Fdesouche

« Nous ne pouvons pas attendre, passivement, l’impact éventuel » : La Grèce déclare avoir achevé la construction d’une clôture de 40 km à sa frontière avec la Turquie

ATHENES, 20 août (Reuters) – La Grèce a déclaré vendredi qu’elle avait achevé la construction d’une clôture de 40 km à sa frontière avec la Turquie et qu’un nouveau système de surveillance était en place pour empêcher d’éventuels demandeurs d’asile de tenter de rejoindre l’Europe après la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans.

Les événements en Afghanistan ont alimenté les craintes de l’Union européenne d’une répétition de la crise des réfugiés de 2015, lorsque près d’un million de personnes fuyant la guerre et la pauvreté au Moyen-Orient et au-delà ont traversé la Turquie vers la Grèce avant de se rendre au nord vers des États plus riches.

La Grèce était en première ligne de cette crise et a déclaré que ses forces frontalières étaient en alerte pour s’assurer qu’elle ne devienne pas à nouveau la porte d’entrée de l’Europe.

Cliquez pour agrandir | Google Map

La crise afghane a créé “des possibilités de flux de migrants“, a déclaré le ministre de la Protection des citoyens, Michalis Chrisochoidis, après avoir visité la région d’Evros vendredi avec le ministre de la Défense et le chef des forces armées.

“Nous ne pouvons pas attendre, passivement, l’impact éventuel“, a déclaré Chrisochoidis aux journalistes. “Nos frontières resteront sûres et inviolables”. Chrisochoidis a déclaré que l’extension de la clôture existante de 12,5 kilomètres avait été achevée ces derniers jours, ainsi qu’un système de surveillance électronique automatisé de haute technologie.

Les arrivées de migrants en Grèce, par voie terrestre ou maritime, ont globalement ralenti au compte-gouttes depuis 2016, date à laquelle l’UE a conclu un accord avec la Turquie pour endiguer les flux en échange d’un soutien financier.

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis et le président turc Tayyip Erdogan ont discuté de l’Afghanistan au téléphone vendredi, Erdogan déclarant que l’Afghanistan et l’Iran – une route clé pour les Afghans vers la Turquie – devraient être soutenus ou une nouvelle vague de migration était “inévitable”, selon un communiqué de son bureau.

La Grèce et la Turquie, alliées de l’OTAN et rivales historiques, sont depuis longtemps en désaccord sur la question des migrants et sur des revendications territoriales concurrentes en Méditerranée orientale.

Ces derniers mois, la Grèce a durci sa politique migratoire en clôturant ses camps de migrants et en lançant des appels d’offres à l’échelle européenne pour la construction de deux installations de type fermé sur les îles de Samos et de Lesbos, proches de la Turquie.

Reuters


En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux