisitoire contre un islam politique qui défierait les lois et les usages de la République française
Méditerranée : après une mission de 3 semaines au large de la Libye, le "Alan Kurdi" est rentré au port sans un seul migrant

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu