Fdesouche

La Sorbonne occupée, dégradée et vandalisée par des étudiants d’extrême-gauche, furieux des résultats de la Présidentielle. L’ENS et Sciences-Po également occupées. La facture s’annonce “très importante” (MàJ)

16/04/2022


Des constatations ont été menées par les enquêteurs ce vendredi après l’occupation de l’université par des étudiants protestant contre les résultats du premier tour de la présidentielle. Le rectorat a condamné des «violences inacceptables» et des «dégradations importantes». Des bris de verre, des portes fracturées, des carreaux cassées… La région académique mentionne également la destruction de matériel pédagogique, des graffitis “y compris sur le patrimoine historique”, et même un mur abattu.Une centaine d’identités ont été contrôlées lors de l’évacuation.

Bris de verre, livres déchirés, tags sur les murs, mobilier dégradé, ordinateurs et extincteurs jetés par des fenêtres… L’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris Ve) va devoir panser ses plaies après l’occupation par 400 jeunes entre le 13 et le 15 avril. Ce vendredi, les enquêteurs de la DSPAP (Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne) ont réalisé de longues constatations visant à évaluer les dégâts. Ils ont également recensé des portes fracturées, des carreaux cassés, un mur abattu, la destruction des dispositifs de sécurité incendie, de matériel pédagogique dont des livres, de multiples graffitis y compris sur le patrimoine historique… Conséquence : le site doit rester fermé jusqu’à la fin des enseignements du second semestre, le samedi 23 avril.

L’estimation du coût de cette occupation est toujours en cours. « La facture risque d’être très importante », confie une source proche de l’enquête. Les jeunes, parfois mineurs, ont notamment détérioré la bibliothèque de l’université. Ils entendaient ainsi protester contre le résultat du premier tour de l’élection présidentielle débouchant sur le duel opposant Emmanuel Macron à Marine Le Pen.  […]

Le Parisien

Malgré la fin de l’occupation, la Sorbonne reste fermée ce vendredi. Le recteur académique de la région et la rectrice déléguée de l’enseignement supérieure dénoncent des dégradations commises par les étudiants qui occupaient les lieux.

“Christophe Kerrero et Bénédicte Durand condamnent avec la plus grande fermeté cette occupation illégale qui a conduit à des violences inacceptables et à des dégradations importantes”, déclare la région académique dans un communiqué.. […]

bfmtv


14/04/2022


L’université Paris-I Panthéon-Sorbonne était toujours « partiellement occupée jeudi » à la mi-journée, selon la direction de la communication de l’université. A Sciences Po, les cours du site situé rue Saint-Guillaume ont été basculés en distanciel.

« Et la Sorbonne, elle est à qui, elle est à nous ! » : plusieurs centaines d’étudiants se sont rassemblés, jeudi 14 avril, dans une ambiance tendue avec la police, devant l’université emblématique à Paris, occupée depuis la veille, pour dénoncer le « faux choix » que constitue le duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour de la présidentielle. Depuis mercredi, des centaines d’étudiants se mobilisent à Paris, Nancy ou encore Reims, pour protester contre le résultat du premier tour de l’élection présidentielle et alerter sur les questions écologiques et sociales.

« Sorbonne, Sorbonne, antifa »« Non, non, non à Le Pen ou Macron »« Laissez-nous entrer ! », scandaient les étudiants massés devant la porte d’entrée principale de l’université, place de la Sorbonne, bloquée par un cordon de CRS. Au-dessus, on pouvait lire sur une large banderole accrochée à un balcon : « Jeunesse enragée ». Plusieurs centaines d’étudiants ont participé, mercredi, à une assemblée générale et « le bâtiment de la Sorbonne était toujours partiellement occupé » jeudi, selon la direction de la communication de l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Le Monde


13/04/2022


Fdesouche sur les réseaux sociaux