Fdesouche

30/09/2022

Un nouveau conseil municipal doit se tenir lundi 3 octobre où, à l’issue, la municipalité confirmera ou non la vente de ce terrain à l’association «Valeurs et réussites», en vue de l’agrandissement de son école.


CNews


24/08/2022

La polémique sur l’école musulmane de Valence rebondit. La préfète invite le maire à annuler la vente du terrain à l’association “Valeurs et réussite” qui gère l’école. Une association soupçonnée par certains d’être en lien avec le mouvement islamiste des Frères musulmans.

[…]

La réponse de la préfète est arrivée au cœur du mois d’août, elle ne répond que sur un point technique. Le terrain fait partie selon elle du domaine public et ne peut donc pas être vendu “comme ça”. En conséquence, elle invite le maire à faire retirer la délibération de la vente. Mais la représentante de l’Etat dans la Drôme n’aborde  jamais la question délicate des liens éventuels de l’école avec la mouvance islamiste. Elle n’évoque même jamais l’acheteur du terrain.

“Finement joué” pour amener le maire à revenir sur sa décision estime l’élu d’opposition : “Je pense que la force de Madame la préfète, c’est d’être élégante. Le terrain est un terrain du domaine public, donc Monsieur Daragon ne peut pas le vendre comme ça. Et en fait, c’est plutôt pour nous expliquer qu’elle n’est pas d’accord avec cette vente. Maintenant, c’est à Monsieur Daragon de prendre ses responsabilités. Ça arrive à tout le monde de se tromper. Le problème, c’est quand on se trompe sur des choses aussi importantes que la laïcité.”

[…]

France Bleu


22/07/2022

Le maire LR de Valence Nicolas Daragon a fait voter, en conseil municipal, la vente d’un terrain de la ville à une école musulmane hors contrat qui serait par ailleurs proche des Frères musulmans. Quelques élus de gauche et de la LREM, défenseurs de l’école publique, sont montés au créneau.

Le point était à l’ordre du jour du conseil municipal du 27 juin dernier. Le maire de Valence a fait voter la vente d’un terrain municipal pour 500 000 euros à une association, « Valeurs et réussites », qui gère une école hors contrat musulmane appelée IQRA. Celle-ci, ouverte en 2012, compte pour l’instant deux classes hébergées dans les murs de la mosquée de Valence. Avec ce terrain, et donc avec la bénédiction de la Mairie LR, l’établissement a pour ambition de s’agrandir pour créer aussi un collège.

Le projet est étonnamment porté par le maire LR, qui est par ailleurs vice-président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes depuis 2016 et… proche de Laurent Wauquiez ! Le projet a été voté par l’ensemble des élus municipaux LR ainsi que par les élus d’opposition LFI. Mais, dans l’opposition, plusieurs élus se sont alarmés de ce soutien à une telle école hors contrat, contraire à leurs yeux à l’esprit républicain. Un élu ex-LREM, Bruno Casari, a ainsi voté contre et a demandé, en vain, des explications au maire, très peu prolixe sur le sujet lors du conseil municipal. Casari déplore ce soutien à une école hors contrat : « Dans ce type d’école, les profs ne sont pas obligés de suivre les programmes de l’Éducation nationale. Ce n’est pas ma vision de la République. » Il a écrit à la préfète et à l’inspecteur d’académie pour les alerter.

[…]

L’école est présentée sur son site comme la « première école privée musulmane de la Drôme » et assure offrir « un apprentissage et un enseignement de qualité, tout ceci dans un cadre conforme à l’éthique musulmane. » Il s’agirait en l’occurrence, selon nos informations, d’une école proche des Frères musulmans. Ce que conteste le président de l’association Valeurs et réussites, Jabri Mourad. Mais notre informateur nous explique : « L’imam de la mosquée de Valence, qui héberge l’école, Abdlalah Dliouah, est un cadre de la SNCF identifié comme un pilier des Frères musulmans dans la région. Jabri Mourad est d’ailleurs de la même « obédience ». L’imam a mis en place dans le quartier toute une galaxie d’associations qui seraient proches également des Frères, comme des associations d’aide aux devoirs, ou d’apprentissage de l’arabe par le Coran.

[…]

Le préfet s’est opposé à la décision de la mairie, mais ne peut pas intervenir légalement pour empêcher la vente du terrain. Nous avons contacté le maire qui n’a pas donné suite

Charlie Hebdo


Fdesouche sur les réseaux sociaux