Plein ecran

Ne plus faire d’enfants dans le monde occidental pour sauver la planète, ou comment jeter le bébé avec l’eau du bain (Màj)

Déc
2019

03/12/2019

[…] Comment se projeter dans l’avenir malgré la crise environnementale ? Mettre ou monde ou sauver le monde ? Certains ont tranché : ils n’auront pas d’enfant. Un renoncement dont la caution écolo conforte les ressorts psychologiques. […]

L’inventeure du concept d’ écoféminisme est la femme de lettres Françoise d’Eaubonne, en 1974, dans son livre Le Féminisme ou la mort. Pour relier écologie et féminisme, son argument est démographique. Parmi les actions de son groupe féministe radical, on trouve la grève des naissances, élaborée à la fois pour échapper au devoir conjugal (se plier au désir masculin) et pour cesser la course à la surpopulation. Les écoféministes appartiennent à la fin des années 1970 surtout aux milieux militants et politisés, avec une audience réduite. Aujourd’hui, leurs idées gagnent le grand public. […]

Madame Figaro


01/12/2019

Nous sommes trop nombreux sur la planète et le meilleur moyen de la sauver serait de ne plus faire d’enfants, affirment les plus radicaux des écologistes. Est-ce la bonne solution? Si l’on en croit les articles de journaux et quelques travaux sociologiques récents, une tendance lourde se ferait jour actuellement dans le monde occidental: ne plus faire d’enfants pour sauver la planète.

En effet, selon les recherches réalisées à l’Université de Lund en Suède, choisir d’avoir un enfant de moins permet aux parents de réduire leurs émissions de CO2 de 58,6 tonnes par an au cours de leur vie. Ce chiffre ne vous dit rien, à moi non plus d’ailleurs, mais, puisqu’il est exprimé en tonnes, c’est forcément beaucoup, mis en relation avec un petit être de 3 kilos en moyenne à la naissance. Quel poids sur ces petites épaules et sur celles de ses parents!

Faisant fi des conditionnels, plusieurs scientifiques publiaient une tribune dans Le Monde qui affirmait sans ambages: «On ne pourra pas faire l’impasse sur une réduction de l’accroissement de la population mondiale.» Pas étonnant dès lors que les jeunes couples moins soucieux d’assurer leur lignée que de sauver la planète aient conclu qu’il leur fallait renoncer à enfanter. «J’ai toujours eu envie d’avoir des enfants, mais au vu de l’absence de progrès concernant la situation climatique, j’ai pris la décision de ne pas en faire», explique une jeune femme de 37 ans interrogée par le journal 20 minutes. Elle ajoute: «Je ne suis pas militante, mais c’est ma façon de protester à ma micro-mesure. Depuis que j’en parle, je rencontre beaucoup de femmes qui partagent cette même préoccupation. Certaines organisent même un enterrement de vie de mère!» […]

Le Temps

Suisse : une Fondation s'engage à promouvoir l'art moderne aborigène en Europe
Belgique : quinze jeunes attaquent simultanément un magasin avant… de prendre le train

Commentaires

Accueil
Menu