Fdesouche

Nantes : violée et détroussée par des réfugiés soudanais, la victime dénonce la stigmatisation des migrants ; “Ce n’est rien de plus que de la violence exercée par des hommes sur des femmes” (MàJ : son avocate était sur la liste de la maire PS)

29/09/2022


[…]

“Au choc de l’agression vient pour elle s’ajouter la consternation de ce que certain.e.s s’approprient les faits dont elle a été victime pour stigmatiser les migrants et les désigner comme responsables premiers de l’insécurité qui règnerait dans notre pays en général et à Nantes en particulier” écrit l’avocate nantaise Anne Bouillon.

C. se désolidarise de ces “analyses” qu’elle réfute

Maître Anne Bouillon
Avocate de la jeune femme violée

 “Elle clame son attachement profond et indéfectible aux valeurs humanistes que sont l’accueil de celles et ceux qui cherchent refuge et l’ouverture aux autres. Ce qu’elle a subi et qui l’a perpétré n’y change rien“, précise maître Anne Bouillon, précisant que sa cliente “rejette l’amalgame facile et erroné fait entre immigration et délinquance. Elle rappelle que les violences sexuelles et sexistes existent en tous lieux, en tous temps, en tous milieux et par des hommes de toutes origines qui partagent en commun de se sentir autorisés à agresser des femmes”.

Elle demande donc que la récupération politicienne du drame qui la touche cesse.

Maître Anne Bouillon
Avocate de la jeune femme violée

“Ce qu’elle a subi, comme tant d’autres, n’est rien de plus que de la violence exercée par des hommes sur des femmes”, conclut l’avocate.

France3


28/09/2022

Philippe Guibert, concernant l’insécurité à Nantes : « C’est la réputation de la préfecture de Nantes, d’accorder des papiers plus facilement qu’ailleurs. D’où un afflux de personnes d’origine étrangère » :


27/09/2022



Catherine Libault, dirigeante de l’association Accompagnement Migrant Insertion (AMI) à Nantes : « Il y a beaucoup de migrants qui participent à ces violences »

RMC : Charles Matin – 27 Septembre 2022


26/09/2022


Viol d’une femme à Nantes par 3 hommes dans la rue : “Gérald Darmanin devrait annoncer leur expulsion immédiate dans leur pays de ces 3 personnes



RÉCIT – Trois hommes de nationalité soudanaise ont été interpellés. Un «rassemblement citoyen contre l’insécurité» aura lieu samedi.

Au pied du Grand Éléphant et des machines de l’Île de Nantes, familles et touristes flânent en ce dimanche matin, profitant de la douceur de l’automne. À peine 24 heures plus tôt, des faits d’une rare violence se sont pourtant produits dans ce haut lieu culturel de l’ancienne Cité des ducs de Bretagne. Samedi, vers 5 heures du matin, une femme de 40 ans rentre chez elle à pied après avoir passé la soirée chez des amis. Elle est importunée par deux ou trois jeunes hommes – ce point reste à déterminer – lui réclamant de l’argent et son téléphone. Après son refus, elle se voit asséner un coup de poing qui la projette au sol. Les individus lui subtilisent son portable et la poussent dans un bosquet. Elle aurait ensuite subi un acte de pénétration par l’un des agresseurs, après s’être fait arracher ses vêtements.

(…) Le Figaro


25/09/2022


Selon une source proche du dossier à CNEWS, les policiers ont rapidement retrouvé trois hommes correspondant aux descriptions de la victime. Il s’agirait de trois Soudanais, en situation régulière, âgés de 27 ans pour deux d’entre eux et de 41 ans. 

Lors de l’interpellation, un policier a reçu un coup de tête et 5 points de suture lui ont été posés. 

CNews


Après une mise à jour, le média « France Bleu », retire l’origine des violeurs de leur article

La première version de l’article de France Bleu mentionnait des hommes « d’origine soudanaise en situation irrégulière », cela a été retiré après la mise à jour de l’article :

France Bleu – 24 septembre 2022

► France Bleu via Archive.org (première version de l’article sous le code 1664012978)

► France Bleu (version actuelle de l’article sous le même code 1664012978)

(Merci à Délinquance en Bretagne)


24/09/2022

Le drame s’est produit très tôt ce samedi matin. Les agresseurs lui ont d’abord volé son téléphone portable avant de la violer à plusieurs reprises.

Une jeune femme a été victime d’un viol collectif à Nantes. Cela s’est produit très tôt ce samedi matin au niveau des Machines de l’île. Trois hommes d’origine soudanaise en situation irrégulière s’approchent d’elle. La voyant seule, ils s’emparent de son téléphone portable, puis la violent à plusieurs reprises. Quand la police arrive sur place, vers 6 heures du matin, les trois hommes prennent la fuite avant d’être arrêtés par les forces de l’ordre. Ils sont actuellement placés en garde à vue.

France Bleu


Fdesouche sur les réseaux sociaux