Plein ecran

Toulouse : la « victime d’une bavure policière » était en réalité un fou dangereux de 120 kg évadé d’un asile psychiatrique menaçant de transmettre l’hépatite C aux policiers

26/04

Sortie de son contexte, cette vidéo tournée dans la nuit de vendredi à samedi dans le quartier de la cartoucherie à Toulouse a de quoi choquer. On y voit plusieurs policiers avec des chiens tentant de maîtriser un homme. Un policier le met à terre et un autre lui met des coups de muselière sur la nuque pour le contraindre à mettre ses mains dans le dos.
Plusieurs sites d’extrême gauche ont partagé ces images sur facebook laissant penser qu’un policier a frappé gratuitement un homme.

Les faits se sont produits dans la nuit vers 2h30 ce samedi matin. La police est appelée pour un homme qui s’est échappé du service psychiatrique de l’hôpital Purpan.
Selon le syndicat de Police Alliance il est signalé comme « violent et dangereux et potentiellement porteur d’une grenade et d’une arme de poing ».

Quand les policiers le retrouvent « l’homme est violent, il frappe. Il donne des coups de poings et il parvient à mettre sa main dans la bouche d’un fonctionnaire de police en criant qu’il a l’hépatite C ».

« L’homme mesure 1m90 et pèse 120 kilos », nous précise David Leyraud, secrétaire régional adjoint du syndicat Alliance Police Occitanie. Malgré l’aide des chiens, impossible de le maîtriser.

Un policier finit par le mettre à terre (c’est là que commence la vidéo tournée par un habitant du quartier) et un autre lui donne des coups de muselière sur la nuque.
« Un individu de ce poids là et dangereux il faut tout faire pour le maîtriser le plus rapidement possible, face contre terre et menottes dans le dos », explique David Leyraud.

Les policiers n’avaient pas de taser, ils ont donc utilisé une muselière pour le contraindre. Tout cela est écrit dans la procédure nous précise encore le syndicaliste.

Coronavirus : comment le Maroc a mobilisé son industrie pour produire 7 millions de masques par jour
11 voitures de l'office HLM Toulouse Métropole Habitat incendiées, plus de 100 000 € de dégâts

Commentaires

Accueil
Menu