Plein ecran

Suisse : Ces oligarques que la confédération abrite

Août
2014

Russes ou Ukrainiens, ils dépensent discrètement des fortunes pour implanter leur société, développer leurs affaires ou s’offrir d’immenses villas à Zoug ou à Genève. Portraits.

Les oligarques russes : Qui mène le plus extravaguant et le plus obscène des trains de vie ?

Viktor Vekselberg – Le premier oligarque – Zoug

C’est Viktor Vekselberg qui a introduit le mot «oligarque» en Suisse. Ce mathématicien a emménagé à Zurich en 2004 et, peu après, son groupe Renova faisait l’acquisition de participations importantes dans des entreprises suisses réputées, comme OC Oerlikon et Sulzer. Dans ces deux cas, Viktor Vekselberg a été accusé d’avoir violé le principe d’obligation d’annonce. La procédure concernant Sulzer a débouché sur un non-lieu après le paiement d’une réparation de 10 millions de francs, et la procédure concernant OC Oerlikon s’est soldée par un acquittement.

Auparavant, Viktor Vekselberg s’était plaint auprès de Vladimir Poutine du «traitement injuste» que lui réservait la Suisse. En 2010, il a transféré son domicile à Zoug, notamment parce que Zurich a aboli l’impôt forfaitaire. Aujourd’hui âgé de 56  ans, il a gagné son premier million grâce à la vente de câbles de cuivre usagés. Depuis les années 1990, il investit principalement dans le pétrole et l’aluminium. Il vient d’augmenter sa participation dans Züblin Immobilien. Sa fortune se monterait à 13,5 milliards de francs.

Ce père de deux enfants s’est fixé comme objectif de rapatrier dans son pays les biens culturels russes, à l’instar des célèbres œufs de Fabergé.

Guennadi Timtchenko – L’ami de Poutine  – Cologny (GE)

Après Mikhaïl Khodorkovski, Guennadi Timtchenko est l’oligarque qui a fait couler le plus d’encre dans les médias internationaux. Il y a peu, le gouvernement américain l’a rangé sur sa liste des sanctions en tant que «Member of the Inner Circle».

«Les activités de Timtchenko dans le secteur énergétique ont été menées directement en association avec Vladimir Poutine. Poutine a investi dans Gunvor et avait un accès direct aux capitaux du groupe», soulignait l’exposé des motifs. Gunvor a contesté toute participation de Poutine. Un jour avant la mise en application des sanctions, afin d’empêcher que son groupe genevois spécialisé dans les matières premières ne soit mis en difficulté, Guennadi Timtchenko a vendu sa participation à son partenaire suédois.

Le quatrième plus grand groupe mondial de négoce de pétrole a-t-il ainsi réussi à sauver sa peau? La question reste ouverte. Avec une fortune estimée par Bilan entre 9 et 10 milliards de francs (p.53), l’oligarque finlandais d’origine russe est le huitième homme le plus riche de Russie. Guennadi Timtchenko vit à Cologny depuis 2002, en tant que contribuable imposé au forfait, dans une villa acquise pour 18,4  millions de francs.

Andreï Klishas – Le sanctionné – Brione (TI)

Andreï Klishas n’avait pas 30  ans lorsqu’il a été nommé au conseil d’administration de MMC Norilsk Nickel. Huit ans après, il atteignait le sommet : il était devenu président du groupe russe spécialisé dans l’exploitation et la transformation du nickel avec un chiffre d’affaires de 15milliards de dollars et quelque 100 000 collaborateurs.

A l’époque, l’avocat d’affaires zurichois, Hans Bodmer – un proche d’Andreï Klishas – avait été soupçonné d’avoir blanchi 900 millions provenant des caisses de Norilsk. Mais la plainte avait été retirée. Dorénavant, Andreï Klishas se trouve du côté officiel du pouvoir: désormais âgé de 41 ans, il est président du Conseil de la Fédération de Russie, l’une des deux Chambres du Parlement russe. On ne sait pas grand-chose de la fortune d’Andreï Klishas; on sait juste qu’en 2011 il a déclaré un revenu imposable de 7,5 millions de francs.

Il possède une villa de 432  m2 à Brione sopra Minusio (TI). Mais il ne pourra guère l’occuper ces prochains temps: il fait partie des 33  personnes à qui l’Union européenne a interdit l’entrée sur tout le territoire de l’Espace Schengen.

