Plein ecran

Charles Prats: « La fraude sociale, c’est 30 milliards d’euros par an »

02/05

Ancien magistrat de la Délégation nationale à la lutte contre la fraude (DNLF) au ministère du Budget, Charles Prats estime que 2,5 millions d’individus « fantômes » bénéficieraient de 30 milliards de prestations sociales indues.

LE FIGARO.- L’Allemagne consacre au financement de ses dépenses de santé une part de richesse équivalente à celle de la France, affiche une pression fiscale moindre, et pourtant, son système de santé a mieux résisté que le nôtre. Comment expliquez-vous ce paradoxe ?

Charles Prats.L’Allemagne a beaucoup plus de lits d’hospitalisation par rapport à sa population que la France, et il y a plus de médecins et moins de personnels administratifs dans les établissements de santé. Schématiquement, en Allemagne, on dépense plus d’argent pour soigner que pour administrer. En France, le débat se focalise souvent sur les impôts. On se chamaille pour savoir qui va se faire taxer et de combien. La question fondamentale devrait d’abord être: comment l’argent public est-il dépensé ?

Les spécialistes évoquent pour la France 56 % de dépense publique par rapport au PIB. Où va l’argent ?

Regardez l’état de nos armées, de notre police, de notre justice… (Suite de l’interview dans le Figaro

Coronavirus : quand le gouvernement joue au rédacteur en chef
Coronavirus : du bénévolat au travail gratuit, la colère des couturières appelées à produire des masques

Commentaires

Accueil
Menu