Fdesouche

Kamel Agag-Boudjahla : « l’infiltré au RN qui n’obtenait aucune information » (Libé)

07/05/21

Sa version est contestée par Julien Odoul, tête de liste dans la région, qui l’avait poussé à se présenter. « Il n’y a eu aucune infiltration parce que Kamel Agag-Boudjahlat n’a jamais demandé d’informations sur le Rassemblement national, il n’était pas demandeur. Il a écrit un mail à Marine Le Pen à la fin de l’année dernière, pour la soutenir. Depuis, nous sommes en contact. »

[…]

L’homme montre d’autant plus de bonne volonté qu’il fournit régulièrement le parti en vidéos et photos anxiogènes, habitant de la Petite-Hollande, un quartier chaud de Montbéliard, il lui arrive d’être témoin d’incivilités et il connaît pas mal de monde. Ses petits films vont venir alimenter le mouvement mariniste pendant plusieurs mois, ses cadres y voient une aubaine pour la campagne pour les régionales.

[…]

« Kamel Agag-Boudjahlat nous donnait aussi des informations au sujet des gens de son quartier et de son travail. Nous avons reçu énormément d’informations de sa part, mais il n’a jamais cherché à en avoir de nous »balance un cadre du parti.

Kamel Agag-Boudjahlat : « Aujourd’hui, je sais qu’il m’utilisait pour une campagne de dédiabolisation. Que j’étais un alibi »dit celui qui appelle désormais à voter contre le RN.

[…]

Libération



03/05/21

Sa candidature comme tête de liste Rassemblement national à Belfort pour les élections régionales faisait partie d’une stratégie. “J’ai infiltré le RN pour créer le buzz et inviter les gens à s’engager”. Après avoir été présenté officiellement, Kamel Agag-Boudjahlat tombe le masque et renonce.

“Ma famille était au courant de ma stratégie. Mais quand j’ai vu la violence des réactions sur les réseaux sociaux. Et quand j’ai vu des gens qui partagent mes valeurs s’effondrer à cause de mon engagement au RN, je me suis dis que je n’allais pas pousser le jeu aussi loin, juste pour avoir un poste de conseiller régional” explique Kamel Agag-Boudjahlat. 

[…]

L’éducateur de 38 ans envisage aujourd’hui d‘écrire un livre sur cette aventure qu’il intitulera “J’ai infiltré le Rassemblement National”, “car ce parti, je l’ai vu de l’intérieur, n’a pas changé par rapport au Front national. Il surfe sur la haine de l’autre, la théorie du complot et du chaos. Et joue beaucoup sur les violences urbaines, notamment dans le quartier de la Petite-Hollande à Montbéliard”.   

[…]

« Je mettais en danger les membres de ma famille »

« Mais c’est allé trop loin, je mettais en danger les membres de ma famille, avec un déferlement de haine, injures et menaces sur les réseaux sociaux », lâche-t-il encore, avant d’appeler à voter… « contre le Rassemblement national » lors des prochaines élections

L’Est-Republicain / France Bleu



A lire aussi :


Fdesouche sur les réseaux sociaux