Fdesouche

25/09/20

Une professeure de français a été placée sous contrôle judiciaire avec interdiction d’enseigner et obligation de soins psychologiques. «On commence à reconnaître ce que notre fille a vécu», témoignent les parents de la collégienne.

(…) En décembre, elle finit par se confier à ses parents. « Elle nous dit que dans sa classe, elle est le bouc émissaire », indique Sébastien, son père. Evaëlle dresse une liste de 14 élèves de sa classe qui la harcèlent à différents degrés. Ils apprendront plus tard qu’elle a tenté à cette époque de mettre fin à ses jours en essayant de mettre le feu à la maison. (…)

(…) Le calvaire d’Evaëlle atteint son paroxysme le mois suivant. Alors qu’elle attend le bus, le 6 février, ses harceleurs la poussent sur la chaussée juste avant l’arrivée du bus. Elle se relève, pousse son agresseur, qui réplique en lui envoyant une gifle. Une semaine plus tard, on la pousse d’un banc où elle était assise. Et quand elle se rassoit sur le banc, elle est projetée au sol deux fois de plus. Ces deux épisodes font l’objet de témoignages écrits adressés au conseiller principal d’éducation du collège, sans effet.

«J’ai vécu le pire jour de ma vie»

Avec sa professeure de français, la situation s’aggrave également. Celle-ci décide de consacrer par deux fois une séance de « vie de classe » à Evaëlle. « Le thème, c’était : pourquoi Evaëlle se sent exclue et harcelée par la classe. Les élèves pouvaient poser toutes questions à Evaëlle et elle devait répondre », raconte Marie. La collégienne s’exécute, elle fait face aux ricanements de ses camarades, fond en larmes. « A un moment, elle ne peut plus répondre et la prof lui dit : Arrête de pleurer et réponds aux questions », ajoute-t-elle. « Elle s’est retrouvée comme si elle était devant un tribunal. Dans ce contexte, on lui dit : C’est toi le problème, pas les autres », souligne Sébastien.

(…) Le Parisien

17/12/19



15/11/19

Evaëlle s’était donnée la mort à 11 ans, victime de harcèlement dans son collège d’Herblay, dans le Val-d’Oise. Cinq mois après la tragédie survenue le 22 juin, une enseignante contre qui les parents ont déposé plainte, estimant qu’elle n’avait rien fait pour endiguer le harcèlement des autres élèves, voire qu’elle aurait eu un rôle actif, a été placée en garde à vue. Une mesure rare. Elle a été entendue dans ce cadre la semaine dernière par les enquêteurs de la sûreté départementale qui sont en charge de l’enquête.

(…) Le Parisien


06/10/19

Trois mois après la mort de leur fille, Marie et Sébastien déplorent « l’inertie » de l’établissement et des services de l’Education nationale. « Rien que sur les deux agressions physiques qu’Evaëlle a subies, il aurait dû se passer quelque chose », souligne son père.

(…) C’est à cette époque que ses parents portent plainte contre trois élèves. Ils découvrent alors l’ampleur des brimades qu’elle subit. Ils déposent une seconde plainte, après son décès le 22 juin, cette fois contre une professeur. Mais pendant que les enquêteurs multiplient les auditions, rien n’aurait bougé du côté de l’Education nationale.

(…) Ils mettent également en cause l’absence de réaction vis-à-vis des élèves soupçonnés d’avoir harcelé Evaëlle. « La direction n’a rien fait ! » fulmine Marie.

(…) Selon eux, cette absence de réaction est interprétée comme un encouragement par les élèves harceleurs. « L’élève qui était le plus virulent continue cette année. Il harcèle une des amies d’Evaëlle », assure-t-elle.

Le Parisien


03/07/2019

[…] En apprenant le suicide d’Evaëlle, 11 ans, victime de harcèlement scolaire, Leslie a aussitôt pensé à ce qui était arrivé à sa fille l’année dernière. Emma*, également scolarisée au collège Isabelle-Autissier d’Herblay (Val-d’Oise) en 4e, a aussi été victime d’un groupe d’élèves. Le suicide, la jeune fille y a pensé. Avec le recul, sa mère estime qu’elle failli passer à l’acte.

« Ça a commencé trois semaines après la rentrée, relate Emma. Au début, ils me volaient mon matériel scolaire et ils le jetaient par la fenêtre. » Elle n’est pas seule, trois de ses amis dans sa classe subissent le même traitement. « Après ça a été des insultes, on se faisait bousculer et taper tous les jours », ajoute-t-elle. Un groupe tient à provoquer le chaos en classe. Emma et ses copains font partie des plus sages. Alors les coups pleuvent. […]


[…] Si la collégienne de 11 ans qui a été retrouvée pendue le vendredi 21 juin dernier dans sa chambre, subissait les moqueries, le bizutage, les coups et les insultes de ses camarades au collège Georges-Duhamel, elle était aussi victime du harcèlement de l’une de ses professeurs. “C’est parti de là. Elle la traitait de folle“, témoigne une amie de la fillette”[…].

Et une de ses anciennes élèves de renchérir : “Quand tu n’arrives pas à faire quelque chose, elle te dit que tu es nulle. Elle dit à tout le monde : Vous êtes la pire des classes.” Une autre jeune fille déclare : “Ça dépend des élèves. Elle s’attaque aux plus faibles.” Après avoir déposé plainte pour harcèlement scolaire, Marie et Sébastien, les parents d’Evaëlle, en ont déposé une nouvelle, après la mort de leur fille.

Les parents de la collégienne décrivent une petite fille d’une profonde gentillesse, avec beaucoup d’amour à donner. “Elle était pleine de joie. Une enfant précoce”, confient-ils avant de souligner sa grande empathie. “Elle voulait être amie avec tout le monde. Souvent dans l’excès et, quand on est dans l’excès, on se fait rejeter”, déclare son papa. Et d’ajouter : “C’est sûr qu’on a élevé nos enfants dans l’empathie. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde.” Les obsèques de la petite Evaëlle auront lieu le mercredi 3 juillet au Père-Lachaise de Paris. […]

Closer


25/06/2019

Une jeune fille de 11 ans a mis fin à ses jours, vendredi soir, à son domicile à Herblay (Val-d’Oise). Elle s’est pendue dans sa chambre avec un foulard qu’elle avait accroché à son lit.

[…]

« Ses harceleurs continuaient sur les réseaux sociaux »

« Depuis le début de l’année, elle se plaignait d’être harcelée, raconte la mère d’une élève. Elle avait l’impression que tout le monde était contre elle. Elle était très renfermée. » Elle confirme toutefois qu’elle était bien visée par d’autres élèves. « Apparemment, elle était dans la pire classe. 

[…]

Le Parisien


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux