Fdesouche

Fausses accusations contre Garrido et Corbière : plainte du journaliste du « Point » contre Lagarde et l’ancien policier Noam Anouar, proche de LFI, qu’il accuse de l’avoir enfumé, ce dernier confirme être une source mais évoque un « complot journalistique » (Màj)

29/06/22

Vidéo diffusée dans la nuit du 27 juin 2021 (Le 28 juin à 03h du matin)



Un enregistrement obtenu par «CheckNews» évoque la possible implication de l’ex-député UDI de Seine-Saint-Denis dans la manipulation contre le couple de députés insoumis.

[…]

Contacté lundi par CheckNews, l’ex-flic reconnaît avoir transmis le dossier au journaliste du Point, tout en réduisant son rôle à celui d’intermédiaire. «Cette affaire est partie d’une information qui était en ma possession au départ. Je collabore avec Le Média (site d’information indépendant proche de LFI, ndlr), et quand je suis mis au courant de certaines affaires et que Le Média ne les traite pas, je les transfère à certains amis journalistes. Ça fait des années que je fais ça», explique-t-il. S’il admet désormais que l’information était finalement «pourrie», il se défend d’avoir voulu manipuler le journaliste, imputant la responsabilité de ce fiasco journalistique à un «défaut de vérification d’Aziz Zemouri».

«Le Point veut laver son image et cherche le coupable idéal, affirme-t-il. J’ai été candidat aux municipales dans la ville où j’habite, et la tête de liste était UDI. C’est parce que j’ai eu cette candidature qu’on me cible, alors qu’en réalité je suis beaucoup plus proche des insoumis que de l’UDI». Et de balayer le fait qu’il travaille comme fonctionnaire territorial à la mairie de Drancy. «Le maire de Drancy, c’est Aude Lagarde, c’est pas Jean-Christophe Lagarde, et les missions parlementaires n’ont rien à voir avec les missions de la mairie

[…]

Anouar donne le «tuyau» à son «ami de douze ans», Aziz Zemouri, ainsi que le numéro de téléphone de la victime supposée, accompagné d’une photocopie de son passeport. Au bout de ce numéro, rattaché à une boîte Lycamobile, une femme prétendant s’appeler Sana D. raconte au journaliste qu’elle est exploitée par le couple de députés. Elle serait logée avec d’autres sans papiers dans un appartement, loué par un proche de LFI. Un récit livré au journaliste sur WhatsApp, sans que jamais Aziz Zemouri ne voie l’intéressée.

Un numéro qui ne répond plus depuis les législatives

[…]

Au cours des échanges, le 14 juin, le journaliste se procure l’adresse où est censée habiter la jeune femme : 24 rue Léon, dans le XVIIIe arrondissement de Paris. Zemouri s’y rend et constate que le nom de la supposée femme de ménage figure bien sur une des boîtes aux lettres. Sauf que le patronyme, selon les témoignages des habitants de l’immeuble recueillis par CheckNews, a été ajouté quelques jours seulement avant que le journaliste du Point ne se rende sur les lieux. Et a été enlevé depuis. «Personne de ce nom n’a habité ici», témoigne ainsi un habitant, qui affirme également ne pas connaître la jeune femme lorsqu’on lui présente la photo de Sana D.

Sana D. n’est pourtant pas une identité fictive. CheckNews a pu entrer en contact, via les réseaux sociaux, avec une personne d’origine algérienne, répondant à ce nom, et âgée 36 ans. Nous avons également eu confirmation que la photocopie de son passeport a bien été communiquée à Aziz Zemouri. Contactée, cette femme assure n’être mêlée en rien à cette affaire et affirme avoir perdu son passeport il y a deux ans, sans en avoir déclaré la perte. Et être ainsi victime d’une usurpation d’identité.

[…]

Libération


28/06/22


24/06/22


23/06/22



22/06/22

Mise à jour : Les deux députés LFI nient


Les deux députés de LFI, élus en Seine-Saint-Denis, emploient depuis un an une femme de ménage sans titre de séjour et soumise à des cadences infernales.

Côté cour, Raquel Garrido et Alexis Corbière, le couple de députés de La France insoumise, élus en Seine-Saint-Denis, pourfendent l’exploitation de la misère et militent pour la régularisation des sans-papiers. Côté jardin, ils emploient une femme sans papiers comme bonne à tout faire. Bien plus disponible mais tout aussi mal rémunérée que les femmes de chambre de l’hôtel Ibis Batignolles avant leur mouvement de grève de 22 mois entre 2019 et 2021, mené par la toute nouvelle députée LFI, Rachel Kéké.

Au cours d’un contrôle de police à Paris en mai, l’employée de maison, une Algérienne de 36 ans, arrivée en France en 2008 grâce à un visa étudiant, a dû justifier de sa situation administrative alors qu’elle promenait la petite dernière du couple, qui a trois enfants. Démunie de titre de séjour.

[…]

Le Point

Le Point
Le Point


Fdesouche sur les réseaux sociaux