Fdesouche

« Plus on s’approche de l’échéance de la présidentielle, plus la gauche moutonnière s’égosille : “Au loup ! À l’extrême droite !” On ne l’entend plus. Même lorsque le loup arrive et que Marine Le Pen grimpe dans les sondages », écrit notre éditorialiste, Caroline Fourest.

C’est une comptine bien connue que nous racontaient nos grands-mères. « Il était une fois un jeune berger qui gardait tous les moutons des habitants de son village. Certains jours, la vie sur la colline était agréable et le temps passait vite. Mais, parfois, le jeune homme s’ennuyait. » Pour tuer l’ennui, il lui vint l’idée de crier « Au loup ! ». Affolés, les villageois grimpèrent sur la colline pour chasser le canidé et trouvèrent le berger qui s’esclaffait. La seconde fois, ils ne riaient plus du tout.

La suite sur Marianne


Fdesouche sur les réseaux sociaux