Fdesouche

Décapitation de Samuel Paty : L’islamiste « Fiché S » Abdelhakim Sefrioui dépose une nouvelle demande de remise en liberté (MàJ : Rejetée à nouveau)

27/11/2021

Extrait de La Fabrique du Mensonge


Nouvelle demande de remise en liberté de Sefrioui

Ses avocats jugeant sa détention « incohérente » comparée à celle d’une autre protagoniste, le militant islamiste Abdelhakim Sefrioui, mis en examen pour complicité d’assassinat du professeur Samuel Paty, a formulé en novembre une nouvelle demande de remise en liberté. Le 27 octobre, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a confirmé la prolongation de la détention provisoire de Abdelhakim Sefrioui.

Dans l’arrêt consulté par l’AFP, la cour d’appel présente celui-ci comme « impliqué directement avec Brahim Chnina », le père de la collégienne à l’origine de la dénonciation du cours de Samuel Paty sur les caricatures, dans des vidéos virales « sans aucune précaution » suspectées d’être à l’origine de l’engrenage mortel.

« Dénégation de toute responsabilité »

La cour d’appel souligne que Abdelhakim Sefrioui a échangé au téléphone « à de très nombreuses reprises » avec Brahim Chnina qui a lui-même eu l’assassin de Samuel Paty, Abdoullakh Anzorov, « à sept reprises […] au cours de la même période ». Les magistrats s’inquiètent aussi qu’une libération éventuelle d’Abdelhakim Sefrioui « ravive » l’émoi provoqué par l’assassinat le 16 octobre 2020 de Samuel Paty, « alors que l’anniversaire de l’attentat vient d’être célébré ».

Le 18 novembre, une juge des libertés et de la détention a rejeté la nouvelle demande de libération de Abdelhakim Sefrioui. Elle souligne dans son ordonnance sa « dénégation de toute responsabilité », mais aussi le fait que « (ses) déclarations sont de moins en moins concordantes avec celles de Brahim Chnina et de sa fille ».

[…]

Le Point


28/06/2021


16/05/2021

L’avocate du militant islamiste impliqué dans la mort du professeur Samuel Paty, en ayant enregistré et diffusé une vidéo le désignant à la vindicte, demande ce lundi l’annulation de sa mise en examen devant la chambre de l’instruction, faute d’indices suffisants.

Six mois après l’assassinat du professeur Samuel Paty par un jeune Tchétchène de 18 ans, le dossier va connaître un premier bras de fer juridique. Ce lundi, à 16 heures, la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris va examiner une requête en nullité de la défense du militant islamiste Abdelhakim Sefrioui. Connu des services de renseignements français pour ses discours radicaux depuis 1982, Sefrioui a participé à l’engrenage qui s’est révélé fatal à Samuel Paty, en publiant notamment une vidéo sur son compte YouTube le 11 octobre dans laquelle il qualifie le prof d’histoire de « voyou ». Est-ce suffisant pour poursuivre Sefrioui du chef de « complicité d’assassinat » […]

Libération


En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux