Fdesouche
https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

18/09/2021

Bastien Payet, ex-candidat de l’émission “Les 12 coups midi” sur tf1

La troisième demande aura été la bonne. Jeudi après-midi, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Reims a ordonné la remise en liberté du principal suspect dans la mort de Bastien Payet, cet étudiant en droit décédé des suites d’une volée de coups reçus en plein centre-ville dans la nuit du 8 au 9 mars 2019. Aujourd’hui âgé de 23 ans, Oussama Zeroual avait comparu le matin même devant la chambre, après deux demandes infructueuses les 17 septembre 2020 et 5 août dernier.

[…]

L’accusation de meurtre abandonnée

Le 8 septembre, la juge d’instruction a signé l’ordonnance de mise en accusation, non plus pour « meurtre » , qui était la mise en examen initiale, mais pour « violences volontaires en réunion ayant entraîné la mort sans intention de la donner » . La magistrate, conformément d’ailleurs aux réquisitions du parquet, a estimé que la volonté de tuer n’était pas établie. 

[…]

L’Union


17/09/2020

Oussama voit sa demande de remise en liberté refusée

Dans la perspective d’un procès devant la cour d’assises qui n’aura pas lieu avant l’année prochaine, les magistrats de la chambre d’instruction de la cour d’appel ont ordonné le maintient en détention provisoire d’Oussama Zeroual, âgé de 20 ans au moment des faits reprochés, qui était déjà connu de la justice. Osman Dogan et Enzo Andolini, ses complices avaient été libérés et placés sous contrôle judiciaire en août.

La nuit du drame, Bastien Payet, sa compagne et un groupe d’amis rejoignaient une discothèque lorsque des individus qui urinaient dans la rue importunèrent les jeunes femmes. Bastien Payet demandait aux grossiers personnages de les laisser tranquilles. En guise de réponse, l’étudiant en droit de 23 ans était mis au sol par un coup de poing avant d’être roué de coups, dont des coups de pied à la tête. Son ADN avait été trouvé sur une chaussure d’Oussama Zaroual, qui, depuis le début, conteste toute violence.

L’Union


27/08/2020

Après le meurtre de Bastien Payet, lynché en 2019 au centre-ville de Reims, deux des trois suspects libérés.

12/03/2019

Des hommages à la mémoire d’un jeune homme bien connu à Reims et dans les environs… Bastien Payet, 23 ans,  a succombé à ses blessures, dimanche 10 mars. . Il a été littéralement passé à tabac dans le centre-ville de Reims, dans la nuit de vendredi à samedi.

Trois étudiants ont été mis en examen pour meurtre et placés en détention. Le drame a eu lieu samedi, vers 3h00 du matin, rue Jeanne d’Arc, dans le centre-ville . Un trio d’étudiants en BTS en alternance a croisé un autre groupe de jeunes gens, dont la victime. Bastien Payet a été roué de coups de poings et de pieds dans la tête.  Laurent Etienne, directeur des ateliers slam.com, est un très proche de la victime et de sa famille. D’après lui, le jeune Bastien n’a en aucune façon cherché la bagarre : « ce n’est pas du tout deux groupes de jeunes qui se sont battus. Bastien et son meilleur ami étaient avec deux copines. Ils se sont fait alpaguer par trois autres jeunes suite à une mauvaise réflexion de ces jeunes auprès des filles. Bastien leur a juste dit qu’il ne fallait pas rentrer la dedans et qu’il fallait juste rester tranquille, sans violence, sans attaque, et ils l’ont réellement agressé ». 

France Bleu


Trois jeunes âgés d’une vingtaine d’années ont été mis en examen pour meurtre et placés en détention provisoire après l’agression de Bastien Payet. Le jeune homme de 23 ans a succombé à ses blessures dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 mars.

Un échange de mots aurait été l’élément déclencheur, en quelques secondes, de l’agression mortelle de Bastien Payet. Ce samedi 9 mars, vers 3 heures du matin, le jeune homme de 23 ans se trouvait en compagnie de trois amis, deux filles et un garçon, rue Jeanne-d’Arc, en plein centre-ville de Reims, lorsqu’une altercation éclate avec trois autres jeunes hommes, en état d’ébriété.

Très vite, des coups de pieds et de poings sont portés, notamment à la tête de Bastien Payet. Malgré l’intervention rapide des secours, le jeune homme est décédé ce dimanche matin au CHU de Reims des suites de ses blessures.

“Il est même possible qu’il n’y ait pas de mobile sérieux à cette rixe, plus exactement au fait que la victime ait reçu des coups”, précise le procureur.

Selon un ami de la victime que nous avons contacté, “les deux filles marchaient devant, elles se sont pris une réflexion. Bastien leur a dit : On ne va pas rentrer là-dedans‘. Ses trois agresseurs n’ont pas aimé cette intervention et l’ont asséné de coups au visage.”

Surconsommation d’alcool

L’un des suspects a été interpellé sur les lieux même de l’agression “dans un état d’alcoolisation avancée”, selon le procureur. Les deux autres ont été appréhendés samedi après-midi par les policiers de la Direction Départementale de la Sécurité Publique (DDSP) de la Marne.

Les auteurs présumés des faits, trois étudiants en BTS en alternance, avaient passé la soirée à boire. Le procureur insiste sur “la problématique de l’alcool et de la consommation d’alcool désinhibitrice qui permet des passages à l’acte, notamment chez les jeunes.”

Les agresseurs présumés se renvoient la balle

Les trois individus ont été mis en examen pour meurtre et placés en détention provisoire. Deux d’entre eux sont inconnus des services de police. Le troisième est déjà apparu dans une affaire de vol et de stupéfiants. Leurs versions divergent sur l’identité du ou des auteurs des coups. (…)

FranceInfo


Fdesouche sur les réseaux sociaux