Fdesouche
[…]

James Alan Fox, criminologue à la Northeastern University, gère, en collaboration avec USA Today et Associated Press, une base de données qui couvre toutes les fusillades de masse survenues aux États-Unis depuis 2006. Lorsque je lui ai demandé d’analyser les données relatives à des incidents tels que le massacre de Boulder, il a confirmé qu’environ 55 % des auteurs de ces incidents étaient de race blanche. (Dans certains cas, la race n’était pas signalée). En utilisant un autre ensemble de données allant de 1976 à 2019, avec des critères plus inclusifs pour déduire la race, Fox a constaté qu’environ 64 % des tireurs étaient blancs.

Mais c’est là commettre une erreur statistique courante : penser que si la plupart des tireurs de masse étaient blancs, cela signifie que les Blancs doivent être particulièrement susceptibles de commettre des fusillades de masse. Ce n’est pas le cas. La plupart des Américains sont blancs, donc la majorité des personnes faisant à peu près n’importe quoi seront blanches s’il n’y a pas de disparités raciales.


Creusons un peu plus loin dans les chiffres. La plupart des fusillades de masse sont commises par des hommes adultes, et les données du recensement montrent qu’environ 67 % des hommes adultes aux États-Unis sont des Blancs non hispaniques. Il semble donc que le nombre d’hommes blancs commettant ces crimes soit proche de ce que l’on pourrait attendre du pur hasard, voire légèrement inférieur – à l’opposé de ce que l’on verrait si la culture de la suprématie blanche était en cause.

[…]

The Washington Post

(Archive)

Aujourd’hui sur Fdesouche :


Fdesouche sur les réseaux sociaux