Sergei Popov – Le banquier – Arzier-Le Muids (VD)

Ce Russe de 42  ans est le plus gros actionnaire de MDM Bank, laquelle gère des actifs de 9 milliards de dollars. Cet établissement avait été fondé par le milliardaire Andrei Melnichenko, un ancien partenaire de Popov. Ensemble, ils ont créé le groupe industriel MDM en 2000. Puis, avec Dmitry Pumpyanskyi, ils ont démarré TMK, un des plus grands conglomérats russes qui fabrique notamment des conduites en acier. En 2006, Popov et Melnichenko ont cédé leurs parts à leur troisième associé. Sergei Popov et son acolyte ont fondé ensemble Eurochem, le plus grand producteur d’engrais minéral du pays. Forbes évalue sa fortune à 5,4 milliards de francs.

Vasily Anisimov – Le taciturne – Küsnacht (ZH)

On ne sait que peu de chose sur lui: Vasily Anisimov – dit aussi le Taciturne – fait des affaires en Suisse depuis vingt ans. En 1993, il a créé à Zoug la filiale suisse du géant de l’aluminium Coalco. En 2000, il en a revendu une partie au groupe Renova, réalisant ainsi une fortune. Selon le classement 2013 de Bilan, l’entrepreneur russe et magnat de l’immobilier pèserait actuellement 3 à 4 milliards de francs. Sa femme et son fils Nikolay sont citoyens de Küsnacht et vivent dans une villa à 60millions, dont les travaux d’agrandissement sur les rives du lac de Zurich avaient suscité de vives critiques. Il a aussi obtenu la naturalisation, mais il a fait bloquer les informations le concernant auprès de la commune.

Ce génie de l’immobilier a également œuvré à New York: en cinq ans, la valeur de son luxueux appartement près de Time Warner Center, dans lequel sa fille Anna vit une existence de jet-setteuse, a quintuplé. Tandis que son beau-fils Ryan Freedman édifie un nouvel empire immobilier aux Etats-Unis à partir d’un spin- off de Coalco.

Juri Shefler – Le roi de la vodka – Genève

Sa patrie russe reste taboue pour le Genevois d’adoption Juri Shefler. Il y risque la prison. La raison? Après la chute de l’Empire soviétique, ce maître russe de la distillation se serait approprié les droits sur la marque de vodka étatique Stolichnaya, ce qui a provoqué la colère du gouvernement Poutine. Aujourd’hui, ce dernier exige la restitution de ces droits. La vague de procès qu’il a lancée au niveau international n’est pas venue à bout de Juri Shefler. Bien au contraire. Par le biais de sa société genevoise SPI Group, il distribue son alcool fort dans le monde entier. Longtemps, il a vanté ce produit en utilisant le slogan: «Mother of all vodkas from the motherland of vodka.» Ce qui laissait entendre que cette vodka était distillée en Russie. Mais quand Vladimir Poutine a paraphé sa loi anti-homosexuels, les milieux gays américains ont appelé au boycott des produits russes, dont Stolichnaya. L’International Herald Tribune a remis les choses au clair: «Stolichnaya a été produite en Russie pendant un certain temps, mais la marque est désormais distillée en Lituanie.» Aujourd’hui, Juri Shefler investit sa fortune, estimée par Bilan entre 2 et 3 milliards de francs, dans le monde entier : dans l’agriculture, la viticulture et l’immobilier.

Igor Kolomoyskyi – La mauvaise langueGenève

L’oligarque ukrainien Igor Kolomoyskyi n’a pas la langue dans sa poche. Récemment, alors qu’il prenait ses fonctions en tant que gouverneur de la province de Dniepropetrovsk, il a déclaré: «Nous avions un grand schizophrène, la Russie a un petit schizophrène.» Le grand schizophrène Viktor Ianoukovitch a été destitué. Reste donc le petit schizophrène avec qui Igor Kolomoyskyi, qui pèse 2 à 3 milliards, s’est brouillé. Le président Poutine aurait dit de ce magnat du pétrole, du fer et des médias: «C’est un escroc unique en son genre.» Selon Le Temps, suite aux pressions de Moscou, Igor Kolomoyskyi a récemment revendu la branche russe de sa banque privée. Et l’oligarque établi à Genève est en bisbille avec Swissport, le fournisseur de services au sol des aéroports suisses. En 2011, le magnat avait investi dans la compagnie Ukraine International Airlines, qui a lancé une entreprise commune avec Swissport en Ukraine. En s’appuyant sur une décision judiciaire, Igor Kolomoyskyi et ses partenaires ont tenté d’ôter tout pouvoir à Swissport au sein de l’entreprise conjointe. Le cas reste pendant.

