Fdesouche

Dole (39) : un homme de 72 ans traite Adil Sefrioui de « bicot » et tente de le renverser en voiture. Le témoignage de la victime est contredit par le parquet (MàJ : Le CCIE se constituera partie civile)

03/05/2021

Communiqué du CCIE « Collectif contre l’islamophobie en Europe » du 03 Mai 2021 :

En tant qu’organisation de défense des droits humains et de lutte contre le racisme et l’islamophobie, le Collectif Contre l’Islamophobie en Europe a décidé de se constituer partie civile dans le procès contre l’homme qui a percuté M. Adil Sefrioui, le 21 avril 2021 à Dole, en France. 

Au-delà de la violence meurtrière de cet acte, le CCIE souhaite mettre en lumière la minimisation qui a été faite de ce racisme ainsi que le contexte qui a rendu possible cette tentative de meurtre justifiée par des propos racistes que l’on croyait révolus (bicot, etc.)

Comme si le racisme antiarabe ou antimusulman était moins grave qu’un autre type de racisme, les réactions médiatiques et politiques qui ont suivi cet acte ont été sensiblement moins fermes que ce qu’on pouvait attendre, alors que le climat actuel en France porte une responsabilité manifeste : mesures liberticides et islamophobes proposées par le gouvernement, radicalisées par le Sénat, libération de la parole islamophobe dans certains médias (Valeurs actuelles, Le Figaro, etc.) et groupuscules identitaires (Génération identitaire, Printemps républicain, etc.), menaces contre les lieux de culte musulman, etc.

Penser qu’il n’y a aucun lien entre l’acte raciste et la construction du problème musulman en France, c’est refuser de voir la réalité politique et sociologique de la banalisation de la haine contre les musulmans. L’actualité juridique montre qu’il y a encore du travail : alors que des identitaires voient leur condamnations confirmées (Catherine Blein et Christine Tasin condamnées pour apologie du terrorisme), un non-lieu est rendu dans le procès de l’attentat terroriste de Bayonne, alors que l’on est en droit de savoir si la responsabilité dépasse la seule action du terroriste décédé en prison.

C’est dans le but de questionner les responsabilités et les idéologies racistes qui sont à l’œuvre dans cette tentative de meutre qu’il importe pour le CCIE de se porter partie civile dans le procès de Dole.

CCIE

Le CCIF lance officiellement son nouveau site en Europe baptisé CCIE

IQNA


29/04/2021

Le témoignage de la victime dans TPMP est contredit par le parquet :

France Info

Extrait :

Passage en entier :


Twitter France


Me Schwerdorffer souhaite une ouverture d’instruction pour tentative d’assassinat :

« Je n’exclus pas de soulever l’incompétence du tribunal à l’audience du 28 mai », lâche Me Randall Schwerdorffer, avocat choisi par Adil Sefrioui pour défendre ses intérêts. « Je ne veux pas que l’on bâcle judiciairement cette affaire, les faits sont trop graves. Vu les éléments en notre possession dont la vidéo tellement éloquente et les explications pitoyables du prévenu, on ne peut pas ne pas soulever la question de la tentative d’assassinat ! »

“Mon client a surtout eu de la chance !”

L’avocat bisontin envisage donc d’avancer à l’audience l’incompétence matérielle du tribunal correctionnel en vue de la saisine d’un juge d’instruction, l’ouverture d’une information judiciaire pour tentative d’assassinat. « J’ai l’impression », explique Me Schwerdorffer, « que l’on se dit, ce n’est pas trop grave, après tout il est vivant… Mais mon client a surtout eu de la chance ! »

L’Est Républicain


28/04/2021

Il a nié avoir photographié le domicile ou les enfants de la victime, ce qui a été confirmé par l’analyse de son appareil photo, selon le parquet.

Il a également indiqué souffrir de “difficultés auditives” et n’avoir pas compris l’objet du mécontentement de l’homme et de son épouse. Il a soutenu avoir été lui-même victime de violences. Il a également expliqué avoir voulu effrayer son interlocuteur avec son véhicule, et “l’avoir percuté sans le vouloir”, après avoir été “ébloui”.

FranceInfo

L’homme, âgé de 72 ans, est prévenu de violences volontaires avec arme et injures racistes. Il dit avoir seulement voulu frôler sa victime et avoir perdu le contrôle suite à un éblouissement.

Déféré au parquet de Lons-le-Saunier, en début d’après-midi ce mercredi 28 avril, à l’issue de 48 heures de garde à vue, l’agresseur d’Adil Sefrioui, à Dole, s’est vu remettre une convocation devant le tribunal correctionnel de cette même ville pour le 28 mai. Il devra y répondre de la prévention de violences volontaires avec arme et injures à caractère racial. Il a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de paraître à proximité du domicile de la victime.

L’Est Républicain


C’est son épouse qui, depuis la cuisine, a, la première, repéré cet homme étrange qui, de l’autre côté de la rue Lombard, prenait des photographies de leur maison, alors que leurs 4 enfants, âgés de 7 à 12 ans, jouaient sur la terrasse. Adil, qui ne travaille pas ce jour-là, sort, constate et fait le tour du pâté de maison pour rejoindre l’individu et lui demander à voir les images prises, intrigué. Il n’y a en effet pas grand-chose d’extraordinaire à photographier de ce côté-ci de la ville.

L’interpellation déplaît visiblement à cet homme âgé qui brandit un gros appareil reflex muni d’un zoom. « Il m’a dit aussitôt ‘’aaah, bicot, tu passes sous le capot aujourd’hui !’’ Ça m’a choqué. Les gens sont gentils d’habitude, ils me disent ‘’on n’aime pas les Arabes mais toi on t’aime bien’’. J’ai du mal à leur en vouloir. Mais là, c’était différent, j’ai crié à ma femme d’appeler la police. »

[…]

L’Est Républicain


Fdesouche sur les réseaux sociaux