Fdesouche

Le géant russe Gazprom annonce, mardi 30 août, qu’il suspendra “complètement” ses livraisons de gaz au groupe français Engie dès jeudi, du fait du non-paiement par ce dernier de l’intégralité des livraisons effectuées en juillet. 

“Gazprom Export a notifié Engie d’une suspension complète des livraisons de gaz à partir du 1er septembre 2022 jusqu’à la réception en intégralité des sommes financières dues pour les livraisons”, a déclaré le groupe russe dans un communiqué publié mardi soir sur son compte Telegram. Mardi matin, Engie avait annoncé que Gazprom l’avait informé de réductions supplémentaires et immédiates de ses livraisons de gaz auprès de lui, “en raison d’un désaccord entre les parties sur l’application de contrats”.

Les livraisons de gaz russe à Engie avaient déjà considérablement diminué depuis le début du conflit en Ukraine, passant récemment à seulement 1,5 TWh par mois, a précisé le groupe français dans un communiqué. Ce chiffre est à rapporter à des approvisionnements “totaux annuels en Europe supérieurs à 400 TWh”, ajoute le principal fournisseur de gaz en France, dont l’Etat français détient près de 24%.

Des stocks pour l’hiver déjà sécurisés

Le groupe a rappelé avoir déjà mis en place des mesures pour pouvoir fournir ses clients, même en cas d’interruption des flux de Gazprom. “Engie avait d’ores et déjà sécurisé les volumes nécessaires pour assurer l’approvisionnement de ses clients et pour ses propres besoins”, précise le communiqué.

Jeudi dernier, les stocks de gaz de la France ont dépassé le seuil de 90% de remplissage pour l’hiver, selon la plateforme européenne Agregated Gas Storage Inventory (AGSI) et la France est en bonne route pour tenir son objectif de 100% d’ici novembre. Le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a confirmé mardi sur franceinfo que l’objectif serait atteint “d’ici à la fin de l’été” mais a averti que cela ne signifiait pas que la France aurait “suffisamment de gaz pour passer l’hiver si les Russes le coupaient et si on en consommait beaucoup”.

Franceinfo


Fdesouche sur les réseaux sociaux