Fdesouche

Siégeant toujours au parlement après avoir violemment agressé un cadre du Parti socialiste, le député M’jid El Guerrab pourrait se présenter à sa propre succession sans se voir opposer de candidat «Renaissance». Boris Faure déplore l’attitude trouble de la majorité à son égard.

Boris Faure :L’extrême violence de mon agression aurait dû conduire mon agresseur à la mise au ban immédiate et définitive du champ politique. Ce jour-là il a failli tuer un opposant politique. (…) C’est surtout une première dans l’histoire de la République française qu’un député se comporte en butor puis en menteur méthodique pour régler un différend politique assez banal. Il faut dire que depuis 5 ans mon agresseur bénéficie d’une complaisance avérée de certains membres haut placés de la majorité. (…) On cherche à éviter de dire des choses désagréables au voisin et surtout à éviter les coups politiques liés aux dossiers chauds. Et sur la IXe circonscription qui comprend 15 pays, du Sénégal jusqu’au Maroc, personne ne veut froisser l’allié marocain qui est un rempart contre le terrorisme. Et le député El Guerrab est le premier ambassadeur du Maroc, que ce soit pour revendiquer le Sahara occidental ou une politique de visa plus accommodante. (…) Sur mon agression, aucun mot de soutien ou de réconfort n’est venu de l’Élysée en 5 ans. Il reste un quinquennat encore ceci dit. Peut-être ont-ils perdu mon adresse ?

Interview complète de Boris Faure sur Le Figaro


Fdesouche sur les réseaux sociaux