Fdesouche

« Ici on ne respect pas trop le code de la route » : Oumou Touré décrit ainsi le cauchemar de la circulation à Bamako (Mali)

« La seule chose qui me fait peur, c’est qu’ici on ne respecte pas trop le code de la route » : au volant, le visage concentré et le regard filant de gauche à droite au gré des motos qui surgissent pour la doubler, Oumou Touré décrit ainsi le cauchemar de la circulation à Bamako.

[…]

Auto-écoles illégales

Au fond de la salle, Clarisse et Carine Koné révisent le code en remettant leurs tresses derrière l’oreille. Les jumelles de 16 ans, même robe colorée sur le corps, disent en chœur vouloir « devenir indépendantes »« Chaque matin les parents nous amènent à l’école puis vont au travail. C’est assez incommodant. On préfère avoir notre permis et les laisser tranquilles », dit Carine, voix claire et épaules droites, sous le regard amusé des autres apprenants. Le permis est aussi nécessaire pour trouver un emploi, renchérit Abdramane Dama. « À chaque offre de poste, on demande si vous avez le permis, c’est essentiel. »

Ce chef d’entreprise de 56 ans a travaillé en France dans les années 1990, dans une auto-école des Sables d’Olonne, puis de la région parisienne, avant de revenir au pays monter sa structure. « Il faut se dire la vérité : dans ce secteur, on vient de très loin au Mali », dit-il.

L’Union


Fdesouche sur les réseaux sociaux