Viatcheslav Kantor – Le collectionneur – Cologny (GE)

L’entrepreneur et président du Congrès juif européen pèse 1,7 milliard de francs et possède la majorité d’Akron (84%) et 2,7% d’Uralkali, deux des plus grands producteurs mondiaux de potasse.

Egalement spécialiste des systèmes de contrôle pour les vaisseaux spatiaux, ce docteur en sciences aéronautiques a cependant déplacé les sièges de ses sociétés au Royaume-Uni. Grand collectionneur d’art, notamment des tableaux de maîtres, il a aménagé, dans sa vaste résidence genevoise acquise en mai 2004 pour 22,5 millions de francs, une galerie d’art privée de 405  m2. Auparavant, en août 2002, il avait mis la main sur une plus petite propriété à Cologny.

Dmitry Pumpyanskiy – L’ancien trader Genève

Son family office, Sinara Capital Management, basé à Genève a notamment investi dans les transports, la finance et la promotion immobilière. Il possède avec ses proches une part importante du conglomérat TMK. Ce milliardaire (fortune estimée de 1,6 milliard de francs) siège aussi au sein de la quatrième plus grande banque de Russie: Rosselkhozbank. Ses compagnies restaurent le stade d’Ekaterinbourg où se tiendra une partie des matches de la Coupe du monde de la FIFA en 2018.

Cet ancien trader a créé une coentreprise avec Siemens pour la livraison de 240 trains régionaux en Russie.

Vladimir Iorich – L’invisible – Zoug

Vladimir Iorich est un fantôme. Il n’apparaît pas en public, accorde très peu d’interviews, et son nom ne figure nulle part sur le site web de son groupe.

Il a élu domicile dans une discrète villa de Zoug, comme le confirme le Contrôle des habitants de la ville. Quelques centaines de mètres plus loin, à un jet de pierre de la gare, se trouvent les bureaux de sa société de participation Pala Investments. Cette dernière est étroitement liée à une société offshore basée dans l’île de Guernesey. Depuis 2006, selon ses propres estimations, elle a investi dans 86 sociétés sur les six continents. Les activités de ces entreprises consistent, entre autres, à prospecter de l’or en Australie, développer des mines de cuivre dans le Nevada ou exploiter divers minéraux dans la Sierra Leone. Vladimir Iorich, qui a obtenu le passeport allemand, a bâti sa fortune grâce au géant des mines et du charbon Mechel. En 2006, il s’est fâché avec son partenaire Igor Sosin, à qui il a revendu sa part pour 1,3  milliard de dollars. Puis il a quitté la Russie pour tout recommencer à Zoug.

Dmitry Yakubovskiy – L’hôtelier – Engelberg

Il a passé quatre ans dans les prisons russes, s’est marié onze fois, a travaillé comme conseiller du gouvernement, avocat et agent secret. L’activité de construction dans laquelle il a investi une fortune de quelque 500 à 600  millions de francs est un hobby, comme il l’a dit lui-même dans une interview. Dmitry Yakubovskiy s’est établi à Engelberg où il projette de construire une propriété avec vue sur le glacier. L’année dernière, sa société Engelberg Industrial Group (EIG) a racheté le vénérable Hôtel Bänklialp où l’oligarque a effectué des rénovations pour plusieurs millions. Avec une fortune estimée à 540  millions de francs, Dmitry Yakubovskiy serait l’un des principaux contribuables du canton, selon l’Oberwalder Zeitung. Il passe pour un homme très discret, mais possède un vaste réseau relationnel. L’entrepreneur zurichois Stav Jacobi, président du club de volley Volero, est son frère. Et le directeur exécutif d’EIG est l’ancien conseiller national UDC Bruno Zuppiger. Le plus récent projet du Russe est Thermission, une entreprise qui développe de nouveaux procédés pour le traitement de surface. Elle a récemment conclu un partenariat avec le groupe Ruag. L’ancien directeur du FBI Louis Freeh ainsi que l’ancien directeur d’ABB Jürgen Sulzer siègent aux côtés de Stav Jacobi dans le conseil d’administration de la société.

Mikhaïl Khodorkovski – Le Prince Déchu – Rapperswil

Il est passé du statut d’homme le plus riche de Russie à celui de locataire d’une villa de Rapperswil-Jona avec, entre deux, dix années passées dans l’obscurité des cachots russes. L’histoire de Mikhaïl Khodorkovski dit beaucoup de la fragilité de la position des oligarques russes. En 2003, il était encore le propriétaire du groupe pétrolier Ioukos et l’entrepreneur le plus riche de Russie avec une fortune de 19  milliards de francs. Jusqu’à ce qu’il soit arrêté sur la base de soupçons de fraude et condamné deux ans plus tard à neuf années de détention. La Suisse a fourni une entraide judiciaire à la Russie et gelé les comptes de Mikhaïl Khodorkovski. Ils ont été débloqués quelques années plus tard suite à un spectaculaire arrêt du Tribunal fédéral. Ce Russe à la tête rasée et aux lunettes sans monture passe pour un adversaire acharné du Kremlin. A plusieurs reprises avant son arrestation, il s’était publiquement opposé à Vladimir Poutine. En décembre dernier, contre toute attente, il a été gracié. Il a déposé une demande de permis de résidence à Rapperswil-Jona, où il loue pour lui-même et pour sa famille une villa avec vue sur le lac. Il souhaite s’y établir comme simple privé sans activité professionnelle, jouissant de ses 250  millions de francs.

Rinat Akhmetov

L’homme le plus riche d’Ukraine (13,3  milliards de francs, voir p.50) passe pour le financier du clan Ianoukovitch. Il possède, entre autres, deux sociétés genevoises de négoce des matières premières, Metinvest International et DTEK Trading.

Suleyman Kerimov

L’investisseur russe a fait fortune dans la banque, le pétrole et l’or. Il a créé à Lucerne une fondation couplée à des sociétés offshore. Sa fortune est estimée à 6milliards.

Filaret Galchev

Le Moscovite est président de la holding Eurocement dont le siège se trouve à Zurich et se profile ainsi comme le principal actionnaire du géant cimentier Holcim. Fortune estimée: 5,3 milliards de francs.

Oleg Deripaska

Le magnat pèse 5,2  milliards (p.59). Il possède de nombreuses participations dans des entreprises domiciliées en Suisse, comme le groupe Norilsk Nickel, Rusal ou Metal Trade Overseas à Zoug.

Arkady Rotenberg

Avec une fortune de 3,5 milliards, ce familier de Poutine figure sur la liste des sanctions américaines. Il siège dans le comité de l’association Congrès SportAccord à Lausanne.

Sergueï Kurchenko

Avec une fortune estimée à 2,15  milliards de francs, le jeune oligarque, né en 1985, possède le groupe gazier ukrainien Vetek. En font partie deux sociétés à Genève, dont la Confédération a fait geler les fonds.

Viktor Rashnikov

Il a commencé comme mécanicien auprès des aciéries Magnitogorsk et a grimpé les échelons jusqu’à la fonction de directeur général. Le groupe possède des filiales à Zoug et Lugano. Fortune: 2,1milliards.

Alexander Lebedev

L’entrepreneur et homme politique russe possède des entreprises dans le monde entier, comme CIS Interfincom à Zurich ou le mondain Hotel Gütsch à Lucerne. Fortune: 1 milliard.

Dmitri Firtach

La moitié de la société de négoce gazier RosUkrEnergo à Zoug appartient à ce proche de Poutine. En mars, il a été arrêté suite à des soupçons de corruption. Il a versé une caution record de 125 millions d’euros (pour une fortune totale de 600millions de francs).

Alexander Ianoukovitch

Crédité de «plusieurs centaines de millions», le fils de l’ancien président ukrainien possède la société Mako Trading, active dans le négoce du charbon et qui fait actuellement l’objet d’une enquête de la part du Ministère public genevois.

Alexander Udodov

L’investisseur moscovite a acheté l’Hôtel Albana à Weggis pour la somme de 4millions. Suite à cette transaction, le Ministère public de la Confédération l’a poursuivi pour blanchiment d’argent, mais la procédure a été suspendue.

BILAN

Suisse : Le fisc aux basques
Embargo russe : Quel coût pour l'agroalimentaire français

Commentaires

Accueil
Menu