Fdesouche

Plus de trois après la rixe mortelle qui a conduit à la mort d’un jeune homme en 2018 à Paris, le rappeur MHD est renvoyé aux assises pour meurtre. Huit autres personnes sont également poursuivies dans cette affaire, qui a valu au rappeur d’être incarcéré un an et demi avant d’être relâché sous contrôle judiciaire.

Dans une ordonnance en date de mercredi, la juge d’instruction a renvoyé le rappeur de 27 ans devant la cour d’assises. La salle sera sans doute pleine. Mais Mohamed Sylla, alias « MHD », sera sans doute moins à l’aise derrière le micro de la cour d’assises. Le rappeur de 27 ans sera en effet jugé en 2022 pour « meurtre ». La juge d’instruction en charge de l’enquête sur l’expédition punitive, qui a causé la mort d’un homme de 23 ans en 2018 dans le Xe arrondissement de Paris, vient de signer ce mercredi une ordonnance de mise en accusation scellant le renvoi aux assises de neuf hommes dont MHD, conformément aux réquisitions du parquet de Paris. Tous encourent une peine de 30 ans de réclusion criminelle.

[…]

Contacté, l’avocat de MHD, Me Antoine Vey, qui assure sa défense avec Me Élise Arfi, estime lui « qu’en dépit des nombreux éléments disculpants que nous avons rapportés, nous constatons que le magistrat instructeur a maintenu sa position initiale. Nous allons désormais préparer sereinement l’audience, la position de notre client étant invariable. Il n’a aucune implication dans ces faits ».

Du côté de la victime, Me Juliette Chapelle, qui défend la famille de Loïc K., se dit « satisfaite du renvoi de neuf des mis en examen devant la cour d’assises après plus de trois années d’une instruction dense, au cours de laquelle de nombreuses preuves ont été rassemblées. Loïc K. a été mis à mort et est décédé dans d’atroces souffrances. Sa famille attend maintenant que justice soit faite contre les auteurs de ce crime violent et, surtout qu’aucun autre jeune ne soit victime d’une autre mise à mort décidée par quelques personnes ». Deux autres mis en examen, représentés respectivement par Me David-Olivier Kaminski et Me Adrien Gabeaud, ont par ailleurs bénéficié d’un non-lieu.

Le Parisien / Le Dauphiné

(Merci à Macadam et Marie Ange)


Fdesouche sur les réseaux sociaux