Fdesouche

18/08/2022

Charlie Hebdo

L’homme du New Jersey qui a prétendument poignardé Salman Rushdie dans l’ouest de l’État de New York la semaine dernière a fait l’éloge de l’ayatollah Khomeini d’Iran dans une interview exclusive en prison avec le Post mercredi – et a admis qu’il ne pensait pas que l’auteur survivrait à son attaque. Quand j’ai entendu qu’il avait survécu, j’ai été surpris, je suppose“, a déclaré Hadi Matar, de Fairview, NJ, dans une interview vidéo réalisée depuis la prison du comté de Chautauqua.

Le jeune homme de 24 ans n’a pas précisé s’il avait été inspiré par l’Ayatollah Ruhollah Khomeini, chef suprême de l’Iran, qui avait émis une fatwa, ou décret, appelant à la mort de Rushdie en 1989 pour le livre “Les versets sataniques“, citant un avertissement de son avocat. “Je respecte l’ayatollah. Je pense que c’est une grande personne. Je n’en dirai pas plus à ce sujet“, a déclaré M. Matar, précisant qu’il n’avait “lu que deux pages” du roman controversé de Rushdie. J’ai lu quelques pages. Je ne l’ai pas lu en entier, du début à la fin“, a-t-il ajouté

L’auteur présumé du coup de couteau a nié être en contact avec les Gardiens de la révolution iranienne et a fait allusion au fait qu’il avait agi complètement seul. Il a déclaré avoir eu l’idée de se rendre à Chautauqua après avoir vu un tweet au cours de l’hiver annonçant la visite de Rushdie.

“Je n’aime pas cette personne. Je ne pense pas que ce soit une très bonne personne. C’est quelqu’un qui a attaqué l’islam, il a attaqué leurs croyances, les systèmes de croyance.“, a-t-il dit à propos de Rushdie. Bien que moins familier avec l’œuvre écrite de Rushdie, Matar dit avoir regardé des vidéos de l’auteur sur YouTube.

[…]

New York Post


16/08/2022

L’agresseur de Salman Rushdie était revenu «changé» d’un voyage au Liban en 2018, selon sa mère

Hadi Matar

Silvana Fardos, qui vit aux États-Unis depuis 26 ans, a indiqué au site d’informations que son fils s’était rendu au pays du cèdre pour rendre visite à son père. Les parents, tous deux Libanais chiites, avaient divorcé en 2004.

« Je m’attendais à ce qu’il revienne motivé, qu’il termine ses études, qu’il obtienne son diplôme et décroche un emploi. Mais au lieu de cela, il s’est enfermé dans (sa chambre) en sous-sol. Il avait beaucoup changé, il ne nous a rien dit, à moi ou à ses sœurs, pendant des mois », a-t-elle dit.

« Une fois, il s’est disputé avec moi et m’a demandé pourquoi je l’avais encouragé à faire des études plutôt qu’à se concentrer sur la religion », a ajouté cette assistante d’éducation de 46 ans, également interprète arabe-anglais dans un lycée.

[…]

Le Parisien


14/08/2022

Dans un communiqué, la famille de Salman Rushdie exprime son soulagement face à l’amélioration de l’état de santé de l’écrivain. « Malgré ses blessures graves, de nature à changer une vie, il a toujours son habituel sens de l’humour, vif & provocateur ».

BFMTV

L’agent de Salman Rushdie déclare que l’auteur est sur la “voie du rétablissement” après avoir poignardé.

AFP



« L’œil de Satan était aveuglé » : la première page du journal d’État iranien Jam-e Jam qui célèbre l’éborgnement de l’écrivain Salman Rushdie

Jam-e Jam – 14 août 2022

L’auteur Salman Rushdie, grièvement blessé après avoir été poignardé vendredi lorsqu’il se préparait à donner une conférence dans l’ouest de New York, a pu prononcer quelques mots samedi et n’est plus sous respirateur artificiel, a fait savoir son agent. L’état de santé de l’écrivain britannique, âgé de 75 ans poignardé au moins à dix reprises au cou et à l’abdomen, reste préoccupant.

Le Parisien


L’attaque au couteau dont a été victime l’écrivain Salman Rushdie, vendredi, lors d’une conférence dans l’Etat de New York, était « préméditée », a déclaré au juge, samedi 13 août, Jason Schmidt, procureur du comté de Chautauqua, où a lieu l’agression.

« Il s’agissait d’une attaque ciblée, non provoquée et préméditée contre M. Rushdie », a déclaré Jason Schmidt

Hadi Matar

Le procureur a fait allusion à la fatwa de l’Iran, dont l’auteur des Versets sataniques fait l’objet depuis trente-trois ans, pour s’opposer à la libération sous caution du suspect. « Même si ce tribunal devait fixer une caution d’un million de dollars, nous courons le risque que la somme puisse être récoltée », a-t-il déclaré.

« Ses propres revenus ne comptent pas pour moi. Nous voyons que le plan qui a été exécuté hier est quelque chose qui a été justifié par des groupes et des organisations dont l’importance dépasse largement les frontières juridictionnelles du comté de Chautauqua », a ajouté le procureur.

[…]

Le Monde


13/08/2022

Le principal quotidien ultraconservateur iranien, Kayhan, a félicité samedi l’homme ayant poignardé la veille aux États-Unis l’écrivain britannique mondialement connu Salman Rushdie, auteur des « Versets sataniques », cible depuis plus de 30 ans d’une fatwa de l’Iran. « Bravo à cet homme courageux et conscient de son devoir qui a attaqué l’apostat et le vicieux Salman Rushdie », écrit le journal, dont le patron est nommé par le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei.

« Baisons la main de celui qui a déchiré le cou de l’ennemi de Dieu avec un couteau », poursuit le texte.

[…]

Le Parisien


Selon le New York Post, Hadi Matar montrait des signes de sympathie envers le gouvernement iranien. Le journal américain, citant des sources policières, rapporte que le suspect aurait publié des messages sur les réseaux sociaux de soutien aux Gardiens de la révolution et, plus largement, aux Chiites radicaux. Sur Twitter, un islamologue français dévoile que l’agresseur présumé avait publié, sur son profil Facebook, des photos de « figures du régime iranien, ainsi que son fondateur, l’Ayatollah Khomeyni ».

C’est justement l’ayatollah iranien Rouhollah Khomeiny qui, en 1989 (année de sa mort), avait prononcé la fatwa contre le Britannique Salman Rushdie, appelant ses sympathisants à assassiner l’auteur des « Verset sataniques », qui vit, depuis, sous protection policière.

Faux permis de conduire

La chaîne d’information NBC rapporte de son côté que, selon plusieurs sources internes à l’enquête, Hadi Matar avait sur lui un faux permis de conduire. Toujours d’après l’islamologue français qui s’est exprimé sur Twitter, le nom utilisé sur cette carte par l’agresseur présumé de l’agression est « Hassan Mughniyah ». Il pourrait s’agir d’une référence à Imad Mughniyah, un combattant du Hezbollah.

Hadi Matar

Pour l’heure, la police de New York précise que les motivations de l’agresseur ne sont pas encore claires et que les premiers éléments montrent qu’il aurait agi seul. La perquisition de son domicile, en cours, devrait permettre d’en savoir plus sur Hadi Matar. Un sac et des appareils électroniques ont par ailleurs été saisis sur les lieux de l’attaque.

Le Parisien


L’agent de Rushdie, Andrew Wylie, a envoyé une mise à jour de son état au NYT, indiquant que Rushdie était sous respirateur et ne pouvait pas parler. “Les nouvelles ne sont pas bonnes”, a-t-il déclaré. “Salman perdra probablement un œil ; les nerfs de son bras ont été sectionnés ; et son foie a été poignardé et endommagé”.

Telegraph

L’agresseur a été aussitôt arrêté et placé en détention. La police new yorkaise a révélé dans la soirée qu’il s’appelait Hadi Matar. Agé de 24 ans, il est originaire de l’Etat du New Jersey. 

Franceinfo

Hadi Matar, l’auteur de l’attentat qui a visé Salman Rushdie, est un chiite libanais d’obédience Khomeyniste. Sur ses réseaux sociaux, Hadi Matar met en avant les figures du régime iranien, ainsi que son fondateur, l’Ayatollah Khomeyni, auteur de la fatwa contre Salman Rushdie.


12/08/2022


La gouverneure générale Kathy Hochul (D-NY) déclare que l’auteur Salman Rushdie est vivant après avoir été poignardé lors d’une conférence dans l’ouest de New York : “Je tiens à féliciter la police d’État. C’est un agent de la police d’État qui s’est levé et qui lui a sauvé la vie, qui l’a protégé.”

The Recount


L’auteur Salman Rushdie a été poignardé vendredi sur scène dans l’ouest de l’État de New York, aux États-Unis, rapportent plusieurs médias américains. Il s’apprêtait à donner une conférence.

L’écrivain fait l’objet de menaces de mort depuis les années 1980. Le livre de Rushdie, “Les versets sataniques”, est interdit en Iran depuis 1988, car de nombreux musulmans le considèrent comme blasphématoire.

7sur7.be

Un journaliste de l’Associated Press a vu un homme confronter Rushdie sur la scène de l’institution Chautauqua et commencer à le frapper ou à le poignarder 10 à 15 fois alors qu’il était présenté. L’auteur de 75 ans a été poussé ou est tombé au sol, et l’homme a été arrêté.

Le livre de Rushdie « Les versets sataniques » est interdit en Iran depuis 1988, car de nombreux musulmans le considèrent comme blasphématoire. Un an plus tard, le défunt dirigeant iranien, l’ayatollah Ruhollah Khomeiny, a publié une fatwa, ou édit, appelant à la mort de Rushdie.

Une prime de plus de 3 millions de dollars a également été offerte à quiconque tue Rushdie.

Le gouvernement iranien s’est depuis longtemps distancié du décret de Khomeiny, mais le sentiment anti-Rushdie a persisté. En 2012, une fondation religieuse iranienne semi-officielle a augmenté la prime pour Rushdie de 2,8 millions de dollars à 3,3 millions de dollars.

AP


Fdesouche sur les réseaux sociaux