Plein ecran

Amandine, lycéenne à Saint-Pouange (10), élue Miss junior agricole 2020

Déc
2019

[…] Amandine Parïs, scolarisée au lycée agricole de Saint Pouange dans l’Aube a été élue Miss Junior agricole ce samedi 14 décembre. Et ce dimanche matin elle était déjà partie à la chasse! Le résultat, elle l’a appris en direct sur Facebook. Cette Auboise de 17 ans, veut donner une autre image de la profession familiale d’agriculteurs qu’elle a choisi d’embrasser. La jeune femme actuellement en première au lycée agricole de Saint-Pouange dans l’Aube s’est lancée dans cette aventure de miss originale, le concours Miss et Mister junior agricole 2020 avec l’envie de porter l’image de la profession.

[…] « Je veux changer l’image du milieu agricole et lutter contre l’agri bashing. De nombreux commentaires pointaient le fait que les femmes ne sont pas assez représentées. Mais ça va finir par se savoir. Ce concours va devenir important« . Elle recevra sa couronne au salon de l’agriculture. « […] Je suis une fille au tempérament plutôt calme et souriante. C’est grâce à mon papa et ses deux frères ainsi que les générations précédentes que j’ai pu découvrir ce merveilleux métier. Ils possèdent une exploitation avec des vaches laitières Prim’holstein et des vaches allaitantes Charolaises. J’aimerai cette année représenter mon département l’Aube ainsi que de représenter le monde agricole féminin« . […] Sachant que la famille d’Amandine élève des vaches laitières, la journée débute à 7 h et « souvent, on termine la traite à 20 h en hiver, voire minuit en été ».

Sûre d’elle, elle souhaite prouver que le métier d’agriculteur est au service du consommateur. « Ce qu’on fait, c’est pas mal. Faites nous confiance. En ce moment, les agriculteurs font les frais de l’agri-bashing. Donc faut prouver pour qu’on nous croie enfin. Et puis aussi, on n’est pas payé comme il faut, ajoute la jeune femme au détour d’une phrase. Bref, j’aime ça, c’est tout, c’est de famille, je ne veux pas lâcher la ferme« . […] Ce concours de Miss junior agricole, « j’y crois, affirme Amandine. Ça m’ouvrirait des portes. Je peux représenter l’agriculture. En regardant l’ancienne miss, je trouve ça beau. Les filles sont là aussi dans la profession. C’est pas parce qu’on est une fille qu’on ne peut pas être agricultrice aussi et être féminine« .

France3

Creil (60) : la police tombe dans le guet-apens sans mobile particulier d'une trentaine de jeunes encapuchonnés
Déclaration d'intérêts de Delevoye: la liste des oublis s'allonge (Màj : treize mandats contre trois déclarés initialement)

Commentaires

Accueil
Menu